Winamax

Paris est une fête

- 23 février 2023 - Par Benjo DiMeo

174 joueurs, tous payés, franchissent le deuxième tour
Vétérans de l'EPT avec 14 ITM chacun, Gaëlle et Adrian montreront le chemin à deux nouvelles recrues signant leur premier résultat sur le circuit européen
Main Event 5 300 € (Fin du Day 2)


Bulle EPT Paris
Fini de polémiquer : il était temps de célébrer. Malgré les limitations de l'organisation, au bout du compte la toute première visite de l'EPT se sera montrée à la hauteur des attentes : 1 606 inscriptions formant le sixième plus gros Main Event de l'histoire du circuit, et le meilleur démarrage d'une nouvelle étape, toutes villes confondues. Pour fêter ça, la distribution des 7,7 millions d'euros de dotation a commencé dès aujourd'hui. Tout le monde n'a pas pu trinquer, bien sûr, mais sur le coup de 22 heures, lorsque la bulle a enfin éclaté dans un joyeux foutoir (le Moldave Pavel Plesuv fut le dernier joueur non payé), tous les habitués pouvaient en convenir : aussi bien en termes d'atmosphère, d'organisation que de dotation, cette version parisienne de l'EPT n'avait plus grand chose à envier à ses grands frères tchèques, espagnols ou monégasques.

La bulle a provoqué l'entrée dans les places payées de 239 joueurs. Mais jeudi, ils ne seront que 174 sur la ligne de départ du Day 3. Un nouveau marathon débutera : celui menant à la table finale. Quatre pros du Team Winamax sont dans les starting blocks...

Team Winamax fin du Day 2 EPT Pairs
La symétrie est parfaite. Aujourd'hui, Gaëlle Baumann et Adrian Mateos ont fêté leur 14e ITM sur un Main Event de l'European Poker Tour. À leurs côtés se pressaient deux joueurs ouvrant tout juste leur compteur sur le circuit majeur du continent : Alexane Najchaus et Maxime Manzone, deux des recrues les plus récentes au sein du Team Winamax. L'ancien et le nouveau. Le mentor et l'élève. L'expérience et la découverte. Écoutons le dernier arrivé, Maxime : "Ça me rend très heureux. Je n'ai pas pu spécialement me préparer pour mon premier Main Event EPT, car c'est un tournoi unique, très deep et en 8-max. Mais j'ai travaillé mon mental et je me suis reposé. Je me sens bien depuis le coup d'envoi, et j'ai l'impression de jouer un bon poker. J'ai discuté avec Joao, il m'a conseillé de rester calme, de ne pas stresser pour rien. Les joueurs du Team, ils sont très forts de ce côté, donc c'est très cool de les avoir à mes côtés pour affronter ce premier gros tournoi." Le Top Shark 2023 sera au Day 3 avec 25 BB.

En termes d'expérience, Alexane n'a qu'un EPT d'avance par rapport à Maxime. "J'ai été éliminée très vite à Londres, après un niveau à peine. Mais je n'y pensais pas du tout en démarrant l'EPT Paris. Chaque jour est un nouveau jour !" En plus de découvrir le circuit live, Alexane apprend aussi à dompter un nouveau format. "Je n'ai pas changé ma routine en Expresso, je continue d'en jouer entre 10 000 et 15 000 par mois. Mais je me fais désormais coacher en MTT, et le Team est très important aussi. Des joueurs comme Mustapha et Romain m'aident beaucoup. Ce que j'adore, c'est que tous les spots en MTT sont intéressants. Grosso modo, chaque situation qui se présente est une nouvelle situation pour moi. Par exemple, la bulle aujourd'hui : c'était la première fois que j'étais en situation de pression ICM." Cela fait beaucoup de choses à intégrer en peu de temps, mais avec ses 36 BB, Alexane est pour le moment satisfaite : "Je n'ai regretté aucun de mes calls, et aucun de mes folds."

14 ITM chacun sur un Main Event EPT pour Gaëlle et Adrian, donc. Mais avec des palmarès différents. La première cherche encore un titre, ne cessant d'améliorer son meilleur classement d'année en année (26e à Barcelone l'été dernier), tandis que le second est parvenu à remporter l'un des plus beaux dès ses premières années sur le circuit (Monte Carlo, 2015) : depuis, on ne l'y a jamais revu en finale. Ayant trouvé un spot de double up en or avant la bulle (KK vs AK), Gaëlle a ensuite gagné des coups, perdu des coups, bref joué des coups, pour se stabiliser un peu en dessous de la moyenne - on la retrouvera au Day 3 avec 45 BB. Adrian, de son côté, a enchaîné les tables. "J'ai changé trois ou quatre fois, mais au début il ne s'est pas passé grand-chose. Puis, coïncidence folle : je me retrouve à la même table qu'au Day 1, et au même siège : 17/5. C'est là que je vais rester le plus longtemps. Je monte à 300 000, mais je tombe ensuite à 130 000, j'ai perdu un très gros flip et quelques autres mains. Mais quand la bulle est arrivée, j'avais remonté et je suis arrivé en table TV avec le plus gros stack. Je n'ai pas joué de gros pots au final, je n'avais vraiment pas de cartes à la bulle."  Après avoir enchaîné tous les High Rollers au programme depuis une semaine, on ressent forcément un changement de température sur un Main Event à 5 300 euros l'entrée "seulement". "Le niveau est beaucoup plus faible. J'ai l'habitude. Avoir plusieurs amateurs à table est appréciable. J'ai toujours eu des bons résultats sur les Main Events, je pense que c'est là que mon edge est le plus gros. J'arrive à bien lire mes adversaires, même quand je ne les connais pas. Mes instincts sont bons. Juste en regardant comment ils s'habillent, comment ils se comportent ou comment ils parlent, je peux deviner s'ils sont serrés, agressifs, s'ils vont folder beaucoup ou non, s'ils ont peur ou non. Tout le poker est là-dedans : adapter sa stratégie. En partant d'une solide base théorique, mais toujours en s'adaptant, car le jeu change tout le temps."

Le Top 10

Chip leader
Découvert en milieu de journée avec un stack dépassant le demi-million, Rostyslav Sabishchenko a fait mieux que tenir bon : l'Ukrainien inconnu de nos services a consolidé son chip-lead et part se coucher avec quasiment le double.

Rostyslav Sabishchenko Ukraine 900 000
Harry Lodge UK 845 000
Niklas Astedt Suède 812 000
Frederik Thiemer Allemagne 786 000
Fabrice Bigot France 764 000
Omar Del Pino Espagne 703 000
Alexandros Kolonias Grèce 653 000
Aurelien Russo France 633 000
Andrew Lichtenberger USA 631 000
Mark Roovers Pays-Bas 624 000

38 Français au Day 3

Fabrice Bigot
Le meneur du clan tricolore est peut-être bien l'un des meilleurs joueurs du moment : Fabrice Bigot. Rencontré l'été dernier à Las Vegas (sur Winamax, on le connaissait virtuellement depuis des lustres), le fan d'escalade n'a fait que monter en puissance depuis son deep run sur le Main Event des WSOP. Trois semaines après sa plus grosse victoire en live à ce jour (le Main Event du WPT Prime au club Circus), celui qui ne cache pas ses ambitions démesurées - jouer les Super High Rollers du circuit Triton - entamera le Day 3 avec 150 blindes.

Fabrice Bigot 764 000
Aurelien Russo 633 000
Mohamed Mokrani 566 000
Mathieu Di Meglio 363 000
Alexis Lucarini 360 000
Malo Latinois 354 000
Karim Abdelmoumene 352 000
Bernard Vu 348 000
Florent Estegassy 330 000
Parham Ahoor 318 000
Olivier Temam 303 000
Maxime Parys 290 000
Miroslav Alilovic 283 000
Corentin Ropert 283 000
Johan Guilbert 270 000
Yannick Cardot 252 000
Laurent Cessy 241 000
Paul Pires Trigo 237 000
Gaelle Baumann (Team Winamax) 224 000
Virgile Turchi 207 000
Matthieu Teffaud 200 000
Alexane Najchaus (Team Winamax) 179 000
Mathieu His 178 000
Jonathan Pastore 173 000
Sacha Rymland 168 000
Laurent Saint-Bertin 134 000
Sami Bechahed 129 000
Maxime Manzone (Team Winamax) 126 000
Yehouda Marciano 125 000
Benjamin Chalot 121 000
Julien Rouquet 121 000
Vincent Cavailles 114 000
Idir Haiche 112 000
Souhayel Djaballah 104 000
Arthur Conan 83 000
Christophe Pommier 54 000
Antonin Teisseire 52 000
Sacha Zaffran 27 000


Tableau de bord
174 joueurs restants (sur 1 606 inscrits)
Blindes : 2 000 / 5 000 BB ante 5 000
Tapis moyen : 277 000
Prix assuré : 10 650 €

Nick Petrangelo
Pour trouver au classement les noms ronflants du circuit international, il faut scroller un peu. Nick Petrangelo (photo) sera au Day 3 avec un peu plus que la moyenne (330 000), suivi par Benny Glaser (284 000), Roberto Romanello (246 000), Sam Greenwood (215 000) ou encore Ben Heath (210 000).

Omar Del Pino
Son nom à lui est gravé dans l'histoire de Winamax : vainqueur du premier WPO Madrid en 2022, l'Espagnol Omar Del Pino pointe dans le Top 10 avec ses 703 000.

Arnaud Enselme
Un petit min-cash et puis s'en vont pour Arnaud Enselme (photo), Mercedes Osti, Bruno Fitoussi, Damien Le Goff, Jérôme Zerbib, Sam Grafton, ou encore Alexandre Réard. Tous ont quitté le Main Event durant l'hécatombe ayant suivi la bulle.

Paul Guichard
La place a manqué pour fêter le plus gros tournoi EPT de l'histoire (hors Barcelone) : il y en a beaucoup qui n'ont pas pu trinquer autour d'une place payée. Citons Paul Guichard (photo), Martin Kahbrel, Nico Vayssières, Martin Jacobson, Alejandro Lococo, Sylvain Loosli, Davidi Kitai, Joao Vieira, Mustapha Kanit, Jimmy Guerrero, Antoine Saout.

Benny & Yu
Terminons avec les deux Français qui sont tout le temps en finale : Benny et Yu, pourvoyeurs de divertissement tordant et gratuit tous les jours sur le canal Twitch de PokerStars France. Ils commenteront la première table télé du Day 3 jeudi dès 12h30. Bien entendu, on sera là aussi !

Benjo

239 cris de joie, 1 seul d'effroi

- 22 février 2023 - Par Benjo DiMeo

La bulle éclate sur l'EPT Paris
Main Event 5 300 € (Day 2)


EPT Paris
Les soucis d'organisation des premiers jours appartiennent au passé : c'est désormais un tournoi EPT tout à fait classique auquel nous avons affaire. La bulle que nous venons de vivre en est la preuve : longue, bordélique, encombrée, joyeuse. Comme d'habitude ! Et on ne s'en plaindra pas. Pas moins de quatre joueurs sont parvenus à doubler leurs petits tapis durant la période de main par main, avec des temps morts interminables entre chaque showdown.

EPT PAris
Au final, le plus déçu des déçus du jour se nomme Pavel Plesuv. Le Moldave était pourtant en bonne position avec 86 sur un flop 638. Face à 45, il doit éviter 8 petites outs. Le turn J est sans danger... à l'inverse du 7 retourné sur la rivière. Applaudissements, stories Instagram, selfies, high fives : tu connais.

EPT Paris
Tout le monde (sauf Pavel Plesuv) peut remercier Harry Lodge : le Britannique a délivré la salle après une bonne heure de jeu au ralenti.

Paul Pires Trigo
L'un des héros de cette bulle se nomme Paul Pires-Trigo. Le vétéran de Winamax a pris tout son temps pour mûrir dans sa tête un hero call splendide à deux places de l'argent. On est bout d'un board 4A8K5 et Proscoo se voit demander son tapis par son voisin de droite au gros stack, l'Anglais Kamal Joshi. Les minutes défilent, l'attente est interminable mais Pries-Trigo ne décevra pas les spectateurs, finissant par engager le reste de son stack (presque 100 000) avec juste la top-paire, A10. Bien vu : Joshi ne peut montrer qu'un bluff, typique de cette phase de la partie : QJ. Un pot de 290 000 pour Paul Pires-Trigo, bien plus que la moyenne.

Gaëlle Baumann
Autre bonne affaire de la bulle, celle réalisée par Gaëlle Baumann. Un peu plus facile à conclure, celle-là : alors qu'il reste dix joueurs à bust, O RLY relance UTG. Tout le monde passe jusqu'à la petite blinde qui envoie son tapis. Gaëlle a payé avant d'avoir eu le temps de cligner des yeux, et pour cause : elle a trouvé deux Rois. Face à As-Roi, elle ne tremblera guère, le flop apportant directement le dernier Roi du paquet pour lui offrir un pot de 280 000.

Maxime Manzone
Premier tournoi EPT... en fait, premier tournoi pro tout court pour Maxime Manzone, et essai largement transformé, un mois après sa victoire sur la Top Shark Academy. Le dernier arrivé dans le Team W franchit la bulle avec un stack quelque peu réduit, mais maintenant que le min-cash à 8 400 euros est sécurisé, tous les espoirs sont permis.

Alexane Najchaus
Premier ITM EPT pour Alexane Najchaus aussi, après une première tentative à Londres, qui s'était arrêtée bien trop vite. "Je préfère oublier Londres, c'est comme si le tournoi n'avait pas existé. Paris, c'est mon premier vrai EPT", rit-elle.

Matas Cimbolas
C'est un Matas Cimbolas quelque peu agacé que l'on a observé durant la période de main par main/. Le Lituanien se plaignait que ses adversaires ne lui laissaient pas assez de temps pour réfléchir à ses décisions. Avec son short-stack, il jouait évidemment le jeu du "stalling", typique de la bulle. Sa bonne humeur est cependant vite revenue.

EPT Paris
L'Américain Peter Moore s'est, lui aussi, retrouvé à tapis au flop contre un tirage par les deux bouts. Sauf que ses Deux Dames ont tenu.

EPT Paris
On célèbre à chaque fois le bubble boy, mais rarement celui qui l'a précédé vers la sortie. Hommage donc à Javier Zarco, victime à 241 restants du plus classique des classic flips : deux Dames contre As-Roi.

EPT Paris
Le sauvetage d'Orpen Kisacikoglu vaut son pesant de cacahouètes : all-in avec AQ, il fait face à KK qui trouve un troisième Roi dès le flop. Qu'à cela ne tienne : le croupier retourne quatre piques lui permettant de rester en vie. Un coup de pot d'une valeur inestimable !

Adrian Mateos
Possédant le plus gros stack de la table télé, Adrian Mateos a franchi la bulle avec le pilote automatique enclenché. Relance, relance, relance... Il est facile ce jeu, en fait !

C'est tout Idir

- 22 février 2023 - Par Rootsah

Main Event 5 300 € (Day 2)

Idir
Idir Haiche : un nom qui vous dit forcément quelque chose si vous suivez un tant soit peu l'actualité du poker parisien. Surtout ces derniers temps, car notre reg des clubs de jeux enchaine les belles perfs. Une victoire sur le High Roller du WPT Prime pour 103 000 €, une 16e place sur le Main Event de ce même WPT Prime, ou encore la 8e place du FPO Paris, pour déjà six places payées répertoriées en 2023 : pas mal, non ? Et sur ce festival, Idir confie avoir réussi 100 % de places payées pour le moment, avec une 100e place pour le Main Event FPS pour 3 460 €, et une 35e place sur le FPS High Roller, pour 6 750 €.

Pour aborder la bulle, Ie Français dispose d'une vingtaine de blindes. "Faut que ça tienne, nous expliquait-il avant le dinner-break. Mais c'est ma vitesse de croisière !" Idir était mieux loti bien auparavant, mais a perdu le coup suivant en bataille de blindes : la SB relance pour 2 big blinds, et Idir complète en BB avec Q-10. Sur le flop Q-2-2, il paye une mise pour un tiers du pot. Sur le turn, la SB check, Idir bet, mais s'entend annoncer tapis pour 80 000. "C'est très compliqué de passer ici", explique Idir, qui couvre son adversaire et s'aligne donc pour se voir montrer K-Q. "Maintenant, on bricole," conclut le reg parisien, à la recherche d'une première place payée sur un Main Event EPT. Il n'en a peut-être jamais été aussi proche...

À noter qu'Alexandre Reard a également doublé peu avant le dinner-break, en remontant à près de 100 000 jetons avec Q-Q contre Q-J, et laissant Karim Lehoussine crippled.

Kassouf
Sonny Franco a en revanche été éliminé, tout comme Hossein Ensan, Stephen Song, Hugo Pingray, Eoghan O'Dea, Walter Treccarichi, Will Kassouf (photo) et Kévin Abecassis.

Tableau de bord
Il reste 247 joueurs sur 1 606 entrées (239 places payées)
64 minutes à jouer au level 15 (blindes 2 000/4 000 BB Ante 4 000)
Moyenne : 195 854

Ils ne craignent pas la bulle

- 22 février 2023 - Par Benjo DiMeo

Main Event 5 300 € (Day 2)

On vous montre les cinq plus gros tapis repérés au tout début du Level 14 (1 500 / 3 000, ante 3 000)

David Tous
Installé aux côtés de Bruno Fitoussi, l'Espagnol David Tous (560 000) est en passe de signer son premier ITM sur un Main Event.

Rostyslav Sabishchenko
Rostyslav Sabishchenko nous vient d'Ukraine : son palmarès en live reste à constuire. Et si sa première vraie grosse perf' était prévue à Paris ? Avec ses 560 000 à 280 joueurs restants, il tient le bon bout.

Teun Meulder
Vainqueur du premier High Roller du festival, le hollandais Teun Meulder était déjà chip-leader au Day 2. Six heures plus tard, on le recroise avec 520 000.

Lianmin Bai
Lianmin Bai (490 000) affiche le drapeau de Hong-Kong sur son palmarès, mais 100 % de ses résultats live ont été signés à Paris. Le plus récent ? Une troisième place à 100K euros sur l'étape WPT DeepStacks organisée par le Club Pierre Charron juste avant le Covid, en février 2020.

Ruslan Volkov
Un autre Ukrainien dans le Top 5, avec 505 000 : Ruslan Volkov. Il est tout à droite sur cette photo que Caroline Darcourt trouve super car "on voit qu'il y a du monde". C'est pas faux, Caro.

De la Million Week au Main Event EPT

- 22 février 2023 - Par Rootsah

Main Event 5 300 € (Day 2)

Latinois
120 445 € : c'est la somme qu'a gagné Malo Latinois la semaine dernière en remportant la Million Week sur Winamax. Assis aux tables de cet EPT, "MysteryMalsy" nous confie avoir vécu un tournoi de rêve : "J'étais chipleader au Day 1, au Day 2, au Day 3... J'ai run comme Jésus. A la fin du Day 2, j'avais deux fois plus que le deuxième ! Au Day 3, je n'ai jamais quitté le top 20. Et en finale, j'ai gagné un coup avec deux Dames contre deux Valets à trois joueurs restants..." Alors le Parisien, après ce premier gros résultat d'envergure sur notre site, a décidé de battre de fer tant qu'il est chaud et de se faire kiffer en se payant un premier EPT : "Je voulais le faire, mais c'était trop cher pour moi. En finale de la Million Week, j'ai fait comme si le prizepool contenait un ticket à 5 300 €..." Pourtant, Malo n'est pas ce qu'on peut appeler un joueur très expérimenté. "J'ai découvert le poker il y a trois ans, en jouant des parties à 2 € dans les chambres d'étudiant de mon école d'ingé. Je n'ai pas lâché depuis. J'ai regardé des vidéos, et j'ai quitté mon taff il y a un an pour me mettre sérieusement au poker." Depuis, le joueur de 26 ans a disputé quelques tournois live à 500 €, mais ne compte pas trop brûler les étapes : "Vegas ? Je n'ai pas la bankroll, et je préfère me faire coacher et progresser encore avant d'y aller." En attendant, on le retrouvera certainement aux tables du WiPT la semaine prochaine...

Teffaud
Matthieu Teffaud, lui, ne joue non plus jamais d'EPT en temps normal. En fait, il ne joue des gros tournois que s'il se qualifie, ce qu'il avait réussi en gagnant le championnat Red Cactus (une compétition de poker gratuite jouée dans les bars) en 2021, et un package pour le Main Event des WSOP 2022 (il n'avait pas atteint les places payées). Il nous explique qu'il a donc remporté une autre compétition gratuite pour se retrouver ici ! "J'ai gagné les deux plus gros packages de l'année, pour un montant de 20 000 €, explique le membre de la Team Maisons-Laffitte. Là, j'ai une grosse enveloppe pour les frais, alors que le RER me coûte 4 €..." Sinon, Matthieu confie avoir joué sur des tables de cash game en 2/4 €, et se débrouille très bien sur cet EPT, alors que l'on s'approche de la bulle (239 ITM), grâce notamment à un carré de 8 : il pointe au-dessus de l'average. En tout cas, Matthieu vit à fond le moment : "Je me régale. Hier, il y avait six pros à ma table, dont Nicolas Vayssières, que j'avais déjà joué au Main Event WSOP. Je prends des photos... Là, il y a le champion du monde 2019 Hossein Ensan à ma table ! " Sans oublier Dzmitry Urbanovich... En tout cas, pas question pour Matthieu de changer ses habitudes, même en cas de place payée : "Il y a la grande finale Red Cactus en mars. Je ne retournerai à Vegas que si je la gagne..."

Manzone
Vegas et le Main Event, Maxime Manzone les découvrira lui à coup sûr cet été, en tant que Team Pro Winamax. En attendant, le Top Shark 2023 prend de l'expérience et fait progressivement grimper son tapis : après avoir démarré le Day avec 89 000, il est assis derrière 150 000 jetons. "Mais je suis descendu à 45 000 en début de journée, nuance le Cannois. "J'ai survécu avec quelques resteals, puis j'ai gagné un grop coup pour doubler. Je relance avec 8-6 suité au cut-off, et le bouton et la big blind défendent. Sur le flop 9-7-2 avec un flush draw, on check tous, et la BB mise 4 000 sur le turn 4 qui ouvre un second flush draw. La river est un 10, et il open-shove en overbet pour 40 000 ! Je snap avec ma quinte, il montre deux paires..." De quoi remettre Jokeezy06 en selle, lui qui était fatigué hier soir mais confie avoir dormi le plus tard possible ce matin. Et il faudra être en forme à cette table qu'il qualifie de "dure", même si on ne reconnait personne à part le Français Jeremy Marciano. Voilà en tout cas une bonne préparation pour ses premiers WSOP dans quelques mois.

Vieira
En revanche, on le savait déjà, s'en est fini pour son coéquipier Joao Vieira dans ce Main Event, tout comme pour Eric Sfez : "J'ai perdu 66 contre deux Rois, puis la main suivante deux As contre deux Valets, qui finissent en quinte..." Eric hésitait à buy-in le Mystery Bounty à 3 000 €. Parmi les derniers bustos, on retrouve également Marle Cordeiro, Juan Pardo (photo), Steven Warburton, Parker Talbot, Alexandru Papazian, Jimmy Armougom, Mihails Morozovs, Boris Kolev, Jules Dickerson, Nasrodin Pirmamod, Ekrem Sanioglu, Serge Chechin ou encore Benny Kneepkens.

Pardo

Tableau de bord
Il reste 302 joueurs sur 1 606 entrées
6 minutes à jouer au level 14 (blindes 1 000/2 500 BB Ante 2 500)
Moyenne : 159 536