Winamax
Main Event :12345Finale
Side Events :100KAutres
Affichage : Plus ancienPlus récent

La preuve par neuf

- 17 août 2022 - Par Benjo DiMeo

Main Event EPT 5 300 € (Fin du Day 1B)

Team Winamax Day 1B EPT Barcelone
Le deuxième Day 1 du Team fut plus ou moins aussi satisfaisant que le premier. Certes, les sacs de chacun sont peut-être un peu moins gonflés qu'hier, mais au sortir de dix heures de poker, les mines étaient souriantes (si ce n'est un poil fatiguées) au moment de poser pour la photo finish. Dessus, ils sont quatre à poser. Demain, à l'heure du rassemblement des survivants des Day 1A et 1B, ils seront neuf à reprendre le combat.

Honneur au premier arrivé : Alex Romero était assis à table à midi pétantes, à temps pour disputer la toute première orbite de la jorunée. "J'ai commencé par gagner plein de petits coups, j'avais 45 000 après deux niveaux. Après, j'élimine un joueur récréatif en trois coups. Il ne m'a pas cru à chaque fois, il a payé, payé, payé..." Derrière, petite période de creux que le Top Shark espagnol a su encaisser avec son stack de 75 000. "Juste avant la pause-dîner, je double mon tapis, j'élimine un joueur au passage. Et je termine la journée avec un bluff qui ne passe pas." Bilan comptable : 42 500. Un poil plus que le stack de départ, donc, et 27 blindes pour entamer le Day 2.

Davidi Kitai, lui, se veut plus lapidaire dans son résumé et refuse la fausse modestie : "Journée très dure... mais j'ai bien joué et je n'ai pas fait d'erreur, c'est le principal." Notre Belge préféré aurait-il emballé plus de 36 000 s'il avait fait tout l'inverse ? On ne le saura jamais car ce n'est pas dans les habitudes de Davidi de faire n'importe quoi sur un Main Event EPT.

"À mon plus bas, j'avais 23 000, au plus haut 51 000." Entre les deux : un stack finale de 38 000, à peine aussi de la cave initiale, donc. Compréhensible, donc, que François Pirault peine à nous détailler des spots intéressants au terme du Day 1B. "Je sais pas trop... J'ai failli bust, j'ai chatté une fois... Puis j'ai passé un bluff, heureusement car j'étais à tapis couvert. Sinon, pas grand chose. C'était une chouette table." C'est déjà pas mal !

38 000, 36 000, 42 500... Aucun W qui décolle aujourd'hui ? Heureusement, on peut compter sur Gaëlle, qui sera au Day 2 avec 138 000. La chose n'était pourtant pas gagnée d'avance.  "C'était horrible toute la journée : j'était tout le temps à 20 blindes !" Puis, le déclic en fin de journée. "Je me suis mis à jouer tous les coups, et à tous les gagner." Des tapis préflop dans tous les sens ? Même pas ! Gaëlle nous a sorti un hero call tout à fait succulent : "As-10. J'ai envoyé deux barrels avec le flush draw max... Sur la rivière, je
check/call
." ça gagne !

Gaëlle, Davidi, François et Alex rejoindront demain Adrian Mateos, Loïc Debregeas, Mustapha Kanit, Leo Margets et Guillaume Diaz, déjà qualifiés à l'issue du Day 1A. En revanche, Romain Lewis, Joao Vieira et Patrick Bruel vont partir en quête d'un tournoi de consolation. Pourquoi pas le Highroller à 10 000 euros, toujours très populaire en seconde partie des EPT ? Mais il ne débutera que vendredi.

C'est officiel : le plus gros EPT de l'histoire est en cours

Port Olimpic
Avec 2 234 inscriptions déjà enregistrées (le chiffre gonflera encore un peu demain matin avec l'arrivée des derniers retardataires), le record d'affluence sur un Main Event de l'European Poker Tour est ex-plo-sé. Dans les grandes largeurs. Le précédent record datait de 2019, toujours à Barcelone (la capitale catalane a toujours été le théâtre des plus beaux rassemblements de l'EPT), mais les 1 988 joueurs enregistrés cette année-là pâlissent désormais en comparaison des salles combles qui font nous face depuis deux jours. Le poker d'après le Covid, c'est plus que jamais une affaire qui roule.

Chip-counts finaux

Vincent Mozgawa          259 500
Alexandre Landron          215 000
Kamel Atoui          210 000
Arthur Thiriat          172 500
Hamed Sedini          167 000
Julien Sitbon          163 000
Thibault Letort          149 000
Kalidou Sow          148 000
Idir Haiche          148 000
Philippe Narboni          139 000
Gaelle Baumann (Team W)         138 000
Memeche Slimane          138 000
Stephane Gabarre          133 000
Tzur Levy          111 500
Cyril Bremond          107 500
Steve Savio          106 000
Erwann Pecheux          103 500
Sam Benoliel          102 000
Vincent Cavailles          100 000
Samir Benabdelaziz            99 000
Johan Martinet            98 500
Nathan Tetart            98 000
Mahmoud Ait Benour            89 300
Ulysse Harry            84 500
Antonin Teisseire            84 000
Jerome Zerbib            78 500
Alexandre Amiel            77 500
Yehoram Houri            75 000
Lorenzo Lavis            74 500
Anthony Monin            73 500
Cyril Mazet            66 500
Mesbah Guerfi            65 000
Hakim Hadj            62 500
Jonathan Therme            59 500
Emmanuel Rouvet            59 500
Rachid Chaouki            58 500
Nils Mazeaud            58 000
Romain Piraux            55 000
Hugues Mazerolle            54 500
Aissa Amari            53 500
Arnaud Enselme            53 500
Alexandre Reard            49 000
Lois Dufouleur            49 000
Pascal Aznar            47 500
Alejandro Romero   (Espagne, Team W)         43 500
Fabrice Maltez            41 500
Francois Pirault    (Team W)        38 000
Davidi Kitai    (Belgique, Team W)        36 000

Eric Geraume            35 500
Naim Amri            20 000
Maxime Colom            19 000
Mathieu Goncalves            15 500
Mohamed Azzahti            11 000

Décollage réussi pour le Team

- 16 août 2022 - Par Benjo DiMeo

Main Event EPT 5 300 € (Fin du Day 1A)

Team Winamax Day 1A EPT Barcelone
"Good stacks". L'appréciation de Joao Vieira - qui attend encore son heure sur ce Main Event de l'EPT Barcelone - est succinte, mais il n'y a pas besoin d'en dire plus : le Team Winamax est bien rentré dans son match. 8 joueurs sur la feuille de match, pour 5 qui iront au Day 2 alors que l'on a perdu 70% des 749 partants du jour. Un Adrian Mateos plus que jamais en forme, tentant de prouver qu'on peut être prophète en son pays. Des Guillaume Diaz et Mustapha Kanit au-dessus de la moyenne. Une Leo Margets dans le vert. Et un Top Shark - Loïc Debregreas, le dernier d'entre eux - dont le tapis n'a pas progressé mais ses espoirs, eux, restent intacts, et c'est bien l'essentiel.

Mardi, le Day 1B verra l'entrée d'une salve de pros W supplémentaires (Davidi, On_The_Road, Joao...) accompagnés des éliminés du jour acceptant l'unique re-entry proposé à tous les joueurs : Patrick Bruel, Romain Lewis et (peut-être) Gaëlle Baumann. Pendant ce temps, les joueurs ci-dessous profiteront d'une journée de pause (ou d'un des tournois "one day" au programme demain). On compte 28 français parmi les 227 qualifiés à l'issue du Day 1A. Deux d'entre eux se partagent le chip-lead !

Anthony Cierco (France) 322 000
Youness Ait Hssain (France) 297 000
Jack Salter (UK) 282 500
Dimitri Joubert (France) 199 000
Adrian Mateos (Espagne, Team Winamax) 197 000
Selim Oulmekki (France) 193 000
Alexandre Vuilleumier (France) 167 000
Alejandro Lococo (Argentine) 165 000
Julien Martini (France) 148 000
Christophe Malaurie (France) 140 500
Eric Bensimhon (France) 136 000
Guillaume Diaz (France, Team Winamax) 135 000
Imad Derwiche (France) 115 000
Kitty Kuo (Taiwan) 115 000
Antoine Labat (France) 114 500
Mustapha Kanit (Italie, Team Winamax) 112 500
Ramon Colillas (Espagne) 93 500
Kenny Hallaert (Belgique) 89 500
Leo Margets (Espagne, Team Winamax) 89 000
Yannick Cardot (France) 89 000
Sam Greenwood (Canada) 79 500
Alain Kac (France) 78 000
Mikael Ecanvil (France) 77 500
Sofia Lovgren (Suède) 77 500
Christian Grundtvig (Danemark) 75 000
Johan Guilbert (France) 74 000
Juha Helppi (Finlande) 72 500
Elvis Velliama (France) 70 000
Gabriel Rymland (France) 67 000
Yaman Nakdali (Espagne) 66 000
Paul Tedeschi (France) 62 000
Axel Hallay (France) 61 500
Silma Macalou (France) 57 000
Thomas Hueber (Autriche) 57 000
Jacques Der Megreditchian (France) 57 000
Teddy Rousset Cyrille (France) 53 500
Faraz Jaka (USA) 51 500
Felipe Ramos (Brésil) 49 000
Virgile Turchi (France)  48 500
Benjamin Pollak (France)  46 500
Loic Debregeas (France, Team Winamax) 43 500
Ana Marquez (Espagne) 40 000
Rachid El Yaacoubi (France) 40 000
Thi Nguyen (France) 36 000
Igor D'Ursel (France) 30 500
Quentin Guivarch (France) 17 000

Day 1A : 749 inscrits, re-entries inclus
227 survivants (30 % du field)
Tapis moyen : 99 000
Le classement complet

 

Il n'en manquait plus qu'un

- 15 août 2022 - Par Benjo DiMeo

Après quatre ans loin des tables, Patrick Bruel est de retour sur le circuit professionnel du poker
Main Event EPT 5 300 € (Day 1A)


Des mois qu'on le constate, des mois qu'on l'écrit, des mois que vous le voyez de vos propres yeux : c'est un fait, le poker live est de retour. Et si ce n'est pour quelques contrariétés passagères qui nous semblent aujourd'hui bien timides comparées à ce qu'on a vécu en 2020, le Covid semble désormais bien loin. Mais il nous manquait encore une personne, une seule, pour avoir tout à fait l'impression d'être tout à fait revenu à une situation normale. Cette personne, elle est parmi nous aujourd'hui.

Patrick Bruel
Patrick Bruel ! Cela faisait longtemps. Combien de temps, d'ailleurs ? Trois ans ? Quatre ans ? Oui, quatre, si l'on en croit sa fiche de résultats Hendon Mob : en 2018, on avait assisté à deux deep run du boss du Team Winamax, l'un ici même à Barcelone (37e du Party Poker Millions à 10K l'entrée) puis à Vegas (38e du 5K 6-max). Derrière, Patoche s'est démultiplié en une infinité de projets qui l'ont tenu loin des tables. Les tournées bien sûr, en solo ou avec ses zicos, son huile d'olive made in Vaucluse qui n'en finit pas de gagner en popularité, et plus récemment le vin rosé, concocté lui aussi du côté de l'Isle-sur-la-Sorge. Puis derrière, il y a eu ce fichu virus. Heureusement, les pires choses ont une fin, elles aussi.

"J'avais très envie d'aller à Vegas cet été", nous lâche Patrick entre deux coups. "Mais j'avais des concerts le 2, le 4, le 5, le 7 juillet...." Effectivement, avec un tel agenda, le Day 1 du Big One était hors de portée. C'est donc pour l'EPT Barcelone, celui dont il avait atteint la finale en 2007, que P14B retâte du jeton, et constate que pas grand-chose n'a changé depuis son dernier tour de cartes. Une salle pleine de joueurs, un prize-pool affolant, des tas de visages familiers et... des coups joués très agressivement. Témoin cette défense de blindes de Patrick avec K7 face à un pro anglais que j'ai déjà vu en finale d'un EPT mais dont le nom m'échappe à cet instant. Patrick trouve un intéressant flop 1093 et check/call un c-bet. Le turn 6 lui offre des possibilités supplémentaires et, s'il va checker une nouvelle fois, ça sera pour mieux check/raise à 16 500 après le deuxième barrel adverse. En face, le joueur n'a que 300 à ajouter pour être all-in. "J'ai peut-être fait une connerie", me glisse Patrick en complétant la menue somme. Dans les faits, son double tirage n'est pas si mal face au brelan de 9 de son vis-à-vis, mais la rivière est un 2 rouge qui le fait tomber à 16 000, la moitié du stack de départ. "Bon, on va resserrer" sourit Patrick, ajoutant que si d'aventure il devait re-entry, alors ce serait demain, pour le Day 1B.

D'autres visages du Day 1A

Day 1A
À trois heures de la fin de la journée, le compteur mural affichait un chiffre de 744 inscrits. L'affluence du Day 1A du dernier EPT Barcelone en date (726 joueurs il y a trois ans) est donc déjà dépassée, alors que les inscriptions et re-entries restent possibles jusqu'à la fin de la journée. Battre le record établi lors de l'édition 2019 (un moins de 2 000 joueurs) ne devrait donc pas être très difficile. Arrêtons-nous un instant sur quelques visages de ce (gros) Day 1A...

Adrian Mateos
Après son élimination du Super High Roller à 100K (ses 20 BB rapatriées depuis le Day 1 n'ont hélas pas tenu longtemps), on a retrouvé Adrian Mateos au fond de la salle, aux côtés d'un autre vainqueur EPT, Dominik Panka. Relances, 3-bets, 4-bets all-in : l'action était soutenue. Loin de s'en plaindre, Gilbert Diaz appréciait le spectacle depuis le siège 1 de cette table. "J'aime bien !" La table a été cassée depuis.

Leo Margets
Quelques jours après sa finale sur la Trilogy à 50 €, Leo Margets profite du tout premier EPT joué dans son jardin depuis 2019.

Mustapha Kanit
Mustapha Kanit est inhabituellement calme en ce milieu de Day 1A. Faites-nous confiance : cela ne va pas durer.

Ana Marquez
Petit scoop : nous allons très bientôt tourner la saison 2 des Winamax Live Sessions espagnoles. Youpi ! Autre scoop, mais moins réjouissant celui-là : Ana Marquez n'en fera pas partie. Ayant récemment signé un contrat avec une salle online américaine, la joueuse de Malaga n'a plus la possibilité de participer à une opération de promo organisée par un autre opérateur.

Yaman Nakdali
Aucun souci en revanche du côté de Yaman Nakdali : le MVP incontestable de la saison 1 va rempiler pour notre plus grand plaisir. On bouillonne déjà à l'idée de retrouver ses relances poignée et ses pots à cinq chiffres joués avec une hauteur.

Papo MC
Comment ne pas espérer un nouveau deep run de Alejandro "Papo MC" Lococo ? Le rappeur argentin est l'un des joueurs de poker les plus généreux qui soient, nous ayant offert presque à lui tout seul la moitié des moments les plus cultes des deux derniers Main Event des WSOP. Rappel du pedigree du bonhomme : 7e puis 39e devant 15 000 joueurs combinés, une sacrée performance pour un amateur, aussi éclairé soit-il.

Romain Lewis / Antoine abat
Il y a deux jours, le Brentford FC si cher à Romain Lewis collait 4 buts à Manchester United. Une magnifique branlée savourée en direct depuis les tribunes par le Franco-Anglais, mais qui n'a pas galvanisé sa performance sur le Day 1A : éliminé en milieu de journée, Romain utilisera le re-entry proposé aux joueurs demain, pour le Day 1B. Pendant ce temps, son éphémère voisin de table Antoine Labat est toujours bien en place.

Lucia Navarro
Une autre régionale de l'étape : Lucia Navarro, que l'on retrouve chez elle un mois après son beau deep-run sur le Main Event des WSOP (241e).

Guillaume Diaz
Des 8 joueurs du Team Winamax croisés aujourd'hui (d'autres feront leur apparition demain), Guillaume Diaz semble être le plus en forme à l'approche de la dernière ligne droite du Day 1A. "Un petit fou à ma droite m'a fait une belle livraison, en deux fois", explique le volatile. Dans le détail, cela donne un Dame-10 avec lequel Guillaume défend sa petite blinde face à ce joueur loco au bouton. "Flop Roi-Valet-9, il y a la BB aussi, on check, le bouton envoie le pot, je call. Turn 4 qui ouvre un tirage couleur. Je check encore, tapis du bouton. Il avait As-3 avec le tirage couleur. Bon, on peut pas vraiment le blâmer..." Le coup suivant est encore plus simple : "Toujours au bouton, il relance avec As-Valet. Il a 30 blindes, il ouvre 4x. De SB je mets 12 BB avec deux Dames, la BB fait tapis, le bouton aussi." Un coup à tapis préflop qui se termine cinq cartes plus tard par deux "seat open !".