masquer le menu

Romain Lewis : 'C'est la folie'

- 28 août 2019 - Par Gregos

Romain Lewis se confie après une nouvelle performance de choix
Victoire sur l'Event #29 (NL Hold'em 2 150 €)


Romain Lewis

"C'est la folie. C'est un enchaînement de très bon résultats, qui suit une période de neuf ou dix mois plutôt difficile". Discrètement, le Bordelais s'est adjugé l'un des tournois secondaires du festival. Mais pas n'importe lequel : un Hyber Turbo (2150 €) ayant enregistré 185 inscriptions, dont 32 re-entries.

Si ce side event paraît secondaire au premier abord, le nouveau pique arraché par le Franco-britannique se veut particulièrement savoureux. Puisque "rLewis" réalise ici un fort appréciable back-to-back après son triomphe à l'EPT Monaco... sur un event identique. Même prix, même format, mais un gain un poil plus excitant : 79 500 euros, au nez et à la barbe de l'Australien Samuel Higgs, runner-up du French National Championship (1 100 €) à l'occasion de l'étape monégasque, en mai dernier. 

Trois autres français ont rallié les places playées : Raoul Setrouk (7e, 13 420 €), Arnaud Enselme (22e, 3950 €) et Pierre Katerji (25e, 3590 €).

NL Hold'em 2150 € - 27 ITM

Vainqueur : Romain Lewis (France) 79 500 €
Runner-up : Samuel David Higgs (Australie) 53 660 €
3e : Mario Llapi (Italie) 36 900 €
4e : Sylvain Naets (Belgique) 30 110 €
5e : Michel Dattani (Portugal) 24 010 €
6e : Arron Woodcock (Royaume-Uni) 18 450 €
7e : Raoul Setrouk (France) 13 420 €
8e : Ken Okada (Japon) 9 730 €
9e : Chaofei Wang (Chine) 8 040 €

Romain Lewis victoire
Décidément en forme sur le circuit professionnel au cours des derniers mois, Romain a enchaîné les résultats aussi bien lors des WSOP de Las Vegas que le partypoker MILLIONS de Rozvadov. Sans oublier, donc, ce trophée fraîchement glâné à Barcelone. On fait le point sur un été bien chargé.

Salut Romain ! Après ta 60e place sur le Main Event des WSOP et ta 3e place au Partypoker MILLIONS Europe de Rozvadov, te voilà vainqueur d’un nouveau side event d’European Poker Tour. Quelle période incroyable !

C'est la folie. C'est un enchaînement de très bons résultats, qui suit une période de neuf ou dix mois plutôt difficile. C’est parfois inexplicable, et souvent plus facile de sortir son meilleur jeu lorsque ça se passe bien. On le voit très souvent sur les High Roller, où les mêmes reviennent pendant un moment, avant de disparaître quelque temps. Le jeu est comme ça. Et quand ça se passe bien, c’est parfait. 

Pourrais-tu nous résumer ton tournoi d’hier soir ? 

On a débuté à 20 000 : pendant 1h30, nous avons été profonds. J’ai doublé à 40 000, avant de me maintenir jusqu’à l’après-bulle. La bulle a duré une main, mais j’étais bien : j’ai gagné un 60/40 juste avant. Puis mon stack a stagné jusqu’en table finale, où j’ai débuté neuvième sur les neuf derniers joueurs restants. Je devais avoir cinq blindes. Mais avec la pression de l’ICM, les joueurs ne font pas de call trop loose. On a donc de la fold equity

En faisant tapis à plusieurs reprises, j’ai pu remonter à un stack moyen. Arrivé à trois joueurs restants, j’ai doublé en bataille de blindes. Puis j’ai limpé deux Rois au bouton, avant de payer le tapis de la grosse blinde qui possédait As-7. Ça a tenu. J’étais ensuite favori pour le pique. 

Quelle sensation procure un back-to-back après avoir remporté le même tournoi à Monaco il y a seulement quelques mois ? Une petite pointe de fierté ? 

Pas spécialement, dans le sens où c’est un tournoi hyper turbo qui complète les programmes. Mais il me fait plaisir car je n’ai pas beaucoup de victoires sur le circuit.

Romain Lewis Interview
Comment as-tu vécu ton deeprun à Rozvadov, ponctué par le plus gros gain de ta carrière (428 000 €) ? 

Je suis arrivé avec une vingtaine de blindes au Day 3, et n’ai pas joué pendant plusieurs heures, car drawing dead. Je suis descendu à 12 blindes à 40 left, où j'ai fait tapis avec 89, payé par deux rois : je touche une quinte runner-runner. A partir de ce moment-là, je suis remonté à 20 blindes, avant de traverser un beau run. J’ai notamment craqué les As de ce même joueur avec une paire de Huit : huit river ! 

Arrivé à 17 left, j'ai disputé un coin-flip très important pour tutoyer les 45 blindes. Les niveaux de jeu lors de la table étaient globalement hétéroclytes, avec des grandes différences entre plusieurs meilleurs joueurs du monde et certains locaux. La stratégie adoptée a été d’éviter les joueurs les plus dangereux. Puis ça s’est bien goupiller. Je suis super content. 

Sans vouloir remuer le couteau dans la plaie, comment, en tant que joueur professionnel, vis-tu le fait d’être passé à quelques encablures du million d’euros, un gain symbolique ? 

C'était inespéré, je considère donc ma place comme une véritable victoire, vu que c’est tout de même ma plus grande performance. Mais si l’on compare au Main Event des WSOP, ça fait beaucoup plus mal. Je pensais avoir plus de chance de gagner un million sur le Main Event, notamment au Day 6. A Rozvadov, il n’y avait qu’une seule et unique place à un million : c’est toujours cool de se battre pour ça, mais je vois mon deeprun comme une victoire. 

Une telle somme glanée sur le circuit laisse-t-elle présager des futures participations à des tournois High Roller à 25 000 ou 50 000 € ? 

Ce sont des tournois à part, pour lesquels il faut se préparer énormément avant de les jouer. Cela fait appel à des investissements relativement gros. Je me vois bien participer à ce type d’événement à l’avenir. Mais avant ça, il faut que je sente que je puisse battre les meilleurs joueurs. J’espère que ça se fera en 2020. 

Un jour, un High-Roller

- 27 août 2019 - Par Rootsah

Nouvelle chance pour Joao Vieira et Adrian Mateos Diaz
Highroller Single Day 50 000 €


Des tournois Highrollers, il y en a tous les jours ou presque. Le programme de ce mardi pour les gambleurs bien rollés ? Le HR Single Day à 50 000 € de buy-ins et re-entries illimités, qui a débuté à 12h30 dans la salle annexe. La structure ? 100 000 jetons de départ, des niveaux de 30 minutes, et des inscriptions (ou re-entries) autorisées jusqu'à la fin du level 8, soit quatre heures de jeu. Un tournoi qui sourit particulièrement aux joueurs français, puisque Benjamin Pollak l'avait emporté l'an passé, devant Jean-Noël Thorel, empochant pas loin d'un millions d'euros :

Place Joueur Prix
1 Benjamin Pollak (FRA) 979.000 €
2 Jean-Noel Thorel (FRA) 703.000 €
3 Alex Foxen (USA) 456.900 €
4 Ryan Riess (USA) 344.700 €
5 Mikalai Vaskaboinikau (BIE) 267.800 €
6 Seth Davies (USA) 207.500 €
7 Jack Salter (UK) 164.000 €
8 Jan-Eric Schwippert (ALL) 127.200 €
9 Matthias Eibinger (AUT) 97.090 €

Joao Vieira 7
Evidemment, les deux larrons ont remis le couvert cet été, mais Ben a déjà été éliminé. En revanche, Jean-Noël espère rééditer sa performance de l'an passé, et joue à la gauche du Team Pro Winamax Joao Vieira. On imagine que les deux joueurs, qui n'ont pas atteint les places payées sur le Super Highroller à 100 000 €, comptent se rattraper sur le second tournoi le plus cher de ce festival. Pour rappel, Joao s'est bien échauffé après sa finale sur le 25 000 € Single Day hier... Le Portugais pointait à 200 000 aux blindes 2 500/5 000 BB Ante 5 000.

Adrian Mateos 5
En revanche, Adrian Mateos Diaz, qui avait déjà buy-in le 100 000 € deux fois sans succès, n'a pas fait long feu, déjà ejecté par Chris Hunichen au bout de deux grosses heures de jeu, sur un coinflip. Décidément, la pièce ne tombe pas souvent du bon côté pour l'Espagnol cette année... Pour l'instant, on ne l'a pas vu passer à la caisse pour re-entry. Tout l'inverse de Bryn Kenney, qui est allé directement au cashier remettre un billet de 50 000 € dans ce tournoi après son premier bust.

Linus-Carrel
Linus Loeliger (à gauche) jouait aux côtés de Charlie Carrel. Considéré comme l'un des derniers petits génie du poker mondial, celui qui terrorise les tables online sous le pseudo de "LLinusLLove" se plaçait déjà dans les gros tapis du tournoi. On l'a cependant vu rater un gros bluff contre Cary Katz, perdant une bonne partie de ses jetons... Le Suisse a ensuite été éliminé peu avant la clôture des inscriptions en même temps que son voisin de table.

Oshiro O'Dwyer Adams
Gakuto Oshiro, à la droite de Steve O'Dwyer et Timothy Adams, aime décidément se frotter aux meilleurs joueurs du monde

Les autres grinders de buy-ins à cinq chiffres n'ont pas manqué ce tournoi, et parmi les 40 joueurs encore en course on notait les présences de Daniel Dvoress, Mike Watson, Ali Imsirovic, David Peters, Michael Soyza Mike, Watson, mais aussi des deux Espagnols titrés hier à Barcelone (photo ci-dessous), Juan Pardo (sur le 25k) et Sergi Reixach (sur le 100k). Au moment où nous écrivons ces lignes, l'épreuve avait enregistré 68 entrées (dont 16 re-entries).

Reixach Pardo
Du côté des ballas sortis prématurément, on recense Kristen Bicknell, son compagnon Alex Foxen, Michael Addamo (qui a re-entry), Seth Davis ou encore Sam Greenwood (qui a re-entry).

Joao commence par une finale

- 27 août 2019 - Par Rootsah

Le Portugais termine 8e pour 63 870 €, Juan Pardo s'empare du titre
Highroller 25 000 € Single Day

Joao Vieira 6
Depuis quelques années maintenant, Joao Vieira n'hésite plus à buy-in un maximum de tournois Highrollers pour tenter de ramasser de gros billets le rapidement possible. Après avoir tenté sa chance sans succès dans le Super Highroller à 100 000 € dimanhce, Joao est reparti au combat le lendemain sur le Highroller Single Day à 25 000 €. Et alors que nous l'avions observé prendre un excellent départ en début de journée, "Naza114" est parvenu à emmener son tapis jusqu'en table finale, dans un tournoi où les niveaux étaient réduits à 30 minutes : le Portugais termine finalement 8e pour un gain de 63 870 €.

Runner-up du Highroller du WPT Barcelone en mars dernier et déjà 6e d'un HR à 25 000 € lors de l'EPT Barça 2018 pour un gain de 76 020 € (sans oublier quelques places payées sur des Highrollers EPT à 10 000 € en Catalogne), Joao continue à truster les places d'honneur au Casino Barcelona. En attendant un futur titre ? En tout cas, après ce premier résultat barcelonais depuis son arrivée il y a quelques jours, le voilà fin prêt pour faire son entrée dans le Main Event ce mardi.

Pardo Juan
Pour conclure, ce 25k est finalement revenu à un joueur espagnol, en la personne de Juan Pardo, un autre habitué des épreuves à gros buy-ins. On se souvient que "MalakaStyle" avait notamment terminé second du Highroller partypoker MILLIONS à 25 000 € derrière Davidi Kitai en avril 2018... Juan encaisse 491 600 € pour sa victoire sur un field de 70 entrées (dont 26 re-entries, et qui a généré un prizepool de 1 680 700 €), ce qui constitue le plus gros gain de sa carrière.

Piqué Pardo
En heads up, "MalakaStyle" est venu à bout du footballeur du FC Barcelone Gérard Piqué, venu avec son coéquipier Arturo Vidal, qui termine 5e du tournoi pour sa première ligne Hendon Mob ! Deux footballeurs professionnels en activité, et pas n'importe lesquels, présents en finale d'un Highroller EPT : voilà un casting détonnant ! Mine de rien, Gérard Piqué signe sa 5e place payée sur des tournois de l'EPT Barcelone depuis 2011.

Vidal Arturo 5Il y a fort à parier qu'on reverra bientôt Arturo Vidal aux tables du casino Barcelona...

Place Joueur Pays Prix
1 Juan Pardo Espagne 491.600 €
2 Gerard Piqué Espagne 352.950 €
3 Michael Addamo Australie 229.420 €
4 Hirokazu Kobayashi Japon 173.110 €
5 Arturo Vidal Chili 134.460 €
6 Kazahiko Yotsushika Japon 104.200 €
7 Ramin Hajiyev Azerbaïdjan 82.350 €
8 Joao Vieira (Team Winamax) Portugal 63.870 €
9 Mike Watson Canada 48.740 €

La carte Seniors ne passe pas

- 25 août 2019 - Par Rootsah

Trois Français en finale, aucun sur le podium
Seniors Event 1 100 €

Boutaleb-Fontaine
Djamal Boutaleb jouait à la droite de Jean-René Fontaine en table finale

Pendant que les Français se faisaient éliminer les uns après les autres samedi dans l'EPT National, un autre tournoi joué quelques tables plus loin se passait beaucoup mieux pour le clan français : le Seniors Event à 1 100 €. En effet, pas moins de trois Tricolores s'étaient hissés en table finale ! On comptait notamment sur un Djamal Boutaleb bien fourni en jetons au départ du dernier acte, mais surtout sur Jean-René Fontaine : pour rappel, le Réunionnais a terminé runner-up du Seniors Event des dernières WSOP, pour 409 249 $, au sein d'un énorme field de 5 917 joueurs ! Sans oublier un Fred Delval, le pote de Jean-Noël Thorel qui restait sur trois places payées à Las Vegas, et qui réussit chaque année un ITM à l'EPT Barcelone depuis 2016 (photo ci-dessous)

Frédéric Delval
Malheureusement, rien ne s'est passé comme prévu, Fred prenant la porte dès le début de la TF. Jean-René Fontaine a lui résisté jusqu'à la 5e place (bonne pour un gain de 20 700 €), laissant un Djamal Boutaleb serein défendre les chances françaises. Mais au bout d'une longue phase de 4-handed, l'expérimenté Djamal (67 places payées sur le circuit depuis 2009) était contraint de rendre les armes au pied du podium. Un résultat qui lui rapporte tout de même 26 150 €, le second plus gros gain de sa carrière, mais l'exclut du deal conclu entre les trois derniers joueurs en course.

C'est finalement un inconnu italien qui s'adjuge le titre, Mirco Ferrini, un spécialiste des tournois situés près de la péninsule italienne (en Slovénie notamment, mais aussi à San Marin, où Mirco a gagné une étape Italian Poker Open en début d'année pour 125 000 €). Il devance son compratriote Claudio Di Giacomo, plus familier des réguliers du circuit EPT (1,1 millions de dollars de gains en live), qui s'est approprié le gain le plus important lors du deal, 53 132 €. A noter que la Française Karine Padeau termine 13e pour 4 980 €.

Résultats - EPT Seniors Event 1 100 €
375 entrées (re-entries inclus) - Prizepool de 363 750 €

Vainqueur : Mirco Ferrini (Italie) 46 094 € *
Runner-up : Claudio Di Giacomo (Italie) 53 132 €*
3e : Andrei Silencov (Moldavie) 48 454 €*
4e : Djamal Boutaleb (France) 26 150 € 
5e : Jean-René Fontaine (France) 20 700 €
6e : Christoph Sporri (Suisse) 15 930 €
7e : Uwe Ritter (Allemagne) 11 860 €
8e : Frédéric Delval (France) 8 580 €

* après un deal à trois