masquer le menu

Romain Lewis : 'C'est la folie'

- 28 août 2019 - Par Gregos

Romain Lewis se confie après une nouvelle performance de choix
Victoire sur l'Event #29 (NL Hold'em 2 150 €)


Romain Lewis

"C'est la folie. C'est un enchaînement de très bon résultats, qui suit une période de neuf ou dix mois plutôt difficile". Discrètement, le Bordelais s'est adjugé l'un des tournois secondaires du festival. Mais pas n'importe lequel : un Hyber Turbo (2150 €) ayant enregistré 185 inscriptions, dont 32 re-entries.

Si ce side event paraît secondaire au premier abord, le nouveau pique arraché par le Franco-britannique se veut particulièrement savoureux. Puisque "rLewis" réalise ici un fort appréciable back-to-back après son triomphe à l'EPT Monaco... sur un event identique. Même prix, même format, mais un gain un poil plus excitant : 79 500 euros, au nez et à la barbe de l'Australien Samuel Higgs, runner-up du French National Championship (1 100 €) à l'occasion de l'étape monégasque, en mai dernier. 

Trois autres français ont rallié les places playées : Raoul Setrouk (7e, 13 420 €), Arnaud Enselme (22e, 3950 €) et Pierre Katerji (25e, 3590 €).

NL Hold'em 2150 € - 27 ITM

Vainqueur : Romain Lewis (France) 79 500 €
Runner-up : Samuel David Higgs (Australie) 53 660 €
3e : Mario Llapi (Italie) 36 900 €
4e : Sylvain Naets (Belgique) 30 110 €
5e : Michel Dattani (Portugal) 24 010 €
6e : Arron Woodcock (Royaume-Uni) 18 450 €
7e : Raoul Setrouk (France) 13 420 €
8e : Ken Okada (Japon) 9 730 €
9e : Chaofei Wang (Chine) 8 040 €

Romain Lewis victoire
Décidément en forme sur le circuit professionnel au cours des derniers mois, Romain a enchaîné les résultats aussi bien lors des WSOP de Las Vegas que le partypoker MILLIONS de Rozvadov. Sans oublier, donc, ce trophée fraîchement glâné à Barcelone. On fait le point sur un été bien chargé.

Salut Romain ! Après ta 60e place sur le Main Event des WSOP et ta 3e place au Partypoker MILLIONS Europe de Rozvadov, te voilà vainqueur d’un nouveau side event d’European Poker Tour. Quelle période incroyable !

C'est la folie. C'est un enchaînement de très bons résultats, qui suit une période de neuf ou dix mois plutôt difficile. C’est parfois inexplicable, et souvent plus facile de sortir son meilleur jeu lorsque ça se passe bien. On le voit très souvent sur les High Roller, où les mêmes reviennent pendant un moment, avant de disparaître quelque temps. Le jeu est comme ça. Et quand ça se passe bien, c’est parfait. 

Pourrais-tu nous résumer ton tournoi d’hier soir ? 

On a débuté à 20 000 : pendant 1h30, nous avons été profonds. J’ai doublé à 40 000, avant de me maintenir jusqu’à l’après-bulle. La bulle a duré une main, mais j’étais bien : j’ai gagné un 60/40 juste avant. Puis mon stack a stagné jusqu’en table finale, où j’ai débuté neuvième sur les neuf derniers joueurs restants. Je devais avoir cinq blindes. Mais avec la pression de l’ICM, les joueurs ne font pas de call trop loose. On a donc de la fold equity

En faisant tapis à plusieurs reprises, j’ai pu remonter à un stack moyen. Arrivé à trois joueurs restants, j’ai doublé en bataille de blindes. Puis j’ai limpé deux Rois au bouton, avant de payer le tapis de la grosse blinde qui possédait As-7. Ça a tenu. J’étais ensuite favori pour le pique. 

Quelle sensation procure un back-to-back après avoir remporté le même tournoi à Monaco il y a seulement quelques mois ? Une petite pointe de fierté ? 

Pas spécialement, dans le sens où c’est un tournoi hyper turbo qui complète les programmes. Mais il me fait plaisir car je n’ai pas beaucoup de victoires sur le circuit.

Romain Lewis Interview
Comment as-tu vécu ton deeprun à Rozvadov, ponctué par le plus gros gain de ta carrière (428 000 €) ? 

Je suis arrivé avec une vingtaine de blindes au Day 3, et n’ai pas joué pendant plusieurs heures, car drawing dead. Je suis descendu à 12 blindes à 40 left, où j'ai fait tapis avec 89, payé par deux rois : je touche une quinte runner-runner. A partir de ce moment-là, je suis remonté à 20 blindes, avant de traverser un beau run. J’ai notamment craqué les As de ce même joueur avec une paire de Huit : huit river ! 

Arrivé à 17 left, j'ai disputé un coin-flip très important pour tutoyer les 45 blindes. Les niveaux de jeu lors de la table étaient globalement hétéroclytes, avec des grandes différences entre plusieurs meilleurs joueurs du monde et certains locaux. La stratégie adoptée a été d’éviter les joueurs les plus dangereux. Puis ça s’est bien goupiller. Je suis super content. 

Sans vouloir remuer le couteau dans la plaie, comment, en tant que joueur professionnel, vis-tu le fait d’être passé à quelques encablures du million d’euros, un gain symbolique ? 

C'était inespéré, je considère donc ma place comme une véritable victoire, vu que c’est tout de même ma plus grande performance. Mais si l’on compare au Main Event des WSOP, ça fait beaucoup plus mal. Je pensais avoir plus de chance de gagner un million sur le Main Event, notamment au Day 6. A Rozvadov, il n’y avait qu’une seule et unique place à un million : c’est toujours cool de se battre pour ça, mais je vois mon deeprun comme une victoire. 

Une telle somme glanée sur le circuit laisse-t-elle présager des futures participations à des tournois High Roller à 25 000 ou 50 000 € ? 

Ce sont des tournois à part, pour lesquels il faut se préparer énormément avant de les jouer. Cela fait appel à des investissements relativement gros. Je me vois bien participer à ce type d’événement à l’avenir. Mais avant ça, il faut que je sente que je puisse battre les meilleurs joueurs. J’espère que ça se fera en 2020.