masquer le menu

Pas de Day 3 pour Guillaume et Adrián

- 2 septembre 2018 - Par Flegmatic

Éliminations dans les dernières heures du Day 2 pour Adrián Mateos (33e, 22 600 €) et Guillaume Diaz (31e, 26 850 €)
High Roller 10 300 € (Day 3)

Guillaume Diaz

Les trois derniers niveaux du Day 2 du High Roller à 10 300 € ont été fatals à l'ensemble du clan français et du Team Winamax. Alors que nous avions laissé en découdre les 44 derniers joueurs en course, tous nos poulains sont passés de vie à trépas dans les heures qui ont suivi, de la 37e place de Fabien Motte (22 600 €) à la 27e de Julien Sitbon (31 100 €). Entre les deux s'intercalent nos deux W rouges, Adrián Mateos (33e, 22 600 €) et Guillaume Diaz (31e, 26 850 €).

Après avoir pris du plomb dans l'aile en faisant doubler sur un flip son voisin de droite Mikalai Vaskaboinikau, Volatile a définitivement rendu sur les armes sur un 3-way all préflop dont il partait pourtant largement favori (voir ci-dessous). Quant au Madrilène, il a lui aussi chuté sur une dernière main à trois, mais n'a pas trouvé l'aide escomptée avec son Q10, face à deux Dames et une paire d'As (malgré l'arrivée de deux trèfles au flop). En véritable stakhanovistes du jeu de tournoi, Volatile et Amadi seront de retour au Casino de Barcelone aujourd'hui pour les dernières épreuves Turbo au programme, respectivement à 1 625 € et 25 000 €.

Pour être tout à fait complet, sachez que la troupe des 18 joueurs au départ du Day 3 était menée sur les coups de 12h30 par l'Américain Seth Davies, grand amateur de tournois High Rollers. Parmi les rares têtes de série passées entre les balles se trouvaient, par ordre décroissant de tapis, Max SilverOrpen Kisacikoglu et Niall Farrell. Le vainqueur empochera dans la soirée 824 000 €.

Good luck, and good night

- 1 septembre 2018 - Par Flegmatic

Guillaume Diaz et Adrián Mateos ont passé la bulle sans encombre
Il reste 44 joueurs
Longue nuit de poker en perspective

High Roller 10 300 € (Day 2)

Guillaume Diaz

L'entrée dans les places payées ne fut qu'une formalité pour nos deux derniers membres du Team Winamax engagés sur ce tournoi. Pour Guillaume Diaz, parce qu'avec son gros tapis constitué plus tôt, il a pu mettre la pression sur ses adversaires et faire grimper son capital jusqu'à 750 000. Pour Adrián Mateos, parce qu'il est rompu à l'exercice de ces bulles de High Rollers, et n'est pas du genre à s'envoyer en l'air à quelques encablures de l'ITM. Depuis, les choses vont un tout petit peu moins bien, mais n'allez pas tirer le signal d'alarme pour autant, tout est sous contrôle.

"J'ai 480 000, une belle moyenne, souffle un Volatile aussi décontracté que concentré. J'ai fait un mauvais call contre Ivan Luca sur la dernière main avant le dernier break, et j'ai fait doubler un short qui avait onze blindes avec Roi-Valet suité contre une paire de 8," poursuit-il pour justifier cette légère baisse d'altitude. En plus de l'Argentin, le Grenoblois tape actuellement le carton avec Orpen Kisacikoglu et Mikalai Vaskaboinikau, deux habitués de ces joutes High Rollers et dont les noms à eux seuls me donnent envie de faire un énorme câlin à l'inventeur du copier/coller.

Adrian Mateos - Max Silver

Mode short stack activé pour Adrián Mateos et sa grosse quinzaine de blindes. Tout roule en revanche pour Max Silver, dont le tapis avoisine le million de jetons.

Julien Sitbon - Fabien Motte

Ne sont-ils pas beaux Julien Sitbon et Fabien Motte ? Après les éliminations de Jimmy Guerrero (61e, 18 100 €) et Benjamin Pollak (47e, 19 560 €), les derniers espoirs français reposent sur leurs épaules - et les ailes de Volatile, bien sûr. Deux joueurs heureux comme des gosses de pouvoir disputer un tournoi aussi cher, et encore plus heureux d'y perfer !

"Après le Main Event, j'étais au téléphone avec ma mère, raconte Julien. Elle m'a dit de jouer le 10K pour tenter de faire cinq places payées en cinq tournois. Comme j'aimais assez l'idée d'un 5 sur 5, j'ai tenté le coup." Et hop, merci maman ! "Avant cela, je n'avais joué que trois tournois à 10K : le Main Event et le 10K 6-max des WSOP et le Main Event du partypoker MILLIONS, ici, en avril." Encore une fois, le tout récent 29e du Main prouve qu'il n'a rien à envier aux réguliers de ces limites. Et au niveau du stack, qu'est-ce que ça donne ? "20 belles blindes," sourit Julien, contre 28 pour son voisin de gauche.

Nous allons laisser tout ce beau monde s'amuser pour encore un peu plus trois heures de jeu effective et reviendrons vous donner des nouvelles, aux aurores dimanche matin (enfin, après avoir bu notre café quand même).

Tableau de bord
44 joueurs restants (sur 439 entrées, dont 112 re-entries)
Tapis moyen : 498 864
Blindes : 6 000 / 12 000, BB ante 12 000
Prix assuré : 19 560 €

Volatile en orbite

- 1 septembre 2018 - Par Flegmatic

Près de deux fois la moyenne pour Guillaume Diaz
Les places payées sont toutes proches
Adrián et Volatile sont les deux seuls rescapés du Team Winamax
High Roller 10 300 € (Day 2)

Guillaume Diaz

Certaines photos valent mieux qu'un long discours. En l'occurrence, il suffit d'un rapide coup d'oeil au cliché ci-dessus pour comprendre que Guillaume Diaz n'est pas là pour plaisanter sur ce Day 2 du Highroller à 10 300 €. Arrivé avec un tapis de 95 000, soit 38 blindes, Volatile38 vit pour l'instant ce qu'on peut appeler une journée parfaite. "Tout passe !, synthétise le Grenoblois. Mes adversaires passent quand je suis en bluff, ils paient quand je suis en value et quand je 4-bet shove avec une main un peu borderline, ils sont light."

Un tableau qui ne serait pas complet sans le traditionnel lancer de pièce remporté au bon moment. "J'ai passé As-Roi contre les deux Valets de Jack Salter. Il avait 150 000 et moi 250 000. Il était important celui-là !" Résultat des courses, Guillaume pointe à 600 000 jetons aux blindes 4 000 / 8 000, soit près de deux fois le tapis moyen et alors que nous ne sommes plus qu'à une poignée d'éliminations des 63 places payées (sur 439 entrées au total). Que demander de plus ?

Adrian Mateos

Si certaines photos valent mieux qu'un long discours, certains long discours peuvent occasionner une photo. Car ce visage, c'est celui qu'arbore Adrián Mateos, en plein coup face au toujours très volubile William Kassouf.

Derrière une ouverture en milieu de position de l'Anglais, Amadi 3-bet au bouton. "Je devrais raise, mais je vais simplement call," commence Kassouf, avant que n'arrive un flop 656. "C'est un très bon flop pour ma main, j'ai une overpaire ! As-Roi, ce n'est pas bon ici."

Turn : A. "Ah, maintenant j'ai As-Roi et toi As-Dame. Dommage, c'est un setup. Je devrais lead ici mais je vais rester sympa." River : J. "Bingo ! Je pense que j'ai la meilleure main ici. Mais si je mise, tu vas passer. Donc la meilleure façon de prendre de la value c'est de te laisser bluffer. Donc je checke."

Derrière un check/back d'Adrián, Kassouf table une paire de 10 sans coeur, perdante contre le A7 du Madrilène."Oh, c'est facile pour toi ! Ça doit être sympa." Toujours plus sympa que de devoir supporter l'Anglais à sa table toute une journée. Avec ce petit pot dans la poche, Adrián approche les 300 000 jetons.

Stephen Chidwick

Malheureusement, les bonne nouvelles s'arrêtent là concernant le Team Winamax, qui a perdu ses quatre éléments. Entre les sorties prématurées de Sylvain Loosli et Michel Abécassis, short stack à la reprise ce midi, et celle de João Vieira il y a quelques minutes, s'ajoute celle de Davidi Kitai, vaincu en deux fois par l'homme sur la photo, l'inévitable Stephen Chidwick. Une élimination d'autant plus rageante que le Génie avait pris un très bon départ, passant de 60 000 à 140 000.

"Satané Chidwick, il m'a encore eu !, peste un Dav' qui n'a pas vraiment prononcé le mot "satané". Sur les deux mains j'ai As-Roi. La première, j'ouvre UTG, il paie en small blind et la BB paie aussi. Flop As-5-6 avec deux carreaux. 12 000 chez moi et seul Chidwick paie. Turn 10 et là je fais 25 000, c'est sûrement trop petit. Il check/raise à 58 000 et je fold." La seconde main est désespérement banale, un flip pour 23 blindes qui ne passe pas contre une paire de 9. Verra-t-on le Génie sur le High Roller Turbo à 25 000 € qui démarre à 19 heures ? On est en droit de le penser.

Fabien Motte

Meilleur Français à l'issue du Day 1, Fabien Motte se porte toujours comme un charme, avec un tapis qui avoisine les 600 000.

Benjamin Pollak
Siffloter en travaillant, telle est la routine de Benjamin Pollak ces temps ci. Seulement arrivé en début de Day 2, avec un tapis de départ qui représentait alors 25 blindes, le Londonien peut toujours prétendre à une quatrième place payée sur ce festival.

Gianluca Speranza
Second au chipcount ce midi, l'Italien Gianluca Speranza, runner-up du Main Event des WSOP-Europe de Rozvadov l'automne dernier, serait actuellement, selon nos confrères de PokerNews, le seul joueur à être assis devant un stack à sept chiffres.

Ils sont toujours dans le coup pour faire ITM : Jimmy GuerreroJulien SitbonMax SilverDario SammartinoSergio AidoByron KavermanBryn KenneyKitty KuoIvan Luca, Jeff Gross ou encore Jack Sinclair.

Échelle des gains

Vainqueur : 824 000 €
Runner-up : 519 500 €
3e : 372 600 €
4e : 295 960 €
5e : 232 080 €
6e : 181 830 €
7e : 136 700 €
8e : 97 100 €
9e : 77 500 €

10e - 11e : 64 300 €
20e : 39 600 €
30e : 26 850 €
40e : 19 560 €
63e : 18 100 €

High Roller : 14 Français et 6 membres du Team Winamax au Day 2

- 1 septembre 2018 - Par Flegmatic

High Roller 10 300 € (Début du Day 2)

Adrián Mateos

C'est une première journée que l'on qualifiera de "satisfaisante" qu'a connu le Team Winamax vendredi sur le High Roller à 10 300 €, dernier véritable événement de ce festival barcelonais, en marge de la dernière ligne droite du Main Event.

Première satisfaction, ils sont six à avoir franchi le Day 1, certains avec de très beaux tapis. Après être passé par la case re-entry, Adrián Mateos mène les troupes au W rouge, avec 238 500 pions, soit près de cinq fois le tapis de départ. Il est talonné par son voisin portugais João Vieira, très bien placé, du haut de son tapis de 197 500. À distance raisonnable, suivent Guillaume Diaz (95 000), le nouveau papa Davidi Kitai, qui s'est battu avec un petit tapis une grosse partie de la journée, pour terminer 60 500 jetons et enfin Michel Abécassis (42 500) et Sylvain Loosli (41 000), qui auront tous deux moins de vingt blindes pour se défendre ce samedi.

Romain Lewis

Ne manquent finalement à l'appel qu'Ivan DeyraRomain Lewis et Mustapha Kanit, malgré deux bullets dépensées chacun. Six membres du Team Pro sur neuf : un taux finalement plutôt positif, alors que plus de 65% du field a disparu lors du Day 1. Puisque nous en sommes à parler chiffres, cette édition 2018 s'annonce bien moindre en terme d'affluence par rapport à son aînée. Là où 557 entrées avaient été comptabilisées l'an passé, nous n'en sommes pour l'instant qu'à 419. Certes le bureau des inscriptions était ouvert jusqu'à 12h30 aujourd'hui, et quelques têtes d'affiche comme Daniel Negreanu ou Benjamin Pollak (3e sur ce même tournoi l'année dernière) ont annoncé sur Twitter leur qualification pour le Day 2 avec 25 blindes (sic), mais il faut s'attendre à une large baisse de fréquentation.

Enfin, malgré les éliminations, entre autres, de Julien MartiniAntoine SaoutEmrah Cakmak ou Jean-Noël Thorel, le clan français comptera tout de même 14 éléments, composé de bon nombre de joueurs qui ont déjà perfé sur le Main Event. Fabien Motte (93e du Main) mène ainsi la danse, devançant notamment Julien Sitbon et Alexandre Reard. Visiblement, ces trois-là ont eu raison de battre le fer tant qu'il était encore chaud !

Top 10

Justin Ligeri (USA) 375 000
Gianluca Speranza (Italie) 373 500
Marc Macdonnell (Irlande) 365 000
Daniel Neilson (Australie) 358 000
Tamon Nakamura (Japon) 329 000
Wael Sarkis (Liban) 328 000
Johnny Nedved (Belgique) 323 500
Daniel Erlandsson (Suède) 319 000
Andras Nemeth (Hongrie) 299 500
Felipe Costa (Brésil) 298 000

14 Français

Fabien Motte

Fabien Motte 242 500 (photo)
Imad Derwiche 210 000
Jérémy Saderne 196 000
Jimmy Guerrero 135 000
Patrick Uzan 131 500
Julien Sitbon 106 500
Marc Trijaud 101 000
Guillaume Diaz (Team Winamax) 95 000
Alexandre Saulnier 67 000
Frédéric Delval 50 000

Sylvain Loosli - Jimmy Guerrero

Alexandre Reard 50 000
Michel Abécassis (Team Winamax) 42 500
Sylvain Loosli (Team Winamax) 41 000

Vincent Cavailles 41 000

Reste du field (sélection)

João Vieira

Ivan Luca (Argentine) 262 500
Juan Pardo (Espagne) 251 000
Adrián Mateos (Espagne, Team Winamax) 238 500
Kitty Kuo (Taïwan) 225 000
Sergio Aido (Espagne) 206 000
Joao Vieira (Portugal, Team Winamax) 197 500
William Kassouf (UK) 188 500
Martin Kozlov (Australie) 185 000
Niall Farrell (Écosse) 154 000
Bryn Kenney (USA) 140 000

Stephen Chidwick (UK) 130 500
David Peters (USA) 116 500
Max Silver (UK) 110 000
Dan Smith (USA) 98 000
Timothy Adams (Canada) 90 500
Dario Sammartino (Italie) 88 000
Michael Tureniec (Suède) 66 500
Davidi Kitai (Belgique, Team Winamax) 60 500
Anton Wigg (Suède) 42 000
Ryan Riess (USA) 17 500

Tableau de bord
151 joueurs au départ du Day 2 (sur 419 entrées, dont 103 re-entries)
Inscriptions possibles jusqu'au coup d'envoi du Day 2 à 12h30
Tapis moyen : 138 741
Blindes au départ du Day 2 : 1 000 / 2 500, BB ante 2 500

Il est là papa !

- 31 août 2018 - Par Flegmatic

Un peu plus de trois semaines après la naissance de sa fille, Davidi Kitai rejoint cet EPT Barcelone
High Roller 10 300 € (Day 1)

Veunstyle - Davidi Kitai

La nouvelle est tombée hier soir en salle de presse via le coach du Team Winamax Stéphane Matheu : "Davidi Kitai arrive à Barcelone pour jouer le High Roller à 10K." Pour ceux qui n'auraient pas suivi le feuilleton de l'été du côté de nos W rouges, Dav' et sa femme Caroline nagent en plein bonheur depuis le 6 août et la naissance de leur petite Nell, un nouveau chef d'oeuvre de 2,995 kg et 49 centimètres signé du Génie et de sa tendre moitié. Alors avant de rentrer dans le vif du sujet, de la part de toutes les équipes de Winamax, félicitations aux parents !

De la même façon que Nell représentait La plus belle des excuses pour arriver en retard à Las Vegas pour les WSOP, cette nouvelle Team Pro en puissance (comment ça, on va un peu vite en besogne ?) était la meilleure des raisons pour manquer cet EPT Barcelone. Mais le Belge a eu l'autorisation de décoller pour la Catalogne. Encore a-t-il fallu se lever aux aurores. "Je me suis levé à 4 heures du matin pour un vol à 6h30 qui a finalement eu 1h30 de retard, souffle un Davidi que l'on aurait pu penser plus fatigué. Je suis dans un rythme bizarre depuis quelques semaines donc ça va en fait." Au moins le Génie peut-il se targuer d'avoir dompté les éléments pour arriver jusqu'à Barcelone, au contraire d'un certain Kool Shen, qui devait également faire son apparition aujourd'hui mais a dû rebrousser chemin lorsque son vol a lui aussi été retardé.

Davidi Kitai

Malgré un moral que l'on imagine au beaufixe et toute la bonne volonté du monde pour perfer sur le seul et unique tournoi de son séjour barcelonais, Davidi a bien eu du mal à se mettre en action, passant même tout près de la sortie. Tombé à 15 000 sur les 50 000 de départ, le Belge trouve un triple up grâce à une paire de 3 transformée en brelan, qui tient contre top pair et top pair et flush draw, alors que tout était parti au turn. Les Dieux du poker sont comme nous : ils n'ont pas attendus Dav' pendant une semaine pour le voir sortir au bout de quelques niveaux. Dans le cas peu enviable où une telle déconvenue venait à arriver aujourd'hui, lui comme les autres joueurs de ce tournoi peuvent cela dit bénéficier d'une et une seule option de re-entry, disponible jusqu'au coup d'envoi du Day 2.

Frédéric Delval

À la table de Kitbul, un Français prend son pied comme rarement à une table de poker, Frédéric Delval (photo). "C'était un rêve pour moi de jouer avec Davidi, avoue-t-il, en pleine crise de fanboy-isme. En plus, c'est moi qui ait sorti le joueur au Siège 1, et Dav' est venu le remplacer." Et côté poker aussi cela se passe bien pour Fred', qui pointe à 93 000. "J'ai perdu le pot du chiplead, raconte-t-il. J'avais les deux paires max avec As-Valet contre mon voisin de droite, qui avait un flush draw à carreau. Un carreau est arrivé sur la rivière."

Une chose est sûre, pour son troisième tournoi à 10 000 €, ce grand pote de Jean-Noël Thorel joue sans complexe. "C'est plus facile de jouer un 10K qu'un tournoi à 550 € ! Une fois que tu t'es enlevé la pression de l'argent, le poker pratiqué est beaucoup plus limpide, beaucoup plus lisible." Malgré la présence autour des tables de quelques-uns des meilleurs joueurs de la planète ? C'est parti pour une petite revue d'effectif.

Le tour du field en photos

Adrián Mateos

"Il est incroyable ce tournoi !" Visiblement, Adrián Mateos est 100% d'accord avec Frédéric Delval. "Oh tiens, Davidi est là ! Il est arrivé quand ?" Celui qui débarque n'est pas forcément celui auquel on pense.

Michel Abécassis
Silence, ça tourne chez Michel Abécassis, en plein visionnage de ce que j'ai identifié comme étant Le Docteur Jivago. Après un bon départ le plaçant autour des 75 000 jetons, le Doc peut se permettre une petite pause cinématographique.

Sylvain Loosli - Jimmy Guerrero
Quelques jours après avoir échoué dans la défense de son titre sur le High Roller PLO à 10 000 €, Sylvain Loosli est de retour sur un tournoi du même buy-in et a trouvé à sa gauche un autre habitué de ces joutes à cinq chiffres, un Jimmy Guerrero auteur de deux places payées depuis le debut de ce festival.

Ivan Deyra
Visage fermé chez Ivan Deyra, qui fait face à l'Américain David Peters et à la Taïwanaise Kitty Kuo.

Antoine Saout - Ryan Riess
L'un est Champion du Monde, l'autre a atteint deux fois la table finale de ces mêmes Championnats du Monde : Ryan Riess et Antoine Saout ont de quoi papoter.

Pascal Lefrançois
La dernière fois qu'on l'a vu au Casino de Barcelone, il était en train de soulever le trophée de vainqueur du Main Event du partypoker MILLIONS : le sympathique Québécois Pascal Lefrançois est de retour sur la terre de son dernier exploit en date.

Table Julien Martini
Allez, puisqu'il en faut une, offrons le titre honorifique de "Table de la Mort" ou plutôt "Mesa de la Muerte" ici, à celle où l'on retrouve Julien Martini, Frederik Jensen, Martin Kozlov et l'un des jumeaux Greenwood (de dos, à gauche et non, je ne sais toujours pas différencier Luc de Sam).

Le tour du field en tweets

Vous reprendrez bien un peu de Davidi Kitai, avec ce tweet qui renvoie vers une vidéo Facebook (Inception) beaucoup trop mignonne.

Alors que son EPT ne se passe pas exactement comme prévu, Romain Lewis peut compter sur coaching très direct de sa maman, pour repartir de l'avant. Allez, on se bouge maintenant !

"Je commence juste le Highroller 10K de l'EPT Barcelone. Celui-là, je le sens bien. J'y ai signé l'une de mes meilleurs perfs il y a trois ans, quand j'ai gagné le tournoi sans remporter un seul coup à tapis préflop." Brag ? Whine ? Entre les deux notre coeur balance.

Entre gagner au paddle le matin et monter un tapis de 90 000 en quelques minutes l'après-midi, Guillaume Diaz a choisi. Vole haut, petit Volatile !

Ils sont également venus taper le carton sur ce Highroller : les Français Julien SitbonAlexandre Reard et Emrah Cakmak (comme on se retrouve), mais aussi João VieiraStephen ChidwickBart LybaertThomas BoivinMartin JacobsonIvan LucaDario SammartinoSergio AidoDaniel Dvoress ou encore Niall Farrell. Aux dernières nouvelles, le nombre d'inscriptions s'élève à 358, dont 54 re-entries.