masquer le menu

259 joueurs franchissent le Day 2

- 30 août 2018 - Par Flegmatic

Day 1A : 598 joueurs / 202 restants (dont 16 FR) - Chip-leader : Ben Wilinofsky (Canada) 330 000
Day 1B : 1 305 joueurs / 532 restants (dont 53 FR) - Chip-leader : Anthony Chimkovitch (Belgique) 390 000
Day 2  : 759 joueurs / 259 restants (dont 27 FR) - Chip-leader : Ben Wilinofsky (Canada) 850 000

Top 10

Ben Wilinofsky

Il y a plus de sept ans, Ben Wilinofsky remportait l'EPT Berlin pour 825 000 €. Après une longue absence sur le circuit, revoilà le Canadien de retour au premier plan.

Ben Wilinofsky (Canada, photo) 850 000
David Petrzelka (Rep. Tchèque) 771 000
Ali Imsirovic (USA) 723 000
Michal Lubas (Pologne) 712 000
Tony Broekhof (Pays-Bas) 703 500
Fernando Pons (Espagne) 678 500
Rifat Palevic (Suède) 641 000
Rene Kuehlman (Pays-Bas) 636 000
Klas Lofberg (Suède) 630 500
Oliver Weis (Allemagne) 628 500

27 Français

Salem Cherrati

Rabah Ait-Abdelmalek 300 000
Emrah Cakmak 281 500
Benjamin Pollak 273 500
Julien Sitbon 267 000
Salem Cherrati 252 000 (photo)
--- Jean-Michel Moyenne 223 667 ---
Alexandre Reard 216 500
Fabien Motte 209 000
Jonathan Therme 192 500
Franck Makaci 191 000

Antoine Labat 174 500
Jean Desmottes 130 500
Imad Derwiche 130 000
Sulaiman Sesay 116 500
Paul Pirès-Trigo 109 000
Alain Goldberg 89 500
Marius Conan 84 000
Arnaud Enselme 81 000
Jérémy Saderne 70 500

Romain Le-Capitaine

Premier Main Event EPT et première place payée pour Romain "Le-Capitaine", qui termine avec 67 000.

Jimmy Kebe 59 000
Antonin Teisseire 51 000
Ange Cucchi 46 000
Éric Rabut 43 000
Arthur Conan 33 500

Kalidou Sow

Kalidou Sow 32 000

Jean-Louis Perez 31 500
Erwann Pécheux 28 500

Reste du field (sélection)

Niall Farrell

Dominik Panka (Pologne) 603 000
Pavel Plesuv (Moldavie) 416 500
Shaun Deeb (USA) 363 000
Leo Margets (Espagne, Team Winamax) 313 500
Patrik Antonius (Finlande) 310 000
Mustapha Kanit (Italie, Team Winamax) 266 000
Michal Mrakes (Rep. Tchèque) 250 000
Matas Cimbolas (Lituanie) 242 500
Michael Tureniec (Suède) 242 000
Niall Farrell (Écosse, photo) 220 000

Viktor Blom

Jaime Staples (Canada) 196 000
Jack Sinclair (UK) 189 500
John Juanda (Indonésie) 154 500
Upeshka Desilva (USA) 122 000
Dario Sammartino (Italie) 118 000
Steven Van Zadelhoff (Pays-Bas) 115 000
Jeffrey Hakim (Liban) 106 500
Chris Moorman (UK) 67 000
Benny Spindler (Allemagne) 66 500
Viktor Blom (Suède, photo) 50 000

Blindes au départ du Day 3 : 2 500 / 5 000, BB ante 5 000
Prochain sortant : 8 900 €

Les Français récompensés du jour

264e : Fabrice Maltez 8 150 €
267e : Florian Bethouart 8 150 €
276e : Jean-Claude Thomas 8 150 €
278e : Christophe Palmeri 8 150 €
284e : Mohamed Touahri 8 150 €
290e : Parham Ahoor 8 150 €
291e : Florian Bordet 8 150 €

Les rescapés de Barça

- 29 août 2018 - Par Flegmatic

Leo Margets et Mustapha Kanit franchissent un Day 2 qui a fait du dégât au sein du Team W
Une trentaine de Français atteignent les places payées
Main Event 5 300 € (Day 2)

Leo Margets - Mustapha Kanit

"C'est vraiment l'un des plus beaux tournois du monde !" Le grand sourire et la bonne humeur communicative de Leo Margets une fois sonné le gong final de ce Day 2 de Main Event faisaient plaisir à voir... et paraissaient en même temps en décalage complet avec notre sentiment d'une journée où nous avons eu l'impression de ne faire que lister les éliminations. Des 759 joueurs en piste à midi (en comptant les 25 entrants de toute dernière minute), ils ne sont ainsi plus que 259, soit exactement trois fois moins.

C'est sans doute l'ampleur de cette casse autour d'elle, qui a touché six de ses collègues du Team Winamax (voir plus bas), qui rend aussi fière la Catalane. D'autant que son tapis n'a cessé de progresser aujourd'hui, grâce notamment à une belle livraison peu avant la bulle, pour culminer à son plus haut niveau au moment de placer les jetons dans le sac prévu à cet effet : 313 500 pions, soit une belle soixantaine de blindes.

Son de cloche similaire pour Mustapha Kanit, deuxième et dernier survivant du jour côté W rouge. "J'ai bien joué aujourd'hui, commente le fantasque italien. J'ai fait un call hauteur Valet, c'était bon. J'ai fait un call avec deuxième paire, c'était bon. Et mes bluffs sont passés." Seul (tout petit) regret, "un penalty," manqué sur l'une des dernières mains, avec une paire de Rois dans un pot 3-bet, où Muss' n'a pas engrangé le moindre jeton. Avec un tapis de 246 000 le plaçant juste au-dessus de la moyenne, la plus belle moustache du Team est parfaitement emmitouflée dans un duvet tout ce qu'il y a de plus confortable.

Paul Pires-Trigo

Pour ce qui est du clan français, commençons par les bonnes nouvelles, avec une liste non exhaustive de ceux qui ont réussi à se faufiler jusqu'aux places payées : Kalidou Sow, Paul-Pirès Trigo (photo), Jonathan Therme, Antoine Labat, Benjamin Pollak, Antonin Teisseire, Arthur et Marius Conan, Jérémy Saderne, Erwann Pécheux, Julien Sitbon, nos qualifiés online Arnaud Enselme et Romain "Le-Capitaine", Éric Rabut (35 000 jetons en début de journée !), Alex ReardRabah Ait-Abdelmalek ainsi que Fabien Motte. À l'étranger, on peut toujours compter sur Shaun Deeb,  Niall Farrell,Steven Van Zadelhof ou encore les superstars Patrik Antonius et Viktor Blom.

Jean-Claude Thomas

À noter que sept de nos compatriotes ont pris la porte durant la dernière demi-heure de jeu, tous récompensés d'un min-cash de 8 150 € : Florian Bordet (291e), Parham Ahoor (290e), Mohamed Touahri (284e) et Christophe Palmeri (278e), Jean-Claude Thomas (276e, photo), Florian Bethouart (267e) et Fabrice Maltez (264e).

Medhi Berrehail

Mais ils sont également nombreux, les joueurs tricolores à avoir manqué l’argent aujourd’hui. Il faut dire que le contingent était fourni sur la ligne de départ du Day 2 (près de 70). On ne va pas vous dérouler la liste complète des bustos, mais sachez tout de même que les joueurs suivants ne seront pas au Day 3 : Jimmy Guerrero, Ivan Deyra, Gaëlle Baumann, Adrien Delmas, Sonny Franco, Jeremy Nock, Omar Lakhdari, Madi Macalou, Nicolas Cardyn, Victor Choupeaux, Quentin Lecomte, Medhi Berrehail (299e, juste avant la bulle, sur un flip perdu avec une paire de Valets contre As-Dame, photo) et enfin notre Guillaume Diaz national, malheureux bubble boy.

Sergio Aido

Eux aussi nous ont quitté le long de ce Day 2 : Adrián Mateos, Sergio Aido (photo, à droite), Luc Greenwod, Fatima Moreira de Melo, Marti Roca, Shannon Shorr, Timothy Adams, Mark Teltscher, Maria Konnikova, Nicolas Chouity, Jack Salter, Ryan Riess, João Vieira, Theo Jorgensen, Michael Gathy, Bryn Kenney, Juha Helppi, Tony Miles et Daniel Negreanu.

Le Day 3 débutera jeudi à midi avec 259 joueurs au compteur. Le classement détaillé sera publié dans ces colonnes dans le courant de la soirée. Une soirée qu’on vous souhaite la meilleure possible !

Benjo & Flegmatic

Un Volatile pour une bulle

- 29 août 2018 - Par Flegmatic

Guillaume Diaz est le bubble boy du plus gros Main Event EPT de l'histoire
Main Event 5 300 € (Day 2)

Diaz - Enselme - Conan - Therme

C'est le scénario que l'on ne voulait pas voir se produire, celui que l'on redoutait. Et l'on a beau se repasser un à un les divers événements de la soirée ici, au Casino de Barcelone, la scène finale est toujours la même : Guillaume Diaz quittant la salle de tournois dans la peau du bubble boy de ce Main Event, bredouille après deux journées de jeu. Un temps monté à plus de 200 000, notre Volatile national n'a ensuite connu qu'une longue et lente agonie. Un troisième niveau passé card dead et un quatrième où il ne gagne pas une main font tomber le Grenoblois à 15 000, soit moins de quatre blindes à l'entame du dernier level du jour, et alors qu'il reste encore douze éliminations avant d'entrer dans les places payées.

Presque Bulle

La range de Guillaume pour partir à tapis à ce moment-là est claire : "Rien ! Ou Dame-9 +. Tout dépend de si tu penses faire ITM sans jouer ou pas. Il y a toujours des mecs qui s'envoient en l'air. Si tu crois que ça va passer, il faut même jeter les As !" Suivant son plan, notre Pro parvient à survivre jusqu'à 20h45, moment où le main par main est lancé. La belle histoire semble se dessiner quand trois joueurs se retrouvent à tapis dès la première main ! Commençant déjà à taper dans les mains de ses potes Arnaud EnselmeArthur ConanJonathan Therme et consort, venus s'enquérir de son état précaire, Guillaume entend le tournament director annoncer au micro un double up, puis un second, et enfin un troisième. Ce n'est que de longues minutes plus tard que Zorlucan Er (photo, à gauche, en noir) rend les armes. Ils ne sont alors plus que 297. La véritable bulle peut commencer.

Guillaume Diaz - Julien Sitbon Bulle

Entre temps, le tapis déjà bien maigre de Guillaume a fondu comme une boule de glace sur les Ramblas, pour tomber à un jeton de 5 000, soit moins que la grosse blinde et la BB ante combinées. C'est donc contraint et forcé que le Top Shark se retrouve à tapis, payé par deux autres joueurs. Suite à une mise de l'un sur un flop A98, le second abandonne.

Guillaume Diaz Bulle

Guillaume retourne alors son jeu, découvrant en même temps que l'assistance un bien maigre Q4, en grande difficulté face au AK adverse. Le 10 lui offre la gutshot tant espérée, mais la rivière est un 8. À l'inverse du PSC Prague, où un Platinum Pass à 30 000 $ avait été décerné au bubble boy, c'est les mains vides que repart Guillaume, lui qui a, de toute façon, déjà remporté un de ces fameux tickets, via sa victoire sur l'EPT National de Monte-Carlo - mais n'aurait sûrement pas craché sur un deuxième. "Je n'ai pas gagné, donc j'ai appris," philosophe tout de suite Volatile sur Twitter, déjà tourné vers le High Roller à 10 300 € qui démarre vendredi. Ainsi va la vie d'un joueur de poker professionnel : impossible de s'apesantir sur ce qui ne peut être qu'une immense déception. Les échéances futures n'attendent pas !

Leo Margets

Mise en place - comme à Monte-Carlo - alors qu'il ne restait plus qu'une table à éliminer avant d'entrer dans les places payées, la shot clock - présentée ici par Leo Margets - continue de faire son trou dans le milieu du poker professionnel. Avec un délai de 30 secondes maximum pour prendre leur décision (et six "jokers" de 30 secondes supplémentaires par Day), impossible pour les joueurs de stall à l'infini, réduisant du même coup les interventions des membres du floor pour d'éventuels demandes de "time". Le genre de mesure qui fait tellement sens une fois en action que l'on se demande pourquoi personne n'y a pensé plus tôt. En tout cas, nous, on est conquis.

Romain Le Capitaine Bulle
Parmi nos images préférées de la bulle, celle d'un Romain "Le-Capitaine" en train de regarder le Facebook Live d'un Veunstyle... qui se tient à quelques centimètres de lui. On n'arrête pas le progrès.

Comme au bon vieux temps

- 29 août 2018 - Par Flegmatic

Main Event 5 300 € (Day 2)

Viktor Blom - Patrik Antonius - Proscoo

Non, nul besoin de régler votre écran d'ordinateur ou de smartphone. Oui, vous êtes bien en août 2018, et vous observez Viktor Blom et Patrik Antonius disputer côte à côte un Main Event European Poker Tour à Barcelone. Une image qui ne rajeunira sûrement pas ceux qui suivaient déjà assidûment le circuit au carrefour des années 2000 et 2010, et se délectaient des exploits online de ces deux légendes de notre jeu.

Si la présence du Finlandais sur un festival EPT n'étonnera plus personne, lui qui l'on voit de plus en plus souvent depuis 2015, et qui n'a pas manqué un seul gros événement du circuit - ou presque - depuis début 2017, le retour au premier plan du prodige suédois est plus récent. Il n'en fut pas moins couronné de succès, sous la forme d'une victoire sur le partypoker MILLIONS de Rozvadov en février, pour 850 000 €, face à plus de 900 joueurs.

"Ah, ça tombe bien, je voulais jouer contre toi !," a lancé le grand Patrik au petit Viktor, au moment de prendre place autour de sa nouvelle table. Une scène qui s'est déroulée sous les yeux impuissant d'un de nos compatriotes, qui ne voit pas forcément du meilleur oeil ce grand débarquement scandinave, Paul Pirès-Trigo. "On dirait que je n'ai pas eu beaucoup de réussite au seat draw, se lamente Proscoo. Ils n'étaient pas là il y a cinq minutes !"

Restant autour de la table pour espérer capturer un affrontement dantesque entre notre ancienne gloire online et une de ces deux légendes, je vois finalement Paul s'embarquer dans un coup contre un joueur au siège 1 que je n'avais pas vu jusque-là : l'ex-chipleader - depuis dépassé par Fernando Pons -, l'homme dont on vous parlait plus tôt dans la journéeAlmedin Imsirovic.

UTG+1, le Français ouvre à 8 000 et l'Américain défend sa grosse blinde. Le flop 55Q et le turn K ne déclenchent aucune action, jusqu'à ce qu'Imsirovic n'envoie une belle sacoche à 41 000. Proscoo paie, pour ensuite muck lorsque son adversaire lui montre 54. Alors qu'il avait attaqué le coup avec 175 000, Paul laisse ici échapper 50 000 pions. Il lui reste tout de même une bonne quarantaine de blindes, à un peu plus de trente éliminations de l'entrée dans les places payées. Tout est sous contrôle.

Se faire Muss-er

- 29 août 2018 - Par Benjo DiMeo

Main Event 5 300 € (Day 2)

Mustapha Kanit
Sur un baby flop 843, Mustapha Kanit envoie 17 500 depuis la grosse blinde, face à un unique adversaire situé au bouton. Je n'ai pas vu les mises qui ont précédé, mais le scénario le plus probable est que Muss' a 3-bet préflop, et s'est fait payer.

Toujours est-il que le bouton paie cette mise.Turn : 6. Mustapha en remet une couche avec une mise de 24 000. Son adversaire reste en place.

Rivière : le 4. Mustapha mise une dernière fois. Le montant maximum : son tapis. 70 000 environ. Il est légèrement couvert par le bouton, qui va prendre tout son temps avant d'abandonner.

Mustapha : "J'avais une belle main !"
Un joueur : "Ouais... Ils disent tous ça !"
Mustapha : "Non, mais sérieusement ! J'avais une très belle main."

Une belle main que l'on ne verra pas, cependant. Peu avant, Mustachionne avait du passer par l'épreuve du showdown à tapis, remportant un crucial coin-flip avec 99 contre As-Roi.

Le tapis de l'Italien est remonté aux alentours de la moyenne (165 000) : quid de sa stratégie à l'approche de la bulle ? Réponse, comme toujours, sur Twitter :