Samba Mesqueu

- 8 mai 2022 - Par Fausto

Avec le public, l’avantage en stack et le vent dans le dos, l’issu faisait peu de doute. Marcel « Mesqueu » Simoes remporte ce Main Event de l’EPT. Sans contestation aucune, il met la main sur 939 840 €, tandis que le clan brésilien fait trembler les murs du Monte Carlo Bay.

Simoes

Entre l’ambiance du carnaval de Rio et des palaces de Monaco, il y a un monde. Marcelo Simoes et sa bande viennent de conjuguer les deux le temps le temps d’une célébration unique : celle du premier titre EPT pour le Brésil.

Team Brazil

« Olé Oléééééé ! Olé Olééééé ! Olé Mesqueu va cravar u EPTéééééé » scande à tue-tette le kop brésilien mené par Lucas Scafini. Le chef d’orchestre et vainqueur du FPS en début de festival entame ce refrain depuis le début d’après-midi. Cette fois, il peut le chanter avec le nouveau héros du Brésil : Marcelo « Mesqueu » Simoes. Le champion saute dans les bras de son ami et se met à danser, sauter et embrasser chacun des compatriotes présents dans le rail. Des célébrations on-ne-peut plus méritées, tant le Brésilien a déroulé tout le long de cette finale.

Scafini Simoes

Lucas Scafini soulève son pote Marcelo Simoes, qui lui soulève le premier titre EPT du Brésil

Marcelo

On pouvait parfois penser qu’il avait le profil du Livetard fantasque, du joueur qui a le vent en poupe mais qui pouvait recracher ses jetons à chaque instant. Il n’en est rien. Après avoir assumé un à un les finalistes, il a désossé le colosse Morten Hvam, qui n’a rien pu faire pour résister à la tornade brésilienne.

Hvam Marcelo

Certes, la réussite était du côté de Marcelo. Avec son 53, il touche double paire pour éliminer Erkan Stoenmez. Avec K9, il touche un 9 pour abattre le AK de Pingray. Et sur le heads-up il a touché plusieurs flop pour piller le stack de Morten Hvam, vite tombé dans la zone rouge.

Le Brésilien s’offre une première balle de match à sensations. Les douze dernières BB de Morten sont envoyés sur un flop 752hch et c’est payé par le 85 de Simoes. Les deux joueurs regagnent chacun leur clan en appelant les cartes et Pan ! Le 8 sur la turn offre la double paire au Brésilien. Le kop se met à chanter son refrain préféré… Puis se tait d’un coup sur la river J. Cette fois, c’est le kop scandinave qui fait du bruit. Hvam est de retour à 6,3 millions.

Les espoirs de remontada seront vite anéantis. Morten Hhvam envoie deux barrels sur un board K834, se fait payer par A5 et ça gagne après que le Danois abandonne l’agression sur la river 6. Nouvelle balle de match quelques minutes plus tard. 

Morten tente un check-raise tapis sur le flop 976. Mauvais timing, le carioca tient deux rois rouges. Turn 5, river J. Ca y est ! Marcelo Simoes est champion EPT !

Dernier board

« C’est un rêve, je suis plein de bonheur, je sens que j’ai accompli quelque chose, confie le Brésilien, pas du genre à cacher son émotion. C’était magnifique de sentir cette présence de mes amis, de pouvoir célébrer les coups gagnés avec eux, et de se dire deux trois mots dans les moments importants ». Cette victoire, c’est en effet celle de tout un pays. Pour la première fois de l’histoire, un Brésilien remporte un titre EPT. Pour conclure un festival marqué par le peuple auriverde. « Mon ami Lucas (sur le FPS), Yuri (Dzivielevski, vainqueur du premier 25 000$) et moi, ça fait trois titres, c’était magnifique comme EPT. Le Brésil est encore en train de grandir sur la scène poker, mais nous avons montré ici que nous avons de très bons joueurs ». À n’en pas douter.

Brazil winners

Imagine tu viens avec ton pote, lui ship le FPS à 2 000 joueurs et toi tu prends le Main Event EPT.

Certes, on aurait préféré voir un Hugo Pingray. Mais pour ce qui est de l’ambiance, parmi les cinq restants, on n'est pas mécontent de voir le Brésilien aller au bout. Les chants, la ferveur, la spontanéité de ce joueur et de son clan ont enflammé le Monte-Carlo Bay, de la salle des étoiles jusqu’au balcon bordant le casino, où se déroulait la présentation du champion. Et je ne sais pas où se poursuivra la fête, mais ceux qui se retrouveront dans le même bar ou la même boite devraient passer un bon moment.

Le tableau de ce Main Event EPT Monte-Carlo

Posición Jugador País Premio
1 Marcelo Simoes Brasil 939.840 €
2 Morten Hvam Dinamarca 564.640 €
3 Dragos Trofimov Moldavia 397.590 €
4 Jaime Cervantes EE.UU 298.710 €
5 Hugo Pingray Francia 228.460 €
6 Erkan Soenmez Alemania 167.050 €

Marcelo roule sur la finale, Morten dernier obstacle

- 8 mai 2022 - Par Fausto

Donnez lui le trophée qu’on en parle plus. Après l’élimination de Hugo Pingray, le Brésilien prend le large dans cette finale. Il accroit un peu plus son chiplead et en trente minutes, nous sommes passés de cinq, à deux joueurs. C’est pourtant Morten Hvam qui enfile cette fois le costume de bourreau, en achevant les deux autres shortstacks. Saura-t-il combler l’écart avec le Brésilien ? 

Simoes

Encouragé par son clan, cet homme se dirige tout droit vers un titre EPT, le premier peut être de la patrie brésilienne.

Il est dans presque tous les coups et presque tous les pots reviennent vers lui. Avec cinq fois plus de stack que le deuxième et 70% des jetons en circulation, Marcelo Simoes est tout simplement en train de marcher sur cette finale EPT.

Heureusement pour le suspens, Morten Hvam s’est gardé une petite trentaine de blindes. Dans la foulée des deux éliminations du Brésilien, c’est lui qui se signale pour signer la troisième élimination en quinze minutes, celle de Jaime Cervantes.

Cervantes Hvam

Avec AJ UTG, l’Américain décide de faire cinq blindes, avec un peu moins du double derrière. Un move qui montre les intentions de Jaime et Morten Hvam les comprend aisément. En big blinde, Morten Hvam découvre 99 et accepte la proposition de son opposant : Tapis, payé bien sûr et voilà un flip pour une nouvelle balle d’éliminations. Personne ne touchera rien sur le board K84K5 et Jaime sort de cette finale en 4e position. 298 710 €, qui bat ainsi son record obtenu avec sa 7e place lors des Wynn Millions 2021 (289 361$).

Cervantes

Marcelo Simoes reprend ensuite le premier rôle. Il se charge de reprendre quelques jetons dans le stack du Danois et d’assécher le stack de Dragos Trofimov pour finalement donner le coup de grâce.

Simoes

Et hop, un étage de plus dans le palais de jetons de Simoes

Tombé à 4 blindes sous les coups de butoirs du brésilien, le Moldave est mis à tapis par les deux joueurs qui se mettent à deux pour l’éliminer. Hvam tient J6 et trouve deux paires sur le flop J96. Il tentera de prendre de la value une fois, puis une deuxième sur la turn 2h mais la river 9 contrecarre ses plans. Check-check. Marcelo montre alors son J8 et la hauteur est bonne face au Danois. Le A4 de Trofimov n’a rien touché et Dragoséchoue sur la troisième marche du podium.

Trofimov

Superbe performance du grinder moldave qui avait démarré ce Day 5 avec le plus petit stack. Avec cette perf à 397 briques, il pulvérise son record obtenu sur le PSF Londres 2018 et révèle son talent aux yeux du monde entier.

HU

Marcelo Simoes ajoute une nouvelle tour de jetons à son château. Place désormais au heads-up, contre le Danois Morten Hvam. Net avantage Brésil avec 25 millions contre 7…. La dynamique est en sa faveur, le public vibre pour lui, mais à ce jeu, tout peut vite arriver. Place au dernier bras de fer de ce Main Event EPT.

Pingray brûlé par le feu brésilien

- 7 mai 2022 - Par Fausto

Que faire face à un homme qui touche tout ? Intouchable depuis le milieu de cette finale, Marcelo Simoes s’offre une deuxième élimination, cinq minutes après la première. Et malheureusement, c’est notre Français qui succombe au rouleau compresseur brésilien.

EPT Main Event (Final Day)

Pingray

Hugo est pourtant parti bien armé. Tandis que Marcelo open-shore, pour la deuxième fois consécutive, afin de mettre sous pression ses adversaires shortstacks, Hugo Pingray se réveille avec AK en BB. Le joueur connaît bien l’ICM, mais ici, c'est un call Monsieur. Et c’est même en bonne position face au K9 adverse. Même chorégraphie que tout à l’heure : tout le monde se lève, les deux clans se forment et c’est parti pour un nouveau board à sensations. 

Pingray Yoh

Ça part pas mal sur le flop K5J… Puis nouveau hurlement brésilien : Marcelo trouve sa double paire sur la turn 9 ! La river 5 fait démarrer le chant qu’on ne connaît que trop bien… « Olé Oléééééé ! Olé Olééééé ! Olé Mesqueu va cravar u EPTéééééé ». Et ça fait encore plus mal quand c’est pour célébrer l’élimination de notre dernier français.

De son côté, Hugo part saluer ses opposants. Le champion français aura produit un jeu d’une solidité remarquable. Il a parfaitement profilé les adversaires qui se dressaient face à lui pour tirer le meilleur parti de beaucoup de ses duels. Il regrettera peut-être ce 3-bet un peu trop light avant la dernière pause, qui l’a fait descendre dans la zone rouge. Puis derrière, les cartes se sont retournées contre lui.

Un énorme bravo à notre porte-drapeau, auteur d’un nouveau parcours exceptionnel. Il repart avec des émotions uniques, celles d’une finale EPT et un chèque de 298 710 €. Un exploit à l'image du garçon : géant.

« Si je gagne celui là, je repasse deuxième en jetons, ça pouvait changer la partie… Mais je suis content, j’ai bien joué et j’ai pris beaucoup de plaisir, résume le joueur juste après son élimination ».

Cet amateur très éclairé nous a fait vibrer depuis le début de semaine. Son beau poker, sa bonne attitude donnerait même envie de le voir plus souvent. « Je n’ai jamais vraiment quitté ce milieu. J’aime toujours les cartes, je suis toujours ce qu’il se passe, mais pour des festivals comme celui-là, il faut prendre une semaine ou plus. Avec mon entreprise, c’est compliqué, mais dès que j’ai du temps, je me plais toujours à jouer ce genre de tournoi ». Pas de Las Vegas pour lui cette année, mais il se pourrait qu’on croise Pingray sur d’autres évènements prestigieux, comme au Bahamas par exemple. Ça sera avec grand plaisir qu’on le recroisera. Une seule chose à dire : Bravo, et merci Hugo.

Simoes

Inutile de faire des chip-raise, le stack de Marcelo Simoes remonte aussitôt. A force de toucher tous les boards et d'enchaîner les éliminations, le Brésilien se retrouve seul au monde dans ce tournoi avec 22 millions de jetons. Le deuxième Morten Hvam, en compte 5. Trofimov et Cervantes un peu moins de 3. Sur les blindes 100 000 - 200 000. Ca sent bon pour le brésilien.

Tous à table pour le diner

- 7 mai 2022 - Par Fausto

Le record du monde du 6-max le plus long du monde est désormais explosé. Les six survivants ont tenu jusqu'à la pause diner. Mais ça pourrait vite changer, puisque cette finale EPT reprendra avec quatre joueurs sous les 20BB.

Main Event (Final Day)

TF

Sept heures de jeu et toujours pas d’élimination. Un scénario tellement improbable que le dernier niveau a été raccourci de 15 minutes, et qu'on pourrait même passer à 60 minutes de niveau après le diner-break. Pourtant, les blindes sont déjà bien montées depuis le début de journée. Parti d’un sit’n go à plus de 60 blindes de moyenne, on est passé à 30BB. Pas de quoi presser les joueurs, qui continuent de s’échanger quelques bouts de stacks, sans que personne ne veuille partir.

Pingray Trofimov

A ce petit jeu, Hugo Pingray ne s’en sort pas si mal. En deux niveaux, le Français a d’abord vu son stack diviser par deux suite à plusieurs petits coups perdus. Un million de jetons est notamment parti dans le stack du Brésilien Simoes, dont le tirage flush avec A4 s’est transformé en top paire sur la river quand le Français avait trouvé une dame avec Q9 sur le board Q65J.

Mais Pingray trouve le spot de la remontée. Défense de blinde avec K10 face à un open 325 000 de son voisin Trofimov avec AK. 1095 sur le flop et le Moldave check derrière le Français, qui trouve une double paire sur la turn K, l’une des meilleures cartes du paquet.

Hugo part à l’attaque. 375 000, qui sont suivis par son opposant avec top paire et les deux joueurs voient une river 3. Une belle brique, sur laquelle Pingray part pour une grosse value. 1 200 000 demandé ! Serait-il un peu gourmand ? Pas du tout. Trofimov paye le 2-barrels et relance totalement le Français qui remonte près des cinq millions de jetons…

Hvam Pingray

Malheureusement, il se délestera d’un gros million sur le dernier coup du niveau, celui précédent la pause. C’est justement ce timing particulier qui l’incite à 3-bet light avec Q4. Problème, Morten Hvam est dans le top de sa range et paye avec son AK. Le Français préfèrera stopper les dégâts en checkant trois fois sur le board 2J279. La hauteur est bonne pour le Danois qui remonte à 4 millions de jetons.

Marcelo Stack

Amateur de kaplas, Musqueu s'est construit un beau palais de jetons, qui s'apprête à perdre un peu de hauteur suite au chip-raise à venir.

Ça reste loin derrière Marcelo Simoes. Déjà chipleader, le Brésilien a appuyé sur l’accélérateur et profite de l’augmentée des blindes pour mettre la pression et accroître son avance. L’Allemand Erkan Soenmez tente un bluff avec A10 sur un board 9976 alors que Musqueu avait floppé brelan. Derrière, le Carioca grappille plusieurs petits pots pour boucler le niveau loin devant tous les autres, avec 16 millions de jetons.

A l’inverse, Soenmez passe sous les dix blindes, juste en dessous de Trofimov qui a perdu gros sur cette double value de Pingray. Le 6-max pourrait donc se terminer bientôt mais vu le scénario du jour, on ne va pas trop s’avancer. Bon appétit messieurs, on revient dans une heure !

Chipcount :

Marcelo Simoes : 16 300 000
Morten Hvam : 5 950 000
Jaime Cervantes : 4 000 000
Hugo Pingray : 3 575 000
Dragos Trofimov : 1 325 000
Erkan Soenmez : 1 050 000

Pingray

Le rail français s'organise autour de Kévin Abécassis, avec Pierre Calamusa, Delphine, Yoh Viral et la Team couvreurs.

Monaco, c'est le Brésil

- 7 mai 2022 - Par Fausto

4 heures de jeu et toujours pas le moindre busto. On ne va pas se le cacher, on est presque sur le point de s’endormir dans ce 6-max, mais heureseument, le rail brésilien est là pour nous réveiller. 

EPT Main Event (Final Day)

Rail

On est clairement sur le 6-max le plus long de l’histoire. Depuis maintenant plus 4 heures, personne ne se décide à quitter la table. J’aurais bien voulu vous annoncer des gros coups entre superstacks, un set-up… Mais même pas.

Passé shortstack depuis le 3-barrels bluff de Hugo Pingray, Jaime Cervantes est le seul à avoir eu des balles d’éliminations contre lui. Sur la première, l’Américain resteal à tapis sur une ouverture de Marcelo Simoes, qui paye les 16 blindes de Cervantes avec son A7. L’Américain est devant avec son AJ et trouve la top paire dès le flop J106. La turn 7 apporte quelques (toutes petites) sueurs mais la river 4 valide le double-up.

La seconde confrontation est plus coquine. Même configuration : open bouton, resteal pour une petite vingtaine de blindes et cette fois, c’est un flip qui décidera du tournoi de Jaime Cervantes. 99 chez l’Américain, AK chez Marcelo et le croupier dévoile un board étonnant. 567 sur le flop. Rien de fou pour l’instant. Un 9 sur la turn : l’Américain sert le poing… Un peu trop tôt.

Rail

Marcelo "Mesqueu" Simoes dans les bras de son clan,  qui appelle un 8 de toutes ses forces pour le partage.

Pan ! Le 8 river conclut ce coup par un split. Et comme à chaque coup remporté, ou bien même juste pas perdu par Marcelo Simoes, le kop brésilien enflamme le plateau télévisé, avec Lucas Scafini dans le rôle du Capo.

Vainqueur du FPS plus tôt dans la semaine, le Brésilien est également très bon quand il s’agit de mettre l’ambiance.

« Olé Oléééééé ! Olé Olééééé ! Olé Mesqueu va cravar u EPTéééééé » scandent Lucas et ses compatriotes, en sautillant sur les bords des barrières qui entourent la table finale. Et ça fait environ 40 fois qu’on entend ce refrain depuis ce matin.

TV Rail

« Marcelo, on l’appelle par son deuxième nom au Brésil, Mesqueu. Et “Cravar”, ça veut dire gagner”, m’explique le chef du kop.
- C’est lui qui a inventé la chanson. C’est un véritable chanteur brésilien », plaisante l’un de ses amis auriverde.

Simoes

Et si le Brésil remporte largement le combat du rail, Marcelo Simoes domine toujours les débats à table. 9 millions de jetons pour « Mesqueu », qui dispose désormais de trois millions de jetons d’avance sur le deuxième Erkan Soenmez. Dragos Trofimov est bien revenu, remportant plusieurs petits coups pour remonter près des six millions lui aussi. Morten Hvam et Hugo Pingray oscillent autour des 40 blindes, tandis que Jaime Cervantes ferme la marche, avec une grosse trentaine de blindes.