Day 1B : le bilan chiffré

- 4 mai 2022 - Par Rootsah

View

Day 1A418 inscriptions, re-entries inclus / 121 restants (dont 30 Français) - Chipleader : Merijn van Rooij (Pays-Bas) 253 000
Day 1B : 631 inscriptions, re-entries inclus / 187 restants (dont 52 Français) - Chipleader : Morten Hvam (Danemark) 327 500

Top 10

Vayssieres
Morten Hvam (Danemark) 327 500
Gangzhou Hu (France) 272 000
Boris Kuzmanovic (Croatie) 259 500
Didrik Mantor (Norvège) 232 500
Claudio Di Giacomo (Italie) 231 000
Daniel Rezaei (Autriche) 230 500
Rocco Palumbo (Italie) 226 000
Jonathan Genovese (Royaume-Uni) 211 000
Ferenc Deak (Hongrie) 203 500
Nicolas Vayssières (France) 203 500

52 Français

Sfez
Gangzhou Hu 272 000
Nicolas Vayssières 203 500
Arnaud Mattern 202 000
Eric Sfez 201 000
Yannick Cardot 199 500
Julien Mariani 188 000
Jules Dickerson 187 000
Laurent Vauquelin 184 000
Marc Cristiani 167 000
Michael Chetrit 160 500

Lakhdari
Karim Abdelmoumene 155 000
Ariel Sebban 153 000
Ange Besnainou 147 000
Laurent Chenet 142 000
Antonin Teisseire 134 000
Omar Lakhdari 132 000
Hassan Fares 131 500
Lucas Sfez 128 500
Senol Ardic 123 000
Antony Marchetti 121 500

Pirault
Manuel Labous 119 000
Gregory Teboul 111 500
Florent Estegassy 110 000
Jonathan Pastore 108 000
Thierry Morel 108 000
Nicolas Julien 107 500
Antony Darmani 104 500
Francois Pirault (Team Winamax) 103 000
Guillaume Diaz (Team Winamax) 100 000
Fabien Motte 90 500

Guimond
Jeremy Saderne 88 500
Jacques Der Megreditchian 87 000
Michel Cohen 87 000
Sébastien Le Baron 83 000
Kamel Atoui 80 500
Ilan Cohen 75 500
Eric Bensimhon 64 000
Florian Guimond 60 000
Rachid El Yaacoubi 57 000
Alain Goldberg 56 500

Mansouri
Jeremy Degny 51 000
Maxime Chilaud 41 500
Mikael Guenni 38 500
Didier Mambour 38 500
Christophe Pollet 35 500
Franck Makaci 29 500
Sonny Franco 28 000
Sylvestre Ceccaldi 28 000
Jose Astima 24 000
Ouassini Mansouri 17 500

Mohamed Mehalleg 15 500
Jean-Louis Perez 13 500

Le reste du field (sélection)

Kitai
Rafael Moraes (Brésil) 201 500
Fabian Quoss (Allemagne) 175 500
Armin Rezaei (Autriche) 174 500
Mehdi Chaoui (Maroc) 165 000
Paul Hoefer (Allemagne) 163 500
Davidi Kitai (Belgique, Team Winamax) 154 500
Christoph Vogelsang (Allemagne) 154 500
Matas Cimbolas (Lituanie) 142 000
Aram Sargsyan (Arménie) 138 500
Conor Beresford (Royaume-Uni) 130 500

Javi Gomez
Rainer Kempe (Pays-Bas) 126 500
Mikalai Vaskaboinikau (Biélorussie) 111 500
Fabio Peluso (Italie) 107 500
Patrik Antonius (Finlande) 106 000
Jakob Miegel (Autriche) 105 000
Javier Gomez (Espagne) 104 000
Maher Nouira (Tunisie) 103 500
Valentino Konakchiev (Bulgarie) 98 000
Mustapha Kanit (Italie, Team Winamax) 94 000
Jason Wheeler (Etats-Unis) 78 000

Akkari
Demetrio Caminita (Italie) 70 000
Marcelo Simoes (Brésil) 61 000
William Kassouf (Royaume-Uni) 52 500
Alexandros Kolonias (Grèce) 47 000
Laurynas Levinskas (Lituanie) 42 000
Dinesh Alt (Suisse) 39 500
Cristopher Franck (Allemagne) 39 000
Bryan Paris (Etats-Unis) 34 500
Andre Akkari (Brésil) 23 500

Blindes au départ du Day 2 : 1 000 / 1 500 BB ante 1 500
Day 2 : coup d'envoi mercredi à 12h

Accrochés à leur Rocher

- 4 mai 2022 - Par Benjo DiMeo

CLIQUEZ ICI POUR LA VICTOIRE D'ADRIAN MATEOS SUR LE SHR 100K

4 pros du Team franchissent le Day 1B
Ils seront 8 logos au Day 2
EPT Main Event 5 300 € (Fin du Day 1B)​


Team Winamax EPT Monte Carlo
Avec 631 inscrits sur le deuxième et dernier flight du Main Event, la Salle des Étoiles n'a guère désempli aujourd'hui, (de même que son annexe, la Salle des Palmiers) et la barre des 1 000 joueurs a été franchie. Pour autant, nous ne sommes pas en présence d'un record à Monte Carlo : celui-ci, qui date de 2016, ne fut que frôlé (voir historique ci-dessous). Mais qui sait, peut-être qu'une bande de milliardaire monégasques en goguette va se pointer demain les poches bourrées de pesos, et rejoindre le tournoi juste avant la fermeture du guichet d'inscription. En attendant, dans l'ombre d'un Adrian Mateos plus brillant que jamais, le reste du Team Winamax a tenté de suivre l'exemple du jeune et légendaire patron du poker espagnol.

Pour Loïc Debregeas, Joao Vieira, Kool Shen, Romain Lewis et Adrian Mateos (qui a eu le temps de sauter deux fois après sa victoire sur le Super High Roller), l'aventure s'est arrêtée aujourd'hui. Mais quatre autres de nos pros ont tenu bon au cours des dix niveaux d'une heure programmés aujourd'hui. Si l'on ajoute les quatre déjà qualifiés la veille, ils seront un total de huit porteurs de logo au Day 2. Avec des tapis somme toute similaires, oscillant autour de la moyenne. 103 000 pour François Pirault, 100 000 pour Guillaume Diaz, 94 000 pour Mustapha Kanit... tout ça, c'est kif-kif bourricot, comme dit ma mère qui n'a pourtant jamais franchi un Day 1 de sa vie. Seul Davidi se détache un peu avec ses 150 000. "Quand tu sors João, c'est plus facile après", a lâché Davidi avec ce demi-sourire traduisant une pointe de regret d'avoir éliminé un coéquipier, a fortiori en l'ayant fait patienter avant de call. "Quand João est parti, j'avais toute la table rien que pour moi ! Je me suis fait payer de gros value bets..." Mais Davidi de tout de même faire remarquer qu'il a vu son stack taper la barre des 200 000 pendant un temps, avant de redescendre après une collision avec un joueur Français au style qualifié de "bizarre".

François Pirault
De son côté, François se satisfait d'un re-entry qui l'emmènera quoi qu'il arrive plus loin que sa première bullet du Day 1A. "Hier, mon max de tapis était 33 000. Avec le recul, je réalise que j'ai été bien card dead car aujourd'hui, c'était plus la même. Dès que tu peux te permettre de faire un c-bet après avoir relancé, ça change tout !" En début de journée, François n'a pas tardé à passer par la case "frisson" en tentant un gros bluff. "Il me serait resté 10 000 s'il n'était pas passé." Mais son adversaire n'a pas vérifié les papiers, et François a franchi la douane monégasque sans encombres. Enfin, au moment de nous résumer sa journée, Guillaume sélectionne une main qu'il a perdue. Elle vaut le détour : "Je me suis fait bluffer deux fois sur les quatre derniers niveaux. L'un d'eux, j'ai As-Dame, je relance, la BB défend. Flop Roi-10-10, je c-bet 1,5 BB, c'est check/call. Turn : Valet qui ouvre un tirage couleur. Je mise le pot, check/call. Rivière : doublette du Roi, il me donk-bet genre 20 000..." Guillaume ne peut se résoudre à payer : il se voit montrer la main préférée de Davidi Kitai par un adversaire goguenard ! (Dame-8 ou Dame-Ouitre, pour ceux qui ont manqué une ou deux saisons de Dans la Tête d'un Pro).

52 sièges dans le train bleu

Nicolas Vayssieres
Un joli wagon tricolore accompagnera nos quatre Team Pro au Day 2. Dans la locomotive, l’inévitable Nicolas « Chèvre.Miel » Vayssières. Le jeune homme qui nous a fait vibrer sur le dernier Main Event WSOP continue son histoire d’amour naissante avec les festivals EPT. Après une première table finale juteuse à Prague et un premier pique rouge pour son arrivée à Monaco, Nico termine tout en haut du chipcount tricolore, grâce à un joli double-up sur les ultimes mains du Day.

Open 3 000 du High Jack, Nicolas flat au bouton 89 puis voit la BB squeeze à 13 000. « C’est un reg, je décide de payer et ça vient 952 au flop, raconte le grinder. Ça check-check, 9 sur la turn, et il envoie 21 000. Je prends mon temps, et je paye, poursuit Nico. River 7, il me fait tapis pour 68 000 ». Et voilà comment revenir au Day 2 d’un EPT avec 135 blindes.

Sfez
Avec seulement une blinde de moins, Eric Sfez (photo) et Arnaud Mattern représentent fièrement le clan des vieux briscards. Le premier nous a d’ailleurs offert l’une des mains de la journée à quinze minutes du gong, en claquant un bluff qui risque de causer quelques cauchemars à son compatriote Mickael Chetrit. Open 2 600 de Sfez EP et 3-bet du Savoyard dans les blindes pour 8 200. Eric complète et découvre un flop J82. Mickael envoie un premier péchon à 12 500 jetons, payé par Eric, un deuxième à 20 000 sur la turn 9, payé par Eric, avant de ralentir sur la river K. Eric voit l’ouverture et s’engouffre : un bet à 52 600 dans les dents de Chetrit, qui mettra quelques minutes avant de fold deux dames face-up. Dans la seconde suivante, Eric Sfez montrait son A10, c'est-à-dire rien du tout, avant de ramasser la tonne de jetons.

Cardot
Devant ce trio bleu, le chipcount indique une autre étoile bleue, un peu plus lointaine encore, avec un certain Hu Ganzhou pointant à 272 000 jetons. Mentionnons également le décollage de Yannick Cardot (photo), qui a trouvé un joli spot sur le dernier niveau. Open shove UTG 21 000 avec As-Roi, re-shove 200 000 du bouton avec As-Roi et Yannick se réveille dans les blindes avec deux as. Merci pour le double-up et demi et voilà Cardot juste en dessous des 200 000 jetons.

Dans le train pour le Day 2, Antonin Teisseire, Julien Mariani, Ange Besnainou et Laurent Vauquelin réservent un siège en première classe avec plus de 90 blindes. Massou Cohen, Omar Lakhdari, Hassan Farès, Florent Estegassy, Anthony Darmani reviendront également avec un tapis confortable. À l’arrière du train, Maxime Chillaud et Sony Franco se sont gardés respectivement 30 et 20BB pour revenir dans la partie.

Romain Lewis
Mehdi Chaoui sera au Day 2, ce qui ne sera malheureusement pas le cas de Romain Lewis

Ils franchissent aussi le Day 1B : Patrik Antonius, William Kassouf, Matas Cimbolas, Jason Wheeler, Hassan Fares, Jérémy Saderne, Florian Guimond...
Pour eux, le Main Event c'est comme Capri (c'est fini) : Loïc "_Winda" Debregeas, João Vieira, Kool Shen, Paul-François Tedeschi, Jonathan Therme, Hossein Ensan, Romain Lewis...

Benjo & Fausto

EPT Monte Carlo : un historique

EPT Monte Carlo
2005 : 211 joueurs, prizepool 1 983 400€, Rob Hollink (Pays-Bas) pour 635 000 €
2006 : 298 joueurs, prizepool 2 801 200€, Jeff Williams (USA) pour 900 000 €
2007 : 706 joueurs, prizepool 6 636 400€, Gavin Griffin (USA) pour 1 825 010 €
2008 : 842 joueurs, prizepool 8 420 000€, Glen Chorny (Canada) pour 2 020 000 €
2009 : 935 joueurs, prizepool 9 350 000€, Pieter De Korver (Pays-Bas) pour 2 300 000 €
2010 : 848 joueurs, prizepool 8 480 000€, Nicolas Chouity (Liban) pour 1 700 000 €
2011 : c'était à Madrid et personne ne s'en souvient
2012 : 665 joueurs, prizepool 6 650 000€, Mohsin Charania (USA) pour 1 350 000 €
2013 : 531 joueurs, prizepool 5 310 000€, Steve O'Dwyer (Irlande) pour 1 224 000 €
2014 : 650 joueurs, prizepool 6 500 000€, Antonio Buonanno (Italie) pour 1 240 000 €
2015 : 564 joueurs, prizepool 5 640 000€, Adrian Mateos (Espagne) pour 1 082 000 €
2016 : 1 098 joueurs, prizepool 5 325 300€, Jan Bendik (Slovaquie) pour 961 800 €
2017 : 727 joueurs, prizepool 3 525 950€, Raffaele Sorrentino (Italie) pour 466 714 €
2018 : 777 joueurs, prizepool 3 768 450€, Nicolas Dumont (France) pour 712 000 €
2019 : 922 joueurs, prizepool 4 471 700€, Manig Loeser (Allemagne) pour 603 777 €

Tous nos reportages à Monte Carlo

Duel fratricide

- 3 mai 2022 - Par Fausto

EPT Main Event 5 300 € (Day 1B)​

Explication entre Team Pro. Le hasard du Seat draw avait placé Davidi Kitai et João Vieira côte à côte. Une rencontre plus tard, il n’en reste plus qu’un.

Davidi Kitai

Bataille de blindes lusitano-belge dans laquelle Davidi tient la plus belle main du poker. Limp 600 du génie, « iso » de João pour 2 000 jetons, et Davidi décide de just call. K73 sur le flop et João envoie un premier barrel, petit, payé sans trop de problème par Davidi. Doublette du 3 sur la turn et deuxième barrel, plus gros cette fois, payé sans trop de problème par le Belge. River 6 et João envoie la sauce. Tapis « Pot-Size-Bet » demandé par le Portugais. Cette fois, cela mérite réflexion. « On avait une table plutôt soft, je me disais qu’il y avait peu de chance qu’il bluff dans cette situation. Il a quelques trois, quelques suites, mais je n'ai pas vraiment pensé à folder » analyse Kitai. Pas de bluff en effet chez Naza, qui tentait le value bet avec KQ, finalement attrapé par le slow-play du Génie.

Mustapha Kanit
Depuis, Davidi a trouvé une couleur bien valorisée pour passer la barre des 110 000. C’est lui qui mène le bataillon du Team Pro Wina sur ce Day 1B. On y retrouve également Mustapha Kanit, avec un peu moins de trois tapis de départ, François Pirault, dans les mêmes eaux, Guillaume Diaz est encore dans le coup, tout comme Romain Lewis et Adrian Mateos. En revanche, c’est terminé pour Kool Shen, qui encourage désormais le copain « Tonin » Teisseire dans le fond de la salle des étoiles. Le Niçois se porte d’ailleurs plutôt bien, avec un bon 100 000 jetons devant lui.

Tonin Kool Shen

Tel DJ Khéops sur l'album Sad Hill, l'EPT Monaco rapproche les tauliers du sud et de l'île de France. Kool Shen donne de la voix pour l'un des grands Monsieurs du game, Tonin Teisseire !

Atoui et Mansouri en colosses

- 3 mai 2022 - Par Fausto

EPT Main Event 5 300 € (Day 1B)​

Atoui

Début de journée rêvée pour Kamel Atoui, qui mène le contingent français avec près de cinq tapis de départ

Kamel Atoui et Ouassini Mansouri peuvent partir diner tranquilles. L’esprit léger, le stack plein de jetons et le sentiment du devoir accompli. Postés aux sièges 2 et 8, les deux colosses ont aspiré la majeure partie des jetons ayant circulé à leur table. Et ce sans même besoin de faire de folie. « Quasiment aucun show-down, aucun tapis pré-flop, même pas un flip » pose Kamel Atoui, en comptant ses énormes pilasses. « J’avais la position sur les deux gros stacks de la table et j’ai beaucoup flat derrière eux, même lorsque j’avais de grosses mains. J’ai touché quelques boards et je leur ai mis beaucoup de pression post-flop. Toutes les heures, j’ai pris entre 15 et 20 000 de plus ». Une progression rêvée, qui lui permet de culminer à 145 000 jetons, et d’endosser le costume de chipleader français.

OUass

Deux sièges à sa droite, Ouassini n’est pas mal non plus. 110 000 jetons pour le taulier tricolore qui a suivi la même recette que son pote Kamel. « J’ai pris plein de petits coups. On s’est pas mal boxé avec l’Ukrainien (Andriy Liubovietskyi). Il est fort, aucune erreur. C’est ça qu’on aime à l’EPT, on peut vraiment jouer au poker » commente Ouass’, toujours amateur de beau jeu.

Malheureusement, Ouassini n’aura plus l’occasion de croiser le fer avec l’Ukrainien. Tandis que les deux meneurs du clan tricolore discutent de leur futur restaurant, Liubovietskyi s’embarque dans un coup de haute voltige avec Hansen Sindre. Le Norvégien vient de le re-raise à 15 500 sur un flop A108, et Andriy annonce tapis, pour environ 40 000. Hansen vérifie ses cartes puis paye avec son AK. C’est loin derrière le 1010 de Andriy qui l’a parfaitement attrapé. Les deux joueurs se lèvent pour voir la suite : Turn 2, River 6. Flush backdoor ! Les deux joueurs lâchent simultanément un cri. L’un de joie, l’autre de dégoût.

Bad Beat

« Elle est bien sale celle-là » commente Ouass’, après s’être mis d’accord avec Atoui. Ça sera le restaurant du Méridien. Bon appétit Messieurs !

Touche pas à mon pote

- 3 mai 2022 - Par Fausto

EPT Main Event 5 300 € (Day 1B)​

Beaucoup d’action dans le virage de Mehdi Chaoui. Le Marocain est connu sur le circuit francophone pour ses moves de « dégen », notamment à base de gros overbet river. Mais cette fois, c’est lui qui se fait prendre à son propre jeu, en subissant les assauts de son voisin Cassio De Almeida.

Chaoui

Limp 600 de Chaoui sur la blinde du Brésilien qui isole à 2 000 et les deux joueurs découvrent un flop 9J6. Check-check chez ces messieurs et nouveau check de Chaoui sur la turn 9. Le Brésilien passe à l’attaque et demande 2 500 à Mehdi qui paiera la mise adverse. River 2, une joli brique qui donne des idées au vainqueur des Brazilian Poker Series : 15 500 dans 8 500. Un move qui fait sourire Mehdi Chaoui. Lui-même raffole de ce genre de move, mais cette fois, c’est lui qui se retrouve à tanker deux minutes, avant de finalement rendre ses cartes.

Dix minutes plus tard, je reviens autour de la table… Plus de Cassio De Almeida. En fin observateur, je devine que le stack du Brésilien s’est fait aspirer par Maher Nouira. « Je n'aime pas qu’on touche à mon pote Mehdi » explique le Tunisien, qui s’est donc chargé de faire payer la sentence dans un duel bouton vs BB. Maher n’a pas fait dans la dentelle. « J’open, il me 3-bet et je lui mets tout avec 77, il m’a payé avec AK et ça passe sur Q9656 » raconte Nouira. Déjà auteur de quelques petits moves en début de journée, le grinder passe la barre des 100 000 jetons.

Chaoui Nouira

La connexion tunisiano-marocaine Maher Nouira et Mehdi Chaoui, en toute détente dans ce Day 1B

En parlant du Maroc, je viens de croiser une table qui sent bon le Es Saadi. Hassan Farès, Mohamed Mehalleg, Jean Koja et Massou Cohen se sont retrouvés à boxer ensemble dans le bord de la salle. Entouré de ses copains, difficile d’arrêter les palabres de Massou. « Only English please » répète sans succès la croupière. Pour l’instant, c’est Michel Cohen qui s’en sort d’ailleurs le mieux, avec un peu plus de deux tapis de départ, quand les autres francophones de la table gravite autour du tapis de départ, voire un peu moins chez Jean Koja.

EPT Marrakech