Kool Shen runner-up du High Roller

- 8 mai 2022 - Par Fausto

Une dernière mesure détonante pour ponctuer la symphonie de cet EPT
Kool Shen termine 2e du plus gros High Roller de ce Monte-Carlo, derrière l’Italien Gianluca Speranza
Notre Team Pro a tenu tête à la crème des joueurs mondiaux pour réaliser une perf exceptionnelle, empochant au passage plus de 700 briques

High Roller 25 000 €

Kool Shen

Le dernier couplet du festival commence pourtant sur une série de fausses notes. Joao Vieira qui se fait craquer les dames, Davidi Kitai sali à la bulle de la table finale, et notre chipleader, Kool Shen, qui perd la moitié de son million de jetons avec deux As.

Trois représentants à 13 left, un seul en table finale, avec un stack boiteux, l’histoire commençait mal et aurait pu être écrite en une seule page. C’était sans compter sur la plume de Kool Shen, qui a prolongé le scénario jusqu’au heads-up, pour nous proposer l’un des plus beaux chapitres poker de sa carrière.

Pas venu en touriste

Speranza

Seul Gianluca Speranza a pu barrer la route de Bruno Lopes, qui échoue à une marche du titre EPT

On parle là du plus gros High Roller 25 000 € de Monaco. Un tournoi rassemblant les tauliers du circuit européen, des High Staker enquillant les titres et les millions partout sur la planète, les Chidwick, Mikita, O’Dwyer, Greenwood et compagnie. Mais en fait, qu’est-ce qu’il faisait là le Kool Shen ?

« C’est le troisième de ma vie, pose Kool Shen quelques minutes après la fin du tournoi. Je suis venu faire le Main Event comme tous les ans à Monaco. J’avais un peu d’avance sur ma bankroll avec les Live qu’on pas joué durant le Covid et j’avais l’occasion de me faire plaisir sur ce 25k, pour me frotter au grattin. Malgré la tension, c’était un grand kiffe. Je me suis même marré avec O’Dwyer, alors que c’est pas facile de faire rigoler O’Dwyer.. Mais attention, Je viens pas en détente dans ces tournois. O’Dwyer il me fait un coup, j’ai la rage, l’autre il me fait un coup, j’ai la rage… J’ai envie de me battre ». 

Pour combattre, Kool Shen n’a pas les mêmes armes que les Vogelsang et autres regs de High Stakes, mais il a ses atouts bien à lui. Et sur ce tournoi, Bruno a montré qu’il n’avait rien d’un touriste.

Kool Shen

« Je suis pas un champion de poker. Je joue au poker, c’est tout. Tu sais que t’es en dessous, mais en étant solide, peut être malin, tu peux tenir tête à des mecs forts ».

Son profil atypique, d’amateur éclairé, d’artiste passionné, lui confère une image bien particulière. Dans ce genre de tournoi, il peut même parfois la retourner à son avantage. 

« J’ai une stratégie à moi, assez bien établie par rapport à ce genre de joueurs. Je pense à peu près savoir comment ils me perçoivent… Et je pense qu’ils se trompent. Et je pense qu’ils ne savent pas à quel point je sais à peu près ce qu’ils font, explique le joueur, toujours aussi jongleur quand il s’agit d’utiliser les mots. C’est pas pour dire que j’ai fini deuxième, je me la raconte, et je sais comment jouent les mecs de High Roller. Mais j’arrive à me repérer, à comprendre des choses de ce qu'ils font ».

Kool Shen

Être entouré d’un Team composé de certains des meilleurs joueurs peut aider à cette compréhension. Avoir des Adrian, Joao à ses côtés est une chance, jouer les plus beaux tournois du monde avec l’écusson W aussi. Le passionné de poker qu’est Bruno le sait bien et les saisit au maximum, pour s’inspirer de ses champions, apprendre des meilleurs.

« Hier soir après le Day 2, on a débriefé jusqu’à 4h du mat’ avec Arthur (Conan). Ça commence à discuter, on parle de mains, de pourquoi tu joues comme ça, puis c’est tellement intéressant, qu’on reprend un verre, et t’as envie de continuer. Quand tu comprends ce qu’il te raconte, t’es content et t’apprends encore de nouvelles choses ». Ça ne lui a pas fait plus de 4h heures de sommeil exact, mais aujourd'hui, Kool Shen avait les idées bien en place.

Fold avec deux As, call avec dame-ouitre

Kool Shen

D’un point de vue de la performance, on se souviendra de cet énorme Day 2, où le rappeur a monté un stack colossal, en avalant d'abord plusieurs petits tapis puis en faisant très mal notamment à Dominik Nitsche dans des batailles de blindes. N'est-ce pas Kool Shen qui disait « Si t'as le pedigree, ça se reconnaît en BB » ?

Au Day 3, il y a ce fold de mutant, où Kool Shen jette paire d’as sur un board 642K10 alors que Gianluca Speranza le mettait à tapis… Avec 64[i.

« Avant, je prenais des coups sur la tête et les jetons pouvaient partir en quatre secondes, affirme Bruno. Là, j’ai réussi à me focus, à faire des gros folds, comme sur ces deux As. Avec l’adrénaline de ce genre de partie, les pay-outs, c’est pas possible de jeter son tournoi. À Marrakech, les deux as, c’était payé. Le mec aurait pu me faire des gros re-raise, des appels de phare avec ces deux paires, c’était payé ! ».

Kool Shen Musta

Kool Shen se souviendra aussi de ses deux valets qui trouvent brelan au flop contre les flèches de Jean-Noël Thorel. Un pot important qui lui permet alors de ressurgir dans le gang de tête et d’éliminer dans la foulée le vétéran. Le joueur a ensuite bien géré jusqu’au heads-up, laissant Gianluca Speranza faire le travail, avant d’achever lui-même le Bulgare Dimitar Danchev, tombé shortstack.

En Heads-up, il confesse n’avoir pas très bien joué sa dernière main, pour utiliser des termes polis. Dans les faits, il tente un hommage à Davidi en payant dame-ouitre et s’empale avec top paire sur une flush de Gianluca, qui s’adjuge donc le trophée et 853 000 €.

Monaco-Monaco, Fonk-Fonky Fresh !

Monaco
Le titre échappe à Kool Shen cette fois-ci, mais la perf n’en demeure pas moins belle. Notre Team Pro explose son record obtenu à l’EPT Madrid, dix ans après cette 4e place et met un joli point final à ce festival EPT, définitivement marqué du sceau du W rouge.

Le titre d’Adrian Mateos sur le Super High Roller, la révélation Alejandro Romero, finaliste du Main Event, et enfin, cette place de runner-up sur le plus beau des High Roller. Belle semaine pour le Team. Qui se donne rendez-vous dès la semaine prochaine à Madrid. Un magnifique WPO nous attend, toute l’équipe sera au rendez-vous. Et on espère que vous aussi !

Position Nom Pays Gains
1 Gianluca Speranza Italie 853 000 € (après deal)
2 Bruno "Kool Shen" Lopes France 703 990 € (après deal)
3 Dimitar Danchev Bulgarie 427 760 €
4 Marton Czuczor Hongrie 329 040 €
5 Byron Kaverman USA. 253 100 €
6 Rodrigo Seiji Sirichuk Brésil 194 690 €
7 Jean-Noel Thorel France 162 160 €
8 Manig Loeser Allemagne 135 120 €
9 Steve O'Dwyer Irlande 112 600 €

Samba Mesqueu

- 8 mai 2022 - Par Fausto

Avec le public, l’avantage en stack et le vent dans le dos, l’issu faisait peu de doute. Marcel « Mesqueu » Simoes remporte ce Main Event de l’EPT. Sans contestation aucune, il met la main sur 939 840 €, tandis que le clan brésilien fait trembler les murs du Monte Carlo Bay.

Simoes

Entre l’ambiance du carnaval de Rio et des palaces de Monaco, il y a un monde. Marcelo Simoes et sa bande viennent de conjuguer les deux le temps le temps d’une célébration unique : celle du premier titre EPT pour le Brésil.

Team Brazil

« Olé Oléééééé ! Olé Olééééé ! Olé Mesqueu va cravar u EPTéééééé » scande à tue-tette le kop brésilien mené par Lucas Scafini. Le chef d’orchestre et vainqueur du FPS en début de festival entame ce refrain depuis le début d’après-midi. Cette fois, il peut le chanter avec le nouveau héros du Brésil : Marcelo « Mesqueu » Simoes. Le champion saute dans les bras de son ami et se met à danser, sauter et embrasser chacun des compatriotes présents dans le rail. Des célébrations on-ne-peut plus méritées, tant le Brésilien a déroulé tout le long de cette finale.

Scafini Simoes

Lucas Scafini soulève son pote Marcelo Simoes, qui lui soulève le premier titre EPT du Brésil

Marcelo

On pouvait parfois penser qu’il avait le profil du Livetard fantasque, du joueur qui a le vent en poupe mais qui pouvait recracher ses jetons à chaque instant. Il n’en est rien. Après avoir assumé un à un les finalistes, il a désossé le colosse Morten Hvam, qui n’a rien pu faire pour résister à la tornade brésilienne.

Hvam Marcelo

Certes, la réussite était du côté de Marcelo. Avec son 53, il touche double paire pour éliminer Erkan Stoenmez. Avec K9, il touche un 9 pour abattre le AK de Pingray. Et sur le heads-up il a touché plusieurs flop pour piller le stack de Morten Hvam, vite tombé dans la zone rouge.

Le Brésilien s’offre une première balle de match à sensations. Les douze dernières BB de Morten sont envoyés sur un flop 752hch et c’est payé par le 85 de Simoes. Les deux joueurs regagnent chacun leur clan en appelant les cartes et Pan ! Le 8 sur la turn offre la double paire au Brésilien. Le kop se met à chanter son refrain préféré… Puis se tait d’un coup sur la river J. Cette fois, c’est le kop scandinave qui fait du bruit. Hvam est de retour à 6,3 millions.

Les espoirs de remontada seront vite anéantis. Morten Hhvam envoie deux barrels sur un board K834, se fait payer par A5 et ça gagne après que le Danois abandonne l’agression sur la river 6. Nouvelle balle de match quelques minutes plus tard. 

Morten tente un check-raise tapis sur le flop 976. Mauvais timing, le carioca tient deux rois rouges. Turn 5, river J. Ca y est ! Marcelo Simoes est champion EPT !

Dernier board

« C’est un rêve, je suis plein de bonheur, je sens que j’ai accompli quelque chose, confie le Brésilien, pas du genre à cacher son émotion. C’était magnifique de sentir cette présence de mes amis, de pouvoir célébrer les coups gagnés avec eux, et de se dire deux trois mots dans les moments importants ». Cette victoire, c’est en effet celle de tout un pays. Pour la première fois de l’histoire, un Brésilien remporte un titre EPT. Pour conclure un festival marqué par le peuple auriverde. « Mon ami Lucas (sur le FPS), Yuri (Dzivielevski, vainqueur du premier 25 000$) et moi, ça fait trois titres, c’était magnifique comme EPT. Le Brésil est encore en train de grandir sur la scène poker, mais nous avons montré ici que nous avons de très bons joueurs ». À n’en pas douter.

Brazil winners

Imagine tu viens avec ton pote, lui ship le FPS à 2 000 joueurs et toi tu prends le Main Event EPT.

Certes, on aurait préféré voir un Hugo Pingray. Mais pour ce qui est de l’ambiance, parmi les cinq restants, on n'est pas mécontent de voir le Brésilien aller au bout. Les chants, la ferveur, la spontanéité de ce joueur et de son clan ont enflammé le Monte-Carlo Bay, de la salle des étoiles jusqu’au balcon bordant le casino, où se déroulait la présentation du champion. Et je ne sais pas où se poursuivra la fête, mais ceux qui se retrouveront dans le même bar ou la même boite devraient passer un bon moment.

Le tableau de ce Main Event EPT Monte-Carlo

Posición Jugador País Premio
1 Marcelo Simoes Brasil 939.840 €
2 Morten Hvam Dinamarca 564.640 €
3 Dragos Trofimov Moldavia 397.590 €
4 Jaime Cervantes EE.UU 298.710 €
5 Hugo Pingray Francia 228.460 €
6 Erkan Soenmez Alemania 167.050 €

Marcelo roule sur la finale, Morten dernier obstacle

- 8 mai 2022 - Par Fausto

Donnez lui le trophée qu’on en parle plus. Après l’élimination de Hugo Pingray, le Brésilien prend le large dans cette finale. Il accroit un peu plus son chiplead et en trente minutes, nous sommes passés de cinq, à deux joueurs. C’est pourtant Morten Hvam qui enfile cette fois le costume de bourreau, en achevant les deux autres shortstacks. Saura-t-il combler l’écart avec le Brésilien ? 

Simoes

Encouragé par son clan, cet homme se dirige tout droit vers un titre EPT, le premier peut être de la patrie brésilienne.

Il est dans presque tous les coups et presque tous les pots reviennent vers lui. Avec cinq fois plus de stack que le deuxième et 70% des jetons en circulation, Marcelo Simoes est tout simplement en train de marcher sur cette finale EPT.

Heureusement pour le suspens, Morten Hvam s’est gardé une petite trentaine de blindes. Dans la foulée des deux éliminations du Brésilien, c’est lui qui se signale pour signer la troisième élimination en quinze minutes, celle de Jaime Cervantes.

Cervantes Hvam

Avec AJ UTG, l’Américain décide de faire cinq blindes, avec un peu moins du double derrière. Un move qui montre les intentions de Jaime et Morten Hvam les comprend aisément. En big blinde, Morten Hvam découvre 99 et accepte la proposition de son opposant : Tapis, payé bien sûr et voilà un flip pour une nouvelle balle d’éliminations. Personne ne touchera rien sur le board K84K5 et Jaime sort de cette finale en 4e position. 298 710 €, qui bat ainsi son record obtenu avec sa 7e place lors des Wynn Millions 2021 (289 361$).

Cervantes

Marcelo Simoes reprend ensuite le premier rôle. Il se charge de reprendre quelques jetons dans le stack du Danois et d’assécher le stack de Dragos Trofimov pour finalement donner le coup de grâce.

Simoes

Et hop, un étage de plus dans le palais de jetons de Simoes

Tombé à 4 blindes sous les coups de butoirs du brésilien, le Moldave est mis à tapis par les deux joueurs qui se mettent à deux pour l’éliminer. Hvam tient J6 et trouve deux paires sur le flop J96. Il tentera de prendre de la value une fois, puis une deuxième sur la turn 2h mais la river 9 contrecarre ses plans. Check-check. Marcelo montre alors son J8 et la hauteur est bonne face au Danois. Le A4 de Trofimov n’a rien touché et Dragoséchoue sur la troisième marche du podium.

Trofimov

Superbe performance du grinder moldave qui avait démarré ce Day 5 avec le plus petit stack. Avec cette perf à 397 briques, il pulvérise son record obtenu sur le PSF Londres 2018 et révèle son talent aux yeux du monde entier.

HU

Marcelo Simoes ajoute une nouvelle tour de jetons à son château. Place désormais au heads-up, contre le Danois Morten Hvam. Net avantage Brésil avec 25 millions contre 7…. La dynamique est en sa faveur, le public vibre pour lui, mais à ce jeu, tout peut vite arriver. Place au dernier bras de fer de ce Main Event EPT.

Kool Shen en Heads-up du High Roller

- 7 mai 2022 - Par Fausto

Quelle performance de notre Team Pro ! Bruno Lopes élimine Dimitar Danchev pour s’offrir un heads-up sur un High Roller EPT ! 

Kool Shen

Avec la ribambelle de perfs des autres membres du Team, Bruno Lopes était un peu moins dans la lumière et dans l’actualité pokeristique. Son beau deep run sur le Seniors Championship à Vegas a par exemple été quelque peu éclipsé par le triple exploit de Mateos, Lewis et Margets. Mais ne vous détrompez-pas, Kool Shen est back dans les backs et n’attendait qu’un festival EPT pour faire de nouveau parler la poudre.

A l’instant, il vient de prendre en place en face de Gianluca Speranza pour disputer le plus gros heads-up de sa carrière. Un face à face pour un titre EPT et près de 1 million d’euros.

Kool Shen

Arrivé avec le troisième plus petit tapis en table finale, Kool Shen a bien résisté en attendant les deux premières éliminations de Steve O’Dwyer et Manig Loeser, avant de revenir en force sur ce cooler face à Jean-Noël Thorel (JJ contre AA). Éliminant le vétéran français dans la foulée, il s’est bien stabilisé durant le cinq max pendant que Byron Kaverman, puis Marton Czuczor subissait la loi du chipleader Gianluca Speranza.

Kool Shen

En trois max, Bruno tient en respect le shortstack Dimitar Danchev avant de l’achever à l’instant suite à une défense de blinde. Open du Bulgare 140 000 avec KQ, payé par le Français. K46 sur le flop et C-bet 60 000 (1BB) de Danchev, payé encore pour voir la turn 5. Le Bulgare opte pour la solution radicale : Tapis pour ses 450 000 derniers jetons et snap-call de Bruno qui retourne instantanément ses deux paires 65. La river 3 ne change rien à l’histoire et voilà Kool Shen en heads-up de ce High Roller EPT Monte-Carlo.

Déjà assuré de battre, que dis-je, d’exploser son score de l’EPT Madrid (140 000 €), le Français s’apprête à disputer un heads-up pour un gain de 958 140 €. Le runner-up repartira avec 598 850 €. Pour l’instant, Gianluca Speranza a l’avantage, avec 5,5 millions contre 3,2, sur les blindes 40 000 - 80 000, mais ça peut vite bouger. Allez Kool Shen, montre-leur qui est le papa !

Gianluca

Le dernier adversaire qui sépare Kool Shen du titre EPT : l'Italien Gianluca Speranza

Pingray brûlé par le feu brésilien

- 7 mai 2022 - Par Fausto

Que faire face à un homme qui touche tout ? Intouchable depuis le milieu de cette finale, Marcelo Simoes s’offre une deuxième élimination, cinq minutes après la première. Et malheureusement, c’est notre Français qui succombe au rouleau compresseur brésilien.

EPT Main Event (Final Day)

Pingray

Hugo est pourtant parti bien armé. Tandis que Marcelo open-shore, pour la deuxième fois consécutive, afin de mettre sous pression ses adversaires shortstacks, Hugo Pingray se réveille avec AK en BB. Le joueur connaît bien l’ICM, mais ici, c'est un call Monsieur. Et c’est même en bonne position face au K9 adverse. Même chorégraphie que tout à l’heure : tout le monde se lève, les deux clans se forment et c’est parti pour un nouveau board à sensations. 

Pingray Yoh

Ça part pas mal sur le flop K5J… Puis nouveau hurlement brésilien : Marcelo trouve sa double paire sur la turn 9 ! La river 5 fait démarrer le chant qu’on ne connaît que trop bien… « Olé Oléééééé ! Olé Olééééé ! Olé Mesqueu va cravar u EPTéééééé ». Et ça fait encore plus mal quand c’est pour célébrer l’élimination de notre dernier français.

De son côté, Hugo part saluer ses opposants. Le champion français aura produit un jeu d’une solidité remarquable. Il a parfaitement profilé les adversaires qui se dressaient face à lui pour tirer le meilleur parti de beaucoup de ses duels. Il regrettera peut-être ce 3-bet un peu trop light avant la dernière pause, qui l’a fait descendre dans la zone rouge. Puis derrière, les cartes se sont retournées contre lui.

Un énorme bravo à notre porte-drapeau, auteur d’un nouveau parcours exceptionnel. Il repart avec des émotions uniques, celles d’une finale EPT et un chèque de 298 710 €. Un exploit à l'image du garçon : géant.

« Si je gagne celui là, je repasse deuxième en jetons, ça pouvait changer la partie… Mais je suis content, j’ai bien joué et j’ai pris beaucoup de plaisir, résume le joueur juste après son élimination ».

Cet amateur très éclairé nous a fait vibrer depuis le début de semaine. Son beau poker, sa bonne attitude donnerait même envie de le voir plus souvent. « Je n’ai jamais vraiment quitté ce milieu. J’aime toujours les cartes, je suis toujours ce qu’il se passe, mais pour des festivals comme celui-là, il faut prendre une semaine ou plus. Avec mon entreprise, c’est compliqué, mais dès que j’ai du temps, je me plais toujours à jouer ce genre de tournoi ». Pas de Las Vegas pour lui cette année, mais il se pourrait qu’on croise Pingray sur d’autres évènements prestigieux, comme au Bahamas par exemple. Ça sera avec grand plaisir qu’on le recroisera. Une seule chose à dire : Bravo, et merci Hugo.

Simoes

Inutile de faire des chip-raise, le stack de Marcelo Simoes remonte aussitôt. A force de toucher tous les boards et d'enchaîner les éliminations, le Brésilien se retrouve seul au monde dans ce tournoi avec 22 millions de jetons. Le deuxième Morten Hvam, en compte 5. Trofimov et Cervantes un peu moins de 3. Sur les blindes 100 000 - 200 000. Ca sent bon pour le brésilien.