masquer le menu

High Roller : Guillaume Pau Davy en demi-finales

- 18 décembre 2017 - Par Benjo DiMeo

High Roller 10 300 € (Day 3 et finale)

Menée par un excellent joueur Espagnol habitué des perfs' sur les tournois à gros buy-in, la partie va reprendre à 12h30 : on connaîtra le vainqueur dans le courant de la soirée. Après avoir min-cash le Main Event, Guillaume Pau Davy est en passe de remporter un gain autrement plus significatif : il entame les demi-finales avec le huitième tapis.

Sergio Aido (Espagne) 2 147 000
Danny Tang (Hong-Kong) 1 593 000
Hossein Ensan (Allemagne) 1 130 000
Ben Heath (UK) 966 000
Viliyan Petleshkov (Bulgarie) 939 000
Preben Stokkan (Norvège) 778 000
Liwei Sun (Italie) 778 000

Guillaume Pau Davy
Guillaume Pau Davy (France) 741 000

Igor Yaroshevskyy (Ukraine) 710 000
Kfir Ivgi (UK) 700 000
JC Alvarado (Mexique) 692 000
Orpen Kisacikoglu (Turquie) 619 000
David Peters (USA) 515 000
Roman Emelyanov (Russie) 446 000
Tsugunari Toma (Japon) 292 000
Christopher Kruk (Canada) 186 000

Blindes 10 000 / 20 000 ante 3 000

Les prix

Vainqueur : 498 000 €
2/ 332 000 €
3/ 242 000 €
4/ 196 000 €
5/ 152 900 €
6/ 116 000 €
7/ 85 000 €
8/ 63 000 €
9/ 52 000 €

10 et 11e/ 43 400 €
12e et 13e/ 38 100 €
14e à 16e/ 30 500 €

Ivan Deyra passe une dernière fois à la caisse

- 18 décembre 2017 - Par Benjo DiMeo

High Roller 10 300 € (Day 2)

Ivan Deyra
Après une bulle qui a pris son temps, Ivan Deyra s'est incliné en 26e place sur le dernier tournoi à gros buy-in du PSC Prague, après un dernier coin-flip joué contre l'Espagnol Sergio Aido. Le 14e ITM de ValueMerguez en 2017 lui rapporte 21 800 euros, et vient conclure une année bien remplie : deux bagues de champion WSOP-Circuit, quatre places payées sur ses premiers WSOP en tant que Team Pro, et plus de 200,000 dollars engrangés sur quatre continents.

Après un Day 1 bien géré, le Day 2 d'Ivan avait bien mal commencé : une longue période "card dead", puis un pot de 190,000 qui lui passe sous le nez après que sa paire de Dames échoue à rester en tête face à 88 et 99. Tombé à 55,000, ValueMerguez va parvenir à remonter à 145,000, puis n'hésitera pas à engager son tapis à la bulle. "C'est un spot close : j'ai As-Valet au bouton, et dans les blindes il y a le chip-leader, un amateur complètement fou et agressif, ainsi que Jean-Noël Thorel. J'ouvre à 13,000, la petite blinde met 35,000. J'ai utilisé tout le time bank et j'ai fini par envoyer la boîte. La SB me snap-call avec As-9 !" On le voit, Ivan n'est pas du genre à se laisser marcher dessus en période de bulle.

Sinon, à quoi ressemblent ces fields Highroller ? Un joyeux melting-pot, aparemment : "Il y a beaucoup de top pros, évidemment, mais les riches amateurs apportent un grain de folie. Ils paient tout, ils s'en fichent de l'argent, et ce qui est drôle c'est de voir les gros pros GTO prendre les spots de bluff, du genre miser deux fois le pot sur la rivière, et se faire snap-call par la deuxième paire !"

Ivan aura notamment passé de longues heures assis à côté de Jean-Noël Thorel, le riche industriel passioné de poker, qui depuis huit ans joue exclusivement des Highrollers contre l'élite mondiale. Allez Ivan, raconte nous un spot bien relou dont le Docteur Maboul du poker a le secret. "J'ai une paire de 7 UTG. J'ai 290K, je relance à 23,000. Il me met 50,000 au cut-off. Contre un amateur, autant jouer le plus souvent post-flop. Je paie. Flop 10-8-2 avec deux carreaux, j'ai le 7 de carreau. Je donk-bet 12,000, il paie. Turn : un Valet. Je check, il mise 20,000, je paie. Rivière : le 5 de carreau. Je check, il mise 30,000 alors qu'il y a presque 200,000 ! J'ai presque envie de transformer ma main en bluff, là... Mais j'ai fini par passer. Il me montre As-Roi de carreau, il est max ! Contre ces joueurs, il vaut mieux limiter la variance préflop, et profiter de leurs erreurs post flop."

Autre particularité de ce Highroller (un particularité en train de se généraliser sur ce type de buy-in) : la "shot clock", qui limite le temps de décision de chaque joueur à 30 secondes sur chaque tour de jeu (avec seulement une poignée de jokers d'une minute attribués aux joueurs). Qu'en pense Ivan ? "J'aime bien, moi j'aime bien prendre mon temps mais ça dynamise le jeu. On s'embête pas ! Mais sur les coups importants, les trente secondes passent vite ! On a envie de bluffer plus souvent, vu que nos adversaires ne vont pas avoir le temps de réfléchir à faire un hero call."

A l'heure où nous "mettons sous presse", il ne reste plus que 16 joueurs dont un seul Français : Guillaume Pau Davy, que nous avons découvert cette semaine sur le Main Event. Il est entouré de joueurs comme JC Alvarado, David Peters, ou encore Sergio Aido. Le vainqueur sera connu dimanche soir : il empochera 498,000 euros. La liste complète des joueurs du Day 3 sera publiée peu avant la reprise de la partie.

Les éliminés post-bulle notables

Un total de sept Français ont fait l'argent, mais beaucoup ont été éliminés durant les deux heures qui ont suivi la bulle :

18 Benjamin Chalot (France) 26 800 €
23 Yorane Kerignard (France) 24 300 €
25 Anton Wigg (Suède) €21,800
26 Ivan Deyra (France, Team Winamax) 21 800 €
27 Jean-Noel Thorel (France) 21 800 €
28 Benoit Lam (France) 19 300 €
29 Anthony Zinno (USA) 19 300 €
30 Sam Greenwood (Canada) 19 300 €
31 Antoine Saout (France) 19 300 €
32 Ryan Riess (USA) 17 000 €

Ils ont sauté avant l'argent : Davidi Kitai (juste avant la bulle !), Allan Sannier, Benjamin Pollak, Gilbert Diaz, Jimmy Guerrero, Mustapha Kanit, Adrian Mateos Diaz...

Un dernier High Roller pour la route

- 17 décembre 2017 - Par Benjo DiMeo

High Roller 10 300 € (Bilan du Day 1)

Avec 247 inscriptions enregistrées (un chiffre comprenant 56 re-entry), l'affluence sur le High Roller à 10K€ suit la même tendance que celle du Main Event : en baisse. Il y a un an presque jour pour jour, on recensait 407 inscriptions sur le dernier High Roller du dernier EPT (enfin, on croyait à l'époque que ça serait le dernier EPT, on avait tort), un record pour un High Roller organisé à Prague.

Au terme du Day 1, qui s'est joué samedi en parralèle du Day 4 du Main Event, ils ne sont plus que 102 à pouvoir prétendre à une dotation qui va dépasser les 2,4 millions d'euros. Quelques inscriptions et re-entry de dernière minutes vont s'ajouter à ce total, puisqu'il est encore possible d'acheter un ticket d'entrée jusque le coup d'envoi du Day 2, programmé aujourd'hui à 12h30.

Vous trouverez ci-dessous de large extraits du classement, où l'on retrouve de nombreux français déjà croisés sur le Main Event, dont deux qui figurent dans le Top 10. Le Day 2 débutera aux blindes 1000/2000, ante 300, ce qui signifie que ceux qui débarqueront aujourd'hui entameront leur partie avec 25BB (stack de départ : 50 000).

Attention : les photos qui suivent ont été prises samedi en milieu de Day 1.

Ryan Riess / Yorane Kerignard
Ryan Riess et Yorane Kérignard ont franchi le Day 1 sans passer par la case re-entry

Top 10

Roman Emelyanov (Russie) 285 700 (re-entry)
Guillaume Pau Davy (France) 283 400
Anthony Zinno (USA) 282 000
JC Alvarado (Mexique) 272 200
Fahredin Mustafov (Bulgarie) 250 000
Ben Heath (UK) 243 600 (re-entry)
Artan Dedusha (UK) 232 000
Bernhard Haider (Autriche) 213 000
Boris Kolev (Bulgarie) 208 700
Benjamin Chalot (France) 205 000

Mustapha Kanit
Après avoir vu son As-Roi mangé par deux As, Mustapha Kanit a décidé d'attendre le début du Day 2 avant de tenter un re-entry

11 Français

Jimmy Guerrero
Jimmy Guerrero a composé son ticket pour le Day 2après un détour à la caisse pour re-entry

Guillaume Pau Davy 283 400
Benjamin Chalot 205 000
Antoine Saout 168 600
Yorane Kérignard 153 300
Allan Sannier 152 000 (re-entry)
Ivan Deyra (Team Winamax) 143 000
Jean-Noël Thorel 139 600 (re-entry)
Benoît Lam 107 600
Jimmy Guerrero 91 000 (re-entry)
Benjamin Pollak 75 000 (re-entry)
Johan Guilbert 73 200 (re-entry)

Ivan Deyra / Ole Schemion
Ivan Deyra, Ole Schemion : l'un sera au Day 2, l'autre non

Benoît Lam
Benoît Lam a "cruise" le Day 1 sans perdre son sourire

Yohan Guilbert
Faute de cash-games juteux, Yoh Viral se console avec un dernier MTT à Prague

Bruno Lopes
Pas de Day 2 pour Bruno Lopes, tout comme pour Gilbert Diaz, Eric Sfez, Romain Lewis...

Le reste du field (sélection)

Adrian Mateos Diaz
Muni de 2,5 fois le stack de départ, Adrian Mateos Diaz va tenter de disputer une troisième et dernière finale cette semaine

Davidi Kitai
Davidi Kitai a sorti tous les coups possibles de sa panoplie (hero call avec hauteur As, cold 4 bet light, 2 barrel bluff), a manqué de réussite à d'autres endroits, mais a aussi reçu sa part de chance : le Belge sera au Day 2 avec plus de deux fois le stack de départ


Rocco Palumbo (Italie) 204 700
Jake Cody (UK) 201 400
Ryan Riess (USA) 199 900
Sam Greenwood (Canada) 168 900
Sergio Aido (Espagne) 160 500 (re-entry)
Kenny Hallaert (Belgique) 159 100 (re-entry)
Davidi Kitai (Belgique, Team Winamax) 123 400
Adrián Mateos Diaz (Espagne, Team Winamax) 123 000 (re-entry)

Vonjtech Ruzicka (Rep. Tchèque) 115 400
Joao Vieira (Portugal) 93 200
David Peters (USA) 80 400 (re-entry)
Antong Wigg (Suède) 73 000
Nick Petrangelo (USA) 72 000
Juha Helppi (Finlande) 62 500

Tableau de bord
102 joueurs restants (247 inscriptions, dont 56 re-entry)
Blindes 1 000 / 2 000 ante 300
Tapis moyen 121 000
Inscriptions encore possibles

Sylvain Loosli
Une paire de Rois qui se heurte à une paire d'As, une autre paire de Rois craquée par le As-Valet de Rocco Palumbo : ce n'était pas le jour de Sylvain Loosli, qui ne sera pas au Day 2 malgré deux tentatives lors du premier tour

William Kassouf
Le tentant du titre William Kassous s'est arrêté dès le Day 1

Antoine Saout / Alexandre Réard
Antoine Saout et Alexandre Réard ont joué de longues heures à la même table lors du Day 1 : seul Saout reviendra aujourd'hui pour disputer le Day 2