masquer le menu

Un deal qui ne mérite pas son nom

- 18 décembre 2017 - Par Benjo DiMeo

En guise de négociation, Jason Wheeler pose un ultimatum à Kalidou Sow
Event #15 : Main Event 5 300 € (Finale)


Les dernières mains jouées à trois joueurs ont été l'occasion de se rendre compte des tendances "trash talk" de Jason Wheeler. Pris en flagrant délit de bluff, Kalidou Sow s'est vu vertement tancer par l'Américain, avec quelques répliques bien senties : "C'est ça, vas-y, essaie de gagner toutes les mains., tu vas voir. Tu gagnes un setup et tu crois avoir déjà gagné ! Je reste celui qu'il faut battre."

Refusant de tomber dans le panneau (et, il faut le préciser, guère à l'aise avec la langue des Beatles), Kalidou s'est contenté de répondre "Good luck !" à son adversaire, dont la réplique suivante est sèchement tombée : "J'ai pas besoin de chance."

Véritable arrogance, ou tactique d'intimidation ? Toujours est-il que Wheeler reviendra à la charge quelques mains plus tard, après que Kalidou lui lance "Show me the bluff" après avoir raise/fold préflop : "Je te montrerai bientôt le trophée."

Deal
Même après une telle démonstration d'agressivité verbale, je suis tout de même resté sur le cul en entendant Jason Wheeler "négocier" les termes d'un deal avec Kalidou Sow. Les guillemets sont nécessaires, car il ne s'agissait pas d'une négociation, mais d'un ultimatum pur et simple : l'Américain voulait en effet de partager ce qui restait de dotation à parts étales, en laissant 105,000 euros sur la table pour le vainqueur du heads-up.

Voici (en paraphrasant un peu) ce que j'ai pu ainsi entendre de la part de Wheeler : "Je ne suis pas intéressé par une répartition ICM [autrement dit une répartition qui tient compte de la différence entre les tapis]. Je t'offre ce deal, c'est à prendre ou à laisser, c'est ma seule proposition et si tu n'en veux pas, si tu veux être radin, alors on joue, je n'écouterai pas d'autre proposition. La différence de jetons n'est pas énorme, 11,6 contre 14 millions, je peux revenir en une main et si je passe devant, il n'y a aucune chance qu'on discute à nouveau de deal. Tu joues pour 300 000 euros, c'est beaucoup."

Les commentateurs du stream ont eu bien du mal à étouffer leurs gloussements.

"C'est incroyable d'être aussi arrogant", me soufflera un célèbre joueur Français témoin de la discussion. "Un deal, c'est une discussion, ça doit aller dans les deux sens. Quand on te propose un truc aussi catégorique, sans marge de manoeuvre, la seule bonne réponse c'est 'non'. En plus, Kalidou il joue 100% de son action, alors que l'autre en face il est stacké de partout, a priori. Si tu acceptes un deal pareil, tu perds tout de suite l'avantage psychologique. Si tu refuses, c'est lui qui se met à douter."

Mais après avoir brièvement discuté du deal avec ses amis, Kalidou est revenu à table, et a répondu par l'affirmative. Il nous expliquera plus tard que l'écart de jetons avec son adversaire (moins de 20BB) ne justifiait pas de refuser cette proposition : "Tout peut aller très vite."

Heads Up
Le duel final du PS Championship a donc débuté avec une nouvelle répartition des prix : 675 000 euros pour le vainqueur, et 570 000 euros pour le challenger.

Deal
Thomas Gimie montre aux caméras les chiffres sur lesquels les deux joueurs se sont mis d'accord