masquer le menu

One man Sow !

- 17 décembre 2017 - Par Benjo DiMeo

Kalidou Sow chip-leader de la finale du PS Championship Prague
Event #15 : Main Event 5 300 €


Kalidou Sow
Les demi-finales du dernier PokerStars Championship de l'histoire (avant la réssurection programmée de l'EPT en 2018) furent l'affaire d'un seul et unique joueur, dont l'hyperactivité a éclipsé tous ses adversaires, réduits pour la plupart à des rôles de figuration : Kalidou Sow. Dernier Français du tournoi après la sortie prématurée de Pierre Calamusa en 15e place, le Parisien s'est personellement chargé de cinq des neuf éliminations observées aujourd'hui.

En soi, la performance est déjà de taille, mais elle prend des proportions d'une ampleur inédite lorsque l'on considère que Kalidou avait entamé la journée avec l'un des plus petits tapis parmi les 15 derniers joueurs : avec 21 blindes à midi, ses chances d'atteindre la finale étaient décidément bien minces. Mais c'est bel et bien en position de chip-leader qu'il s'installera lundi sur le podium télévisé ! Le fauteuil de leader, Kalidou le connaît : au milieu du Day 3, après la bulle, on l'a déjà croisé au sommet du classement, avant qu'il ne perde la moitié de son stack suite à une dernière heure catastrophique. Le lendemain, rebelote : Kalidou se replaçait en tête avant de subir une suite de coups terribles durant les derniers tours du Day 4. Rien de comparable sur le Day 5 : sa domination fut sans partage.

Le secret de Kalidou Sow ? Pas mal de belles mains de départ, évidemment : les As au moment où Serhii Popovych trouve les Valets (14e place), les Dames contre le As-Dame d'Alex Foxen (10e place), ou encore les Rois pour battre le As-Valet de Matas Cimbolas (7e place). Et lorsque c'étaient ses adversaires qui disposaient de gros jeux, Kalidou a plus souvent que jamais rentré ses tirages : une flush et une quinte floppée rentabilisés pour voler le chip-lead à Michal Mrakes, un tirage de quinte flush qui rentre pour éliminer Aleksandr Mordvinov en 9e place, une quinte floppée qui craquer les Dames de Valentyn Shabelnyk (7e place)...

Kalidou Sow
N'allez pas croire pour autant que Kalidou ne s'est démarqué qu'en "lecture du sabot" aujourd'hui. Toute la journée, on l'a vu utiliser son stack à bon escient, avec une pression constante sur ses adversaires, et des timings de sur-relances préflop judicieux. Kalidou n'a pas laissé une seconde de répit à ses opposants, et c'est avec la satisfaction du travail accompli qu'il pouvait emballer un stack de 8,135 millions peu après 21 heures.

Lundi, Kalidou Sow va disputer sa première finale sur un tournoi à 5,300 euros l'entrée, après avoir récolté de nombreux succès sur des tournois "mid-stakes" au cours des trois dernières années, des succès qui lui ont permis d'accumuler 400,000 dollars de gains. Quoi qu'il arrive lundi, le joueur amateur (quand il n'est pas à table, il s'occupe de sa société à Paris) remportera le plus gros gain de sa carrière, surpassant ses trois victoires (BPT Toulouse, BPC Namur, BPT Lille) et sa 3e place sur le FPS Enghien en 2015. Quatre mois après avoir atteint les places payées sur le PSC Barcelone, Kalidou a vaincu le signe Indien sur ces gros Main Event qui lui causaient jusque-là des difficultés. "J'ai eu du mal sur les EPT, confesse t-il. J'en ai joué un en 2011, en 2013 j'ai remporté plusieurs sats, mais je n'avais jamais atteint les places payées. Ici à Prague, j'ai buy-in direct."

Lorsqu'on lui demande ce qui a fait la différence, Kalidou explique avoir fait "quelques petits réglages" sur sa stratégie. "C'est un reflet de la vie, le poker : on s'adapte, on comprend, on s'améliore. Mais il me reste encore de la marge de progression !" Rembobinons un peu : Kalidou Sow a 31 ans lorsqu'il s'essaie pour la première fois au poker. Nous sommes en 2011 et c'est "entre potes" qu'il découvre le jeu. Les premières visites dans les cercles Parisiens arrivent rapidement : Kalidou est d'abord un joueur de live, et l'est encore aujourd'hui. Après avoir passé deux ans en cash-game, il commence à jouer des tournois en 2013 : "J'y ai rapidement pris goût !"

Kalidou Sow
Après avoir perfé dans tout ce que la Francophonie du poker compte de destinations phares (Marrakech, Enghien, Deauville, Bruxelles, Cannes...) et s'être taillé une réputation exemplaire au sein de la fratrie des joueurs Français, Kalidou va disputer lundi la plus grosse finale de sa carrière. Il sera soutenu par nombre de pros (certains vont prendre le premier avion lundi pour l'encourager de vive voix depuis les gradins !) et sa famille, qui restera collée au stream toute la journée. "C'est la dernière ligne droite du marathon !", sourit Kalidou.

Forcément, malgré son avance numérique, sa tâche ne sera pas aisée : Kalidou fait face à des fines lames (notamment un Jason Wheeler bien stacké et qui a déjà tout prouvé en live comme online), mais nous l'affirmons haut et fort : jamais depuis la mémorable finale de l'EPT Monte Carlo 2016 (avec LeVietF0u, Antoine Saout, Adrien Allain, Jimmy Guerrero) les chances d'une victoire Françaises sur un Main Event PS n'avaient été aussi bonnes !

PSC Prague : le casting des finalistes

Siège 1 : Harry Lodge (UK) 1 230 000 (15BB)
Siège 2 : Kalidou Sow (France) 8 135 000 (101BB)
Siège 3 : Michal Mrakes (Rep. Tchèque) 5 010 000 (62BB)
Siège 4 : Gabriele Lepore (Italie) 1 815 000 (22BB)
Siège 5 : Colin Robinson (USA) 1 425 000 (17BB)
Siège 6 : Jason Wheeler (USA) 8 100 000 (101BB)

Blindes 40 000 / 80 000 ante 10 000 (50 mn restantes)

Les prix

Vainqueur 775 000 €
Runner-up 470 000 €
3e : 332 000 €
4e : 249 000 €
5e : 196 000 €
6e : 147 000 €

Les éliminés du Day 5

7e Matas Cimbolas (Lituanie) 104 000 €
8e Valentyn Shabelnyk (Ukraine) 72 850 €
9e Aleksandr Mordvinov (Russie) 57 500 €
10e Alex Foxen (USA) 47 500 €
11e Robert Heidorn (Allemagne) 47 500 €
12e Thomas Lentrodt (Allemagne) 42 600 €
13e Navot Golan (Israël) 42 600 €
14e Serhii Popovych (Ukraine) 38 400 €
15e Pierre Calamusa (France, Team Winamax) 38 400 €