masquer le menu

À l'aube du sixième jour

- 4 mai 2017 - Par Flegmatic

Davidi Kitai dernier éliminé de ce Day 5 (7e, 79 750€)

Davidi Kitai

Le mot n'est pas trop fort : Davidi Kitai est un combattant. Aujourd'hui comme sur nombre de ses tournois récents - au premier rang desquels un Side Event absolument épique à Macao -, le Génie belge a encore passé de longues heures dans la position pourtant peu enviable de short stack, offrant un numéro de résistance et de résilience - copyright Stéphane Matheu - absolument exemplaire. Et ce alors qu'il était loin d'être au top de sa forme. "Je suis arrivé malade ce midi, explique un Davidi quelque peu maltraité par les écarts de température ici à Monte-Carlo, mais j'ai surtout été bien card dead." Et de fait, difficile de le contredire, tant Kitbul s'est montré discret ce jeudi autour de la table télévisée, ce qui ne correspond clairement pas à ses habitudes.

Davidi - Panyak #1

Mais avec cinq petites blindes, il devient tout de suite beaucoup plus difficile de se cacher, chacun de vos voisins de tables regardant avec suspicion tous vos faits et gestes après toute ouverture préflop un peu trop téméraire. Le dernier open qu'a connu Dav' sur ce Main Event est venu de Maxim Panyak depuis le cut-off, pour un montant de 180 000. De grosse blinde, le dernier des W rouges se contente de défendre avec d'envoyer ses derniers 270 000 sur un flop 349. Le Russe n'a quasiment d'autre choix que de payer, ce qu'il fait avec K10.

Davidi - Panyak #2

"J'avais presque peur d'être devant, avoue le Belge après coup. Quand je suis derrière, elle [sa fiancée Caroline] appelle les cartes, et c'est beaucoup plus facile." Et cette fois, Caro a eu beau demander plusieurs fois l'arrivée d'un 2, c'est un 7 qui est apparu au turn, suivi d'un fatidique 10 sur la rivière.

Davidi - Panyak #3

Ne restait plus à Davidi qu'à se lever, non sans une dernière poignée de main à ses six derniers adversaires, avant d'aller trouver un peu de réconfort auprès de celle qu'il surnomme son porte-bonheur. "C'est marrant, j'ai l'impression qu'il ne s'est rien passé aujourd'hui, décrypte le Génie, comme si cette journée n'avait pas existé. Je ne sais même pas comment j'ai tenu jusque là. Mais bon, toutes les bonnes choses ont une fin. And I'll be back, some day !" Pour devenir le tout premier joueur à décrocher la "quadruple crown," c'est évidemment tout ce que l'on peut lui souhaiter. Et bien sûr, nous serons là pour vivre et vous raconter cela.

Davidi - Panyak #4

Un peu d'amour dans ce monde de brutes