masquer le menu

Davidi Kitai s'incline en quatrième place

- 4 avril 2017 - Par Benjo DiMeo

NL Holdem - Single Re-Entry / Shot Clock 206 000$

Davidi Kitai
Une soirée à Macao, une finale pour un Team Pro : dans la foulée de Guillaume Diaz, quatrième de l'Asia Open il y a 24 heures, Davidi Kitai a signé une nouvelle performance de choix en terminant à une position identique sur le désormais traditionnel High-Roller turbo organisé en marge du Day 1B du Main Event, ajoutant une nouvelle ligne à son palmarès, et engrangeant au passage 1,29 million de dollars de Hong-Kong (soit 155,000 euros).

Comme d'habitude sur ce genre de tournois mélangeant un niveau de jeu très élevé à une structure rapide (les niveaux de trente minutes ont défilé à toute vitesse), la fin de partie a ressemblé à un match de bataille navale à haute tension : avec un stack moyen tombé aussi bas que 12 blindes, il ne fallait pas se louper sur ses relances all-in préflop, qui constituaient l'arme principale à disposition des joueurs. Pour les puristes : nous avions affaire à un jeu basé purement sur l'ICM. La hauteur des tapis et l'échelle des prix restants constituaient plus ou moins les seuls facteurs à prendre en compte pour se décider ou non à envoyer la sauce.

Davidi Kitai
Et prendre les bonnes décisions ne suffisait pas : il fallait en plus survivre à l'épreuve du board. Ainsi, lorsque Nick Petrangelo se mit all-in avec A9 et que Davidi le paya de grosse blinde avec A10, le belge, qui venait de gagner un énième coup à tapis (face à Quan Zhou), se voyait offrir une situation "win win" en or, favori qu'il était pour éliminer un joueur et passer chip-leader avec seulement deux adversaires restant à battre. Las : le croupier a retourné un 9 dès le flop, faisant passer l'avantage du côté de Petrangelo.

Davidi Kitai
Retombé à quatre blindes, Davidi n'a pourtant pas baissé les bras - après tout, il en possédait deux fois moins quatre heures plus tôt, lorsqu'il restait encore 14 joueurs - et a tenu encore un bon moment, avant de finalement jouer sa dernière main face au même Nick Petrangelo, avec un Roi-7 ne s'améliorant pas face à As-10.

Davidi Kitai
Deux minutes plus tard, le tournoi était terminé, Quan Zhou se débarassant à toute vitesse de Jack Salter, puis Petrangelo, pour s'adjuger le titre et 3,65 millions de dollars (environ 469,000 dollars). Les fans de Dans la Tête d'un Pro l'auront remarqué avec amusement : Salter et Petrangelo étaient déjà assis aux côtés de Davidi lors de la finale du 6-max à 10,000$ des WSOP 2016 !

"Je ne peux pas être déçu par ce scénario", réagira à chaud Davidi peu après sa sortie, voyant comme à son habitude le verre à moitié plein. "J'aurais pu tout aussi bien sortir en demi-finales, avant la bulle." Lors d'une pause, le Belge confiait au clan tricolore que ces tournois turbo sont épuisants à jouer, du fait de la structure turbo ne laissant aucune place pour le beau jeu en fin de partie. Mais sont-ils profitables ? "Je pense avoir un edge, malgré la structure. J'ai l'impression que les joueurs sous-estiment la qualité de mes mains. Au showdown, je suis souvent devant, ou au pire en flip. Je bluffe moins que ce à quoi on peut s'attendre. Et puis, en début de partie, il y a de la place pour jouer, et pas mal de joueurs s'envoient un peu trop en l'air."

Davidi Kitai
Une statistique qui impressionnante : ce soir, Davidi Kitai a disputé sa 27ème finale sur un tournoi au prix d'entrée de 5000$ ou plus. "Mais c'était seulement ma première perf sur un High-Roller turbo ! J'en ai disputé sept au total. J'ai tout fait sur ces tournois, y compris me faire sortir par Neymar [l'attaquant du FC Barcelone, NDLR] !"

Davidi Kitai
En plus de démontrer une fois de plus qu'il est bel et bien l'un des joueurs les plus difficiles à abattre sur les gros tournois, Davidi prend une bouffée d'air frais en faisant remonter le capital de confiance, après un début d'année jugée peu convaincant sur le circuit. "Maintenant, j'aimerais bien de nouveau monter un gros tapis sur un tournoi. Cela fait plusieurs deep runs de suite où je suis perpetuel short-stack, à batailler avec rien. J'ai envie de m'amuser avec de grosses piles !" Pourquoi pas dès demain, l'occasion du Day 2 du Main Event, pour lequel il s'est qualifié hier ?

Rail Français
Le rail français a apporté un soutien crucial

Benjo
Votre serviteur en train de se demander si la couleur bat la quinte ou si c'est l'inverse


Rail français


Showdown


Rail français


Macao


Macao


GG
Que dire de plus ? GG, Génie !