masquer le menu

Deux bustos pour le prix d'un

- 26 août 2017 - Par Benjo DiMeo

Event #18 : Main Event - 5 300€ (Day 5 - Demi-finales)

Dix minutes à peine après la fin de la pause-dîner, de l'action. Des actions, même. Et des relances à tapis.

Albert Daher relance UTG pour 325,000 (2BB). C'est payé par Raffaele Sorrentino. Au hi-jack, NC trouve une paire de 3 avec laquelle il envoie ses onze blindes au milieu. Daher se demande combien cela fait. Après avoir entendu la réponse, le libanais imite NC. Avec 20BB, il couvre largement le français.

C'est pas fini : derrière, Sorrentino couvre les deux joueurs, et demande lui aussi le compte. Et... Annonce rapidement son attention de payer !

Trois combinaisons sont donc retournées. La paire de 3 de NC fait face à :

AQ chez Daher. Jusqu'ici, tout va bien, mais lorsqu'on est payé deux fois avec une petite paire en main, on sera la plupart du temps derrière face à un joueur au moins. Et Sorrentino retourne effectivement JJ.

Double élimination
Le dénouement du board régalera les spectateurs : QQ10, pour commencer, plaçant Albert Daher en tête. Puis un K laissent à penser l'auditoire que le coup n'est peut-être pas fini.

La rivière ? Un 9 qui renverse t la table : Raffaele Sorrentino vient de trouver la quinte. Double élimination !

Albert
Albert Dahan préfère en rigoler


Question drame, vous avez eu votre quota ? De neuf joueurs, on passe à sept en une seule main, et on perd le dernier français en course, un NC qui, sans que cela ne nous surprenne le moins du monde, ne se montrera absolument pas abbatu après cette élimination à grand spectacle, et restera même au bord du rail une bonne demi-heure pour refaire le match avec nous autres couvreurs. "Ce n'est pas du tout décevant", dira celui qui doit se contenter de 104,000€ au lieu de (peut-être) 1,41 million. "Quand je m'inscris à un tournoi, je considère l'argent comme perdu."

Mesbah Guerfi
Concernant la dernière main, NC estimait qu'Albert Daher allait bouger d'entrée de jeu. "Il n'avait pas beaucoup de jetons non plus, le connaissant, il allait essayer de se remuer rapidement. Moi, avec mes dix blindes, je peux pas attendre le bus non plus ! Celui qui fait la bonne affaire, c'est Akkari. Il attend, il attend, il gratte deux paliers. C'est une façon de jouer. J'aurais pu faire pareil, me laisser mourir..." On peut terminer la phrase à la place de NC : "Mais tu en es incapable !"

On ne se refait pas : NC est un joueur coriace, mais qui aime bien tenter ses coups à fond. Aujourd'hui, après un bon départ, il s'est retrouvé dans pas mal de spots compliqués où il doit abandonner de belles mains. "A 10 restants, j'ai 5,5 millions, mais je loupe plein de tirages, je jette des paires qui n'ont pas trouvé le flop..." Pas de quoi avoir des regrets, car c'est aussi comme ça que NC a monté des jetons. "Sur le Day 1 et le Day 2, j'ai flambé parfois. J'ai joué des coups plus agressivement qu'il ne fallait, j'ai fait gonflé le pot et j'ai bien encaissé les fois où j'ai touché. C'est des coups que je pourrais jouer plus calmement !"

Lorsqu'on lui pose la question fatidique ("Qui est ton favori pour la victoire ?"), NC offre plusieurs réponses mais ne mentionne pas Raffaele Sorrentino : le vainqueur du PSC Monte Carlo passe pourtant chip-leader avec cette double élimination toute fraîche. "L'Italien, je l'ai joué, j'ai surtout vu que les rencontres allaient dans son sens. Il est dans un bon rush. Sinon, le bulgare [Lachezar Plamenov Petkovil], il est très fort, c'est du solide. L'autre, à gauche du joueur avec l'écharpe [Brian Kaufman Esposito], il joue bien aussi. C'est une finale avec presque que des inconnus, mais il y a du niveau. J'aime bien aussi l'anglais [Aeragan Arunan]."

Avec sept joueurs restants, nous ne sommes plus qu'à une élimination de la conclusion du Day 5 !

Sorrentino
Un doublé sur un Main Event PSC après six éditions à peine, vous y croyez ? Raffaele Sorrentino s'y voit déjà.