masquer le menu
PSPC 25 000 $ :1234Finale
Main Event 10 000 $ :1234Finale
Side events :SHR 100K $Autres
Affichage : Plus ancienPlus récent

[Vidéo] 15 minutes avec Julien Martini

- 15 janvier 2019 - Par Flegmatic

Il est sans conteste LA star française de cette PCA 2019. Runner-up du PSPC pour près de trois millions de dollars, Julien Martini a accordé une interview de quinze minutes à Harper, dans la foulée de l'un des plus belles perfs de l'histoire du poker tricolore. Son parcours personnel et sa progression en tant que joueur de poker, ses parties de cash game à 20 000 $ la cave à Macao et, bien sûr, le déroulé de son incroyable tournoi, celui qui n'est encore qu'un jeune joueur de 26 ans se confie dans un entretien fleuve exclusif. Profitez-en !

[Vidéo] Multiplex Poker : en direct du PSPC !

- 14 janvier 2019 - Par Benjo DiMeo

Edition très spéciale du Multiplex Poker sous les tropiques ! C'est une première : nous ne pouvions décemment pas manquer cet historique PSPC.
 

Au menu de l'émission :

5mn10 : Benjo revient sur les enjeux du PSPC, l'organisation de l'épreuve, et son futur. Une autre édition est-elle envisageable ?
24mn14 : Après avoir remporté un bracelet WSOP en 2018, Julien Martini a signé la performance la plus lucrative de sa carrière en atteignant la 2e place du PSPC. L'occasion d'en savoir plus sur ce joueur de high stakes discret, installé depuis quelques années à Taiwan.
41mn55 : Pierre Calamusa a bien entamé son séjour aux Bahamas, avec des places payées sur le PSPC puis le PCA National. LeVietF0u nous donne des nouvelles de son poto Tony Miles, et notamment un gros pari avec Shaun Deeb.
47mn55 : Harper nous fait découvrir Atlantis, le gigantesque complexe touristique qui accueille chaque année la PCA.
52mn45 : Le résumé vidéo de Veunstyle.

Ramon Colillas remporte le PSPC

- 11 janvier 2019 - Par Benjo DiMeo

Le nouveau Chris Moneymaker est espagnol
5,1 millions de dollars et un titre historique


Ramon Colillas
Entre les joueurs Espagnols et les gros-tournois-très-chers-qui-marquent-l'histoire-du-poker, il y a un truc. Un alignement des planètes, si vous voulez. Avant l'historique PSPC et ses 1 039 joueurs (un record absolu) cette semaine, le plus gros tournoi de poker à 25 000 $ jamais organisé remontait à 2007. Une éternité. C'était à Las Vegas, au fameux Bellagio. A l'époque, l'un des moments clés de la saison était l'étape finale du World Poker Tour, cette année-là, 639 joueurs étaient au rendez-vous. Un record jamais égalé ensuite sur le circuit WPT. Le vainqueur ? L'espagnol - et ancien vainqueur du Main Event - Carlos Mortensen.

Avance rapide 11 ans plus tard : le PSPC, l'un des tournois les plus originaux et ambitieux de l'ère moderne du poker, revient à l'espagnol Ramon Colillas. Ce nom ne vous dit rien ? C'est normal : avant de remporter cette épreuve historique, et la somme de 5,1 millions de dollars, le barcelonais évoluait dans l'anonymat des tournois mid-stakes de son pays et du casino de Marrakech voisin (une petite dizaine de milliers de dollars en guise de palmarès). Sa régularité sur le Campeonato de España de Poker, un championnat local passant par les villes de Madrid, San Sebastian, Marbella, Barcelone et Peralada lui avait valu de se faire offrir par PokerStars un "Platinum Pass", package à 30 000 $ pour disputer le PSPC en compagnie de plus de 300 autres joueurs eux aussi invités par PS via différents tournois et concours organisés tout au long de l'année 2018.

Cinq jours après le coup d'envoi du PSPC, les rêves de PS (découvrir le nouveau Chris Moneymaker, autrement dit un joueur de l'ombre capable de battre les pros à leur propre jeu) sont excaucés : c'est l'un de ces 320 qualifiés freeroll qui soulève le (très lourd) trophée. Six ans après avoir décidé de passer pro, l'ancien coach fitness Ramon Colillas se fait un nom, et l'écrit dans le livre d'or du poker. Sa vie ne sera probablement plus jamais la même.

Ramon Colillas
Ecoutons les réactions du vainqueur, glanées peu après la dernière main par Alex, notre reporter pour Winamax.es :

"C'est un rêve qui devient réaluté. Gagner le Platinum Pass était à la fois un rêve et une récompense après la saison que j'ai vécue, mais je n'aurais jamais imaginé pouvoir gagner le tournois ! Je me disais juste que j'allais venir aux Bahamas, profiter de l'épreuve, peut-être m'inscrire à un side-event après mon élimination. Et me voilà devant les caméras qui me filment. C'est une situation surréaliste !"

Avant de pouvoir être déclaré vainqueur, Ramon a du se défaire d'un adversaire de taille : Julien Martini, qui disposait d'une large avance à l'entame du duel final. "Sans aucun doute, le meilleur joueur à table, c'était lui. Je connaissais ses résultats et son parcours, mais c'est en jouant avec lui que je me suis rendu compte qu'il était le plus dangereux."

Ramon Colillas
5,1 millions de dollars : c'est une somme considérable, comme on ne peut en gagner que rarement en une seule partie de poker. En fait, en dehors du Main Event des WSOP (et aussi du "Big One for One Drop", dont l'entrée est de 1 million de dollars), c'est un prix qui n'existe tout simplement pas. "On n'arrête pas de me demander si ma vie va changer, ce que je faire, etc. Je ne sais pas ! Je n'arrête pas d'y penser. Dès le début, j'ai essayé de traiter ce tournoi comme n'importe quel autre, comme si j'étais en Espagne sur un tournoi banal. J'ai essayé de ne pas penser aux enjeux, au buy-in, afin de pouvoir jouer normalement. Si j'avais commencé à penser aux sommes en jeu, je n'aurais pas pu bien jouer. Maintenant que c'est fini, je vais peut-être pouvoir y songer un peu."

Initialement, Ramon avait prévu de rentrer en Espagne dès la fin du PSPC. Forcément, il ne s'imaginait pas de terminer le tournoi en vainqueur. "On a décidé de prolonger un peu le séjour. Je vais jouer le Main Event, histoire d'en profiter un peu plus !"

Résultats - PokerStars Players Championship 25 000 $
1 039 joueurs - Dotation 26 455 500 $

Ramon Colillas
Vainqueur : Ramon Colillas (Espagne, Platinum Pass) 5 100 000 $
Runner-up : Julien Martini (France) 2 974 000 $
3e : Marc Rivera (Philipines, Platinum Pass) 2 168 000 $
4e : Scott Baumstein (USA) 1 657 000 $
5e : Jason Koonce (USA) 1 304 000 $
6e : Marc Perrault (Canada) 1 012 000 $
7e : Farid Jattin (Colombie 746 000 $
8e : Talal Shakerchi (UK) 509 000 $

Ramon au SISMIX
En mai 2018, Ramon Colillas faisait partie de la horde de joueurs espagnols du SISMIX. Un autre Espagnol, Adrian Mateos Diaz, s'était imposé : Ramon, lui, s'était contenté de la 19e place


Les autres Français ITM

46e : Damien Le Goff (France) 69 100 $
63e : Johan Girard (France, Platinum Pass) 56 800 $
73e : Adrien Delmas (France, Team Winamax) 45 700 $
82e : Benjamin Pollak (France) 45 700 $
97e : Alexandre De Zutter (France, Platinum Pass) 39 500 $
114e : Jérémie Sarda (France) 39 500 $
133e : Pierre Calamusa (France, Team Winamax) 35 000 $
153e : Thi Nguyen (France) 25 450 $
180e : Jimmy Guerrero (France) 25 450 $

Le PSPC est terminé, mais la PCA ne fait que commencer. Vendredi débute le Main Event à 10 000 $ (Day 1A). Pendant ce temps, le premier tour du Super High Roller à 100 000 $ s'est achevé jeudi soir. Mustapha Kanit, Adrian Mateos et Joao Vieira figurent parmi les 33 qualifiés pour le Day 2 : nous ne manquerons pas de nous pencher sur eux dès la reprise de la partie, vendredi à 12h30 (18h30 en France). Bonne journée à tous !

Benjo et Alex

Martini se heurte à un mur espagnol

- 11 janvier 2019 - Par Benjo DiMeo

Ramon Colillas est parvenu à stopper la machine Julien Martini
Un confrontation couleur contre full a fait basculer le cours de la finale
Julien Martini éliminé en 2nde place (2 974 000 $)
PSPC 25 000 $ (Finale)


Heads up Julien Martini
L'ultime bataille du PSPC nous a rappelé quelque chose d'évident, mais que l'on a parfois tendance à oublier : ce n'est qu'une fois la dernière carte distribuée que l'on peut annoncer le vainqueur. "C'est à la fin du bal qu'on paie les musiciens" : refrain bien connu dans les casinos et cercles francophones.

Pour qui a suivi l'intégralité de la (courte) table finale, la victoire de Julien Martini semblait écrite depuis le début, ou presque. Muni d'un tapis relativement confortable à 13 heures, le Français s'est employé à éliminer d'entrée de jeu deux joueurs : Talal Shakerchi (sur un bad beat : As-Dame assortis qui s'améliorent contre deux As) puis Farid Jattin (sur une grosse erreur ICM de ce dernier). Propulsé largement en tête, Martini s'est appliqué à mettre au maximum la pression sur leurs adversaires, réussissant au moins un bluff énorme, et agressant à tout va. Pendant un long moment, le Français fut le maître à bord, et après avoir éliminé Scott Baumstein et Marc Rivera, il pouvait attaquer le dernier duel de l'épreuve avec une large avance numérique sur son ultime adversaire, Ramon Colillas.

Heads up Julien Martini
Mais rien n'est jamais écrit. Très rapidement, ce que l'on suspectait depuis le début de la finale s'est confirmé : l'Espagnol était un formidable compétiteur. Une bonne dose d'agressivité et quelques showdowns gagnants ont permis à Colillas de récupérer des jetons qui allaient aussitôt se réveler très précieux, lorsque le Barcelonais reçut son one time. Le one time du tournoi, possiblement d'une vie entière.

L'écart entre les deux derniers joueurs n'est plus que d'une vingtaine de blindes lorsque débute la main la plus importante de la finale. La 80e très exactement. Julien Martini ouvre l'action avec une relance et 96 en main. Colillas défend avec Q5.

Le flop tombe A4Q. Martini jubile intérieurement. Il ne le sait pas encore, mais cette couleur ne survivra pas aux deux cartes qui restent à venir. Colillas paie un c-bet de 1 million. Le turn Q améliore sa main : il paie 4,6 millions supplémentaires.

La rivière est un 5. Roublard, Colillas trouve le moyen de se retenir de miser : il checke, et n'a plus qu'a ceuillir les jetons de Martini, qui annonce rapidement all-in.

Heads up Julien Martini
Désormais short-stack, Martini ne se remettra jamais de ce cooler (malgré un double up obtenu alors qu'il n'avait plus que 7 BB) : le PSPC se terminera une vingtaine de mains plus tard, aux alentours de 18 heures.

Difficile pour Martini de cacher une pointe de déception : six mois après sa deuxième place sur l'EPT National de Barcelone, l'un des titres les plus convoités de l'histoire du poker lui échappe. Mais pas de regrets, cependant, si ce n'est pour un call un poil léger en tout début de duel. Tandis que débutait la traditionelle cérémonie de remise du premier prix, Martini n'avait que des compliments à faire à son dernier adversaire.

Heads up Julien Martini
"Il a bien joué, il a très bien joué. C'est lui qui a le mieux géré de la finale. Il a fait le dos rond quand il fallait, il a attaqué aux bons moments, rien à redire. Sur le gros coup avec couleur contre full, il n'y a rien à faire. Peu importe comment je choisis de le jouer, ça se termine comme ça. Je n'ai pas d'amertume, je ne considère pas ça comme un bad beat. Et moi aussi, j'ai eu de la chance durant le tournoi. Je suis content que ce soient ces deux joueurs qui montent sur le podium. Ce sont des mecs très gentils. J'aurais juste préféré que le classement soit inversé !"

Il y a 24 heures, Julien Martini nous confiait que les 5,1 millions de dollars de la victoire pourraient bien être suffisants pour le convaincre d'arrêter le poker. "De toute façon, je n'avais pas assez de place dans la valise pour ramener le trophée", sourit-il. 3 millions de dollars, c'est déjà pas mal, mais semble t-il pas assez pour éteindre sa soif de compétition. Forcément : cette seconde place, aussi monstrueusement lucrative qu'elle soit, va lui laisser un goût d'inachevé. "Du coup, il commence quand le Main Event ?"

Avec cette performance de choix, Julien Martini fait son entrée dans le Top 10 de la All Time Money List des joueurs Français (prenant la place du retraité Ludovic Lacay) : ses gains dépassent maintenant les 4 millions de dollars.
Seuls deux autres joueurs Français ont réussi à gagner autant en un seul tournoi, c'était sur le Main Event des WSOP : Benjamin Pollak (3e pour 3,5M$ en 2017) et Antoine Saout (3e pour 3,5M$ aussi, cette fois en 2009)

Les derniers instants du PSPC

Heads up Julien Martini
Tandis que Ramon Colillas reste solidement installé à son poste, Julien Martini attendre le verdict dans le rail, aux côtés de son ami de Taiwan James Chen

Heads up Julien Martini
La copine de Ramon Colillas a montré beaucoup plus d'émotions que lui !

Heads up Julien Martini

Heads up Julien Martini
On vous présente ce beau vainqueur Espagnol dans l'article suivant !

Rivera, c'est tout vu

- 10 janvier 2019 - Par Benjo DiMeo

Marc Rivera éliminé en 3e place (2,168 millions)
PSPC 25 000 $ (Finale)


3-handed
Après l'élimination de Jason Koonce en 4e place, s'en est suivie une période de calme. Tout est relatif : disons jusqu'il n'y a pas eu d'élimination durant une trentaine de mains. Durant cette période, on aura vu Ramon Colillas se faire bluffer deux fois par Marc Rivera, puis doubler contre le même Rivera, avec l'une des mains préférées de Winamax, K5 (il trouve la 2e paire au flop et paie la mise à tapis du Philippin, qui avait envoyé en semi-bluff avec une ventrale.)

Marc Rivera
Puis, sur la 68e main de la finale (d'après PokerNews), une confrontation préflop, et une élimination. Les blindes sont passées à 250 000 / 500 000 et Julien Martini min-raise au bouton. Les papiers sont en règle : le Français a ouvert avec AK. Julien paierai donc en un instant le 3-bet à tapis de Rivera (8,2 millions, 16 BB) : il est en tête contre A3 et le restera tout au long d'un board Q-7-2-10-10.

3-handed
Détenteur d'un Platinum Pass acquis en remportant le Main Event de l'APPT Manille, Marc Rivera est éliminé en 3e place. L'ingénieur devenu pro remporte une somme qui devrait probablement changer sa vie : 2,168 millions de dollars.

3-handed
Le duel final du PSPC va opposer un Français et un Espagnol :

Julien Martini : 42 millions (84 BB)
VS
Ramon Colillas : 19,45 millions (39 BB)


Ils jouent pour 5,1 millions de dollars !