masquer le menu

121 joueurs, peu de Français : bilan du Day 2

- 4 mai 2015 - Par Benjo DiMeo



Que retenir du second tour de jeu du plus gros tournoi Européen de l’année ?

Une affluence en baisse : avec 564 inscriptions enregistrées à midi, heure limite pour participer au tournoi, cette Grande Finale Monégasque encaisse une baisse de presque 20% de son affluence. Ce qui ne veut pas dire que les joueurs ont déserté Monte Carlo, loin de là, comme nous l’avons expliqué ici

Des éliminations à rythme accéléré : Il étaient un peu plus de 300 sur la ligne de départ de ce Day 2, y compris une dizaine d’ultra-retardataires comme Daniel Negreanu débarqués à la toute dernière seconde. La super-star Canadienne a rapidement sauté, et quelques 200 de ses pairs allaient le suivre au cours des huit heures suivantes. Au moment où a sonné le gong, il n’étaient plus que 121. Le field a presque été divisé par trois ! Le rythme devrait ralentir quelque peu lors du Day 3, puisque les places payées ne sont désormais plus très loin.

 Des Français en souffrance : De 35 Tricolores en lice à midi, ils n’étaient plus que 10 possédant encore des jetons à 20 heures. Nombre de ceux qui avaient entamé le Day 2 en short-stack ont péri (Gaëlle Baumann, Sylvain Loosli, Franck Kalfon, Mesbah Guerfi, Benjamin Pollak…), mais aussi plusieurs joueurs dont l’excellent Day 1 laissait présager un meilleur parcours, comme Roger Hairabedian, éliminé en milieu de journée malgré une place dans le Top 10, ou encore Samy Salah, Xavier Detournel et Christophe Benzimra.

 Narboni et Khalifa, meilleurs grimpeurs de la journée : Alors que des big stacks prenaient le toboggan, d’autres sortaient le piolet pour escalader la montagne. C’est ainsi que Jonathan Khalifa (de 37 100 à 272 400) et Philippe Narboni (photo, de 35 900 à 241 000) ont réussi la double performance de se sortir de la zone rouge, puis de se constituer un tapis les rendant très dangereux.

Les anciens font valoir leur rang : Michel Abécassis, Eric Sfez et Fabrice Soulier ont eux aussi fait fructifier leurs jetons en ce Day 2. Trois joueurs d’expérience aux visages familiers dans le paysage du poker Français.

 … mais laissent de la place pour les petits nouveaux : Nouvelle recrue de PMU, le jeune Romain Paon fait ses débuts dans la cour des grands à Monaco, et continue son réjouissant parcours dans le Main Event. Il termine la journée avec 161 900, en baisse par rapport à hier, certes (il figurait parmi les chip-leaders), mais tout de même au dessus de la moyenne et largement suffisant pour aborder la bulle avec sérénité.

 Un match Pologne/Allemagne : Alors que Dominik Panka et Fabian Quoss, parmi les short-stack du début de journée, rendaient rapidement les armes, Dzmitry Urbanovitch faisait son entrée en lice pour la Team Pologne, motivé par la belle avance de Jose Carlos Garcia. Mais ce sont bien les joueurs d'Outre-Rhin qui ont passé la surmultipliée en fin de journée, Ole Schemion et Christopher Frank (photo) devançant les jeunes Polonais au classement.

Américains et Italiens en embuscade : Toujours en lice avec des tapis confortables, les Américains Jason Mercier, Isaac Haxton et Vanessa Selbst, ainsi que les Italiens Dario Sammartino, Mustapha Kanit et Giuliano Bendinelli, tenteront de renverser la suprématie allemande.

 Difficile journée pour le clan suédois : Viktor 'Isildur1' Blom et Martin Jacobson ont rejoint le rail bien trop tôt. Les espoirs scandinaves reposeront en partie sur Fredrik Jensen (champion EPT Madrid 2012), un des nombreux vainqueurs EPT encore en course dans ce Main Event.

1 million d’euros pour le vainqueur : 79 joueurs seront payés. La bulle éclatera durant le Day 3, qui débutera mardi à midi. Nous serons bien entendu sur place pour vous la raconter en quasi-direct !

10 Français avancent au Day 3

- 4 mai 2015 - Par Benjo DiMeo

20 heures 49 à Monte Carlo : les 120 et quelques survivants du Day 2 sont déjà libérés depuis un moment. La partie s’est terminée à une heure civilisée, apportant un contraste bienvenu par rapport aux deux Day 1.

En attendant notre compte-rendu, voici les tapis des dix joueurs Français passés entre les mailles du filet aujourd’hui - cette journée s'est malheureusement terminée par l'élimination de l'ami du Team Winamax Alexandre Amiel (paire de 7 contre paire de Rois en short-stack), ainsi que d'Emrah Cakmak.

Jonathan Khalifa 272 400
Philippe Narboni 241 000
Eric Sfez 228 000
Michel Abécassis (Team Winamax) 195 000
Romain Paon 175 900
Fabrice Soulier 155 000
Laurent Benhayoun 140 100
Jean Montury 92 000
Christophe Malaurie 68 300
Alexandre Réard 56 100

A l'international...

Ole Schemion 477 000
Christopher Frank 465 000
Jose Carlos Garcia 461 000
Jason Mercier 300 000
Vanessa Selbst 285 000
Sergio Aido 276 000
Dario Sammartino 250 000
Isaac Haxton 220 000
Pierre Neuville 200 000
Scott Clements 199 000
Stephen Chidwick 150 000
Mustapha Kanit 146 000
Yury Guly 142 000
Max Altergott 140 000
Roman Koronev 137 000
Fredrik Jensen 125 000
Daniel Smith 113 000
Johnny Lodden 109 000
Dimitar Danchev 96 000
Giuliano Bendinelli 78 100
Eugene Katchalov 70 000
Charlie Carrel 70 000
Steve O Dwyer 60 000
Maria Ho 50 000

Blindes : 1,500/3,000, ante 300
Tapis moyen : 139,000

MIK22 hyper-actif

- 4 mai 2015 - Par Benjo DiMeo



Désormais installé en marge du podium télévisé, Michel Abécassis s’implique dans un nombre croissant de coups. « Y’a de l’action ! », résume t-il avant de préciser sa pensée avec une rafale de hand-histories :

Un coup qui n’existe pas : « J’ai AQ au bouton. J’ouvre à 4,500, et la petite blinde envoie aussitôt une poignée de jetons, comme si il n’avait pas remarqué que j’avais relancé. Il a mis 5,500, une fausse relance donc, il est obligé de payer. Flop 9-9-8. Je c-bet, il check/call, on check les deux tours suivants et il gagne avec 8-2 dépareillés ! »

 Un coup évité de justesse : « Jean [Montury] relance UTG à 4,500. Le bouton paie, je suis de petite blinde avec une paire de 10. Pas envie de 3-bet, Jean est solide. Je complète, la grosse blinde aussi. Flop 9-7-2 rainbow. Je check, la BB check. Jean envoie son tapis : 36,000 dans 20,000. Le bouton passe. Je ne pense pas qu’il est l n’est pas en train de s’envoyer en l’air. Je passe et la grosse blinde aussi. Je révèle mon jeu à Jean, qui me dit ‘Si tu avais deux 10, je suis au dessus, j’ai deux Dames.’ »

S’en suivent quelques vols de blindes et un brelan de 8 trouvé, et rentabilisé sur la rivière avant que ne survienne…

Un coup de pile ou face : « Je suis au bouton avec As-Roi. Un joueur Russe ouvre à 4,500. Je 3-bet à 11,100. La parole revient à lui : il fait tapis pour 99,000 ! Avec mes 70,000, je suis couvert, et tous les éléments me poussent vers un call : il ne peut pas jouer comme ça avec deux As ou deux Rois, nous avons un historique - je l’ai 3-bet plusieurs fois, et sa carotide indique un rythme cardiaque d’environ 150. Je call, et effectivement il ne voulait pas être payé avec sa paire de 7. Je remporte le coin-flip. !»

Un (deuxième) coup de pile ou face : quelques minutes plus tard, Michel fait doubler un joueur lorsque son Roi-Dame ne s’améliore pas contre une paire de 9.

Un (troisième) coup de pile ou face qui vient de nous être rapporté : Michel vient de jouer, et gagner le plus classique des 50/50 avec As-Roi contre une paire de Dames !

A une demi-heure de la fin de la journée, le dernier joueur du Team Winamax en course est plus que jamais dans la course avec 210,000 unités, presque deux fois la moyenne.

Hairabedian et Narboni, destins croisés

- 4 mai 2015 - Par Florence

C'est l'hécatombe côté Français : en l'espace de quelques minutes, on a perdu Philippe Ktorza, Xavier Detournel, Kevin Dodelande, Franck Makaci et Roger Hairabedian.  Etonnant de voir Big Roger rendre les armes si tôt dans ce Main Event, lui qui avait commencé la journée avec près de 150 000 jetons,

Philippe Narboni a connu une trajectoire contraire : arrivé avec seulement 35 000 jetons, il pointe désormais au-delà des 250 000, chipleader incontestable du clan tricolore, et sûrement dans le Top 10 du tournoi.

Les autres Français encore en lice : Michel Abecassis, Romain Paon, Emrah Cakmak, Alexandre Reard, Christophe Mallaurie, Jonathan Khalifa, Alexandre Amiel, Jean Montury, Laurent Benayoun, Eric Sfez et Fabrice Soulier.

Deux tiers de Day 2

- 4 mai 2015 - Par Benjo DiMeo

aa
 17 heures 30. Deuxième pause du Day 2. Quatre niveaux sont derrière nous : encore deux à tirer et la journée sera terminée. Une statistique qui donne le tournis : près de la moitié des 310 partants du jour ont déjà pris la porte, parmi lesquels au moins 17 Français (liste complète en fin d’article). J’ai retrouvé deux d’entre eux profitant du répit pour prendre un peu le frais à l'extérieur...

Michel Abécassis ne s’est pas ennuyé en table télévisée, sans pour autant se montrer hyper-actif. Outre les deux 4-bets preflop racontés un peu plus tôt, Michel a bien rentabilisé une paire de Rois contre Steve O’Dwyer. « Il relance à 3,200, je le 3-bet à 6,900, il paie. Flop Dame-9-3 avec deux piques. Il check, je mise 6,400, il paie. Turn : un Valet. Il checke, je checke aussi. Rivière : doublette de la Dame. Il checke encore. Je mise cher : 12,700. Il réfléchit, et finit par payer avec, je suppose, une main du genre paire de 10. Je lui ai demandé après, il a confirmé. » J’ajouterais que j’ai entendu Steve O’Dwyer quitter le podium TV en annonçant à un de ses potes : « Je viens de passer deux heures et demie à me faire déchirer dans tous les sens ! » 

Un nouveau casting a été appelé sur le podium : Michel va retrouver une table non-filmée avec un tapis de 80,000, un poil en dessous de la moyenne alors que les blindes passent à 1,000/2,000 avec une ante de 300.

De son côté, Alexandre Amiel navigue de table en table avec un stack allant croissant : 125,000 aux dernières nouvelles.


Les sortants Français du Day 2

Mesbah Guerfi
Samy Salah
Christophe Benzimra
Didier Pitcho
Kevin Dodelande
Jean-Noel Thorel
Laurent Strouk
Benjamin Pollak
Gaëlle Baumann (Team Winamax)
Franck Kalfon
Patrick Bruel (Team Winamax)
Sylvain Loosli (Team Winamax)
Patrick Nakache
Volkan Altuntas
Patrick Sacrispeyre
Pierre Merlin
Michael Kolkowicz