masquer le menu

Le Team reçu 4 sur 5

- 4 mai 2015 - Par Florence



C'est dans la douleur que s'achève ce Day 1B pour le Team Pro. On pourrait pourtant croire la mission accomplie, puisque seul Bruno 'Kool Shen' Lopes n'a pas réussi à passer la journée, éliminé en milieu de journée après une confrontation brelan contre brelan. Mais en regardant de plus près les chiffres, on constate une réalité plus nuancée.

Ce fût "une journée cauchemar" pour Gaëlle Baumann. "Je n'ai pas joué un coup ! J'ai 4-bet light une fois et ça n'est pas passé." La féminine du Team reviendra demain avec 21 000 jetons, soit moins de 30 blindes.

Du côté de Sylvain Loosli, le retour du dinner break aura laissé des traces : le finaliste du Main Event WSOP 2013 a rapidement perdu la moitié de son stack suite à "un ou deux coups mal joués et plusieurs spots compliqués". Et preuve que rien n'allait dans cette fin de journée, Sylvain a préféré être sage en passant Q8 sur un 3-bet, payé une fois, et s'en est mordu les doigts en voyant le board 8823Q ! "Faut pas le dire à Davidi !" Il finit la journée avec 13 600 jetons.

Après avoir éliminé son ami Erik Seidel et avoir tutoyé les 100 000 jetons, le dernier niveau fût plus compliqué pour Patrick Bruel, qui termine ce Day 1B avec 55 000 jetons. La faute à une main plutôt délicate. Muni d'une paire de Dames, le chanteur choisit de 3-bet à 5,000 au bouton puis de payer le cold 4-bet à 15,000 d'un joueur assis en grosse blinde. Mais il va ensuite passer quand son adversaire enverra son tapis sur un flop 774. Sans pouvoir être certain d'avoir pris la bonne décision...

C'est avec 51 300 jetons que Michel Abecassis entamera le Day 2, après une première journée sans encombres.

Un bon Day 1B pour les Français

- 4 mai 2015 - Par Benjo DiMeo



Minuit : l’heure de plier bagage pour les quelques 200 survivants de la deuxième journée de départ du plus gros tournoi Européen de la saison, après une douzaine d’heures passées à jouer au poker. 

La journée fut plutôt bonne pour les Français : au moins vingt (parmi une quarantaine au départ) possédaient encore des jetons au moment où a sonné le gong.

Parmi ceux qui n’ont pas eu cette chance, on compte Brian Benhamou, assis à côté de Patrick Bruel toute la journée et dont le As-Dame n’a pas tenu à tapis préflop face à As-9 à quelques minutes de la fin du Day 1B. Autres éliminés : la joueuse de l’année 2014 au GPI Florence Allera, Philippe Barouk, Nicolas Cardyn, Alain Goldberg, Erwan Pecheux, Daniel Fuchs, le vainqueur du KING5 Laurent Polito, Hugo Pingray, Bruno Fitoussi, Eric Qu, Fabrice Maltez, Sebastien Lebaron, Massou Cohen et enfin Kool Shen, victime d’une confrontation brelan contre brelan en milieu de journée.

Ils sont plusieurs à avoir dépassé la barre symbolique des 100,000, et l'un d'entre eux a même dépassé Roger Hairabedian, chip-leader Français à l’issue du Day 1A. Pour son premier tournoi en tant que joueur sponsorisé, Romain Paon peut être fier : il est en tête du clan Français avec plsu de 160 000 jetons. Il est talonné par le joueur de backgammon Eric Sfez, dont la capacité à monter des gros tapis ne cessera jamais de nous impressionner. Le Team Winamax est dans le milieu du peloton.

Les 20 Français suivants retrouveront au Day 2 les 10 autres compatriotes qualifiés lors du Day 1A (liste non exhaustive - il se peut que nous en ayons oublié un ou deux, on fera le point dans quelques heures une fois que le classement officiel sera connu) :

Romain Paon 161 900
Eric Sfez 148 500
Samy Salah 144 500
Alexandre Reard 133 000
Xavier Detournel 80 000
Christophe Benzimra 75 000
Emrah Cakmak 61 500
Fabrice Soulier 61 000
Patrick Bruel (Team Winamax) 55 400
Michel Abécassis (Team Winamax) 51 300

Philippe Narboni 47 000
Philippe Ktorza 40 000
Patrick Sacrispeyre 36 200
Mesbah Guerfi 27 000
Franck Makaci 23 000
Gaëlle Baumann (Team Winamax) 21 000
Christophe Malaurie 20 000
Sylvain Loosli (Team Winamax) 13 600
Slimane Mameche 12 000
Franck Kalfon 8 900

Philippe Ktorza et Isildur seront au Day 2

A l'international

Aujourd'hui nous avons dit "au revoir" à Erik Seidel (éliminé par son vieux pote P14B), Dermot Blain, Andrea Dato, Salvatore Bonavena, Moshin Charania, Leo Margets, Philipp Gruissem, Sorel Mizzi, Toby Lewis, Michael Tureniec...

Ludovic Geilich 86 000
Daniel Smith 70 000
Vanessa Selbst 66 000
Luca Moschita 65 000
Johnny Loden 65 000
Sergio Aido 62 000
Shyam Srinivasan 57 000
Dario Sammartino 56 000
Ivan Demidov 50 000
Matthew Haugen 44 000
Jack Slater 44 000
Fredrik Jensen 44 000
Liv Boeree 30 000
Benny Spindler 23 000
Viktor Blom 22 000
Dominik Panka 19 000
Fatima De Melo 12 000
Jake Cody 11 000
Fatima De Melo 10 000
Matas Cimbolas 5 000


Day 2 : rendez-vous à midi



Environ 300 joueurs seront sur la ligne de départ lundi à midi, heure du coup d'envoi du Day 2. Nous ne pouvons encore vous communiquer les chiffres exacts puisque les inscriptions vont rester ouvertes jusqu'au Shuffle up and deal, afin de pouvoir accueillir en dernière minutes les joueurs occupés sur tel ou tel side-event aujourd'hui et quand même désireux de démarrer un tournoi à 10,000 euros avec moins de 40 blindes.

 

Le Doc fait des siennes

- 3 mai 2015 - Par Florence

Tout va bien pour Michel Abecassis qui partage sa table avec l'Anglais Jake Cody en fond de salle.

Après une relance en milieu de parole, payé au Hi-Jack, Michel complète sa grosse blinde. Sur le flop 34J, le relanceur initial place sa mise de continuation, faisant fuir le Hi-Jack mais pas Michel. La turn vient 7, deuxième barrel à 4 650 et check-raise à 13 100 du Doc. C'est payé. Sur la river 5s, Michel Abecassis envoie les 14 000 jetons qui lui restent au milieu, provoquant un coup de poing sur la table de son adversaire, passablement énervé. Ce dernier finit par passer permettant à Michel de grimper au-dessus des 50 000 jetons.

"J'ai défendu avec une main indéfendable", me confiera le Team Pro W quelques instants plus tard. 7 et 3 suités ! L'ancien journaliste dépassera même la barre des 60 000 jetons quelques mains plus tard, alors que l'on joue le dernier niveau de la journée.

Entre amis de 25 ans

- 3 mai 2015 - Par Florence

Déjà en tête du clan W, Patrick Bruel vient d'accroître significativement son avance durant le niveau 7 du Day 1B (blindes 250/300, ante 50.)

Après une ouverture d'un joueur UTG+1 à 1 100, Erik Seidel (fraîchement couronné dans le Super High Roller à 100 000€) paye en milieu de parole, tout comme le joueur au cut-off. Patrick Bruel opte alors pour un squeeze à 5 250 depuis la SB. Seul l'Américain s'acquitte de la somme.

Le flop amène un Roi, un 10 et un 6 avec deux coeurs. Patrick continue son agression en envoyant 9 000. Seidel décide de relancer du minimum : 18 000. Pas de quoi effrayer le Team Pro W qui annonce tapis, couvrant son adversaire. Perplexe, Seidel engage néanmoins les 15 000 jetons restants en dévoilant As-Roi, insuffisant face aux As de Patrick Bruel.

Le chanteur élimine ainsi "un ami de 25 ans. Je crois que c'est contre lui que j'ai le plus joué ! Lui et Daniel (Negreanu)." Alors qu'Erik Seidel rejoint le rail, Bruel grimpe à plus de 95 000 jetons. Un avantage qui va s'effriter quelques mains plus tard suite à un nouveau squeeze de Patrick. Il décide de 3-bet à 4 500 après une ouverture à 1 100 d'un joueur en milieu de parole, payée trois fois. 

Le relanceur initial et la small blind sont de la partie pour voir un flop A84. Les trois joueurs vont checker jusqu'à la turn 2. C'est finalement le relanceur initial qui va miser 9 600 sur la river 2, suivi dans l'instant par Patrick Bruel. Le AQ de l'agresseur fera perdre quelques plumes au Français dans cette nouvelle bataille. Des jetons qu'il récuperera immédiatement avec un As-Roi slowplayé préflop qui se transformera en deux paires max sur le flop.

Avec plus de 90 000 jetons devant lui, Patrick Bruel a de quoi voir venir !

Les cowboys désarmés

- 3 mai 2015 - Par Benjo DiMeo



Parmi la quarantaine de Français ayant pris part au Day 1B, Xavier Detournel est probablement l’un des chip-leaders en terme d’heures de vol, avec un palmarès dont les premières lignes remontent à 1998.

OK, l’expérience, c’est bien, mais la réussite, c’est pas mal non plus, et c’est sans doute avec grand plaisir que Xavier a reçu un coup de main des Dieux des cartes en éliminant un joueur sur un coup à tapis préflop défavori (mais qu’il ne pouvait cependant refuser) : AK contre KK.

Le croupier retourne un tableau 4710J6 pour lui donner la couleur gagnante.