masquer le menu

17 joueurs, 8 places en finale

- 27 mars 2014 - Par Benjo DiMeo

EPT Vienne - Fin du Day 4

Coverage par Winamax

Gustav Kimt - « Morte e Vita » (La Vie et la Mort), 1916 (Musée Leopold)

Alors certes, nous avons perdu en ce Day 4 de l’EPT Vienne une tonne de joueurs que l’on aurait aimé voir aller en finale, à commencer par nos quatre Français Michel Abécassis, Ludovic Riehl, Clément Thumy et Miroslav Alilovic, tous éliminés entre la 30ème et 40ème place. Nous avons aussi dit au revoir au charismatique vétéran Marcel Luske, aux petits génies Jonathan Roy, Stephen Chidwick, aux regulars du circuit Jude Ainsworth et Jan Bendik.

Alors certes, le 2e tapis alors qu’il ne reste plus que 17 joueurs (pour 8 places en finale) est un inconnu complet que même ses compatriotes Espagnols présents en ville n’ont jamais croisé, mais cela ne sera pas suffisant pour qualifier les demi-finalistes de « randoms », terme maintenant banalisé désignant, non pas des mauvais joueurs de poker, mais simplement des joueurs qu’on ne connait guère.

Car comme souvent, ausculter de plus près le casting des demi-finalistes permettra de se départir quelque peu de l’impression d’avoir affaire à une bande d’inconnus. En particulier chez les joueurs venus des pays de l’est, nombreux au rendez-vous des demi-finales de ce tournoi.

Bien stacké, le Bulgare Simeon Nayden est par exemple détenteur d’un bracelet WSOP obtenu dans un tournoi Shootout l’été dernier. Le Roumain Dan Murariu, lui, affiche un Hendon Mob a 1 million de dollars, en partie grâce à deux victoires sur des tournois Unibet Open (à St Maarten et Varna). Andras Kovacs n’est pas un inconnu non plus, avec une finale EPT dans la besace (Grèce, 2011) et deux finales sur le circuit Italian Poker Tour (Venise, les deux fois en 2010). Rumen Nanev a été vu à l’EPT Deauville en 2010 où il a terminé 18ème, puis à Barcelone (21ème en 2011) et Londres (30e en 2013) - nul doute qu’il aura à coeur d’attendre enfin une finale pour son quatrième deep-run EPT.

Young old-school

Coverage par Winamax

Un joueur parmi les 17 qui reviendront vendredi au Palais Hofburg pour tenter d’accéder en finale qu’il est inutile de présenter à la plupart d’entre vous : Johnny Lodden. Un pionnier de la génération Internet, à une époque considéré comme le plus gros gagnant de l’histoire du poker en ligne sous le pseudonyme « bad_ip », avant de… perdre l’intégralité de sa bankroll et de repartir à zéro. Un amateur d’action, mais aussi un joueur qui a muri, découvert les joies de la paternité, et affiné son jeu en tournoi pour devenir à 27 ans un compétiteur beaucoup plus subtil dans son approche qu’à ses débuts. Présent sur le circuit EPT depuis 10 ans, le Norvégien s’y classe pour la 15ème fois (alors que la 100 étape sera jouée cette année), avec comme meilleur résultat une troisième place lors de la Grande Finale Monégasque en 2013 (467,000€ de prix). Lodden entamera les demi-finales de l’EPT Vienne en position de short-stack avec moins de 25 blindes.

Rendez-vous à midi pour le Day 5. Objectif : la table finale, avec seulement huit sièges autour qui seront sans aucun doute âprement disputés. Car au bout, il y a plus de 800 000 euros à gagner…

Le classement

Timo Pfutzenreuter (Allemagne) 3 837 000
Pablo Gordillo (Espagne) 3 582 000
Anthony Ghamrawi (Autriche) 2 790 000
Simeon Naydenov (Bulgarie) 2 324 000
Frei Dilling (Danemark) 2 280 000
Gavin O'Rourke (Irlande) 2 071 000
Dan Murariu (Roumanie) 1 660 000
Umberto Vitagliano (Italie) 1 653 000
Johnny Lodden (Norvège) 1 130 000
Marko Neumann (Allemagne) 1 096 000
Rumen Nanev (Bulgarie) 1 003 000
Roman Korenev (Russie) 967 000
Andras Kovacs (Hongrie) 903 000
Patrick Fasching (Autriche) 560 000
Sebastian Panny (Autriche) 498 000
Mike Adamo (Îles Turques-et-Caïques) 494 000
Oleksii Khoroshenin (Ukraine) 437 000

Tableau de bord
17 joueurs restants (sur 910 au départ)
Blindes : 15,000/30,000, ante 4,000
Tapis moyen : 1,6 million
Prix minimum assuré : 31,750€

Benjo

Le mec, il a bust le meeeeec

- 27 mars 2014 - Par Benjo DiMeo

Coverage par Winamax

Une tête de série supplémentaire quitte le Main Event (il n’en restera bientôt plus aucune, on s’achemine vers une solide finale EPT de randoms), il s’agit de l’expert en SNG Stephen Chidwick (qu'on pourrait éventuellement confondre avec Jason Mercier sur la photo ci-dessus). L’Anglais a envoyé ses douze blindes avec As-5 et s’est fait payer par Dan Muriau avec quelques pointures au dessus : As-Dame. Par de miracle sur le board et Chiwdick nous quitte en 22ème position, empochant au passage 27,300 euros.

Une victoire Française

- 27 mars 2014 - Par Benjo DiMeo

Coverage par Winamax

Nous avions croisé David Zakine parmi les 26 survivants Français du Day 1 du Main Event en début de semaine. Éliminé rapidement lors du second tour, Zakine (déjà finaliste du FPS Cannes en septembre dernier) s’est consolé de fort belle manière en remportant un des nombreux tournois annexes organisés au sein du Palais Hofburg : un tournoi de Pot Limit Omaha Turbo au prix d’entrée de 550 euros. David devance 146 joueurs et remporte 17,110 euros, soit l’équivalent d’une 32e place dans le Main Event. Pas mal pour un tournoi organisé sur une seule journée !

Le cercle des gamblers disparus

- 27 mars 2014 - Par Benjo DiMeo

Tandis qu’il ne reste plus qu’un niveau de 90 à jouer dans le Main Event (22 joueurs encore en course, blindes 12,000/24,000 et tapis moyen de 1,24 millions, soit 50BB), le High Roller bat son plein depuis le début de l’après-midi.

Avec son prix d’entrée de 10,000€ (un re-entry autorisé), le tournoi le plus cher de ce festival Viennois attire un field réduit, mais costaud, regroupant le lot habituel des meilleurs joueurs de tournoi du circuit et/ou des joueurs aux poches les mieux remplies : Sam Trickett, Mike McDonald, Olivier Busquet, Eugene Katchalov (qui a par ailleurs remporté le High-Roller de lEureka Poker Tour pour 149,000 euros)

Coverage par Winamax

Parmi les 129 inscrits, un contingent Français assez fourni. On retrouve deux joueurs ayant immédiatement réinvesti leur ITM lors du Main Event, comme Fabrice Soulier (57e pour 12600€) et Miroslav Alilovic (32e pour 17100€). Si le second a déjà été éliminé de son second tournoi du jour et en a déjà trouvé un troisième (un format « Win the button » à 1000€ l’entrée), le premier n’est pas mal loti en ce Day 1, ayant notamment aspiré les jetons Jonathan Duhamel avec un tirage ventral rentré sur le turn (le champion du monde a opté pour le re-entry et donc recommencé à zéro à une autre table)

Coverage par Winamax

Patrick Sacrispeyre est de bonne humeur aussi, me racontant avec enthousiasme un gros pot joué avec… 8Carreau2Carreau. Pas très règlementaire, comme combinaison, mais on peut faire des merveilles avec, comme Patrick nous l’explique : « Le flop est QCarreau4Carreau5Trèfle, je paie une mise et le turn tombe 6Coeur. Je paie encore. Rivière : 2Trèfle. Le mec mise 13,000. Je finis par payer : il a As-10. »

Autres Français aperçus autour des tables : ElkY bien entendu, et Antoine Saout.

Coverage par Winamax

Hors catégorie : le plus Français des Belges, j’ai nommé Davidi Kitai. Le joueur du Team Winamax vit une partie plutôt mouvementée avec des fluctuations régulières (d’abord vers le bas, récemment vers le haut) Citation (via Twitter) : « 34,000, remonté à la force du poignet et de la river » (Chaque joueur a démarré avec 50,000) A sa table : Daniel « Jungleman » Cates et Jonathan Duhamel.

Marcel : ouste

- 27 mars 2014 - Par Benjo DiMeo

Coverage par Winamax

Une paire d’As slowplayée a mis fin au parcours de Marcel Luske en 31ème position. Sans doute le joueur le plus emblématique encore en course dans cet EPT, le Hollandais Volant a préféré le check au c-bet sur un flop 10-8-2, laissant son adversaire tirer une improbable quinte ventrale sur le turn.

Il s’agit du huitième ITM EPT de Luske, fidèle à ce circuit depuis sa naissance en 2004.

Coverage par Winamax

Amis de quinze ans sur le circuit du poker, Michel et Marcel se sont retrouvés à la même table durant cet EPT Viennois