masquer le menu

620 joueurs à l'assaut du Day 2

- 17 avril 2010 - Par Benjo DiMeo

Le top 10

Coverage par Winamax

Michael Eerhart (Pays-Bas) 247,800
Bertrand "ElkY" Grospellier (France) 232,200
Alexey Rybin (Russie) 231,100
Manuel Coppola (Italie) 212,000
Dermot Blain (Irlande) 211,800
Craig McCorkell (Irlande) 191,100
Quinn Do (USA) 187,500
Serge Madec (France) 184,200
Alex Wice (Canada) 181,700
James Dempsey (UK) 179,300

57 français

Près de 10% des joueurs encore en course sont français, même si la plupart d'entre eux possèdent un tapis en dessous de la moyenne. On peut s'attendre à ce qu'un important nettoyage soit effectué dans la liste ci-dessous, et ce dès les premières heures du Day 2.

Coverage par Winamax

Bertrand "ElkY" Grospellier (France) 232,200
Serge Madec 184,200
Bruno Launais 152,600
Paul Pires Trigo (Qualifié Winamax) 126,700
Jérôme Guermeur 111,700
Anas Tadini 110,300
Germain Gillard 107,300
Eric Haik 105,500
Bernard Boutboul 100,500
Suat Uyanik 86,100

Almira Skripchenko (Team Winamax) 84,400
Antony Lellouche (Team Winamax) 84,300
Michel Abecassis (Team Winamax) 82,100

Stephan Gerin 79,100
Bruno "Kool Shen" Lopes 75,200
Tristan Clemencon (Team Winamax) 67,200
Thomas Bichon 67,000
Sylvain Jean Mazza 65,200
Samlane Phomveha 60,800
Philippe Narboni 60,000

Regis Burlot 52,100
Jean-Philippe Rohr 51,000
Brice Telbois 50,100
Slimane Mameche 47,800
Eric Le Goff 47,400
Marc Inizan 46,300
Xavier Jacquet-Duval (Local Hero Winamax) 45,300
Kouider Matmar 43,100
Patrick Vittet 42,700
Stéphane Albertini 41,500

Antonie Amourette 38,500
Philippe Ktorza 37,700
Hervé Gentillon 36,300
Emile Yazbeck 36,000
Clement Cosnard (Qualifié Winamax) 34,500
Serge Fourmaux 33,700
Arnaud Mattern 29,900
Christophe Benzimra 29,900
Julien Riou 29,700

Samuel Prezet (Qualifié Winamax) 29,700
Victor Marechal 29,500
Michael Sebban 27,000
Ronan Collet 25,500
Imed Ben Mahmoud 24,600
Stephane Benadida 23,900
Olivier Douce 22,800
Joseph Carlino 22,300
Clement Marchand 20,400
Lise Vigezzi 19,700

Frank Gaston Mai Van Hon 19,600
Thomas Cattelain 17,000
Nicolas Klock 16,500
Damien Rony 13,400
Patrick Gastaldi 12,600
Laurent Sanglier 10,300
Jean-Paul Minassian : ?

Autres (sélection)

Coverage par Winamax

Matthias De Meulder (Belgique) 172,400
Jeff Sarwer (Canada) 130,700
Sebastian Ruthenberg (Allemagne) 125,100
Anton Wigg (Suède) 119,000
Jason Mercier (USA) 117,600
Kristoffer Edberg (Suède) 112,200
Isabelle Mercier (Canada) 106,100
Tobias Reikemeier (Allemagne) 103,300
Danny Ryan (USA) 97,600
Steven « gboro780 » Gross (USA) 96,800
Andrew Teng (UK) 96,700
Benjamin Spindler (Allemagne) 91,400
Sami Kelopuro (Finlande, photo) 86,800
Rasmus Nielsen (Danemark) 84,700
Peter Hedlund (Suisse) 82,800
Allan Baekke (Danemark) 81,800
Markus Lehmann (Allemagne) 80,600
Dag Martin Mikkelsen (Norvège) 78,200
Gianni Giaroni (Italie) 76,700
Ramzi Jelassi (Suède) 76,300
Marc Goodwin (UK) 72,900
Micheil Brummelhuis (Pays-Bas) 71,700
Kevin MacPhee (USA) 69 ,100
JP Kelly (UK) 65,700
Joe Serock (USA) 65,400
Luca Pagano (Italie) 65,100
Harrison Gimbel (USA) 64,900
Joseph Elpayaa (USA) 64,600
Jude Ainsworth (Irelande) 62,200
Dan Shak (USA) 61,000
Nam Le (USA) 60,000
Alexander Jung (Allemagne) 58,900
Liz Lieu (USA) 58,400
Claudiu Secara (Roumanie) 55,200
Nick Shulman (USA) 53,000
Fatima Moreira De Melo (Pays-Bas) 52,300
Humberto Brenes (Costa Rica) 51,100
Ilya Gorodetskiy (Russie) 49,100
Claudio Rinaldi (Suisse) 48,500
Kimmo Kurko (Finlande) 46,300
Lex Veldhuis (Pays-Bas) 42,500
Liv Boeree (UK) 41,800
Dario Minieri (Italie) 41,800
Salvatore Bonavena (Italie) 40,300
Andrew Chen (Canada) 38,000
Sandra Naujoks (Allemagne) 37,500
Erica Shoenberg (USA) 37,400
Martin Kabrhel (Croatie) 36,700
Jani Mikkola (Finlande) 33,500
Stefan Mattsson (Suède) 29,900
Samuel Chartier (Canada) 25,300
Pieter de Korver (Pays-Bas) 23,900
Juha Helppi (Finlande) 22,700
Georgios Kapalas (Grèce) 19,100

Tableau de bord du Day 1A
620 joueurs restants (sur 1,240 au départ)
Prochaines blindes : 600/1,200 ante 100
Tapis moyen : 60,000 tout rond

On est pas fatigués, on est pas fatigués

- 16 avril 2010 - Par Benjo DiMeo

Un Day 1 maousse s'achève à San Remo

Coverage par Winamax

Je vais vous faire une confidence, ami lecteur : je ne suis pas mécontent que cet énorme Day 1, étalé sur deux jours, soit terminé. C'est que l'EPT de San Remo, c'est pas de la tarte, avec ces dizaines et dizaines de tables serrées comme des sardines s'étalant à perte de vue à l'intérieur de cinq salles. Partout, il y a quelque chose à voir, un joueur connu à observer, un français à repérer, et de notre poste d'observateur, il est facile de se retrouver rapidement submergé devant l'immensité de la tâche.

Oui, c'est clair, l'action fut non-stop durant les deux journées qui viennent de s'écouler. En théorie, il y avait donc de quoi combler le plus affamé des reporters poker. Le hic, c'est qu'avec la belle structure et les tapis profonds dont disposent les joueurs, on n'assiste finalement qu'à très peu de moments passionnants durant le Day 1. Souvent, on se poste devant une table pour prendre le temps d'observer un long coup en entier. Souvent, on repartira cinq minutes plus tard en haussant les épaules, faute d'avoir eu quelque chose à se mettre sous la dent. Finalement, à l'instar des joueurs, nous autres raconteurs devons aussi « chatter », et se trouver là au bon moment pour apercevoir LE coup qui fera parler de lui. Des fois, on « run good », et on accumule les anecdotes croustillantes. Le reste du temps, on prend son mal en patience, errant autour des tables comme un pigeon à la recherche de miettes de pain.

Difficile à ce stade, vous l'avez compris, de dégager une trame précise à propos de cet EPT italien qui n'en est encore qu'à ses balbutiements. Nous venons tout juste d'en terminer avec les préliminaires. Certes, plus de la moitié bonne moitié des 1,240 inscrits ont plié bagage durant le premier jour. Mais pour ceux qui ont survécu, tout reste à faire : l'accumulation d'un gros tapis après neuf heures de jeu ne garantit en rien une présence sur la ligne d'arrivée. Tout au plus pouvons nous vous livrer quelques pistes, quelques éléments d'intrigue qui, peut-être, aboutiront à quelque chose durant les journées à venir.

Coverage par Winamax

Prenons ElkY, par exemple. Un habitué des hauteurs du classement, et à ce à n'importe quel stade d'un tournoi. Le joueur le plus titré de l'histoire du poker français a navigué avec désinvolture à travers ce Day 1, enchaînant les coups clés et coin-flips gagnantes sans lever un sourcil. Been there, done that, comme disent les anglo-saxons. ElkY, il à l'habitude, et ce ne sont pas les 232,000 qu'il a accumulés aujourd'hui (bon pour le chip-lead, ou presque) qui l'empêcheront de dormir ce soir.

Les français, traditionnellement friands du grand rendez-vous de l'EPT italien ont une nouvelle fois répondu présent cette année. Ils étaient des tas au départ du Day 1B, et ils sont des tas à s'être maintenus. En ayant vécu des fortunes diverses, bien entendu. Pour un Bruno Launais ou un Bernard Boutboul avec un gros stack, on trouve des Philippe Ktorza, des Christophe Benzimra, des Damien Rony et des Slim Mamèche avec rien qu'une poignée de jetons pour aller se coucher. Au centre, à la moyenne, on vooit dépasser du lot des mecs tels que Jean-Philippe Rohr, Antoine Amourette, ou Bruno « Kool Shen » Lopes. Et puis il y a ceux qui ont perdu tout espoir depuis bien longtemps, comme Bruno Benveniste, Alain Roy, Antonin Teisseire, Marion Nedellec, ou Julien « nori » Labuissière. On les retrouvera très vite, dès le prochain tournoi au programme.

En ce qui concerne les étrangers, impossible (et inutile) de vous dresser un tableau exhaustif. Balançons quelques noms, un peu au hasard, en mentionnant la présence de Jason Mercier, Benny Spindler et Tobias Reinkemeier parmi les joueurs « robusto ». Ce n'est pas le cas de John Paul Kelly, André Akkari, Sandra Naujoks et Carter Philipps, qui se débattront demain avec un petit tapis. Lex Veldhuis, Ramzi Jelassi, Liv Boeree, Liz Lieu et Juha Helppi se maintiennent, ni gros, ni maigres. Et puis il y a tous les autres, ceux dont on a pas encore remarqué la présence. Quelque part au milieu du field, il y a un jeune américain de 19 ans complètement inconnu en live. C'est probablement lui qui va gagner le tournoi, mais lui ni moi ne le savons encore.

Coverage par Winamax

Du côté du Team Winamax, le diagnostic est pour l'instant réservé. Manuel Bevand aura connu une journée cauchemar classique, se faisant payer ou relancer quand il bluffait, et ne rentabilisant guère ses bonnes mains, avant une inévitable sortie en forme de setup : brelan contre quinte. Nicolas Levi aura disputé une partie discrète jusqu'à un coup bizarre et malchanceux le précipitant vers la sortie à quelques minutes du clap de fin. Enfin, reste Tristan Clémençon, auteur du poker agressif qu'on lui connaît. La progression du benjamin du Team aura été tranquille et constante aujourd'hui, et fait office de bon augure pour la suite. Il termine le Day 1B avec 67,300, plus de deux fois le tapis de départ. Enfin, chez nos qualifiés, on ne dénombre qu'une seule perte, celle de Marc Barat. Samuel « Seamus34 » Prezet (29,900) et Clément « piksou710 » Cosnard (34,500) se sont qualifiés pour le Day 2, avec des tapis bien en dessous de la moyenne, toutefois.

Tout ce beau monde sera rejoint par le reste du Team (Almira, Michel, Antony, le Local Hero Xavier Jacquet et le qualifié Paul Pires Trigo) pour une journée qui comptera plus de 600 joueurs sur la ligne de départ. Les petits tapis sont très nombreux : les éliminations iront à toute vitesse durant les trois premières heures, et de vrais gros tapis vont se constituer.

C'est ce que nous vous proposons de suivre dès samedi à partir de midi. Soyez au rendez-vous !

Benjo

PS : Le classement des français et têtes de série sera publié ici-même dans la matinée.

Le bounty pour Tristan

- 16 avril 2010 - Par Harper

Barry Greinstein, tombé à dix blindes, était bien décidé à doubler ou quitter le tournoi alors que nous approchions de la fin de la journée. Derrière une relance de Tristan Clémençon au bouton, il envoie ainsi logiquement tapis avec KCoeurQTrèfle. Tristan paie avec ATrèfle9Carreau et est persuadé qu'il va s'incliner lorsque le début du tableau affiche JPiqueQPique3Pique6Carreau. Mais c'était sans compter sur la rivière : un ACarreau !

Barry Greinstein, qui ne possédait pas d'exemplaire de son ouvrage « Ace on the river » sur lui (qu'il offre à chacun de ses bourreaux après s'être fait éliminer) a pris l'adresse de Tristan Clémençon, et lui a promis qu'il lui en enverrait un exemplaire. SupeRoger est le second joueur du Team Winamax à obtenir ce fameux bounty après Ludovic Lacay.

Retour sur la sortie de Marion

- 16 avril 2010 - Par Benjo DiMeo

Quelques précisions sur l'élimination de Marion Nedellec mentionnée par Harper il y a quelques minutes. Le tournoi de la bretonne fut une affaire douloureuse, avec notamment deux paires de Dames perdantes en l'espace de trois mains, d'abord contre deux As, puis contre As-Roi. Bilan comptable : moins 20,000. Ensuite, il y a eu ce split avec As-Dame contre As-Valet, et puis la dernière main, un repush à 17 blindes avec Roi-Dame payé par As-Dix. Comme on l'a déjà dit, c'est bien d'avoir du jeu, mais c'est mieux d'avoir la main gagnante.

« Je me suis stacké tout seul »

- 16 avril 2010 - Par Benjo DiMeo

Coverage par Winamax

Il ne reste plus qu'une poignée de mains à disputer dans ce Day 1B, et le tournoi de Nicolas Levi, jusqu'ici sans histoires, vient de trouver une énigmatique conclusion, qui risque de lui laisser une petite pointe de regret. On écoute l'homme au chapeau, attrapé quelques secondes après sa défaite :

« Je défends ma grosse blinde avec une paire de 3. Le flop est Q-10-3. On checke. Le turn apporte une autre Dame. On checke encore. La rivière est un 4. Je mise le pot, 7,000. Mon adversaire me demande mon tapis. Il me reste 23,000 – je les mets, et il me montre une paire de 4 pour le full supérieur. J'ai l'impression de m'être éliminé tout seul en misant le pot sur la rivière.... »

Bully

- 16 avril 2010 - Par Harper

Bertrand Grospellier ne laisse plus rien passer. Alors qu'un joueur attaque sa grosse blinde, Elky défend, puis check-raise un flop 4Coeur8Coeur9Carreau de 2,800 à 7,800. Son adversaire ne peut que passer et le français ajoute quelques masses supplémentaires à son imposant tapis. Tu es à combien ? « 167,000 » répond dans la seconde Bertrand, qui connait toujours très précisément l'état de son stack.

Telex

- 16 avril 2010 - Par Harper

Nos écrans de contrôle nous apprennent la sortie de Marion Nedellec. Snif.

XIII

- 16 avril 2010 - Par Harper

Mon buddy Xavier Arnal vient de sauter, envoyant ses dix dernières blindes avant le flop avec KCoeurTCoeur. Le montilien est payé par ACarreauQPique et s'incline, bien qu'ayant trouvé un roi sur le flop. Effectivement, celui-ci contient également un as.

Boys on the bus

- 16 avril 2010 - Par Benjo DiMeo

Un trajet en bus de 18 heures à travers la France suivi d'un tournoi à 5,000 euros, est-ce que cela affecte votre jeu ?

Réponse : pas le moins du monde si vous vous appelez Jason Mercier et que vous trouvez les As contre les Dames. Le joueur le plus hot de ces deux dernières années pointe à 90,000 alors qu'il ne reste qu'une heure et demie à jouer.

Coverage par Winamax

Dan O'Brien faisait aussi partie de l'héroïque traversée, mais, contrairement à Jason ou à Barry Greenstein (littéralement endormi à la table) cela ne transparait en rien sur son visage, frais comme s'il venait de sauter du lit. L'américain en a vu d'autres, et aborde la chose comme à son habitude : avec un sourire stoïque.

Le voilà qui relance à 2,000 en première position. C'est payé par un nordique au cut-off. Sur le flop ACarreauATrèfle2Carreau, un petit c-bet à 2,300 suffit à Dan pour empocher la mise, et ajouter un peu de monnaie à son stack de 25,000.

Entre deux coups, il me confie un pari intéressant lancé entre les passagers du bus de la mort.

« C'est Jason, Barry, Joseph [Elpayaa], Allan [Bari], et moi contre Peter Eastgate. On a parié 2,000 euros chacun que nous pouvons totaliser 215,000 de tapis à la fin du Day 1B. »

Je le mets au courant du gros pot tout juste remporté par Jason.

« Génial ! On va peut-être pouvoir y arriver, alors. Bon, Allan a sauté, mais si l'un d'entre nous arrive à gagner quelques coin-flips avant la fin, Peter est cuit. »

Les côtes de ce pari ont été fixées à un contre un. En revanche, si le club des cinq dépasse les 300,000, Peter paiera à hauteur de 3,5 contre 1.

Sacré

- 16 avril 2010 - Par Harper

Coverage par Winamax

S'il n'est pas encore très connu du circuit international, méfiez-vous grandement de Samlane Phomveha. Habitué des tables où la grosse blinde est de 6$ ou de 10$ en ligne (les jouant simultanément par dizaine...), celui qu'on surnomme « Sacre » est un joueur professionnel qui engrange les dollars par milliers derrière son ordinateur.

Les tournois en dur, le français y a pris goût l'été dernier, à l'occasion de l'Unibet Open de Londres où il avait terminé troisième, empochant la coquette somme de 79,000£. Rapidement tombé à 10,000 dans cet EPT San Remo, Sam est désormais de retour à 58,000. Il nous raconte sa remontée.

« Je relance en fin de parole avec 8Pique6Pique et la grosse blinde, passablement en tilt, défend. Le flop est TPique9Pique6Carreau et je c-bet à 3,100. Je suis payé. Le tournant est un 4Pique : nous checkons tous les deux. La rivière est un 2Coeur : à ma grande surprise, il envoie directement tapis pour 15,000 ! Je paie immédiatement et il a... Roi-Neuf ! » Plutôt facile, ce jeu.