masquer le menu

Aurélie Quélain jusqu'au bout de la nuit

- 16 décembre 2015 - Par Benjo DiMeo

Lorsqu’Aurélie Quélain a réalisé sa dernière grosse perf’ de l’année 2015, la majorité d’entre nous étions  dans les bras de Morphée. L’horloge affichait en effet six heures et demie dans la nuit de lundi à mardi au moment où la récente recrue du Team Winamax a disputé le dernier coup de l’épreuve Deepstack à 500 euros de l’EPT Prague, plus de seize heures après que le coup d’envoi de l’épreuve ait été donné avec 200 joueurs au départ.

RunGood4Love a manqué de très peu le titre, terminant sur la seconde marche face à l’Israëlien Yitshak Bahar. Une presque victoire qui laisse un tout petit goût d’inachevé, mais tout de même très lucrative : Aurélie termine son séjour à Prague, et l’année enrichie de 13,810 euros.

La partie ne fut pas de tout repos. « On a joué très, très longtemps à sept », raconte Aurélie, « les short-stacks n’arrêtaient pas de doubler, au bout d’un moment c’est devenu une blague entre nous, dès qu’un joueur était à tapis, peu importe les mains, on savait que le plus petit tapis allait survivre. » Sauf que, pendant ce temps, les blindes continuaient à augmenter : « Pendant que tout le monde doublait, le tapis moyen a chuté de 20 à 10 grosses blindes ! »

Aurélie disposait d’un gros tapis en début de finale, mais a participé elle aussi à la valse des double-ups en renflouant un short-stack avec une paire de 10 battue par Roi-3. Ce qui l’a conduite à devoir se mettre en danger à son tour : « Je suis à tapis avec As-Dame contre As-Valet. Flop : 9-8-7. Turn : 10. Rivière : le Valet ! »

La situation finira par se débloquer dans les petites heures de la nuit, Aurélie se chargeant d’éliminer presque tous ses adversaires… Jusqu’à entamer le duel final avec un large avantage : 1,7 millions de jetons contre 300,000. Mais à ce stade, les blindes étaient forcément très élevées : 30,000/60,000. « Je mets mon adversaire à tapis direct avec 7-5, il paie avec Dame-10, trouve un 5 mais il fait couleur. » Derrière, Aurélie perd un second coup à tapis avec As-10 contre As-Dame, et la dernière main se jouera avec As-3 assortis contre, encore, As-Dame.

Rideau : La nuit a été longue, et Aurélie peut retrouver son oreiller avec le sourire. Certes, lui victoire lui échappe, mais elle a fait le boulot, heures sup’ comprises !