masquer le menu

Ensan à l'usure

- 17 décembre 2015 - Par Benjo DiMeo

La troisième fut la bonne : à l'occasion de sa troisième participation à une finale EPT en tout juste seize mois, l'amateur de 51 ans Hossein Ensan remporte l'étape de Prague après avoir conclu un deal contre son dernier adversaire, l'excellent Russe Gleb Tremzin. Une fois l'arrangement conclu, les deux joueurs ne concouraient plus que pour la somme de 30,000 euros, modique en comparant des montants distribués en finale, ce qui ne les a pas empêchés de jouer plus de 120 mains en duel, largement plus de la moitié du nombre total de coups disputés au cours d'une finale saluée, si ce n'est pour la vitesse des échanges (plutôt lents) mais pour la qualité de jeu offerte aux spectateurs. Large chip-leader en début de finale, Ilkin Amirov se contente de la troisième place, réalisant la meilleur performance de l'histoire des joueurs de poker de l'Azerbiadjan.

Résultats - EPT Prague

1 044 inscriptions - 5 300€ l'entrée

Vainqueur : Hossein Ensan (Allemagne) 754 510€

2nd : Gleb Tremzin (Russie) 724 510€
3e : Ilkin Amirov (Azerbaidjan) 391 910€
4e : Thomas Butzhammer (Allemagne) 294 180€
5e : Slaven Popov (Bulgarie) 226 330€
6e : Olivier Ferrero (France) 166 080€
7e : Onur Unsal (Turquie) 122 530€
8e:  Vlado Banicevic (Montenegro) 87 700€

Photo : Danny Maxwell / PokerNews

Dans le High-Roller, l'Américain Kenny "kenny05" Smaron l'emporte, pour un prix de presque 600 000 euros.
 

EPT Prague : un bon cru pour le Team

- 16 décembre 2015 - Par Benjo DiMeo

19 heures à Prague : le dernier festival European Poker Tour de l'année est presque terminé. Dans le Main Event, ils ne sont plus que trois (Hossein Ensan est largement en tête), tandis que les têtes de série ont quitté le High-Roller (plus que quatre joueurs, je n'en reconnais aucun). Notre reportage est donc bientôt terminé : avant de se quitter, faisons un petit bilan de ce qui fut une semaine plutôt bonne pour le Team Winamax.

Cliquez sur les liens pour lire les articles associés.
 

Kool Shen : 18ème sur 1,044 dans le Main Event à 5,300€ (35,800€)

Davidi Kitai : 14ème sur 307 dans dans le No-Limit 2,200€ (8,215€) et 9e sur 315 dans le High-Roller à 10,300€ (61,110€)

Aurélie : 195e sur 1,077 dans la Prague Poker Cup 330€ (510€) et 2e sur 200 dans le Deepstack 500€ (13,810€)

Ludovic Riehl : 32e sur 240 dans le No-Limit 1,100€ (1,840€) et 24e sur 404 dans dans le Prague Open 220€ (580€)

Guillaume Diaz : 138e sur 1,077 dans la Prague Poker Cup 330€ (620€)

Sans oublier Ivan "ValueMerguez" Deyra, qualifié sur Winamax et 10e sur 1,044 dans le Main Event (68,850€)

Aurélie Quélain jusqu'au bout de la nuit

- 16 décembre 2015 - Par Benjo DiMeo

Lorsqu’Aurélie Quélain a réalisé sa dernière grosse perf’ de l’année 2015, la majorité d’entre nous étions  dans les bras de Morphée. L’horloge affichait en effet six heures et demie dans la nuit de lundi à mardi au moment où la récente recrue du Team Winamax a disputé le dernier coup de l’épreuve Deepstack à 500 euros de l’EPT Prague, plus de seize heures après que le coup d’envoi de l’épreuve ait été donné avec 200 joueurs au départ.

RunGood4Love a manqué de très peu le titre, terminant sur la seconde marche face à l’Israëlien Yitshak Bahar. Une presque victoire qui laisse un tout petit goût d’inachevé, mais tout de même très lucrative : Aurélie termine son séjour à Prague, et l’année enrichie de 13,810 euros.

La partie ne fut pas de tout repos. « On a joué très, très longtemps à sept », raconte Aurélie, « les short-stacks n’arrêtaient pas de doubler, au bout d’un moment c’est devenu une blague entre nous, dès qu’un joueur était à tapis, peu importe les mains, on savait que le plus petit tapis allait survivre. » Sauf que, pendant ce temps, les blindes continuaient à augmenter : « Pendant que tout le monde doublait, le tapis moyen a chuté de 20 à 10 grosses blindes ! »

Aurélie disposait d’un gros tapis en début de finale, mais a participé elle aussi à la valse des double-ups en renflouant un short-stack avec une paire de 10 battue par Roi-3. Ce qui l’a conduite à devoir se mettre en danger à son tour : « Je suis à tapis avec As-Dame contre As-Valet. Flop : 9-8-7. Turn : 10. Rivière : le Valet ! »

La situation finira par se débloquer dans les petites heures de la nuit, Aurélie se chargeant d’éliminer presque tous ses adversaires… Jusqu’à entamer le duel final avec un large avantage : 1,7 millions de jetons contre 300,000. Mais à ce stade, les blindes étaient forcément très élevées : 30,000/60,000. « Je mets mon adversaire à tapis direct avec 7-5, il paie avec Dame-10, trouve un 5 mais il fait couleur. » Derrière, Aurélie perd un second coup à tapis avec As-10 contre As-Dame, et la dernière main se jouera avec As-3 assortis contre, encore, As-Dame.

Rideau : La nuit a été longue, et Aurélie peut retrouver son oreiller avec le sourire. Certes, lui victoire lui échappe, mais elle a fait le boulot, heures sup’ comprises !

Neuvième place pour Davidi Kitai

- 16 décembre 2015 - Par Benjo DiMeo

High-Roller 10,000€

Est-ce la finale la plus rapide de la carrière de Davidi Kitai ? Nous savons depuis longtemps que lorsque le Belge atteint une finale, c’est plus souvent pour la gagner que pour se contenter d’une place d’honneur. Cela ne sera pas le cas ici : quelques secondes après que les neuf derniers joueurs se soient assis autour de la dernière table, le pro du Team Winamax était à tapis pour neuf blindes avec AJ après une relance de l’italien Rocco Palumbo, qui paie avec une paire de 10. Le banal coin-flip tournera à l’avantage de l’Italien après un board plein de suspense : 53348.

"Y'a pas à se plaindre !" sourira Davidi après avoir collecté son prix de 61,100 euros. Avec cette dernière perf de l’année 2015, le triple vainqueur WSOP dépasse 900,000 dollars de gains en live depuis le premier janvier. Prochaine étape pour le collectionneur de titres : la PCA aux Bahamas, dès le début de l’année 2016, en compagnie de Guillaume Diaz et Sylvain Loosli.
 

Le coach Stéphane Matheu peut être satisfait : ses poulains ont réalisé de belles perfs tout au long du dernier EPT de l'année.

Davidi Kitai est en finale du High-Roller

- 16 décembre 2015 - Par Benjo DiMeo

Il a tenu bon. Pas tout à fait sorti d’affaire après son double-up à vingt blindes (« c’est le désert de cartes »), Davidi Kitai a continué d’appliquer son seul plan de jeu possible dans cette situation : la patience.

Cette stratégie attentiste forcée, même si elle est dommageable pour la hauteur de son tapis (350,000, soit 9BB à ce stade) lui permet d’atteindre une nouvelle finale dans un gros tournoi : tandis qu’il jetait sagement les poubelles qu’il recevait, plusieurs de ses adversaires sautaient les uns après les autres.

Le dernier en date n’est autre que Kevin MacPhee, qui a vécu trois heures cauchemardesques à coté de Vanessa Selbst : son tournoi se termine avec un As-Valet perdant contre As-Roi malgré l’apparition d’un Valet sur le flop : son adversaire trouve la quinte max sur le turn pour reprendre l’avantage.

A venir : le casting des neuf finalistes.