masquer le menu

7ème place pour Rémi Castaignon

- 17 décembre 2014 - Par Benjo DiMeo



Le miracle n’aura pas lieu : pour sa deuxième finale sur le circuit European Poker Tour, deux ans après son éclatante victoire à Deauville, Rémi Castaignon devra se contenter de la septième place, ayant quitté le podium télévisé délesté du peu de jetons qu’il lui restait après vingt-cinq minutes de partie.

Le qualifié Winamax avait tiré la position de grosse blinde pour la première main de cette finale : un coup du sort gravement pénalisant pour quelqu’un ne possédant que dix BB. Sur les six premières mains de la partie, Rémi n’eut d’autre choix que de jeter ses cartes, faute de recevoir un jeu assez fort pour s’affronter à des adversaires enclins à en découdre, jugez-en par l’action :

Main #1 : Mattsson relance avec 99, Wiesler, fait tapis avec Roi-Dame depuis la petite blinde ! Mattsson ne veut pas être éliminé le premier alors que Rémi est le candidat désigné pour la 7ème place : il abandonne.
Main #2 : Graner relance avec une paire de 10, et gagne le coup sur le flop avec un c-bet.
Main #3 : Wong open-shove pour 20BB avec KJ, sans trop se soucier des paliers de gains semble t-il.
Main #4 : Mattsson reshove avec As-Valet (même remarque) après une relance de Graner avec
JT (le chip-leader abandonne)
Main #5 : Wielser relance avec 87, Mattsson fait tapis depuis la SB avec As-Roi, Wong jette une paire de 10 de BB ! Wiesler abandonne aussi.
Main #6 : Sperling s’attaque timidement à la BB de Graner avec un limp, son As-10 trouve un 10 sur le turn pour battre le As-3 de l’Américain qui avait repris la tête sur le flop avec l’apparition d’un 3.

Puis, finalement, la main numéro 7 : Rémi, qui a attendu une orbite entière sans jouer, trouve
76 UTG : il pousse ses 810,000 (8 blindes). Au hi-jack, le Suédois Bertilsson trouve AT et se contente de payer. Les autres joueurs s’écartent du coup.

Rémi et Bertilsson trouvent chacun de l’aide sur le flop 6TJ, mais les positions restent en l’état après un turn 4 et une rivière 9 : Rémi Castaignon est éliminé de l’EPT Prague en septième position.

Après coup, notre qualifié Winamax est resté philosophe : « Aucun regret ! Une finale, c'est bon à prendre quoi qu’il arrive. » D’autant que la récompense est belle, il s’agissait après tout de l’un des plus gros EPT de l’année : 129 390 euros.

Toutes nos félicitations à Rémi, que l’on retrouvera très vite autour des tables du tournoi qui l’a révélé en 2013, celles de l’EPT Deauville. En attendant, nous lui souhaitons de joyeuses fêtes en famille dans les Pyrénées.