Rendez-vous à 13 heures pour la finale

- 17 décembre 2014 - Par Benjo DiMeo

Ne tournons pas autour de pot : de ma position d’humble observateur/rapporteur, je ne suis pas emballé par cette dernière finale de l'année 2014. Certes, c’est un vrai plaisir que d’assister au retour au sommet de Rémi Castaignon deux ans après sa victoire à Deauville (sans compter la petite fierté corporate : une fois de plus, il s’est qualifié chez nous !), mais avec sa position de départ très défavorable, il faudra au Pyrénéen une série de miracles pour espérer se sortir de la zone rouge. Et puis, trois des grands favoris nous ont quittés aujourd’hui : Davidi Kitai bien sûr, que l’on aurait tant aimé voir terminer en beauté son année 100% perf, mais aussi le jovial Anglais Sam Grafton et la terrifiante Vanessa Selbst. Ma déception ne m’empêchera pas d’être au rendez-vous pour couvrir cette finale où l’on retrouve en majorité des anonymes. Il sera intéressant, notamment, de voir ce que fera Stephen Graner avec son impressionnante avance numérique, et ce que les joueurs moins bien fournis vont tenter pour lui mettre des bâtons dans les roues.

Coup d’envoi de la finale mercredi à midi : elle sera retransmise sur Internet à partir de 13 heures, en différé car cette fois, les cartes privatives des joueurs seront révélées aux yeux de tous !

High-Roller : un min-cash pour Sylvain Loosli

L’info vient de tomber : Sylvain Loosli s’est vu éliminé du tournoi High-Roller en 24e place en toute fin de Day 2, aux alentours de minuit. De quoi lui permettre d’empocher 26,650 euros. Pas si mal pour quelqu’un qui avait terminé la première journée du tournoi en dessous de la moyenne, et passé plus ou moins l’intégralité de la journée qui a suivi en mode ‘dos rond’, avec peu de jetons.

D’autres Français ont terminé dans l’argent : Patrick Uzan (25e), ainsi que Erwann Pecheux, qui est lui toujours en course et reviendra mercredi pour tenter d’accéder en finale (et remporter l’épreuve dans la foulée puisqu’il ne reste plus qu’une journée au programme - c’est en tout cas tout le mal qu’on lui souhaite). Pas d’ITM en revanche pour Fabrice Soulier, ElkY, Alexandre Amiel, Christophe Benzimra, Gilbert Diaz, Benjamin Pollak… Parmi les cadors toujours en course, l’incontournable Ole Schemion (apparemment chip-leader), Dan Shak, Marvin Rettenmaier...

Benjo