masquer le menu

Ce n'est qu'un au revoir

- 13 mai 2011 - Par Benjo DiMeo

La treizième et dernière étape de la saison 7 de l'European Poker s'est achevée sur la victoire d'un compétiteur au profil radicalement différent des douze précédents. De Tallin à San Remo en passant par Prague, Berlin et Londres, la saison a vu défiler des vainqueurs jeunes et formés sur Internet, la plupart débutant à peine l'aventure du poker pro en live. Mais l'ultime titre ira à un businessman vénézuelien de 46 ans, à moitié pro, à moitié amateur, dont la domination en table finale fut complète. Le dernier jour du grand final madrilène fut expédié en quelques heures et une centaine de mains à peine : rien ne pouvait arrêter Ivan Freitez en finale. Quand on songe que six jours plus tôt, une heure après le coup d'envoi, Freitez était passé à deux doigts de l'élimination face à Nicolas Levi, risquant son tapis avec deux Dames contre les deux Rois du joueur du Team Winamax. Une Dame était tombée sur le flop, mettant fin prématurément aux espoirs du second, tandis que le premier entamait là le début d'une fantastique chevauchée...

Ce soir, nous en avons terminé avec l'European Poker Tour, pour quelques mois tout du moins. La saison qui s'achève ne fut peut-être pas aussi belle et joyeuse que les précédentes, la plupart des étapes ayant vu leur affluence stagner voire chuter, et les résultats des joueurs français n'ont pas été aussi enthousiasmants que dans le passé. Quant à la conclusion, je pense que tout le monde s'accordera pour dire que Madrid (où plutôt le casino hôte du tournoi, situé à 30 kilomètres du Madrid) n'aura pas réussi à nous faire oublier Monte Carlo comme terre d'accueil du grand final, et je mentirais si je vous disais que tout s'est terminé dans une ambiance de happy ending à l'hollywoodienne, un mois après l'implosion du poker en ligne aux Etats-Unis qui a déjà fait perdre leur emploi à plusieurs de mes plus proches confrères dans cette industrie.

Plus que jamais, nous vivons dans un monde incertain, bizarre et bancal. C'est pour cela que je suis d'autant plus heureux d'avoir eu une année de plus la possibilité de voyager aux quatre coins de l'Europe pour observer le meilleur de ce que le poker professionnel de tournoi peut nous offrir, et vivre nombre de journées et nuits mémorables au beau milieu de gens tout à fait formidables. Presque sept ans après avoir couvert mon premier tournoi de poker, je reste positivement épaté que l'on puisse me payer pour exercer cette excentrique activité. Et je continuerai tant qu'on me laissera faire, et que cela sera un passe temps amusant. Tiens, justement, il y a la finale du France Poker Tour qui débute à Paris dans quelques jours. On m'a dit le plus grand bien de cette épreuve. A très bientôt, les amis, et merci d'être là.

Benjo





Coverage par Winamax

Coverage par Winamax

Coverage par Winamax

Coverage par Winamax

Coverage par Winamax

Coverage par Winamax

Coverage par Winamax

Coverage par Winamax

Coverage par Winamax

Coverage par Winamax

Coverage par Winamax

Résultats

- 13 mai 2011 - Par Benjo DiMeo

European Poker Tour – Grand final - Madrid
686 joueurs – 10,600 € l'entrée


Coverage par Winamax

Vainqueur : Ivan Freitez (Vénézuela) 1,500,000 €
Runner-up : Torsten Brinkmann (Allemagne) 900,000 €
3e : Tamas Lendvai (Hongrie) 550,000 €
4e : Andrey Danilyuk (Russie) 400,000 €
5e : Juan Maceiras (Espagne) 315,000 €
6e : Eugene Yanayt (USA) 250,000 €
7e : Alex Gomes (Brésil) 185,000 €
8e : Andrew Li (USA) 130,000 €

Les autres (sélection)

14. Dag Palovic (Slovaquie) 40,000€
20. Hugo Lemaire (France) 40,000€
23. Victor Ramdin (USA) 40,000€
27. Eugene Katchalov (Ukraine) 35,000€
33. Lucien Cohen (France) 30,000€
35. William Reynolds (USA) 30,000€
37. Fernando Brito (Portugal) 30,000€
38. Ted Forrest (USA) 30,000€
44. Ben Wilinofski (Canada) 25,000€
45. Leo Fernandez (Argentine) 25,000€
50. Allen Bari (USA) 25,000€
52. Andre Alcaraia (France) 25,000€
56. Kristoffer Thorsson (Suède) 25,000€
57. Tobias Reinkemeier (Allemagne) 20,000€
67. Ivan Demidov (Russie) 30,000€
75. Xuan Liu (Canada) 20,000€
77. Eric Gambararo (France) 20,000€
83. Pierre Neuville (Belgique) 15,000€
87. Jean-Noël Thorel (France) 15,000€
90. Frédéric Busso Fuentes (France) 15,000€
91. Mathieu Thiry (France) 15,000€
94. Fatima Moreira de Melo (Pays-Bas) 15,000€
97. Jani Sointula (Finlande) 15,000€
100. Sam Chartier (Canada) 15,000€
102. Dan Heimiller (USA) 15,000€
104. Bernard Trong Huy Vu (France) 15,000€

Benjo

Rien ne pouvait arrêter Ivan Freitez

- 13 mai 2011 - Par Benjo DiMeo

Le vénézuelien remporte le grand final EPT 2011

Torsten Brinkmann n'aura pas réussi à capitaliser sur son chanceux double-up... Quelques minutes après la confrontation entre son As-5 et les deux Dames d'Ivan Freteiz, l'allemand trouve ACoeurKTrèfle de grosse blinde. Freitez l'a relancé, et sa décision est simple : tapis, pour 3 millions.

Freitez possède une bonne main, TCarreau9Carreau, mais on ne s'attendait pourtant pas à ce qu'il paie aussi vite.

Il y a six millions au milieu, et si Brinkmann parvient à conserver son avantage préflop, il aura en sa possession plus de 25% des jetons en jeu – de quoi jouer au poker et espérer revenir à égalité.

Mais le croupier retourne un 9 sur le flop, et aucun As ni Roi ne viendra sauver Brinkmann sur la rivière.

Torsten Brinkmann échoue sur la dernière marche dans ce grand final madrilène. Celui qui avait entamé la finale avec trente blindes et que j'avais annoncé comme favori pour la victoire termine en seconde place : il remporte tout de même 900,000 euros, bon sang.

Benjo

Deux invités de marque

- 12 mai 2011 - Par Benjo DiMeo

Petit clin d'oeil pour les anciens, ceux d'entre vous qui suivent l'European Poker Tour depuis plusieurs années... Deux anciens champions EPT nous ont rejoint dans la chambre pour regarder la partie et célebrer la fin du tournoi, et vous ne devinerez jamais lesquels.

Coverage par Winamax

De gauche à droite : Matthew Showell (PokerListings), Will Fry (champion EPT Budapest en 2008), Dana (PokerNews), Tim Vance (champion EPT Budapest en 2008) et sa compagne

Tim Vance, nom d'un chien ! Ça vous rappelle quelque chose, j'espère... L'acteur principale de l'une des finales EPT les plus folles de l'histoire, quatre heures de duel jusqu'au petit matin, des chansons des Beatles fredonnées à tue tête toute la nuit, un dialogue intime avec sa casquette, et une stratégie qui avait rendu cinglé plus d'un observateur. Une partie dont on parle encore avec des tremolos dans la voix, trois ans après les faits. J'étais complètement bourré au micro, les assistants de la régie TV ne cessant de nous rapporter tournée après tournée de Heineken, histoire de tenir le coup.

Et Will Fry est ce pro anglais qui avait remporté l'unique étape EPT jamais organisée à Budapest avant de retrouver l'anonymat de ses parties en ligne.

Tous deux sont de retour sur le circuit pour disputer le Tournoi des Champions qui réunir tous les vainqueurs EPT de l'histoire du tour (tout du moins ceux qui ont accepté l'invitation)

Bon, je retourne me servir une coupe du champagne qu'a apporté Will Fry.

Benjo

Screenshots

- 12 mai 2011 - Par Benjo DiMeo

Coverage par Winamax

Coverage par Winamax

Ivan Freitez, favori

Coverage par Winamax

Torsten Brinkmann, challenger

Benjo