masquer le menu

Aaron Gustavson remporte l'EPT Londres

- 7 octobre 2009 - Par Harper


Nouveau titre pour les USA

« Et finalement, un random américain l'emporta ». Tiens, je viens de retomber sur cette phrase en bas de ma page Word. Je l'avais écrite en prévision lors de la première journée de cet European Poker Tour Londres. Non pas que je sois devin, mais cela commence à devenir une habitude. Après Carter Phillips à Barcelone, c'est au tour d'Aaron Gustavson de rejoindre le club fermé des vainqueurs d'EPT. Mais ce serait franchement réducteur (et surtout faux) de conclure cette étape britannique sur ce seul nom. La semaine a été une nouvelle fois riche en évènements.

A commencer par le nombre de participants sur cette étape : 740. Un record pour l'Angleterre. Pourtant, le vainqueur est reparti cette année avec « seulement » 850,000£, moins que le million de livres sterling récolté par Michael Martin l'an dernier (596 participants). La faute à une répartition des gains plus « flat », étalée sur plus de 15% des participants. « N'importe quoi » s'insurge « Elky ». L'objectif est forcément de favoriser les joueurs qualifiés, pour leur permettre de réaliser un petit « cash ». Une décision qui ne plait pas tellement aux professionnels. Un nouveau débat est lancé.

Mais revenons au poker. Et comment ne pas mentionner la belle semaine des français. Un chipleader en fin de première journée (Mario Cordero), neuf tricolores dans l'argent, un en table finale... Il n'aura finalement manqué qu'un titre. Manuel Bevand est le seul membre du Team Winamax à avoir atteint l'argent, réalisant son deuxième « in the money » dans un EPT après Prague 2008.

Malgré l'absence de nos poulains, nous sommes restés captivé par ce tournoi. Surement grâce à la qualité des joueurs présents. Malheureusement, bon nombre d'entre eux ont été victime du syndrome « demi-finale », sautant à quelques places de ce qui aurait pu être une finale mémorable. Jugez plutôt :Theo Tran, Andy Lichtenberger, Annette Obrestad et Benny Spindler... tous éliminés lors des trois dernières tables.

Coverage par Winamax

Il restait alors le champion du monde en titre Peter Eastgate pour faire office de tête de série lors d'une table finale qui aura été des plus rapides : seulement sept heures de jeu. Le français Karim Bennani était le premier à sortir, récoltant plus de 50,000 livres sterling. La finale allait ensuite suivre son cours, jusqu'à atteindre le face-à-face que tout le monde souhaitait voir : Aaron Gustavon face à Peter Eastgate. Il aura fallu deux mains pour départager ces deux-là.

# Peter Eastgate relance depuis le bouton et Gustavson le paie. Même séquence sur le flop QTrèfle5Pique2Pique pour 370,000 et sur le tournant KTrèfle pour 725,000.

La rivière 5Coeur va alors révéler une action inattendue : Peter envoie un troisième « barrel » à 1,135,000 et Aaron décide de « check-raise » pour 3,300,000 !

Le danois part dans une réflexion interminable avant de se décider à coucher. Toute la salle se demande alors les mains des deux joueurs. Et surtout celle d'Aaron. Une main énorme ? Un bluff magistral ? Nous sommes encore dans l'interrogation. Et vraiment pressé de savoir.

# Le face-à-face tenait alors un grand favori en la personne de Gustavson, détenteur de trois quarts des jetons. Il allait conclure l'affaire en partant à tapis avant le flop avec APiqueQCarreau contre le ACoeur9Carreau du champion du monde.

Passée la déception de ne pas avoir remporté le titre, c'est un grand bonheur qui a illuminé le visage de Peter Eastgate : il vient de confirmer à ses détracteurs (entendez personnes envieuses) qu'il n'a pas été champion du monde sur un simple coup de chance, mais qu'il est bien un joueur brillant.

Coverage par Winamax

Qu'on ne se trompe pas non plus sur l'identité du vainqueur : l'américain Aaron Gustavson, du haut de ses 23 ans, est un joueur professionnel confirmé, jouant des sit-and-go aux plus hautes limites sur le net. Débutant la table finale comme large chipleader, il aura mené sa barque de main de maitre, sans jamais se mettre en danger. On le dit souvent (et c'est vrai qu'on se trompe quatre fois sur cinq...) mais il nous tarde de revoir Aaron sur d'autres étapes du circuit. Ce petit gars a du talent à revendre. Qu'il ne s'en prive pas.

La table finale en un coup d'œil

1. Aaron Gustavson – 850,000£
2. Peter Eastgate – 530,000£
3. Nikolai Senninger – 285,000£
4. Martin Gudvangen – 227,000£
5. Dominic Cullen – 173,000£
6. Rui Milhomens – 124,000£
7. Raymond Wu – 87,000£
8. Karim Bennani – 50,100£

Après plus de trois semaines passées dans la cité londonienne (à la maison à vrai dire), l'équipe de reportage Winamax vous donne rendez-vous dès ce week-end. Benjo posera ses valises du côté de Bordeaux pour y suivre une étape du France Poker Tour. Quant à moi, je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour le suivi d'un tournoi qui mobilisera la quasi-totalité du Team Winamax : le World Poker Tour Marrakech. Bonne soirée à tous !

A l'abordage !

- 7 octobre 2009 - Par Harper

« El korsico » remporte 66,000£

Coverage par Winamax

La main gagnante... TCoeur2Pique : « A la Doyle ! » plaisante Jean-Paul

Arrivé à cinq minutes de la clôture des inscriptions, Jean-Paul Pasqualini était alors loin d'imaginer que trente heures plus tard, il remporterait le tournoi. Déjà cinquième d'un tournoi de PLO8 cette semaine, le Local Hero Winamax vient de frapper fort en remportant une épreuve de No Limit Hold'em devant 140 adversaires. Sa performance lui rapporte 66,000£.

A un peu plus d'un mois de la finale du Partouche Poker Tour où il est encore en course, ses adversaires sont prévenus : il faudra se méfier du « korsico ».

Hakuna Matata

- 7 octobre 2009 - Par Harper

Coverage par Winamax

Nikolai et son petit Simba nous quittent en troisième place au terme d'une main où l'intensité a atteint son maximum. L'allemand relance à 245,000 au bouton et Aaron Gustavson le sur-relance depuis la petite blinde, à 800,000. Une mise payée par Nikolai.

3Carreau7CoeurQCoeur

Gustavson décide de continuer son agression en misant 1,140,000. L'allemand paie après une longue réflexion. Le coup dure déjà depuis quatre minutes et plus aucun bruit ne se fait entendre dans la salle.

9Trèfle

L'américain ne relâche pas la pression et envoie son tapis, réclamant deux millions supplémentaires à Nikolai. Après deux nouvelles minutes de réflexion, ce dernier décide d'engager son tournoi avec 8Coeur8Trèfle. « Hero call » raté pour l'allemand : Aaron révèle QCarreauTPique.

La rivière est un insignifiant TTrèfle et Nikolai Senninger est éliminé en troisième place, remportant par la même occasion 285,000£, ce qui, je ne vous surprendrai pas, est à 19 ans le plus important gain de sa carrière.

Avant d'attaquer le face-à-face final, une pause d'une heure est accordée aux deux prétendants au titre.

Aaron Gustavson – 14,000,000
Peter Eastgate – 7,800,000

Martin Gudvangen éliminé

- 7 octobre 2009 - Par Harper


On tient notre podium

Coverage par Winamax

Devenu plus petit tapis de la table, le norvégien se devait de prendre des risques. C'est ce qu'il a fait en envoyant son tapis avec ACarreau3Trèfle. Payé par Nikolai Senninger et son ACoeurQTrèfle, il a vu un board KPique9Coeur6Coeur2Coeur9Pique sceller son élimination.

Martin remporte 227,000£ pour cette quatrième place. On tient notre trio final :

1. Aaron Gustavson – 9,145,000
2. Peter Eastgate – 7,630,000
3. Nikolai Senninger – 5,135,000

Bye bye, Dominic

- 7 octobre 2009 - Par Harper

Coverage par Winamax

La table finale vient de perdre son unique représentant anglais : Dominic Cullen. Débutant la table finale avec une « petite moyenne », Dominic n'a pas dérogé à sa réputation de barre de fer.

Mais les blindes ont fait leur travail et le britannique a bien été obligé d'envoyer son tapis pour survivre. C'était avec APiqueTPique et Aaron Gustavson a rapidement payé avec son imposant tapis et sa paire 8Trèfle8Coeur. Un huit au flop a conclu l'affaire.

Dominic Cullen termine cinquième et remporte 173,000£, de loin la meilleure performance de sa carrière. Ils ne sont plus que quatre joueurs en course avec un trident de tête Gustavson-Eastgate-Senninger, suivi par Gudvangen, désormais seul shortstack de la table.