masquer le menu

Aaron Gustavson remporte l'EPT Londres

- 7 octobre 2009 - Par Harper


Nouveau titre pour les USA

« Et finalement, un random américain l'emporta ». Tiens, je viens de retomber sur cette phrase en bas de ma page Word. Je l'avais écrite en prévision lors de la première journée de cet European Poker Tour Londres. Non pas que je sois devin, mais cela commence à devenir une habitude. Après Carter Phillips à Barcelone, c'est au tour d'Aaron Gustavson de rejoindre le club fermé des vainqueurs d'EPT. Mais ce serait franchement réducteur (et surtout faux) de conclure cette étape britannique sur ce seul nom. La semaine a été une nouvelle fois riche en évènements.

A commencer par le nombre de participants sur cette étape : 740. Un record pour l'Angleterre. Pourtant, le vainqueur est reparti cette année avec « seulement » 850,000£, moins que le million de livres sterling récolté par Michael Martin l'an dernier (596 participants). La faute à une répartition des gains plus « flat », étalée sur plus de 15% des participants. « N'importe quoi » s'insurge « Elky ». L'objectif est forcément de favoriser les joueurs qualifiés, pour leur permettre de réaliser un petit « cash ». Une décision qui ne plait pas tellement aux professionnels. Un nouveau débat est lancé.

Mais revenons au poker. Et comment ne pas mentionner la belle semaine des français. Un chipleader en fin de première journée (Mario Cordero), neuf tricolores dans l'argent, un en table finale... Il n'aura finalement manqué qu'un titre. Manuel Bevand est le seul membre du Team Winamax à avoir atteint l'argent, réalisant son deuxième « in the money » dans un EPT après Prague 2008.

Malgré l'absence de nos poulains, nous sommes restés captivé par ce tournoi. Surement grâce à la qualité des joueurs présents. Malheureusement, bon nombre d'entre eux ont été victime du syndrome « demi-finale », sautant à quelques places de ce qui aurait pu être une finale mémorable. Jugez plutôt :Theo Tran, Andy Lichtenberger, Annette Obrestad et Benny Spindler... tous éliminés lors des trois dernières tables.

Coverage par Winamax

Il restait alors le champion du monde en titre Peter Eastgate pour faire office de tête de série lors d'une table finale qui aura été des plus rapides : seulement sept heures de jeu. Le français Karim Bennani était le premier à sortir, récoltant plus de 50,000 livres sterling. La finale allait ensuite suivre son cours, jusqu'à atteindre le face-à-face que tout le monde souhaitait voir : Aaron Gustavon face à Peter Eastgate. Il aura fallu deux mains pour départager ces deux-là.

# Peter Eastgate relance depuis le bouton et Gustavson le paie. Même séquence sur le flop QTrèfle5Pique2Pique pour 370,000 et sur le tournant KTrèfle pour 725,000.

La rivière 5Coeur va alors révéler une action inattendue : Peter envoie un troisième « barrel » à 1,135,000 et Aaron décide de « check-raise » pour 3,300,000 !

Le danois part dans une réflexion interminable avant de se décider à coucher. Toute la salle se demande alors les mains des deux joueurs. Et surtout celle d'Aaron. Une main énorme ? Un bluff magistral ? Nous sommes encore dans l'interrogation. Et vraiment pressé de savoir.

# Le face-à-face tenait alors un grand favori en la personne de Gustavson, détenteur de trois quarts des jetons. Il allait conclure l'affaire en partant à tapis avant le flop avec APiqueQCarreau contre le ACoeur9Carreau du champion du monde.

Passée la déception de ne pas avoir remporté le titre, c'est un grand bonheur qui a illuminé le visage de Peter Eastgate : il vient de confirmer à ses détracteurs (entendez personnes envieuses) qu'il n'a pas été champion du monde sur un simple coup de chance, mais qu'il est bien un joueur brillant.

Coverage par Winamax

Qu'on ne se trompe pas non plus sur l'identité du vainqueur : l'américain Aaron Gustavson, du haut de ses 23 ans, est un joueur professionnel confirmé, jouant des sit-and-go aux plus hautes limites sur le net. Débutant la table finale comme large chipleader, il aura mené sa barque de main de maitre, sans jamais se mettre en danger. On le dit souvent (et c'est vrai qu'on se trompe quatre fois sur cinq...) mais il nous tarde de revoir Aaron sur d'autres étapes du circuit. Ce petit gars a du talent à revendre. Qu'il ne s'en prive pas.

La table finale en un coup d'œil

1. Aaron Gustavson – 850,000£
2. Peter Eastgate – 530,000£
3. Nikolai Senninger – 285,000£
4. Martin Gudvangen – 227,000£
5. Dominic Cullen – 173,000£
6. Rui Milhomens – 124,000£
7. Raymond Wu – 87,000£
8. Karim Bennani – 50,100£

Après plus de trois semaines passées dans la cité londonienne (à la maison à vrai dire), l'équipe de reportage Winamax vous donne rendez-vous dès ce week-end. Benjo posera ses valises du côté de Bordeaux pour y suivre une étape du France Poker Tour. Quant à moi, je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour le suivi d'un tournoi qui mobilisera la quasi-totalité du Team Winamax : le World Poker Tour Marrakech. Bonne soirée à tous !

A l'abordage !

- 7 octobre 2009 - Par Harper

« El korsico » remporte 66,000£

Coverage par Winamax

La main gagnante... TCoeur2Pique : « A la Doyle ! » plaisante Jean-Paul

Arrivé à cinq minutes de la clôture des inscriptions, Jean-Paul Pasqualini était alors loin d'imaginer que trente heures plus tard, il remporterait le tournoi. Déjà cinquième d'un tournoi de PLO8 cette semaine, le Local Hero Winamax vient de frapper fort en remportant une épreuve de No Limit Hold'em devant 140 adversaires. Sa performance lui rapporte 66,000£.

A un peu plus d'un mois de la finale du Partouche Poker Tour où il est encore en course, ses adversaires sont prévenus : il faudra se méfier du « korsico ».

Hakuna Matata

- 7 octobre 2009 - Par Harper

Coverage par Winamax

Nikolai et son petit Simba nous quittent en troisième place au terme d'une main où l'intensité a atteint son maximum. L'allemand relance à 245,000 au bouton et Aaron Gustavson le sur-relance depuis la petite blinde, à 800,000. Une mise payée par Nikolai.

3Carreau7CoeurQCoeur

Gustavson décide de continuer son agression en misant 1,140,000. L'allemand paie après une longue réflexion. Le coup dure déjà depuis quatre minutes et plus aucun bruit ne se fait entendre dans la salle.

9Trèfle

L'américain ne relâche pas la pression et envoie son tapis, réclamant deux millions supplémentaires à Nikolai. Après deux nouvelles minutes de réflexion, ce dernier décide d'engager son tournoi avec 8Coeur8Trèfle. « Hero call » raté pour l'allemand : Aaron révèle QCarreauTPique.

La rivière est un insignifiant TTrèfle et Nikolai Senninger est éliminé en troisième place, remportant par la même occasion 285,000£, ce qui, je ne vous surprendrai pas, est à 19 ans le plus important gain de sa carrière.

Avant d'attaquer le face-à-face final, une pause d'une heure est accordée aux deux prétendants au titre.

Aaron Gustavson – 14,000,000
Peter Eastgate – 7,800,000

Martin Gudvangen éliminé

- 7 octobre 2009 - Par Harper


On tient notre podium

Coverage par Winamax

Devenu plus petit tapis de la table, le norvégien se devait de prendre des risques. C'est ce qu'il a fait en envoyant son tapis avec ACarreau3Trèfle. Payé par Nikolai Senninger et son ACoeurQTrèfle, il a vu un board KPique9Coeur6Coeur2Coeur9Pique sceller son élimination.

Martin remporte 227,000£ pour cette quatrième place. On tient notre trio final :

1. Aaron Gustavson – 9,145,000
2. Peter Eastgate – 7,630,000
3. Nikolai Senninger – 5,135,000

Bye bye, Dominic

- 7 octobre 2009 - Par Harper

Coverage par Winamax

La table finale vient de perdre son unique représentant anglais : Dominic Cullen. Débutant la table finale avec une « petite moyenne », Dominic n'a pas dérogé à sa réputation de barre de fer.

Mais les blindes ont fait leur travail et le britannique a bien été obligé d'envoyer son tapis pour survivre. C'était avec APiqueTPique et Aaron Gustavson a rapidement payé avec son imposant tapis et sa paire 8Trèfle8Coeur. Un huit au flop a conclu l'affaire.

Dominic Cullen termine cinquième et remporte 173,000£, de loin la meilleure performance de sa carrière. Ils ne sont plus que quatre joueurs en course avec un trident de tête Gustavson-Eastgate-Senninger, suivi par Gudvangen, désormais seul shortstack de la table.

Les chipcount à la reprise

- 7 octobre 2009 - Par Harper

Coverage par Winamax

1. Peter Eastgate 7,400,000
2. Aaron Gustavson 6,200,000
3. Nikolai Senninger 5,260,000
4. Dominic Cullen 1,820,000
5. Martin Gudvangen 1,270,000

Rui Milhomens termine sixième

- 7 octobre 2009 - Par Harper

Coverage par Winamax

Le très discret portugais saute à son tour. Après une relance à 230,000, Peter Eastgate lui réclame son tapis (alors un peu plus d'un million). Il paie avec 8Pique8Carreau et fait face à ACarreauTPique. Tout se passe bien pour lui jusqu'à la rivière... un TCoeur !

Il sort en sixième place sous les applaudissements du public et remporte 124,000£. Peter Eastgate est pour sa part le nouveau chipleader avec un impressionnant tapis de 7,400,000 !

这句话不坏,不是吗?

- 7 octobre 2009 - Par Harper

Coverage par Winamax

Nous perdons le dernier (en même temps c'était le seul) asiatique de cette table finale : Raymond Wu. Relativement inconnu en Europe avant ce tournoi, Raymond réalise son premier « cash » dans un EPT.

Faisant parti des petits tapis de cette table finale, il n'aura jamais réussi à imposer son rythme à la table. Finissant par envoyer son tapis avec QTrèfleTCoeur, Gustavson l'a payé avec KTrèfle6Trèfle et a tout de suite trouvé un roi au flop pour éliminer Raymond, qui remporte au passage 87,000£.

Karim Bennani éliminé

- 7 octobre 2009 - Par Harper

L'EPT Londres est terminé pour les français

Coverage par Winamax

Plus petit tapis en début de journée, il n'est pas étonnant de retrouver Karim Bennani en position de premier éliminé. C'est non sans regret, en revanche, car il n'a jamais pu totalement s'exprimer, jouant en tout et pour tout un total de deux mains. Dans un premier temps, il a payé une relance en position (alors qu'il ne possédait que douze blindes) puis s'est couché sur un petit flop. Rattrapé par les ante et les blindes, il a ensuite du envoyer son tapis avec KCarreau3Coeur au risque de se retrouver à tapis de grosse blinde.

Payé par le KPiqueTPique de Rui Milhomens, il a trouvé un flop à suspense : JPique7Carreau3Pique ! Mais le tournant 4Pique l'a crucifié. Le français termine huitième pour 50,100 livres sterling, réalisant la plus belle performance de sa carrière. Entretien.

Félicitations Karim. Quelle est le sentiment qui prime à la sortie de cette table finale ?
La déception. J'espérais vraiment pouvoir revenir dans la partie. Ce n'est pas tous les jours qu'on a la chance de disputer une finale. Je réalise une belle performance mais passe tout près d'un grand exploit.

Nous t'avons vu payer des relances alors que tu ne possédais que douze blindes. Peux-tu nous expliquer quelle était ta stratégie aujourd'hui ?
Je voulais doubler mais sans prendre trop de risques. Ainsi, lorsque ce joueur a relancé en début de parole, je me suis contenté de payer avec as-dame pour toucher l'une de mes cartes au flop. Rien n'est sorti, il a effectué un continuation-bet, j'en ai conclu qu'il avait une paire. Et j'ai préféré passer.

Va-t-on te revoir prochainement sur le circuit ?
Je vais refaire prochainement quelques étapes de l'European Poker Tour. Mais dans l'instant, je vais profiter de cette performance avec ma femme et mes enfants !

Bennani pour l'exploit

- 7 octobre 2009 - Par Harper

Coverage par Winamax

Après la traditionnelle (et non moins fastidieuse) série de photos/interviews, les huit finalistes ont pu prendre place autour de la table. Le français Karim Bennani a eu la bonne surprise de voir les blindes reculer d'un niveau, passant à 30,000/60,000 ante 5,000.

Le portrait des finalistes

Biographies : Mad Harper/PokerStars. Traduction/Adaptation : Benjo

Siège 1 : Michael Gudvangen, 21 ans – Bergen, Norvège – 3,510,000 de tapis
Il s'agit de sa seconde épreuve EPT seulement, après Barcelone le mois dernier. Quoi qu'il arrive, cette table finale à Londres représentera le plus gros résultat de la carrière de Gudvangen. Venu de Bergen, Norvège, Michael joue au poker depuis maintenant trois années, dont une en tant que professionnel. En ligne, sa meilleure performance est une victoire lors d'un tournoi à 100$ rebuy, pour 70,000$. Le reste du temps, Michael joue en cash-game aux limites 5$/10$. « C'est un rêve qui se réalise », a t-il commenté, ajoutant que tout s'est bien passé pour lui dès le début du tournoi. « J'ai eu beaucoup de bonnes cartes, et on m'a suivi à chaque fois ».
Avis partial : Un solide prétendant au titre, avec un gros tapis et un style de jeu agressif.

Siège 2 : Nikolai Senninger, 19 ans – Lindau, Allemagne – 2,165,000 de tapis
En un an de pratique du poker seulement, Nikolai a déjà trouvé le succès lors du tournoi LAPT de Rio, finissant troisième pour plus de 86,000$ de gains. «Après cette finale », raconte t-il, « j'ai cru que j'étais le meilleur, et j'ai perdu beaucoup d'argent en ligne durant les mois qui ont suivi ! » Nikolai n'a pas baissé les bras, et a remporté le mois dernier le Bodensee Poker Championship a Bregenz pour plus de 40,000€. L'autrichien Ivo Donev lui conseilla alors de joueur l'EPT de Londres, estimant qu'il devait profiter de son rush. Nikolai s'est emparé du chip-lead au cours le Day 1B, et a conservé un gros tapis durant les trois jours qui ont suivi. Sa mère Sabine et son frère Sascha sont arrivés en dernière minute pour rendre une visite surprise à Nikolai, et le soutenir en table finale.
Avis partial : A fait rire tout le monde hier avec sa peluche « Le Roi Lion » posée à côté de ses jetons sur le tapis. A faire encore plus rire en jetant, puis montrant une top paire contre une mise à tapis de Vivek Rajkumar. Un bon joueur, mais peut-être un peu weak dans les moments de pression. Et son tapis de départ est assez faible.

Siège 3 : Karim Bennani, 43 ans – France/Casablanca, Marco – 845,000 de tapis
Karim joue au poker depuis plus de trente ans, mais c'est seulement lors de ses études de commerce à San Diego qu'il découvrit le Texas Hold'em. Son engouement pour le poker dut être mis en pause à son retour à Casablanca tandis que Karim se concentrait sur ses deux entreprises de confection. Travaillant désormais dans le secteur de l'immobilier, Karim a eu quelques jolis succès en ligne et en live, comme une victoire lors d'un tournoi à Marrakech pour 25,000$. A Londres, Karim sera soutenu par son épouse Omarine, tandis que leurs quatre enfants sont restés à la maison à Casablanca.
Avis partial : Difficile de ne pas tenir pour l'infiniment sympathique franco-marocain, dont le tapis de dix blindes lui rendra cependant la tâche difficile.

Siège 4 : Raymond Wu, 24 ans – Tapei, Taiwan – 1,535,000 de tapis
Raymond Wu est né à Taipei, mais c'est à l'université de Californie qu'il a effectué ses études de psychologie. C'est là-bas qu'il a commencé à jouer aux poker avec des amis, avant de découvrir les parties online, qui devinrent rapidement des sources de revenus parallèles. En moins de trois ans, Raymond avait construit une bankroll suffisante pour jouer en 25$/50$. Raymond a joué à travers le monde les tournois d'Asie et d'Amérique Latine. Il sera soutenu aujourd'hui à Londres par sa mère, sa fiancée, ses coéquipiers et son manager.
Avis partial : A joué un style « no showdown » très efficace avec un style basé sur les sur-relances préflop plutôt que les calls. Avec moins de vingt blindes, Raymond devra néanmoins trouver quelques premiums pour espérer se glisser dans les premières places.

Siège 5 : Aaron Gustavson, 23 ans – Las Vegas, USA – 7,140,000 de tapis
Un joueur online accompli ayant engrangé quelques bons résultats autour des tapis virtuels. Avant de devenir un gros gagnant, Aaron était étudiant, mais ne précise pas dans quel domaine, car « de toute façon, je n'allais jamais en cours ». Son meilleur résultat live à ce jour ? Une victoire à Atlantic City d'une valeur de 53,592$. Que fait Aaron de son temps libre ? « Du basket, et surtout du basket. »
Avis partial : Le favori naturel, par son tapis et ses prises de risques intelligentes. A fait un très gros bluff hier qui lui a ensuite permis de remporter un pot énorme après avoir floppé le jeu max.

Siège 6 : Dominic Cullen, 42 ans – Grande-Bretagne – 2,115,000 de tapis
Dominic joue au poker depuis 2006 après avoir commencé en ligne, qui reste son support de choix de nos jours. Ce qui fait de cette table finale à Londres son plus gros résultat live à ce jour. Dominic est marrié avec cinq enfants.
Avis partial : La barre de fer locale. Pas grand chose à dire à son sujet.

Siège 7 : Peter Eastgate, 23 ans – Odense, Danemark – 3,535,000 de tapis
Est-il besoin de présenter le champion du monde en titre ? Peter Eastgate a grandi à Odense, au Danemark, mais réside désormais à Londres. Sa première percée sur le circuit se produit à Dublin, quand il atteint la table finale de l'Irish Open. Puis vinrent deux ITM à l'EPT, à Copenhague et Londres en 2008. Bien entendu, son plus grand accomplissement à ce jour reste sa victoire au Main Event des World Series of Poker en 2008. En battant 6,844 joueurs, Peter est devenu le plus jeune champion du monde de l'histoire du poker à l'âge de 22 ans.
Avis partial : A prouvé hier qu'il n'avait pas gagné les WSOP par hasard, en faisant un parcours sans faute en table télévisée, arrivant notamment à revenir d'entre les morts après avoir perdu la moitié de ses jetons dès le début de la journée. Un favori évident.

Siège 8 : Rui Milhomens, 21 ans – Ovar, Portugal – 1,095,000
Rui a découvert le poker il y a deux ans, pendant ses études de psyhcologie. Il a quitté l'université en novembre 2008 pour se consacrer au poker à plein temps. Sa variante préférée ? Le No-Limit Hold'em en cash-games. En tournoi, ses faits d'armes incluent une victoire lors du Solverde Poker Season au Portugal, et une 13ème place lors d'un tournoi à Budapest, pour un prix de 7,560 euros.
Avis partial : Assez transparent hier, et l'histoire risque d'être la même aujourd'hui avec seulement quinze blindes de tapis. Mais rien n'est jamais perdu.

Vous pouvez suivre cette table finale en direct sur la toile. Les éliminations/évènement marquants seront retranscrits ici. Pour rappel, les joueurs ne jouent pas uniquement pour le plaisir, il y a un petit pactole à la gagne.

Vainqueur : 850,000 £
Runner-up : 530,000 £
Troisième : 285,000 £
4e : 227,000 £
5e : 173,000 £
6e : 124,000 £
7e : 87,000 £
8e : 50,100 £

Shuffle, up and deal !