masquer le menu

Fin du Day 1A

- 18 août 2009 - Par Benjo DiMeo

Avec à peine sept heures de jeu au programme et un field réduit, constitué d'une grosse centaine de joueurs seulement, pour la plupart des inconnus aux noms imprononçables et écrits dans un alphabet martien, nous étions peu nombreux à compter sur un Day 1A excitant pour le départ de la sixième saison de l'European Poker Tour à Kiev, capitale de l'Ukraine.

Et c'est pour cela que peu furent déçus quand, effectivement, cette journée s'est révélée aussi excitante que la rediffusion d'un épisode de Derrick un jeudi après-midi pluvieux sur France 2 (l'épisode avec la course-poursuite dans la maison de retraite)

Mais ne vendons pas la peau de l'ours avant de l'avoir achevé à coups de moteur de tondeuse à gazon. Il ne s'agissait après tout que de la première journée d'une épreuve qui en comptera six.

En attendant le Day 1B mercredi, qui verra la seconde moitié du field prendre le départ, intéressons-nous aux 90 et quelque survivants du jour, parmi lesquels ne figure pas Luca Pagano, tombé après six heures de jeu sans avoir jamais vraiment réussi à démarrer quoi que ce soit :

- Ils étaient seulement six américains en course aujourd'hui, parmi lesquels deux joueurs relativement connus : « Miami » John Cernuto (plusieurs bracelets WSOP) et Alexander Fitzgerald (finaliste à San Remo cette année). Le premier a effectué une prestation solide, terminant la journée avec plus de deux fois sa cave de départ. Fitzgerald, lui, pointe à 42,000.

- Les joueurs russes furent largement majoritaires par rapport aux ukrainiens : 49 contre 13 au départ du Day 1A. J'avoue ne pas connaître assez le poker local pour vous citer le nom d'un seul bon joueur en Ukraine, et je pense que l'on va assister au même spectacle que lors des EPT de Prague et Varsovie : les joueurs du cru seront trop peu nombreux au départ pour pouvoir tirer leur épingle du jeu. Après tout, le joueur ukrainien le plus titré n'affiche que 157,000 dollars de gains sur la base de données Hendon Mob.

- Parmi les représentants russes, Alex Kravchenko et Nikolay Evdakov. Le premier termine un peu en dessous de 50,000, le second... hé bien, le second, je ne sais pas où il est là. Le multi-casher des WSOP a été apercu pour la dernière fois en milieu d'après-midi avec un petit tapis.

- Terminons avec les français. Je n'ai jamais retrouvé Nouri Malik, dont le siège était occupé par un autre joueur en milieu de journée. Il faudra attendre la publication du classement officiel pour confirmer (ou pas) son élimination. De son côté, Rodolphe Lampe disputait son premier gros tournoi live après plusieurs milliers d'heures de pratique intensive du heads-up en cash-game sur Internet. Rodolphe s'est lancé dans la partie sans peur, n'hésitant pas à tenter quelques coups osés, pour le meilleur et pour le pire. Après une journée roller-coaster, riche en émotions et en variations de tapis, Rodolphe a fait le choix de passer une dernière heure tranquille, jouant serré pour terminer la journée avec un tapis de 29,000. Retour à la case départ, en somme. David Jaoui s'est quant à lui montré très actif, et son tapis final (aux alentours de 25,000) ne rend pas justice aux efforts déployés pour « faire monter la sauce ».

Coverage par Winamax

- Enfin, Arnaud Mattern. Unique joueur du Team Winamax au départ aujourd'hui, le vainqueur de l'EPT Prague a de son propre aveu joué une partie mesurée. « J'ai opté pour un équilibire entre « un peu de pression, mais pas trop », histoire de laisser mes adversaires dans le doute à chaque fois. » Si on en fait trop, on se fait remarquer. Si on en fait pas assez, pareil. Résultat, Arnaud termine le Day 1A avec un tapis confortable de 54,700, non sans avoir manqué un pot de 14,000 durant les cinq dernières minutes de la journée (une gutshot adverse qui rentre) On le retrouvera jeudi au départ du Day 2.

C'est tout pour aujourd'hui. On se retrouve mercredi pour la deuxième journée de départ de l'European Poker Tour ukrainien, qui devrait être un poil plus passionnante que celle d'aujourd'hui, avec un field un tantinet plus gros (disons, 200 joueurs à vue de nez). On verra notamment évoluer Alain Roy, John Kabbaj, Shaun Deeb et Ivan Demidov. Et le Team Winamax ? Hé bien, pour ceux qui ne le savent pas encore, on retrouvera mercredi Nicolas Levi, et notre dernière recrue Tristan Clémençon. J'ai hâte. Mais j'ai faim aussi. Alors, ciao les mecs, et à plus.

Tableau de bord
90 joueurs restants environ (sur 129 au départ)
Blindes : 400/800, ante 75 au départ du Day 2
Tapis moyen : 43,000

Conclusion en vue

- 18 août 2009 - Par Benjo DiMeo

Après un introduction particulièrement longue qui n'a vu aucun joueur (ou presque) prendre la porte de sortie, l'action s'est finalement réveillé durant le sixième et avant-dernier niveau du Day 1A, qui a vu l'élimination de plus de quinze joueurs.

Alors que l'on vient d'attaquer l'ultime niveau de la journée (300/600, ante 75), le compteur est passé sous la barre des cent joueurs restants. Arnaud Mattern s'affirme comme l'un des chip-leaders en cette fin de partie, avec un tapis ayant passé le cap des 50,000. Les quelques joueurs bien stackés que j'ai pu apercevoir possèdent aux alentours de 70,000. Ils font tous partie de la famille Randomvitch.

Rodolphe Lampe et David Jaoui sont toujours en course – le second vient de trouver une nouvelle table. En revanche, je n'ai pas trouvé trace du quatrième français présent sur les listes officielles du Day 1A. Il faudra attendre la publication des chip-counts officiels pour vérifier si Nouri Malik a passé le premier tour.

Arnaud : trois pour le prix d'un

- 18 août 2009 - Par Benjo DiMeo

Le joueur hollandais dont j'ai oublié le nom (appelons-le Pierre Bachelet cette fois-ci) relance à 1,000 au hi-jack. Arnaud sur-relance à 2,500 au bouton. Payé par Bachelet, qui abandonne sur le flop ATrèfleQPique6Pique.

Bon, OK, pas terrible ce coup. On a même pas vu la turn. J'en ai un autre :

UTG relance à 1,100. Arnaud paie en position. Son voisin italien sur-relance à 3,300. Le relanceur initial passe. Arnaud paie, et c'est à son tour d'abandonner sur le flop ACoeur6Pique3Coeur

Hmmm, c'est guère mieux. Pas de showdown, pas de bad-beat, pas de joueur chanceux qui danse en slip sur la table après avoir touché un 2-outer à la turn. J'en ai un troisième qui j'espère sauvera les deux premiers. Mais je vous promets rien.

Arnaud relance à 1,100. Le même italien sur-relance à 2,650. Arnaud ne se laisse pas faire, et 4-bet à 6,400. L'italien paie tellement vite qu'Arnaud est légèrement décoiffé par le geste.

Flop TTrèfle9Carreau5Carreau. Arnaud mise 10,550. L'italien rentre dans le tank – je vous rassure, il ne s'agit que d'une expression pour indiquer qu'il réfléchit longtemps, la présence de l'armée ukrainienne au Palais des Sport est restée tout à fait limitée), et finit par passer. Comme dans 99% des cas où quelqu'un remporte un pot sans showdown, quelqu'un dit « Show the bluff », et Arnaud consent à montrer une seule de ses cartes, un 9Coeur.

Arnaud passe la barre des 40,000 après ces trois coups.

Un aveu

- 18 août 2009 - Par Benjo DiMeo

« J'ai doublé, et j'ai honte. » Ainsi commence la confession d'un homme qui vient de survivre sur un coup qu'il juge « très mal joué. » Je vous laisse juges.

Rodolphe relance à 1,100 avec 9Pique5Pique (et, précise t-il, possédait 3-2 assortis lors de la main racontée précédemment, et non 3-2 dépareillés, c'est pas pareil). Un joueur très agressif, contre qui Rodolphe s'est beaucoup couché sur-relance à 2,600. « Je paie hors de position, ce qui est une grosse erreur à mon avis », commente Rodolphe.

Rodolphe floppe directement sa couleur. Son adversaire mise. Rodolphe relance, et entend « tapis ! ». Il paie, et, un peu comme les gagnants du Loto, possède 100% de chances de gagner car il joue contre As-Dame offsuit, pas de paire, pas de tirage, rien.

« J'ai vraiment une image pourrie », conclut celui qui pointe désormais à 43,000.

Tout doux

- 18 août 2009 - Par Benjo DiMeo

Coverage par Winamax

Le cinquième niveau de ce Day 1A (qui en comptera sept au total) poursuit son cours tranquillement, dans le calme du gigantisme offert par le Palais des Sports. Une salle de tournoi gigantesque, même après avoir été séparée en deux par un rideau de quinze mètres de haut – la salle de presse occupant l'autre moitié.

Quelques chip-counts et mains observées récemment :

« Miami » John Cernuto 61,000
Alex Fitzgerald 44,000
David Jaoui 38,000 (« Pas vu une carte depuis deux heures, dit-il »)
Arnaud Mattern (Team Winamax) 36,000
Alex Kravchenko 25,000
Rodolphe Lampe 22,000 (A confié sur Twitter qu'il s'était montré un peu trop agressif)
Luca Pagano 21,000
Nikolay Evdakov 8,500

- Alex Fitzgerald (finaliste à San Remo, pseudo online : « Assassinato ») relance en fin de parole. Il est payé par la grosse blinde. Fitzgerald remporte le pot avec un continuation bet sur le flop 9-5-3, tout à pique.

Coverage par Winamax

Alex Fitzgerald

- Rodolphe rentre dans un pot limpé impliquant quatre joueurs. Tout le monde checke sur K-7-3, tout à trèfle cette fois, et une simple mise à 600 placée sur le turn ATrèfle permet au français d'empocher le pot.

- Luca Pagano relance à 800 au cut-off. C'est payé par la grosse blinde, qui abandonne sur le flop 7Coeur4Carreau3Carreau.

Comme vous pouvez le constater, l'action reste encore très mesurée en ce début de tournoi. Je n'ai pas encore été de pot extraordinaire (le genre qui fait dresser les cheveux sur la tête et crier « ZOMG sick sick sick !!!1 »)

Les blindes viennent de passer à 200/400, avec une ante de 50. Il reste deux heures de jeu, et 120 joueurs sur les 129 qui avaient commencé la journée. Doucement, doucement.