masquer le menu

Short and Sweet

- 21 août 2009 - Par Benjo DiMeo

Les joueurs peuvent remercier Thomas Kremser, Arnaud Mattern et François Tardieu pour la nouvelle structure qu'ils ont conçue pour cette nouvelle saison de l'European Poker Tour. Les joueurs, mais aussi les médias. Oubliées les longues journées qui se prolongent bien après minuit : les horaires de travail de cet EPT ukrainiens furent définitivement plus raisonnables que ceux auxquels nous avons été habitués dans le passé. Certes, les tapis de départ ont augmenté, de même que la durée des niveaux, mais cela ne semble pas avoir eu d'effet sur le rythme des éliminations des joueurs les plus faibles. En revanche, l'ajout d'une journée supplémentaire a clairement permis de faire baisser le nombre d'heures jouées quotidiennement.

Et c'est ainsi que, pour la quatrième journée consécutive, les joueurs ont été libérés après sept heures de jeu. Bon, certains ont bien entendu été libérés beaucoup plus tôt que cela, comme Arnaud Mattern, unique pro du Team Winamax en lice, éliminé après dix minutes de jeu après savoir pourtant réussi à doubler dès la première main de la journée.

Les choses sont allées bon train après l'élimination d'Arnaud. On a perdu Liya Gerasimova, Raoul Refos et Miami John Cernuto durant les deux niveaux suivants, ainsi qu'une belle brochette de joueurs russes et ukrainiens anonymes. Après l'éclatement de la bulle (une bête coin-flip) et l'entrée dans les 40 places payées, tout le monde savait qu'il n'y en avait plus pour longtemps avant que l'on atteigne le chiffre fatidique de 32 joueurs, objectif annoncé par Thomas Kremser au début d'une journée qui en comptait 68. Une heure plus tard, l'affaire était réglée.

Coverage par Winamax

« Ils m'ont défoncé toute la journée », a commenté Bernard Boutboul. Assurément, le marseillais n'a pas pris de risque aujourd'hui, développant un style serré, profitant de son gros tapis pour regarder ses adversaires s'éliminer entre eux. Il s'est ainsi assuré une place en demi-finales. Un choix qui a un prix : son tapis, qui a fondu pendant l'opération. « J'ai moins de jetons qu'à la fin du premier jour », a t-il rigolé en observant le classement (voir ci-dessous). On souhaite bonne chance à Bernard pour demain. Un type adorable, avec un grain de folie qui en fait un compagnon de soirée apprécié du Team Winamax.

Coverage par Winamax

David Jaoui est resté lui aussi patient durant la majeure partie de la journée, ne trouvant que peu de cartes jouables. Mais contrairement à Bernard, « Rayons X » a du se mettre à danger à plusieurs reprises, remportant notamment une coin-flip cruciale pour survivre après la bulle. Après sa finale dans le dernier tournoi à 1,500$ des WSOP cet été, le parisien est sur une bonne lancée. Esperons qu'il puisse remonter son petit pour redevenir dangereux.

Quid du reste du casting ? Maxim Lykov, le bourreau de Nicolas Levi, est chip-leader. Un joueur dont on attend avec impatience l'apparition probable en table télévisée, histoire de vérifier s'il y a bien une méthode derrière sa folie. Mon collège de l'EPT live russe Iliya Gorodetskiy est toujours en course avec vingt blindes, il lui faudra donc se faire remplacer demain à son poste de commentateur (ce n'est pas à moi que surviendrait ce genre de mésaventure). Surprise d'ailleurs, c'est son colocataire qui va prendre sa place – nul autre que le runner-up des WSOP 2008 Ivan Demidov, tout seul comme un grand. Sympa, Ivan. Enfin, Alex Fitzgerald est des notres. Le finaliste de l'EPT San Remo possède un tapis somme toute modeste. Mais comme l'a dit Nicolas Levi, « tous les joueurs avec 80,000, 100,000 ou 150,000 ne sont pas désespérés : un ou deux double-up, et ils passent aussitôt Top 5. A ce stade de la partie, la hauteur du tapis ne veut pas dire grand chose. »

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Les 32 joueurs restants reviendront samedi à partir de midi, heure de Kiev (une plus tôt en France) pour tenter de décrocher l'une des huit places en finale. L'intégralité de la partie sera retransmise en direct sur le web, avec Bibi aux commandes. Avant de partir faire la bringue, jetez un oeil au classement pour le Day 4 :

Maxim Lykov (Russie) 636,000
Vadim Markushevski (Biélorussie) 631,500
Vitaly Tolokonnikov (Russie) 613,500
Jonas Kronwitter (Allemagne) 550,000
Joram Voelklein (Allemagne) 520,500
Adrian Schaap (Pays-Bas) 520,000
Igor Dubinsky (Ukraine) 517,000
Waldemar Kopyl (Allemagne) 378,000
Nikita Lebedev (Russie) 346,000
Kirill Boydachenko (Russie) 345,500
Alexander Dovzhenko (Ukraine) 317,500
Michele Limongi (Italie) 301,000
Anatoly Zharnitsky (Canada) 294,500
Nikita Nikolaev (Russie) 254,000
Michael Naletov (Russie) 254,000
Michael Jurgen Meyburg (Allemagne) 240,000
Arthur Simonyan (Russie) 215,000
Alexey Maslov (Russia) 197,000
Oleksander Vaserfirer (Ukraine) 189,000
Alexander Fitzgerald (USA) 185,000
Andrew Malott (USA) 183,000
Torsten Tent (Allemagne) 179,000
Volodymyr Zakharov (Ukraine) 167,500
Lucasz Plichta (Pologne) 150,000
Iliya Gorodetskiy (Russie) 145,000
Grigory Zima (Biélorussie) 137,000
David « Rayons X » Jaoui (France) 108,000
Bernard « Triple B » Boutboul (France) 98,500
Eduard Dombovsky (Ukraine) 83,500
Menno Mulder (Pays-Bas) 69,500
Volodymyr Pilyavskyy (Ukraine) 57,000
Artem Litvinov (Russie) 34,500

Les prix restants à être distribués :

Vainqueur : 300,000 €
Second : 220,000 €
Troisième : 140,000 €
4e/ 100,000 €
5e/ 80,000 €
6e/ 60,000 €
7e/ 45,000 €
8e/ 30,000 €

9e et 10e/ 23,000 €
11e et 12e/ 19,000 €
13e et 14e/ 15,000 €
15e et 16e/ 12,000 €

17e à 24e/ 9,600 €
25e à 32e/ 8,600 €

Tableau de bord
32 joueurs restants (sur 296 au départ)
Blindes : 3,000/6,000, ante 500
Tapis moyen : 277,500