masquer le menu

Day 1B : le bilan chiffré

- 16 février 2016 - Par Flegmatic

Day 1A : 147 joueurs : 79 survivants (dont 7 FR) / Chip-leader : Gilles Bernies (Allemagne) 189 600
Day 1B : 442 inscriptions : 262 survivants (dont 19 FR) / Chip-leader : Francisco Correia De Oliveira (Portugal) 175 100

Top 10

Francisco Correia De Oliveira (Portugal) 175 100
Richard Dubini (Argentine) 157 300
Bernardo Dias (Brésil) 137 600
Jean-Philippe Goulet-Ratelle (Canada) 137 500
Alex Difelice (Canada) 136 100
Walter Treccarichi (Italie) 129 800
Iliodoros Kamatakis (Grèce) 125 200
Pierre Calamusa (France, Team Winamax) 124 500
Fergal Cawley (Irlande) 122 300
Lucas Reeves (UK) 112 100

19 Français

Pierre Calamusa (Team Winamax) 124 500
Julien Rouxel (Qualifié Winamax) 93 200
Bertrand 'ElkY' Grospellier 81 400
Ivan Deyra 80 300
Adrien Allain 79 000
Yann Linka 74 700
Regis Burlot (Qualifié Winamax) 67 000
Antoine Saout 61 100
Sandrine Zeitoun 56 100
Michel Abecassis (Team Winamax) 53 500

Gaëlle Baumann (Team Winamax) 50 700

Florian Decamps (Team Winamax) 47 000
Aurélie Quélain (Team Winamax) 43 500
Guillaume Diaz (Team Winamax) 42 600

Ilan Boujenah 37 100
Jimmy Kebe 33 300
Vincent Lahalle 27 700
Oliver Morelato 18 000
Guy Tomaselli 14 200

Reste du field (sélection)

Chris Moorman (UK) 97 900
Liv Boeree (UK) 80 000
George Danzer (Allemagne) 69 300
Martin Jacobson (Suède) 63 200
Gianluca Escobar (Italie) 61 500
Jake Cody (UK) 56 700
Steve O'Dwyer (USA) 55 400
Dominik Panka (Pologne) 42 700
Kitty Kuo (Taïwan) 40 600
Andrew Chen (Canada) 38 000

Andy Black (Irlande) 35 500
Ivan Luca (Argentine) 29 100
Andreas Samuelsson (Suède) 25 200
Jorma Nuutinen (Finlande) 24 700
Anton Wigg (Suède) 21 500
Ismael Bojang (Autriche) 19 300
Alex Lindop (UK) 18 000
Jose Carlos Garcia (Pologne) 15 000
Pratyush Buddiga (USA) 14 000
Steven Warburton (UK) 12 900

Pour rappel, sept Français se sont qualifiés à l'issue du Day 1A : Fabrice Soulier, Jean-Noël Thorel, Édouard Mignot, Julien Martini, Paul-François Tedeschi; Arthur Conan et Matthieu Lamagnère.

Moral au beau fixe pour le Team Pro

- 16 février 2016 - Par Benjo DiMeo

Six pros sur huit seront au Day 2

Alors que plus de 40% des 589 et quelques engagés dans le Main Event de l’EPT Dublin sont déjà en train de se demander comment occuper le reste de leur semaine en Irlande, la satisfaction est de mise chez nos Team Pro au soir de la conclusion du premier tour : seulement deux de nos représentants ont plié bagage, en l’occurence Davidi Kitai, libéré dès dimanche après avoir tenté le Day 1A en solitaire, et Sylvain Loosli, victime de plusieurs setups aujourd’hui, et les six pros encore en lice attaqueront le Day 2 dans des positions relativement confortables, en particulier en ce qui concerne…

Pierre Calamusa ! Avec 124,500, LeVietF0u est le grand gagnant du Team au terme du Day 1B. Le mot clé de sa journée : le timing, cet aspect impalpable mais crucial de la stratégie poker qui se traduit en pratique par une capacité à bien choisir les situations dans lesquelles on se lance, frapper juste au bon moment, et perdre le minimum dans les spots défavorables. De son propre aveu, Pierre a touché beaucoup de bonnes mains (estimation à la louche : « dix paires, huit brelans ! ») et rencontré très peu de résistance lorsqu’il s’est montré agressif - c’est à dire à peu près tout le temps au cours de la journée. « Je crois que j'ai relancé quarante fois au bouton ! » Résultat : le vainqueur du WPO Dublin a collectionné les pots tout au long de la journée, ne jouant que très peu de confrontations perdantes.

Michel Abécassis : « J’ai 53,500. Autant qu’après trente minutes de jeu ! Il faut dire que la table est devenue de plus en plus difficile avec l’arrivée progressive de bons joueurs. » En fin de journée, Michel a gagné quelques précieux jetons avec une paire de 9 gagnante au showdown contre trois joueurs - MIK22 a payé la dernière mise sur la rivière d’un board AQ57Q et gagné contre Roi-Valet.

Gaëlle Baumann, elle, voyait le verre à moitié vide au sortir de sa partie. « J’ai mal joué ! Tout allait bien jusqu’à ma dernière table. » Que s’est-il passé ? « J’ai perdu 8,000 ! » Une douzaine de blindes, c'est tout ? Pas grave, Gaëlle ! « Et puis j’ai fait trois calls hauteurs As aujourd’hui : ils étaient tous mauvais ! » Avec 50,000, soit 63 blindes au départ du second tour, O RLY peut tout de même être contente de son Day 1.

Le baptême de feu de Florian Decamps s’est bien passé : 1flip 2win sera au Day 2 avec 47,000, et peu d’histoires sensationnelles à raconter. Notre nouveau Top Shark a joué la partition qu’on attendait de lui, attendant les grosses mains pour jouer les gros pots, et minimisant les pertes en cas de showdown perdant. Bref, une journée de poker standard qui en cache une plus particulière : sa première en tant que membre fraîchement intronisé d’un collectif de pros réputé au beau milieu d'un gros tournoi international, avec ses pauses rituelles qui s’enchaînent, toutes propices à d’intenses séances de brainstorming stratégiques à chaud. « Je n’ai pas l’habitude de discuter avec autant de bons joueurs. J’hésite à l’ouvrir, de peur de dire une bêtise ! » Cela te passera vite Florian, d’autant que le Team Pro sait réserver à ses nouvelles recrues l’accueil qu’elles méritent !

C’est masquée qu’Aurélie Quélain a avancé tout au long de ce Day 1B, gagnant des jetons en ne montrant que très rarement ses cartes, y compris lors d’un dernier niveau qui l’a vu débarquer au beau milieu d’une guerre entre deux joueurs très actifs se relançant et sur-relançant à tour de bras. RunGood4Love a astucieusement profité de la situation en se saisissant d’un spot de 4-bet light évident. On la retrouvera mardi avec 43,000.

Enfin, en conclusion d’un Day 1B où il n’aura pas manqué de courage, s’emparant de tous les spots favorables malgré un faible capital de jetons, Guillaume Diaz a doublé son tapis contre sa voisine Kitty Kuo : « Je relance UTG avec une paire de Dames, elle paie UTG+1, la BB paie aussi. Flop 10-9-6, je mise, elle snap, ça sent pas bon mais le turn est une Dame. Je check, elle mise, je fais tapis pour 16,000, elle snap avec un brelan de 6. » Volatile38 sera au Day 2 avec 43,000 - c’est presque la moyenne.

Day 1B : le bilan express



Un peu plus de 440 joueurs ont participé au Day 1B. L’affluence total avoisine les 590 joueurs - on connaîtra les chiffres définitifs peu après le coup d’envoi du Day 2, le dernier carat pour s’inscrire (le qualifié Winamax Clément Thumy fait partie de la poignée de joueurs qui profiteront de ce late reg ultra prolongé).
Environ 270 joueurs ont franchi le Day 1B. Ajoutez-y les 79 survivants du Day 1 et vous obtenez quelque chose comme 360 partants au départ du Day 2.
Chip-leader du Day 1B : un joueur portugais du nom de Francisco Correira de Oliveira, avec plus de 175,000.
Parmi ceux que l’on retrouvera mardi, les Français ElkY, Ilan Boujenah, Adrien Allain, Ivan Deyra, Antoine Saout, Guy Tomaselli, ainsi que Chris Moorman, Kitty Kuo, Steve O’Dwyer, George Danzer, Martin Jacobson, Dominik Panka, Jake Cody, Theo Jorgensen… Un bilan chiffré plus complet sera publié mardi matin.
Du côté des qualifiés Winamax, Julien Rouxel termine avec 93,200, et Régis Burlot avec 67,000. Propre !
Parmi les éliminés du Day 1B : Otto Richard, Erwann Pecheux, Michael Gathy, Eugene Katchalov, Andre Akkari, Igor Kurganov, Lex Veldhuis...
Tapis moyen : 48,000
Blindes au départ du Day 2 : 400/800, ante 100
Reprise de la partie à : midi, heure locale (13h en France)

Il n'y a que les imbéciles qui...

- 15 février 2016 - Par Benjo DiMeo

Croisé hier soir après son élimination en 17ème place d'un tournoi annexe à mille balles, Ivan Deyra nous confiait ne pas être spécialement motivé à l'idée de jouer le Main Event, deux mois après avoir manqué d'un cheveu la finale à Prague au terme d'une prestation mémorable. Vingt-quatre heures plus tard, 'ValueMerguez' a changé d'avis : "J'ai dormi douze heures, je me suis reveillé chaud d'action !" Pour l'instant, le jeune grinder n'a rien à regretter de ce revirement de dernière minute, ayant fait progresser son tapis jusqu'à 72,000, alors qu'ils étaient déjà plusieurs dizaines à avoir sauté tandis qu'Ivan dormait encore.

L’art de faire beaucoup avec très peu

- 15 février 2016 - Par Benjo DiMeo

Le jeu en short-stack :  c’est par définition la phase d’un tournoi la moins fun à jouer, et c’est un point de passage obligé pour tout joueur de tournoi. Tout joueur finit par se retrouver short-stack à un moment ou à un autre, et pour qui veut faire carrière en MTT, c’est donc un domaine stratégique à ne pas négliger. Tout le monde à ses astuces pour garder son calme au beau milieu de cette zone honnie où le nombre de blindes restantes approche dangereusement d’un total à un chiffre, et ce n’est pas parce qu’il ne nous reste plus que trente, vingt ou dix blindes que notre tournoi est forcément voué à l’échec. Témoins avec deux représentants du Team en difficulté mais pleins de ressources.

« J’ai rarement vu un petit tapis comporter autant de jetons » me glisse le confrère Tapis Volant. Et il est vrai que les 20,000 de Guillaume Diaz en paraissent cinq fois plus au bas mot, avec leur multitude de piles de jetons de 25 et de 100, les plus petites dénominations en circulation à ce stade, utilisées principalement pour poser blindes et antes et indiquant un joueur jouant, et gagnant de nombreux pots. Guillaume est effectivement très actif, dans toutes les configurations possibles : en relançant ou en payant, en position ou non. Je viens par exemple de le voir payer au bouton une relance d’ElkY au bouton. Il est imité par la BB et le flop 828 est checké. Sur le turn, un 8, Guillaume en profite pour prendre l’initiative avec une petite mise qui lui suffira à l’emporter.

Quelques minutes plus tard, Volatile38 se met en danger avec 3-bet préflop, depuis la SB cette fois. Le relanceur initial (au bouton) abandonne, mais pas sa voisine de droite Kitty Kuo. Guillaume check le flop 953 et la récente finaliste de l’Aussie Million va tenter de voler le pot. Guillaume paie et la Chinoise retente le coup sur le turn, un 6. Guillaume envoie l’intégralité de ses jetons (15,000 au total) et Kitty ne devait vraiment pas être max : elle abandonne malgré la cote de rêve. Dans l’heure qui a suivi le retour du dîner, Guillaume a multiplié son tapis par trois sans montrer ses cartes.

Une histoire similaire se déroule à l’autre bout de la salle. « Ils n’ont pas vu une seule de mes mains depuis cinq heures, mais je ne m’en plains pas ! » Ainsi parlait Aurélie Quélain, doublant son tapis sans showdown pour passer de 12,000 à 25,000 en l’espace de longues heures de grind patient et actif. De retour de dîner, Aurélie va relancer au bouton, se faire payer par l’un de ses voisins de gauche, et miser sur le flop KQT. Son unique adversaire paie, ce qui tue l’action sur le reste du coup : le turn 6 et la rivière T sont checkés. Avec K7, Aurélie est gagnante contre Q-J.

Le Team alors qu'il reste deux heures à jouer

Pierre Calamusa 90,000
Gaëlle Baumann 67,000
Michel Abécassis 52,000
Florian Decamps 42,000
Aurélie Quélain 32,000
Guillaume Diaz 30,000
Tapis moyen 41,000

321 joueurs restants (sur 439 au départ)
Blindes 250/500 ante 50

A table !

- 15 février 2016 - Par Benjo DiMeo

Ce sont grosso modo 340 joueurs, sur les 436 inscrits aujourd'hui, qui partent en pause pour 75 minutes. Et comme nous avons aussi faim qu'eux, on va les suivre ! Direction le resto Thai en face de la salle du tournoi ou, s'il y a trop de monde, le petit Italien juste à côté...

Reprise de la partie à 21 heures 30, heure locale.