Jours :1A1B2
Affichage : Plus ancienPlus récent

Fin du Day 1A

- 30 janvier 2008 - Par Benjo DiMeo

Hop, c'est fini. A demain !

...

Détendez vous, je plaisante, je vous laisse quand même quelques infos avant de rentrer me coucher.

Environ 75 joueurs ont survécu à ce Day 1A, dont trois Français. Voiçi un approximatif chip-count relevé seulement quelques mins avant la fin des hostilités :

Coverage par Winamax

Cyrille Chabot : 120,000 (w00t !!)

Coverage par Winamax

Jordane Beraldin : 20,000

Coverage par Winamax

Thibaut Durand : 31,200

Pour la liste complète, il faudra attendre mercredi en début d'après-midi.

Rendez-vous à 15 heures pour le Day 1B de cette étape germanique de l'European Poker Tour. Sera présent un charter entier de champions français, dont les membres du Team Winamax Antony Lellouche, Guillaume de la Gorce, Arnaud Mattern, Nicolas Levi et Ludovic Lacay, plus ElkY, Eric Koskas, David Lacoste, Stéphane Gérin, Pascal Perrault, et bien d'autres.

Bonne nuit à tous et merci de votre soutien !

Cyrille, ça me botte

- 30 janvier 2008 - Par Benjo DiMeo

Après un sprint éclair entre le tournoi et la salle média, la presse Canadienne (PokerListings !!1) vient me voir à mon ordinateur, essouflée, pour m'informer de l'identité du nouveau chip-leader : il ne s'agit autre que du Français Cyrille Chabot, dont la top-paire, top-kicker (AQ) à suffit pour remporter un pot de 95,000 contre la top-paire, presque-top-kicker (KQ) de Scsava Kuramszke.

L'argent à volé sur le turn, Kuramszke étant le dernier payeur avec une main pourtant marginale vue la taille du pot.

Une brique sur la rivière plus tard et notre français passait énorme chip-leader avec un tapis de 100,000, à vingt minutes de la fin du Day 1A.

Deus ex machina

- 30 janvier 2008 - Par Benjo DiMeo

Coverage par Winamax

Les 80 survivants de ce Day 1A attaquent la dernière heure de la journée : level 8, blindes 300/600, ante 75. Allez, on se depêche, y'en a qui aimeraient aller se coucher.

Jelassi le pointilleux

- 30 janvier 2008 - Par Benjo DiMeo

Lors du dernier break de la journée, je retrouve l'un de mes amis Suédois, le jovial Ramzi Jelassi.

« File moi une clope, je suis en tilt », me confie le jeune pro.

Que s'est-il passé ?

Juste un petit incident à sa table, juste avant la pause. Les blindes et ante étaient posées, la croupière avait terminé de mélanger et couper les cartes, cependant certains joueurs étaient déjà debout, prêts à s'en aller, quand retentit le gong de fin. « Pause », annonce la croupière.

« Euh, attendez », rétorque le Suédois, « les blindes sont posées, les cartes sont mélangées, on doit jouer le coup . »

Ramzi est dans son bon droit, mais la donneuse ne lâche pas l'affaire et refuse de distribuer les cartes. On appelle un superviseur allemand qui confirme la décision de la croupière.

Ramzi sort le grand jeu « Bon, on va demander son avis à Thomas [Kremser, le directeur du tournoi] »

Le célèbre arbitre Autrichien accourt et confirme le jugement de Ramzi : on doit bel et bien jouer le coup, break ou pas break.

Voilà pourquoi mon ami était en tilt pendant la pause.

Mais au fait, elle se termine comment ton histoire.

« Ah, euh, ben, la croupière donne les cartes, je retourne une paire d'As, un mec fait tapis, je remporte le coup. »

Ramzi Jelassi entame la dernière heure avec 18,000.

Coverage par Winamax

Fougan à la fourrière

- 30 janvier 2008 - Par Benjo DiMeo

Les détails sont flous, mais les faits sont là et la nouvelle s'est répandue comme une trainée en salle de presse, déclenchant une panique qui n'est pas sans rapeller celle qui agite la bourse de New York un jour de krach : Thomas Fougeron, alias le Furious Frenchman, alias Fougan, est OUT de cet EPT de Dortmund.