Retour sur le Day 1B

- 28 janvier 2014 - Par Benjo DiMeo

Pour un bilan du Day 1A joué dimanche, par ici les amis

Le Top 10

Ayman Zbib (Lebanon) 181 400
Alain Bauer (France) 160 100
Martin Schleich (Allemagne) 152 500
Yerai Iribarren (France) 151 900
Ludovic Geilich (UK) 142 000
Niels Van Leeuwen (Pays-Bas) 141 000
Andrew Sweeney (Irlande) 129 600
Alexander Lakhov (Russie) 121 600
Miroslav Alilovic (France) 116 300
Sulaiman Sesay (France) 116 000

Le reste du field (sélection)

Martin Staskzo (Rep. Tchèque) 96,500
Paul Berende (Pays-Bas) 80,400
Stephen Chidwick (UK) 79,600
Toby Lewis (UK) 48,500
JP Kelly (UK) 38,600
Nicolas Chouity (Liban) 30,100
Jan Heitmann (Allemagne) 27,700
Walid Bou Habib (Liban) 26,600
Jeremy Nock (UK) 23,500
Natalie Hof (Allemagne) 23,000
Kevin MacPhee (USA) 20,100
Ilan Boujenah (Israel) 18,200

99 Français

Alain Bauer 160 100
Yerai Iribarren 151 900
Miroslav Alilovic 116 300
Sulaiman Sesay 116 000
Benjamin Dadon 113 000
Darko Stojanovic 111 200
Florian Ribouchon 110 400
Kamel Boukhalfa 107 600
Carlos Queiroz Ferreira 106 300
Bernard Guigon 98 800

Pierre Calamusa 94 100
Francis Agusti 93 100
Patrick Bruel (Team Winamax) 92 300
Philippe Pertuisot 89 600
Nicolas Le Floch 85 200
Omar Lakhdari 84 000
Sebastien Boyard 83 800
David Zakine 81 800
Sebsatien Lebaron 81 000
Antonio Rodrigues 79 700

Mikael Guenni 78 600
Jack Melki 77 800
Nazim Guillaud 77 500
Denis Patout 73 500
Patrice Biton 70 300
Manuel Bevand (Team Winamax) 68 700
Idris Ambraisse 64 800
Arnaud Peyroles 64 100
Marc Trijaud 63 700
Abdel Boukbir 62 500

Aurelien Guiglini (Staff Winamax) 62 000
Flavien Guenan 58 800
Alain Goldberg 58 800
Stephan Fajg 57 900
Allan Tirel 57 100
Sebastien Lapeyre 56 200
Guy Tomaselli 56 000
Vincent Guillon 55 400
Frederic Vacher 55 100
Florian Montes 54 300

Rabah Ait-Abdelmalek 52 700
Anthony Lellouche 51 300
Patrick Bailleu (Qualifié Winamax) 51 300
Mustapha Amaouche 50 500
Patrick Nataf 49 500
Aurelien Soutchkov 46 100
Carlo De Benedittis 44 100
Jerome Arnould 43 800
Magali Fabron 42 800
Joseph Mezailles 42 500

Maxence Dupont 42 400
David Zenou 41 600
Jean-Francois Rial 41 500
Timothee Jerbillet 39 500
Alexandra Petitjean 38 000
Otto Richard 37 500
Jean Montury 37 300
Laurent Bachelet (Qualifié Winamax) 36 800
Lionel Sitbon 35 600
Benoit Gury 34 700

Bruno"Kool Shen" Lopes (Team Winamax) 34 500
Kaddouri Mounim 34 000
Roman Wieviorka 32 700
Paul Jacob-Mathon 32 400
Clement Guilleminot 31 400
Philippe Olivier 31 000
Jerome Zerbib 30 700
Nicolas Levi (Ami du Team Winamax) 30 600
Matthieu Renoud 30 600
Marc Lesur 30 500

Dan Djorno 29 800
Alexandre Turc 29 700
Nicolas Chappuis (Qualifié Winamax) 28 000
Yannick Andre 27 700
Julien Brecard 27 200
Philippe Ktorza 26 200
Anthony Pacini 25 900
Silma Macalou 24 200
Roland Rozel 23 100
Cyril Pusset 22 400

Stephane Benadiba 21 400
Anthony Picault 21 200
Fahd Kaabat 21 100
Gaelle Baumann (Team Winamax) 20 400
Patrick Sacrispeyre 20 300
Hadrien Gallois 19 800
Olivier Roncari 18 800
Miguel Pereira-Silva 17 600
Alice Taglioni 17 400
Sandrine Wilhelm 15 800

Anthony Lerust 15 400
Kevin Vincent 14 900
Stephen Elmalem 13 800
Matthieu Vizioz 11 800
Sophie Tayeb 10 600
Bertrand "ElkY" Grospellier 9 900
Nicolas Duquenne 8 800
Benjamin Pollak 8 500

Tableau de bord
251 joueurs ont passé le Day 1B (sur un total de 434 inscrits)
Tapis moyen : 51,800
Blindes au départ du Day 2 : 400/800, ante 100

Patrick Bruel sauve la journée

- 28 janvier 2014 - Par Benjo DiMeo

EPT Deauville, fin du Day 1
Affluence en baisse
Le Team déjoue


Minuit, l’heure de s’attaquer au dernier article de la journée, le premier que liront bon nombre d’entre vous le lendemain matin (ce matin, quoi), donc à nos yeux le plus important, celui qui, lorsqu’il est bien fait, dispense de la lecture de tous les autres.

Les deux premières journées de l’EPT Deauville, le dernier vrai gros tournoi de poker annuel organisé sur le sol Français (après, dans le désordre, la mort du PPT, la fuite des WSOPE et le déclin de Paris) sont derrière nous. Deux journées qui n’en font qu’une en réalité, un Day 1 s’étalant entre le dimanche (1A) et aujourd’hui lundi (1B), chacun avec son lot de joueurs, chacun avec son lot d’histoires, de rêves brisés trop tôt et de belles entames de match.

Imaginons qu’un type (mettons, mon beau-frère Jean-Luc Freeroll, grand fan du 2€ et au lit sur Winamax) ignorant tout de l’édition 2014 de ce tournoi vienne me voir et me demande de le résumer en trois ou quatre points clés… Voici ce que je me risquerais à lui avancer :

Coverage par Winamax

1/ Y’a moins de monde que l’année dernière
Les chiffres de la participation ne sont pas définitifs car les inscriptions vont rester ouvertes jusque mardi midi, mais avec 670 joueurs déjà enregistrés dans la base de données, on est déjà à peu près certain que l’affluence sera en baisse. On comptait 782 participants il y a un an, et presque 800 lors des éditions 2011 et Comment expliquer cette baisse ? Plusieurs hypothèses : le très juteux tournoi France Poker Series (plus de 1000 joueurs) organisé il y a quelques jours a cannibalisé le Main Event, nombre de joueurs préférant dépenser « juste » 1000 plutôt que de risquer 5300€. Autre piste :

2/ Les étrangers boudent
Où sont les Américains et les Canadiens, eux qui trouvaient Deauville si charmante les années précédentes ? Il semblerait que la concurrence frontale de l’Aussie Millions de Melbourne et une grosse série de tournois organisés à Atlantic City à la même période aient poussés pas mal de joueurs du continent Américain à bouder notre cité balnéaire Normande. Seulement une douzaine d’entre eux ont pris part à l’épreuve, dont seulement deux têtes de série certifiées : Steve O’Dwyer et Kevin MacPhee. En revanche, les Anglais restent fidèles à Deauville, de même que les Allemands et les Italiens, et surtout les Russes, qui semblent être à vue de nez le peuple le mieux « rollé » du circuit Européen. La participation Française, elle, est relativement constante : un peu plus d'un tiers des joueurs présents (250, grosso modo).

3/ Des nouvelles têtes partout
C’est quelque chose que l’on apprécie : outre les têtes connues habituelles, nous croisons aussi et surtout une majorité de visages inconnus de nos services autour des tables. Une diversité qui est de bonne augure : cela veut dire que, loin de se restreindre petit à petit à un groupe de joueurs de plus en plus réduit, le poker de haut niveau continue d’accueillir des « petits nouveaux ».

4/ Le chip-leader est un chanteur connu au Liban

Incroyable : au soir du Day 1B, Patrick Bruel n’est que DEUXIEME au classement des chanteurs à succès-slash-joueur de poker ! Ayman Zbib, est le meilleur joueur à l’issue du Day 1B (181,400 jetons) et semble t-il artiste à succès dans son pays d’origine, le Liban. Ecoutons le chip-leader :



(Merci à Mathieu Sustrac pour la trouvaille)



5/ Le Team Winamax n’a pas été performant
6 éliminations sur 10 dès le premier tour, cela fait un bail que l’on avait pas assisté à une telle contre-performance de la part de l’équipe de joueurs la plus titrée d’Europe. Après la sortie prématurée de Michel Abécassis hier, c’est en grinçant des dents que nous avons vu Davidi Kitai et Ludovic Lacay se barrer en quatrième vitesse aujourd’hui (deux Rois contre deux As pour le premier, tout de même), puis, plus tard, celles de Sylvain Loosli, Ludovic Riehl, et du dernier arrivé Guillaume « volatile38 » Diaz. Hé, bon, on ne peut pas casser la baraque à tous les coups, et puis, il nous reste tout de même quatre représentants Wina en course pour le Day 2, dont un certain…



6/ Patrick Bruel sauve la journée
Pour son retour à la compétition après un an d’absence des tables - son dernier tournoi, c’était ici même lors de la dernière édition française de l'EPT - le boss du Team Winamax n'a pas fait de la figuration, bien au contraire ! Concentré et motivé comme jamais, 'P14B' a pris un excellent départ, gagnant 20,000 à chaque palier de blindes jusque la pause dîner, avant de conserver sa belle avance par la suite. Patrick, qui a dépassé la barre symbolique des 100,000 jetons lors du dernier niveau, a finalement terminé avec 92,000. Solide.

7/ Gaëlle, Kool Shen et Manub franchissent une première haie



Manuel Bevand

Dans la lignée de ses dernières sorties, que ce soit en live (Prague, 21e du WPT en décembre dernier) ou en ligne (2e de l'Event 4 à 300€ des Winamax Series VIII), 'manub_' a été performant aujourd'hui. Une paire d'As jouée de façon un peu tricky en début de partie, suivie d'une couleur floppée face à un adversaire qui s'est vu trop beau avec sa quinte, ont permis au joueur Winamax de posséder deux fois le tapis de départ après seulement 150 minutes de jeu. Manuel a garder son bel avantage, tout en croisant le fer avec des réguliers des cercles parisiens tels que Jérôme Zerbib ou encore Philippe Pertuisot, avant de finalement conclure la journée avec près de 70,000. Une bonne base pour la suite des événements.



Gaëlle Baumann

Dure journée pour Gaëlle qui a été très vite handicapée en perdant les deux tiers de son tapis à la suite d'un pot 3-bet avant le flop où elle a call trois énormes salves avant de s'incliner face au top set de son adversaire. Mais 'O RLY' a sorti les rames et s'est bien accrochée pour naviguer jusqu'au Day 2. L'atout charme du Team Winamax n'a jamais désespéré et a pu survivre avec un très honorable tapis de 20,000, soit 25 blindes pour la suite de la compétition.



Bruno « Kool Shen » Lopes

A une table très difficile composée d'excellents joueurs du circuit, Kool Shen s'est bien défendu avec d'être déménagé à une nouvelle table. Il a alors fait parler la poudre et engrangé bon nombre de pions avant de connaitre un dernier niveau plus compliqué, où malgré un bluff osé réussi, il a tout de même perdu de sa superbe. Il reviendra en Day 2 avec un peu de moins de 35,000.

Ils n’iront pas plus loin



Plusieurs centaines de millions d’euros sont capturés sur cette photo… Enfin, pas tout à fait, il faut parler au passé. Ces dizaines de tickets d’inscription valaient 5300€ pièce à midi : maintenant que leurs possesseurs ont été éliminés, il ne s’agit plus que de bouts de papier sans aucune valeur.

Parmi les sortants du jour : Bruno Fitoussi, Jean-Noël Thorel, David Susigan, Victor Choupeaux, Steve O’Dwyer, Roger Hairabedian, Paul Testud, Antoine Saout, Vikash Dhorasoo, Renaud Desferet, Erwan Péchaux, Michael Fratty...

Ils seront au Day 2

Quelques noms en vrac avant la publication d’un classement plus complet dans le courant de la nuit. Ont passé le Day 1B : Philippe Pertuisot, Steven Chidwick, ElkY, Antony Lellouche, Pierre Calamusa, Flavien Guenan, Idriss Ambraisse, Alice Taglioni, Jan Heitman, Aurélien « Guignol » Guiglini, Nicolas Chappuis, Benjamin Pollak, Anthony Picault, Philippe Ktorza, Julien Brécard, Kevin MacPhee, Nicolas LeFloch…

Rendez-vous mardi à midi pour la suite de notre reportage ! Nous serons sur le pied de guerre pour observer les 390 et quelques survivants au départ du Day 2. Bonne nuit !

Benjo & Kinshu

Philbert file

- 28 janvier 2014 - Par Kinshu

Chute dans les ultimes escarmouches de ce Day 1B du dernier vainqueur du Winamax Poker Tour, Mathieu Philbert, plus connu sur les tables de tournois en ligne sous le pseudonyme de « Sowclet ».

En péril durant cette fin de journée avec une dizaine de blindes en guise de tapis, Mathieu a fini par définitivement céder à la suite d'un coup all-in préflop où son As-Valet n'a pas fait le poids face au As-Roi de l'un de ses adversaires.

Lopes pas lourd

- 28 janvier 2014 - Par Kinshu

« Je viens de faire un bluff un peu fou » confie Bruno Lopes. Le pro du Team Winamax vient d'ajouter 28 blindes à son tapis, qui en contient désormais près de 100, après avoir engagé 8,000 préflop (blindes à 300 et 600), 8,000 sur le flop Dame-Dame-3, et son tapis sur un 10 turn. Son adversaire a alors passé, et Kool Shen ne va pas s'en plaindre, car il n'avait qu'une simple hauteur Valet.

Nock and roll baby !

- 28 janvier 2014 - Par Kinshu



Bon, je crois qu'on tient là le coup le plus insensé de ce jour 1B. Accrochez-vous, c'est à en perdre la boule !

Tout débute par un limp à 600 de l'atypique Omar Lakhdari - jusque là tout va bien - suivi d'un overlimp de son voisin. Le joueur derrière tente d'y voir plus clair en relançant à 2,000. C'est râpé, son propre voisin payant dans la seconde. C'est au tour de Jeremy Nock de parler : le Gallois, tombé à 2,300 seulement, tente son va-tout en faisant tapis. Généreux, Omar call en annonçant vouloir renflouer son vis-à-vis.

Je ne vous ai pas encore perdu ? Tant mieux, car c'est maintenant que ça se corse. Le voisin d'Omar, qui avait overlimp, décide de relancer à 9,100. Mieux encore, le joueur derrière engage son tapis, pour 25,000 environ. Celui d'après passe. Ouf ! Enfin quelqu'un de raisonnable, Omar fait d'ailleurs de même. Tandis que le dernier joueur à parler complète en toute détente la somme demandée. Vous n'avez rien compris ? Moi non plus, mais on s'en fout, on a le droit à un showdown.

Omar +1 : APiqueACoeur (Note artistique de 9 pour l'overlimp enchainé d'un New-York-Back-Raise de toute beauté)
Omar +2 : 8Pique7Pique (Se retrouver à mettre plus de 40 blindes avec hauteur 8 dans un spot aussi pourri mérite d'office la mention «Joueur de roulette »)
Nock (oui je sais, c'est le seul dont je connais le nom) : 5Carreau5Coeur

Et le tableau est... 4Carreau9Pique5PiqueTTrèfle7Coeur. Grand vainqueur de ce bazar sans nom : Jeremy Nock qui multiplie par cinq son petit tapis. Quelqu'un peut me filer un Doliprane ?