masquer le menu

EPT Berlin : belles demi-finales en perspective

- 5 mars 2010 - Par Benjo DiMeo

Un seul français, mais avec un gros tapis

Arnaud Mattern l'avait annoncé lorsque la nouvelle structure de l'European Poker Tour revue et corrigée par ses soins fut lancée au début de la saison 6 du circuit préféré des joueurs du Vieux Continent : avec des tapis de départ plus fournis et des niveaux rallongés, plus que jamais, les bons joueurs allaient briller, plus que jamais, il allait falloir se démener pour espérer aller loin dans un tournoi. Neuf épreuves plus tard, il faut se rendre à l'évidence : l'EPT est bel et bien devenu un repaire de professionnels aguerris. Il suffit de regarder les compositions des tables finales de ces trois derniers mois pour s'en convaincre. Si l'on combine les tables finales de Prague, Deauville, les Bahamas et Copenhague, on peut compter les joueurs amateurs sur les doigts d'une seule main, et ce sont généralement des amateurs avec une immense bagage d'expérience.

Tout cela pour vous dire que Berlin ne fera pas exception à cette série. Ils ne sont plus que 24 joueurs encore en course sur les 124 qui avaient pris part à l'épreuve, et un gros tri a été fait. La bonne vieille logique Darwinienne est une fois de plus parfaitement applicable au poker : seuls les plus forts ont survécu. Oh, peut-être que vous vous demanderez où sont dans la liste des demi-finalistes les joueurs connus, les stars, les « têtes de série » médiatiques. C'est vrai qu'on en retrouvera pas beaucoup au départ demain. Mais peu importe : connus ou pas, les 24 derniers joueurs de l'EPT Berlin sont tous (ou presque) d'excellents joueurs. Parmi les noms que le fan de poker averti pourra sans doute identifier, citons notamment Theo Jorgensen, l'un des meilleurs compétiteurs tout-terrain de Scandinavie, Joao Barbosa, vainqueur de l'EPT de Varsovie en 2008, Nico Behling, dauphin de Barbosa lors de cette même épreuve, et Johannes Strassmann, multi-récidiviste allemand à l'EPT. A titre personnel, j'ai un faible pour les moins connus Ilya Gorodetskiy, commentateur russe de l'EPT Live qui devra donc se faire porter pâle demain, Marko Neumann, excellent joueur en ligne allemand, et Jude Ainsworth, un discret irlandais accumulant les performances ces temps-ci. En ce qui concerne les autres, les Kevin MacPhee, les Ketul Nathwani, les Stefan Huber et les Iikka Tahkokallio, nous aurons tout le temps de les découvrir demain. Rapide statistique au passage : onze joueurs allemands sont encore en course.

Coverage par Winamax

« Je me sens à l'aise en live », a commenté Marc Inizan après la conclusion de la partie. « Il y a tellement de petites informations supplémentaires à prendre en compte par rapport au jeu en ligne. » Bien que ce Day 3 fut pour « Locsta » l'occasion de monter un énorme tapis à force de moves, gros bluffs et belles confrontations, le jeune pro français a su se montrer critique sur sa prestation : « Je n'ai pas joué mon meilleur poker » a t-il admis, faisant référence à un 8-9 joué très – trop – agressivement contre un joueur allemand en tilt. « C'était une main très marginale », admet-il, précisant par ailleurs qu'une partie de son succès aujourd'hui fut due à « deux gros coin-flips gagnés, et une livraison [brelan de dix contre top-paire] ». Cela étant dit, de notre point de vue d'observateurs privilégiés, l'expérience montre qu'en phases finales d'un EPT, si l'on a pour objectif de gagner, un excès d'agressivité est toujours préférable à une trop de timidité. Aujourd'hui, Marc Inizan a définitivement produit une excellente impression à ses adversaires les plus aguerris : à coup sur, ils espéreront avoir la position sur lui pour entamer les demi-finales demain. « Locsta » est sur la bonne voie : nul doute qu'il procédera samedi aux ajustements nécessaires pour atteindre la première table finale majeure de sa carrière en live, quelques mois après une belle neuvième place aux championnats de Belgique.

Inizan sera seul pour représenter le clan tricolore en demi-finales. Guillaume de la Gorce, Bruno Fitoussi et Manuel Bevand ont rapidement du s'incliner, faute d'avoir pu faire sortir leur tapis de la zone rouge. Avec ces places d'honneur (110e, 109e, et 93e respectivement), ces trois joueurs d'expérience ajoutent une ligne à leur palmarès déjà fourni, et empochent un joli lot de consolation au passage.

Coverage par Winamax

Vikash Dhorasoo est partout en ce moment : consultant à la télé pour 100% foot, acteur de courts-métrages, chroniqueur pour Le Monde et So Foot, et bien sur émérite joueur de poker aux couleurs du Team Winamax. Au milieu de cet emploi du temps chargé, son voyage en Allemagne s'est décidé en dernière minute. Arrivé à Berlin quelques heures avant la clôture des inscriptions, Vikash n'aura pas à regretter son voyage. Tel un bon vin, il se bonifie avec le temps au milieu des pros expérimentés du Team grâce à une rage de vaincre sans bornes. Cette semaine à Berlin, Vikash a joué un excellent poker, trouvé des situations favorables, et malheureusement manqué de réussite sur la fin. Qu'importe, la performance est déjà belle : 37ème, pour un gain de 19,000 euros.

C'est tout pour aujourd'hui... Pour la première fois en quatre jours, l'EPT berlinois nous offre un peu de répit, nous libérant bien avant minuit. Vos reporters préférés vont en profiter pour aller poser les deux coudes sur le bar. Mais ne vous inquiétez pas : c'est frais, dispos et motivés comme jamais que nous serons sur le pont samedi dès midi pour vous faire vivre en direct les demi-finales. Chacun à son poste : Harper ici-même, carnet et appareil photo en main, et moi au micro de l'EPT live en compagnie d'Alexis Laipsker et nos invités triés sur le volet. A très bientôt !

Les prix

Vainqueur : un myon d'euros
2e/ 600,000€
3e/ 350,000€
4e/ 280,000€
5e/ 210,000€
6e/ 165,000€
7e/ 120,000€
8e/ 72,000€
9e et 10e : 50,000
11e et 12e : 40,000€
13e et 14e : 30,000€
15e et 16e : 25,000€
17e et 24e : €23,500€

Les 24

- 5 mars 2010 - Par Harper

Coverage par Winamax

Kevin MacPhee (USA, photo) 2,526,000
Theo Jorgensen (Allemagne) 2,408,000
Marc Inizan (France) 2,109,000
Ketul Nathwani (UK) 2,056,000
Stefan Huber (Suisse) 1,850,000
Likka Tahkokallio (Finlande) 1,564,000
Paul Thomas Otto (Allemagne) 1,546,000
Jonas Gutteck (Allemagne) 1,486,000

Marko Neumann (Allemagne) 1,448,000
Artur Wasek (Pologne) 1,405,000
Evgeniy Zaytsev (Russie) 1,368,000
Norman Kastner (Allemagne) 1,270,000
Ilya Gorodetskiy (Russie) 989,000
Marcel Koller (Suisse) 865,000
Joao Barbosa (Portugal) 794,000
Alfonso Amendola (Italie) 640,000

Carsten Joh (Allemagne) 609,000
Lennart Holz (Allemagne) 600,000
Luca Cainelli (Italie) 558,000
Juda Ainsworth (Irelande) 539,000
Mathias Kuerschner (Allemagne) 516,000
Johannes Strassman (Allemagne) 515,000
Nico Behling (Allemagne) 505,000
The Duc Ngo (Allemagne) 144,000

Blindes 12,000/24,000 ante 2,000

Ils ont pris la porte

- 5 mars 2010 - Par Harper

Saluons nos soldats tombés au combat aujourd'hui. A commencer par Kenneth Paul Hicks Jr., premier sortie vers 12H03. Salut l'ami. Dans la catégorie j-ai-pris-un-chèque-entre-8,000-et-10,000-euros : Claudio Secara, finaliste de l'EPT Deauville, John Kabbaj, pour qui un brelan d'as n'aura pas suffi, Christer Johansson ou encore Stuart Fox.

Ils pourront passer de la chambre « Deluxe » à une « Suite Royale » ce soir grâce à une récompense entre 11,000 et 15,000€ : l'allemand Benjamin Kang, William Thorson, la dernière féminine du tournoi Maria Maceiras, Dag Palovic ou encore l'ami du Team Winamax Samuel Chartier. Ah, j'oubliais la serrure transalpine Gianni Giaroni, soixante et unième de cet EPT Berlin.

Tout près des demi-finales, ce fut ensuite au tour de Rehne Pedersen, Marcel Luske, Julian Thew et de l'excellent Jan Collado de faire leurs adieux. Tout ce gratin éliminé nous privera-t-il d'une finale de renom ? Rien n'est moins sûr quand on voit les têtes de série encore en course : Theo Jorgensen, Joao Barbosa, Stefan Huber, Nico Behling et Johannes Strassman, sans oublier encore Jude Ainsworth.

Sans crier gare

- 5 mars 2010 - Par Harper

Alors que je discutais tranquillement avec Antony Lellouche (toujours bien en jambes dans le side event alors qu'ils sont 26 pour 24 places payées), Thomas Kremser s'est saisi du micro pour annoncer : « Joueurs du Main Event, vous n'êtes plus que 24 ! » Que s'est-il donc passé ? Je vais être franc, je n'en sais rien. Voici la liste des cinq joueurs qui ont décidé de se sacrifier en cinq minutes pour nous laisser notre soirée de libre :

29. Marko Mikovic (Allemagne) 21,000€
28. Eike Seidel (Allemagne) 21,000€
27. Vlad Zguba (Ukraine) 21,000€
26. Christophe Gross (Allemagne) 21,000€
25. Jan Collado (Allemagne) 21,000

La bonne information du jour est donc que nous comptons un français en demi-finales : Marc Inizan, qui reviendra avec un tapis largement supérieur à la moyenne. A venir : un résumé et le nom des joueurs que nous retrouverons demain.

Huit minutes pour rien

- 5 mars 2010 - Par Harper

Coverage par Winamax

Je viens de passer les 480 dernières secondes de ma vie à regarder un joueur prendre une décision. Jusque là, rien de nouveau, on est habitué. Mais il s'avère qu'au final, l'issue de cette main n'aura servi qu'à faire migrer que quatre minuscules petites blindes d'un tapis à l'autre.

De SB, Jude Ainsworth, casaque rouge, complète les 20,000. Marc Inizan opte alors pour une relance appuyée à 87,000. L'irlandais, dans l'instant, annonce « All-in », pour un total de 512,000. S'ensuit alors huit longues minutes où Marc réfléchit un peu, beaucoup, passionnément, jusqu'à ce qu'à dix secondes du terme du « time » demandé par Jude, il passe.

Bilan comptable : aucun changement notable pour les deux joueurs. On repassera.