masquer le menu

Day 3 : le bilan chiffré

- 28 août 2015 - Par Flegmatic

Récapitulatif

Day 1A : 459 joueurs / 273 survivants (dont 20 FR) / Chip-leader : Imad Derwiche (France) 170,000
Day 1B : 1,218 joueurs / 715 survivants (dont 68 FR) / Chip-leader : Samuel Bernabeu (Espagne) 203,000
Day 2 : 1007 joueurs / 343 survivants (dont 34 FR) / Chip-leader : Nick Petrangelo (USA) 570,000
Day 3 : 343 joueurs / 110 survivants (dont 7 FR) / Chip-leader : Oleksii Khoroshenin (Ukraine) 1 708 000

Top 10

Oleksii Khoroshenin (Ukraine) 1 708 000 
Dmitry Yurasov (Russie) 1 219 000 
Rodney Ramalho (Canada), 1 138 000 
Denys Shafikov (Ukraine) 1 110 000 
Diego Casco Del Riego (Uruguay) 1 091 000
Matthew Volosevich (Costa Rica) 1 067 000
Mikalai Vaskaboinikau (Belarus) 1 042 000
Markus Cerny (Autriche) 1 037 000
Roman Voronin (Russie) 1 017 000
Andre Akkari (Brésil) 982 000

7 Français

Michel Leibgorin 623 000
Mohamed Mamouni 453 000
Adrien Tantaro (Qualifié Winamax) 244 000
Jamel Hassani 210 000
Imad Derwiche 123 000
Bruno Soutavong 114 000
Patrick Caveriviere 101 000

Le reste du field (sélection)

Anthony Zinno (USA) 948 000
John Juanda (Indonésie) 914 000
Nick Petrangelo (USA) 400 000
Dong Kim (USA) 365 000
Jason Les (USA) 323 000
Kitty Kuo (Chine) 288 000
Patrik Antonius (Finlande) 199 000
Ryan Riess (USA) 132 000

Le vainqueur du Main Event WSOP 2013 Ryan Riess (au centre), lors du Day 2, à côté de notre qualifié Thomas Denis

Payout du jour

110-96ème 13 475€
95-72ème 15 600€
71-56ème 18 320€
55-40ème 22 840€
39-32ème 27 400€
31-28ème 32 125€
27-24ème 37 550€
23-21ème 45 350€
20-18ème 53 570€
17-16ème 61 800€

110 joueurs et un vent de fraîcheur

- 27 août 2015 - Par Benjo DiMeo

Fin du Day 3

C’est à une journée de poker divisée en deux parties distinctes et égales en durée que nous avons observée aujourd’hui. Le point médian : l’élimination en 248ème place  du Grec Anastasios Vrakas. Avant sa sortie sur un banal As-Dame/As-Roi, une petite centaine de joueurs ont quitté le tournoi les mains vides, parmi lesquels les Français Roger Hairabedian, Yorane Kérignard, Mesbah Guerfi, Alexandre Amiel (QQ contre JJ), Christophe Pommier, Benjamin Pollak, ElkY, Romain Paon, Damien Lhommeau, Carole Segoura, et Jean-Philippe Peyratou, oui, je sais, ça fait beaucoup.

La deuxième partie de la journée a vu quelques 130 joueurs supplémentaires mordre la poussière, leur déception étant néanmoins adoucie par une récompense en monnaie sonnante et trébuchante. Furent concernés le pro du Team Winamax Guillaume Diaz, notre collègue chez Wina Aurélien Guiglini, Hugo Lemaire, Stéphane Benadiba, Akim Aouine, Erwann Pecheux, Alexandre Coussy, Adam Lounis (pour son premier tournoi en cinq ans), Pierre Chevalier, Adrien Allain, Eric Rabut, Omar Dahmani, David Tavernier, Hugo Pingray, et Frédéric Bertrand.

Il ne reste donc plus que 7 Français pouvant encore prétendre au titre, en majorité short-stack, et vous ne trouverez parmi eux aucun régulier du circuit : ils ont tous déjà sauté, et voir aller loin dans le plus gros EPT de l’histoire une assemblée de visages un peu moins connus a quelque chose de rafraîchissant.

Je dis ça, mais Michel Leibgorin (632,000 unités) est loin d’être le premier venu, avec un palmarès ouvert dès 1995 et constellé de résultats marquants à Marrakech, Paris et Las Vegas. Michel, qui est fortement malvoyant et doit donc s’aider d’une loupe et d’une lampe pour voir le flop et ses propres cartes (un handicap qui n'entame en rien sa bonne humeur, bien au contraire), totalise plus de 900,000 dollars de gains en tournoi. Mais figurez vous que ce deep-run à Barcelone représente son tout premier résultat à l’EPT ! Il n'est jamais trop tard pour bien faire.

Au palmarès de Mohamed Mamouni (453,000), quelques résultats et victoires à l’ACF, ainsi que deux bricoles à Monte Carlo. Ses premiers ITM remontent cependant à 2009, Momo n’est donc à priori pas né de la dernière rivière.

Si aucun membre du Team ne sera présent lors du Day 4, il reste encore un qualifié Winamax en course. Avec près de deux fois moins de jetons que la moyenne (244,000), c'est néanmoins une journée de vendredi compliquée qui s'annonce pour Adrien Tantaro. Ses premiers mots après ce qui restera quoi qu'il arrive sa meilleure performance live (le bougre ne possède pas encore de fiche sur Hendon Mob, faute de résultats) ? « J'ai une crève de malade ! J'ai le nez qui coule c'est horrible. » Et sinon niveau poker ? « Il faudra absolument que je monte des jetons demain. Mais c'est déjà bien. Surtout que je joue plus en Omaha d'habitude. » Je lui fais alors remarquer qu'il a raté l'Event en PLO 8-handed qui débutait dans l'après-midi. « Ouais, c'est dommage j'avais prévu de le faire celui-là. » Sans doute qu'un Top 100 (voire mieux) sur un Main Event EPT pourrait le consoler.

Deuxième ITM à l’EPT pour Jamel Hassani (210,000), après un min-cash à Deauville en 2011. Sa bankroll a récemment été boostée par une presque victoire au FPS de Lille (deuxième pour 85,300 euros).

Résident à Dakar où il passe pas mal de temps au casino du coin, Imad Derwiche (123,000) est petit à petit en train de se faire une place sur le circuit pro, avec des participations régulières aux Main Event et High-Rollers de l’EPT. Parmi ses coups d’éclat, une victoire aux EFOP de l’ACF pour 125,000€ (c’était en 2011), et surtout une deuxième place au High-Roller à 25,000 balles de l’EPT Monte Carlo (c’était il y a trois mois et ça lui a rapporté 750,000€). 

Bruno Soutavong (114 000) s’est fait repérer en manquant de peu la victoire sur l’étape WPT National Series de l’Ile Maurice en 2013. Chip-leader Français au départ de la journée, Bruno a vécu une journée plutôt dégueulasse, son tapis fondant avec régularité tout au long des neuf heures de jeu du Day 3. Il lui reste encore des pions, c’est l’essentiel. 



On ne va pas vous mentir, le patronyme de Patrick Caveriviere (101,000) a le don de provoquer des gloussements nerveux chez les couvreurs (« C’est le frère de Jean-Paul Tapisbadbeat ? » « Attends, aux WSOP j’ai croisé un William Stackriver », etc), mais son sourire monégasque et sa bonne humeur nous ravissent. Coté palmarès, Patoche affiche deux résultats espacés de… cinq ans, rien que ça : une troisième place sur un side-event du PPT (2009) et un min-cash à l’EPT Monte Carlo (2014).

Les blindes au départ du Day 4 : 5,000/10,000. On jouera cinq niveaux de 90 minutes, ou jusqu'à ce que les demi-finales (16 joueurs seulement) soient prêtes. Rendez-vous vendredi à midi pour la suite !

Benjo & Flegmatic

Les ITM Français du jour

112ème Omar Dahmani - 13 475€
127ème Adam Lounis - 11 500€
141ème Adrien Allain - 11 500€
142ème Stéphane Benabida - 11 500€
158ème Éric Rabut - 10 350€
163ème Aurélien Guiglini - 10 350€
166ème Erwann Pécheux - 10 350€
168ème David Tavernier - 10 350€
181ème Akim Aouine - 10 350€
182ème Hugo Pingray - 10 350€
197ème Frédéric Bertrand - 9 450€
201ème Hugo Lemaire - 9 450€
211ème Alexandre Coussy - 9 450€
220ème Pierre Chevalier - 9 450€
222ème Guillaume Diaz - 9 450€

Mais aussi...

114ème Jason Lavallée (Canada) - 13 475€
124ème Nacho Barbero (Argentine) - 11 500€
135ème Natalie Hof (Allemagne) - 11 500€
136ème Dario Sammartino (Italie) - 11 500€
210ème Oleksandr Gnatenko (Ukraine, Qualifié Winamax) - 9 450€
229ème Winfred Yu (Chine) - 8 800€

Le Day 3 est terminé

- 27 août 2015 - Par Benjo DiMeo



Le compteur affichait 113 joueurs lorsque les superviseurs ont sifflé la récré dans le Main Event : c’est le moment qu’a choisi (si l’on peut dire) Johnny Lodden pour s’éjecter du tournoi en table télé. Sans tenir compte d’une ou deux éliminations supplémentaires survenues dans notre dos à la dernière seconde (c’est toujours possible), ils seront donc 110 à revenir jeudi au Gran Casino pour disputer un quatrième tour de jeu.

Parmi eux, sept Français, dont un seul véritablement en bonne santé :

Michel Leibgorin 623 000
Mohamed Mamouni 453 000
Adrien Tantaro (Qualifié Winamax) 244 000 
Jamel Hassani 210 000
Imad Derwiche 123 000 
Bruno Soutavong 114 000
Patrick Caveriviere 101 000


Anthony Zinno (1 bracelet WSOP, 3 WPT) enfile le maillot du meilleur grimpeur : en neuf heures de jeu, il a multiplié son tapis par 45, passant d'un très maigre 21,600 (7BB) à 949,000 (Top 10) !


La dernière joueuse en course est Chinoise : la reg du circuit Kitty Kuo (288,000)


Vainqueur à Vienne en mars 2014, l'Ukrainien Oleksii Khoroshenin endosse à nouveau le rôle de chip-leader, terminant avec 1,708 millions

Tableau de bord
110 joueurs restants (sur 1 694 au départ)
Blindes  5 000/10 000 ante 1 000
Tapis moyen 462 000

Paroles, paroles

- 27 août 2015 - Par Benjo DiMeo

Maux de tête et échanges verbaux sont au menu de la dernière heure du Day 3 d’Omar Dahmani. Deux exemples :

Omar ouvre à 17,000 en milieu de parole et la petite blinde, un blond à lunettes du genre « j’ai eu 18 au BAC » envoie son tapis, couvrant largement le Français qui ne sait pas trop quoi faire.

« Tu me montreras », demande t-il en Anglais après trois minutes.

« Non, parce qu’il faudrait que je montre à tout le monde et je ne veux pas. Si tu veux, je te dis ma main après, je te dirai la vérité mais peut-être que tu ne me croiras pas. »

« C’est une décision très difficile », reprend Omar, qui finira par abandonner.

Un quart d’heure plus tard, Omar défend sa BB face à la relance d’un autre joueur, et voit tomber un flop A75. Son adversaire ne fait pas de détails et envoie son tapis après le check d’Omar.

« A quoi tu penses ? » demande le joueur à tapis.

Omar ne répond pas, mais se verra montrer un Ad après avoir passé. Son tapis représente désormais moins de 20BB.

Adieu Adam !

- 27 août 2015 - Par Flegmatic

Adam Lounis n'aura pas vu la dernière heure de la journée. "La condition pour aller loin dans ce de tournoi c'est de savoir un minimum jouer. Le reste c'est que de la chance (pour rester poli)," me confiait-il quelques minutes auparavant. Il en a malheureusement manqué au moment de pousser une enième fois son tapis au milieu. Cette fois en possession des Neuf, il a fait face à deux Valets, sans parvenir à améliorer. Il quitte le tournoi à la 127ème place et récupère 11 500 euros, cinq ans après sa dernière place payée sur le circuit. Au plaisir de te revoir Adam !

Avant lui, deux autres Français avaient malheureusement pris la porte dans les derniers instants du niveau précédent. Vous l'avez sans doute reconnu sur la photo ci-dessus, Adrien Allain en fait partie. Si j'ai bien compris son voisin de droite, au fort accent de je ne saurais trop dire où, Adrien a shove Valet-Dix sur un board a priori favorable avec Sept-Valet-Deux-Huit. Son adversaire pae avec Roi-8 avant qu'un cruel Roi ne viennne plonger dans la rivière.

[Edit : La main ci-dessus correspondant en fait à l'élimination d'un autre joueur à la table d'Adrien voici dans la vraie version de son élimination]
De big blinde, Adrien paie la relance à 12 000 du joueur UTG avec As-3 suited. Le flop AsK3 lui offre deux paires, ce pourquoi il check/raise à 39 000 la mise initiale à 10 000 de son adversaire. Check général sur la turn, un 9. Sur la rivière, un 6, le Français choisir de miser 55 000, et est immédiatement relancé à tapis. Il décide logiquement de payer mais se retrouve finalement face à... un brelan de Six pour un magnifique 2-outer rentré sur la dernière carte. Vous avez dit cruel ? 

Une bonne partie de la journée en table télévisée, Stéphane Benabida est quant à lui sorti sur la toute dernière main avant le break. Son ancien voisin, qui a également le mérite d'être son bourreau, rembobine pour moi le coup. Le Français envoie son tapis sur le flop Valet-Dix-Trois avec Roi-Valet en main. Son adversaire montre les Dames et l'envoie illico dans le rail. Stéphane enregistre tout de même sa cinquième place payée lors d'un Main Event EPT, repartant cette fois avec 11 500 euros.