Le sacre d'une légende

- 31 août 2015 - Par Flegmatic

John Juanda revient de loin sur ce Main Event. De très loin même. Parti en avant-dernière position sur 36 joueurs au matin du Day 5 avec moins de dix blindes, il était également loin d'être favori ce dimanche au moment de s'asseoir autour de ce qui n'était encore que la pré-table finale. À chaque fois, l'Indonésien s'est appuyé sur un début de journée canon, bien aidé par une réussite que certains pourraient qualifier d'indécente, mais surtout une capacité impressionnante à se sortir des spots compliqués, en réalisant à de multiples reprises des folds dont beaucoup n'auraient pas été capables. Voilà aussi ce qui fait la différence entre un joueur lambda et un champion.

Mais le mot n'est probablement pas assez fort pour qualifier la carrière de John Juanda. Pour ceux qui ont découvert le poker au début des années 2000, il est l'équivalent d'un Erik Seidel, d'un Gus Hansen ou d'un Johnny Chan. Beaucoup plus discret, il ne compte pas moins autour du poignet cinq bracelets WSOP et une liste longue comme le bras de finales WPT, le seul titre lui manquant désormais pour prétendre à la triple couronne. Après avoir terminé runner-up à Londres en 2010 et 8ème ici-même il y a trois ans, il touche enfin du doigt son premier titre sur le circuit européen, devant 1 693 autres joueurs, pour ce qui a été - nous vous l'avons suffisamment rappelé sur ce coverage - et restera vraisemblablement pour au moins un an, le plus gros Main Event de l'histoire de l'EPT.

C'est certain, cette victoire, même en lui rapportant 1 022 953 euros, ne changera pas sa vie. Seulement lui permet-elle de gagner une place sur la all-time money list Hendon Mob, devant le Canadien Jonathan Duhamel, avec plus de 17 millions de gain totaux. Ceux qui aiment les statistiques pourront également avancer qu'il s'agit de la toute première victoire d'un joueur asiatique sur le circuit européen -même si Juanda vit depuis 25 ans au États-Unis [Edit : il a en fait déménagé il y a 4 ans à Tokyo]. Elle récompense bien davantage celui qui se sera montré à de multiples reprises lors de ce tournoi comme le véritable patron.

Que ce soit autour de la table, pour tempérer les ardeurs de la meute de jeunes loups bien décidés à lui faire mordre la poussière, qu'au moment de conclure le deal, où obtenir son approbation semblait être la seule façon de parvenir à un accord définitif, son aura a littéralement envahi cette table finale. On en oublierait presque son triple up chanceux en milieu de journée avec un simple KJ contre le AsK de Denys Shafikov et les 4 de Warburton. Cela s'explique pourtant très simplement : face à une telle légende, on ne peut qu'applaudir, et s'incliner.

Résultats

EPT Barcelone
1 694 participants - 5 300€ l’entrée

Vainqueur : John Juanda (Indonésie) 1 022 953€ (après deal)
Runner-up : Steve Warburton (Royaume-Uni) 941 613€ (après deal)
3e : Frederik Jensen (Danemark) 810 294€ (après deal)
4e : Denys Shafikov (Ukraine) 405 100€
5e : Rainer Kempe (Allemagne) 320 400€
6e : Andreas Samuelsson (Suède) 253 900€
7e : Amir Touma (Liban) 194 100€
8e : Mario Sanchez (Espagne) 137 080€

Meilleur Français : Jamel Hassani (66e, 18 320€)
Meilleur joueur du Team Winamax : Guillaume Diaz (222e, 9 450€)

Quant à moi, malgré la fatigue qui fait mes yeux se plisser chaque minute un peu plus sur mon écran et mes doigts glisser mot après mot un peu plus lentement sur mon clavier, je concluerai évidemment ce post sur une note positive. Ce fut en effet un véritable plaisir que de vivre cette semaine en tous points hors normes. Couvrant mon premier EPT, j'ai pu à la fois découvrir et faire partie, à mon humble niveau, de cette immense machinerie. En plus de la table finale d'aujourd'hui, au niveau particulièrement élevé, je retiendrai bien entendu la grandiose victoire de Sylvain Loosli sur le Super High Roller, mais aussi, en bon footeux - désolé, on ne se refait pas comme cela - les passages anecdotiques mais remarqués de Neymar Jr. et Gerard Piqué, et bien évidemment les nombreuses rencontres et moments passés en compagnie de joueurs et/ou collègues, que j'apprends à connaître et apprécier au fil des tournois. Rendez-vous dans quelques semaines, pour un autre tournoi de folie, dans un genre bien différent, le Winamax Poker Open de Dublin. Je serai celui avec un appareil photo autour du coup, un calepin dans la main, et une pinte de Guinness dans l'autre. À très bientôt !

Sylvain, a.k.a. Flegmatic