masquer le menu

Les Français se consolent sur les tournois annexes

- 31 août 2015 - Par Florence

Si aucun Français n’a atteint le Top 50 dans le Main Event cette année, nos compatriotes ont néanmoins brillé dans nombre de side events parmi les 72 tournois au programme d’une édition qui aura battu tous les records d’affluence.

A commencer par la magnifique performance de Sylvain Loosli dans le Super High Roller à 50 000 euros l’entrée : pour sa première participation à une telle épreuve, le Français est venu à bout de ses 68 concurrents (84 entrées au total) et s’est imposé lors du tête-à-tête final face au joueur EPT de l’année, le Polonais Dzmitry Urbanovich. La victoire a permis au Team Pro Winamax de ravir à Benjamin Pollak le titre de numéro un français au classement GPI. Pour sa première participation 

Mais ce dernier a profité du dernier jour de la quinzaine, et de l’event 69, une épreuve turbo 6-max à 5 000 euros de droit d’entrée, pour (probablement) repasser aussitôt en tête. Le finaliste du dernier EPT Deauville empoche la somme de 118 000 euros, en plus d’une nouvelle victoire de prestige sur le circuit européen.

En début de festival, le vétéran Roger Hairabedian manquait de peu la victoire dans le Seniors Event, second pour 25 060 euros de gain, avant que Christophe Rodriguez ne prenne la septième place du High Roller Estrellas (49 530 euros).

Crédit photo PokerStars

Le régulier des casinos du sud de la France Mecit Turan (photo) a inscrit une nouvelle victoire à son palmarès en remportant l’épreuve PLO Turbo à 550 euros, pour un gain de 10 530 euros. Anas Caudroy Belatik est quant à lui sorti vainqueur de l’event Hyper Turbo à 2 150 euros (pour 61 035 euros après deal).

De passage à Barcelone pour disputer son deuxième EPT après celui de Deauville, le WIP Moundir Zoughari n’a certes pas brillé dans le Main Event, mais il a réussi à se hisser jusqu’en table finale de l’épreuve turbo à 220 euros, terminant finalement sixième pour 4 920 euros.

Crédit photo PokerStars

Peu présent sur le circuit live ces derniers temps, notre qualifié Clément ‘JtenSupplie’ Thumy (photo) a signé son premier gain live à six chiffres, en s’adjugeant l’épreuve 48 à 1 100 euros en No Limit Hold’em. Après s’être arrangé financièrement avant le tête-à-tête final, le jeune joueur online a empoché près de 114 000 euros, devant un rail en folie acquis à sa cause.

De passage dans la capitale catalane, le spécialiste des High Stakes Sebastien Sabic a fait valoir son talent dans les mixed-games avec une troisième place dans le HORSE à 5 300 euros  de buy-in (20 490 euros de gain), quelques jours après son beau parcours dans l’Estrellas où il a atteint le Top 50.

Crédit photo PokerStars

Et si les variantes ne sont d’habitude pas le fort des tricolores, Paul-François Tedeschi (photo) fait régulièrement mentir cet adage. Meilleur français dans le High Roller à 10 000 euros de l’EPT (18ème pour 42 200 euros), le jeune Corse est sorti vainqueur du tournoi Limit Hold’em à 550 euros (6 760 euros de gain). Le membre du tout nouveau Team ‘Onpok’ avait déjà remporté un side EPT, à Malte en mars dernier, en Limit Stud Hi-Lo.

Crédit photo PokerStars

Les derniers jours ont également été favorables à notre ancien élève de la Top Shark Academy Thomas ‘FicheHas2Pay’ Cazayous (photo), victorieux du PLO Hi-Lo à 550 euros (pour 10 400 euros), après une troisième place dans le 550 euros Hyperturbo (pour 9 430 euros) en ouverture de festival. Un tournoi PLO Hi-Lo dans lequel notre ancien Team Pro Antony Lellouche, en vacances dans la ville espagnole, a atteint la quatrième place (3 730 euros).

Crédit photo PokerStars

Enfin, l’ultime tournoi (120 euros Hyper turbo) a souri à Gregory Torrents, qui clôt la quinzaine par une victoire française et un chèque de 5 130 euros. Gageons que le contingent tricolore sera également au rendez-vous lors de la prochaine étape de l’European Poker Tour, qui posera ses valises à Malte fin octobre prochain.

Le sacre d'une légende

- 31 août 2015 - Par Flegmatic

John Juanda revient de loin sur ce Main Event. De très loin même. Parti en avant-dernière position sur 36 joueurs au matin du Day 5 avec moins de dix blindes, il était également loin d'être favori ce dimanche au moment de s'asseoir autour de ce qui n'était encore que la pré-table finale. À chaque fois, l'Indonésien s'est appuyé sur un début de journée canon, bien aidé par une réussite que certains pourraient qualifier d'indécente, mais surtout une capacité impressionnante à se sortir des spots compliqués, en réalisant à de multiples reprises des folds dont beaucoup n'auraient pas été capables. Voilà aussi ce qui fait la différence entre un joueur lambda et un champion.

Mais le mot n'est probablement pas assez fort pour qualifier la carrière de John Juanda. Pour ceux qui ont découvert le poker au début des années 2000, il est l'équivalent d'un Erik Seidel, d'un Gus Hansen ou d'un Johnny Chan. Beaucoup plus discret, il ne compte pas moins autour du poignet cinq bracelets WSOP et une liste longue comme le bras de finales WPT, le seul titre lui manquant désormais pour prétendre à la triple couronne. Après avoir terminé runner-up à Londres en 2010 et 8ème ici-même il y a trois ans, il touche enfin du doigt son premier titre sur le circuit européen, devant 1 693 autres joueurs, pour ce qui a été - nous vous l'avons suffisamment rappelé sur ce coverage - et restera vraisemblablement pour au moins un an, le plus gros Main Event de l'histoire de l'EPT.

C'est certain, cette victoire, même en lui rapportant 1 022 953 euros, ne changera pas sa vie. Seulement lui permet-elle de gagner une place sur la all-time money list Hendon Mob, devant le Canadien Jonathan Duhamel, avec plus de 17 millions de gain totaux. Ceux qui aiment les statistiques pourront également avancer qu'il s'agit de la toute première victoire d'un joueur asiatique sur le circuit européen -même si Juanda vit depuis 25 ans au États-Unis [Edit : il a en fait déménagé il y a 4 ans à Tokyo]. Elle récompense bien davantage celui qui se sera montré à de multiples reprises lors de ce tournoi comme le véritable patron.

Que ce soit autour de la table, pour tempérer les ardeurs de la meute de jeunes loups bien décidés à lui faire mordre la poussière, qu'au moment de conclure le deal, où obtenir son approbation semblait être la seule façon de parvenir à un accord définitif, son aura a littéralement envahi cette table finale. On en oublierait presque son triple up chanceux en milieu de journée avec un simple KJ contre le AsK de Denys Shafikov et les 4 de Warburton. Cela s'explique pourtant très simplement : face à une telle légende, on ne peut qu'applaudir, et s'incliner.

Résultats

EPT Barcelone
1 694 participants - 5 300€ l’entrée

Vainqueur : John Juanda (Indonésie) 1 022 953€ (après deal)
Runner-up : Steve Warburton (Royaume-Uni) 941 613€ (après deal)
3e : Frederik Jensen (Danemark) 810 294€ (après deal)
4e : Denys Shafikov (Ukraine) 405 100€
5e : Rainer Kempe (Allemagne) 320 400€
6e : Andreas Samuelsson (Suède) 253 900€
7e : Amir Touma (Liban) 194 100€
8e : Mario Sanchez (Espagne) 137 080€

Meilleur Français : Jamel Hassani (66e, 18 320€)
Meilleur joueur du Team Winamax : Guillaume Diaz (222e, 9 450€)

Quant à moi, malgré la fatigue qui fait mes yeux se plisser chaque minute un peu plus sur mon écran et mes doigts glisser mot après mot un peu plus lentement sur mon clavier, je concluerai évidemment ce post sur une note positive. Ce fut en effet un véritable plaisir que de vivre cette semaine en tous points hors normes. Couvrant mon premier EPT, j'ai pu à la fois découvrir et faire partie, à mon humble niveau, de cette immense machinerie. En plus de la table finale d'aujourd'hui, au niveau particulièrement élevé, je retiendrai bien entendu la grandiose victoire de Sylvain Loosli sur le Super High Roller, mais aussi, en bon footeux - désolé, on ne se refait pas comme cela - les passages anecdotiques mais remarqués de Neymar Jr. et Gerard Piqué, et bien évidemment les nombreuses rencontres et moments passés en compagnie de joueurs et/ou collègues, que j'apprends à connaître et apprécier au fil des tournois. Rendez-vous dans quelques semaines, pour un autre tournoi de folie, dans un genre bien différent, le Winamax Poker Open de Dublin. Je serai celui avec un appareil photo autour du coup, un calepin dans la main, et une pinte de Guinness dans l'autre. À très bientôt !

Sylvain, a.k.a. Flegmatic

Steve Warburton partait de trop loin

- 31 août 2015 - Par Flegmatic

Rattraper quatre fois moins de jetons à l'attaque d'un heads-up, ce n'est ni plus ni moins que l'affaire de deux double ups. Mais ce retard, malgré tout son talent, Steve Warburton n'a pas réussi à le combler. Le Britannique avait pourtant fait la moitié du chemin, en remportant une confrontation à tapis avec As-Roi, dans ce qui allait être l'avant-dernier niveau du tournoi. Un shove payé par John Juanda avec As-6, une main qui l'avait, de ses propres mots, déjà fait remporter un tournoi. Un léger excès de confiance qui aurait pu coûter cher à l'Indonésien, mais plus jamais le Britannique n'allait retrouver d'opportunité de ce genre.

Il a même joué de malchance, lorsque, trouvant enfin avec les 8 une main toute faite, il voyait Juanda retourner les Dames, après le traditionnel jeu des relances et surrelances préflop. TJ229, le dernier board de cet EPT est anecdotique, et John Juanda peut tomber dans les bras d'ElkY, soudainement apparu sur le podium télévisé pour l'occasion. Malgré la défaite, Steve Warburton reçoit quant à lui les applaudissement nourris d'un rail aussi fourni que fortement aviné, et qui aura assuré l'ambiance tout au long de la journée, à mesure que les bouteilles de bières et les verres de champagne autour de la table TV se vidaient. Peu de doute subistait d'ailleurs, quelques minutes après ce coup, quant aux futures activités de la nuit pour Steve et son clan.

Après le WPT Amsterdam en mai dernier, le jeune Mancunien termine une nouvelle fois deuxième d'un évènement majeur, mais, avec un gain de 941 613 euros (après deal), le voilà désormais en possession d'une bankroll plus solide que jamais, qu'il ne devrait pas mettre bien longtemps à faire fructifier. Mesuré, calme, et constant tout au long de la semaine, Steve Warburton est sans conteste LA principale révélation de ce Main Event. Une petite tête blonde de plus à surveiller de près lors des prochaines étapes du circuit.

En avant pour le heads-up !

- 30 août 2015 - Par Flegmatic

On y est ! Le heads-up final du plus gros Main Event EPT de l'histoire peut débuter. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'avec 80% des jetons en circulation, John Juanda part largement favori face aux maigres 10 millions de Steven Warburton. Contrairement à ce matin, je me garderai bien cette fois-ci de faire le moindre pronostic, un double up du Britannique suffisant à rééquilibrer complètement les débats. Et puis, après tout, ne dit-on pas "Impossible n'est pas anglais ?" À moins que ce ne soit autre chose...

John Juanda (Indonésie) - 40 250 000 jetons


Steve Warburton (Royaume-Uni) - 10 050 000 jetons

Blindes : 250 000/500 000, ante 50 000

Payout (après deal)
Steve Warburton 941 613€
John Juanda 922 593€
+ 100 000€ pour le vainqueur

Pas de doublé EPT pour Jensen

- 30 août 2015 - Par Flegmatic

Ce n'est pas encore sur cette étape que Frederik Jensen remportera son deuxième titre EPT. Sur un board J27Q7, le Danois s'est vu trop beau avec pourtant une simple paire de Valet. Son JT était en effet largement dominé par le Q7 de John Juanda. L'Indonésien avait préalablement tout fait pour camoufler son jeu, tout d'abord avec un check/raise très cher sur le turn à 4,8 millions trois fois supérieur à la mise initiale, puis avec un shove extrêmement rapide, à peine la rivière dévoilée.

"Tu sais combien tu as ?" a demandé Jensen à Juanda tout en se sachant largement couvert. Une bien étrange question qui ne l'a pas empêché de réaliser, après quatre bonnes minutes de réflexion, le tout dernier call de son tournoi. Il quitte donc Barcelone avec les 810 294 euros négociés au moment du deal. Une très belle somme qui n'effacera sûrement pas de sitôt cette fin en queue de poisson après une semaine de tournoi quasi-irréprochable.