masquer le menu

High Roller : les survivants du Day 1

- 26 août 2014 - Par Benjo DiMeo

176 joueurs ont survécu au Day 1 du tournoi à 10,000€, sur un total de 290 participants, dont 88 ayant recavé, investissant 10,000€ supplémentaires. Attention : ce chiffre n'est pas définitif car les joueurs retardataires avaient jusque 11h45 aujourd'hui pour s'inscrire.

Top 10

Stephen Chidwick (UK) 299 000
Dan Smith (USA) 294 600
Jason Mercier (USA) 291 400
Sebastian Von Toperczer (Allemagne) 270 700
Alexander Roumeliotis (Suède) 266 300
Dmitry Yurasov (Russie) 255 500
Mustapha Kanit (Italie) 236 400
Niall Farrell (UK) 235 800
Conor Shelly (Canada) 235 200
Thomas Muhlocker (Autriche) 225 500


10 Français

On a perdu Sylvain Loosli dans les dernières mintues du Day 1. Gaëlle est en bonne position.

Candido Goncalves 203 800
Jean-Noel Thorel 164 000
Fabrice Soulier 157 400
Hassan Fares 116 600
Gaelle Baumann (Team Winamax) 90 900
Benjamin Pollak 90 800
Patrick Sacrispeyre 62 400
Bernard Guigon 57 500
Hugo Pingray 53 800
Bertrand "ElkY" Grospellier 22 300

Avec 50,100, Davidi Kitai progresse d'un jeton seulement !

High Roller : là aussi, les records tombent

- 26 août 2014 - Par Benjo DiMeo

Même si l’on s’attendait à ce que l’épreuve High Roller à 10,000€ de l’EPT Barcelone connaisse un succès comparable à celui du Main Event, l’affluence dépasse toutes les espérances : plus de 270 joueurs enregistrés, et déja 71 « re entry » comptabilisés. Et le chiffre va probablement encore augmenter alors qu’il reste deux heures à jouer ce soir. Comme le glisse un joueur : « Il est tellement beau ce tournoi, qu’en cas de bust, je ne peux pas me permettre de ne pas prendre la recave autorisée ». Visez un peu ce prize-pool : déjà plus de 3,5 millions d’euros, et les motivés de dernière minute pourront encore s’inscrire jusque mardi à midi, au moment du coup d’envoi du Day 2.



Oui, cette photo est floue, mais je l'aime bien quand même !

Un de ceux qui ont décidé de recaver : Sylvain Loosli. « J’ai perdu un gros pot contre ma bête noire Ole Schemion », glisse le November Nine. « Je paie trois barrels avec une paire de Valets : il me montre les As. » Installé à une nouvelle table après sa recave, Sylvain reste serein avec 54,000 unités, un poil plus que les 50,000 de départ.

A quelques tables de Sylvain, Gaëlle Baumann fait sa rentrée avec les batteries à plat, étant revenue de vacances avec une sale crève. Ce qui ne l’empêche pas d’afficher un joli stack de 74,000.

De tous les joueurs assis dans la salle de tournoi, Davidi Kitai est celui qui a joué le plus longtemps aujourd’hui, ayant directement validé son inscription pour le HR après avoir sauté du Main Event en 49e place. Bien décidé à décrocher un titre majeur de plus cette semaine, Davidi est rapidement monté à 90,000, ayant notamment éliminé un joueur avec un brelan floppé qui s’est transformé en full sur la rivière.

Parmi les autres Français inscrits tardivement, j’ai repéré, entre autres, ElkY, Hugo Pingray et Benjamin Pollak. Nous suivrons de près l’évolution de ce tournoi durant la journée de mardi.

Un Français en demi-finales

- 26 août 2014 - Par Benjo DiMeo



C’est une longue journée qui s’achève pour Benjamin Nicolas-Teboul. Le Français a survécu un Day 4 guillotine pour les compétiteurs Tricolores - Imad Derwiche, Jimmy Guerrero, Hugo Pingray, Mesbah Guerfi et Pierre-Olivier Jandaud ont vu leur parcours s’arrêter aujourd’hui, tandis que le field a considérablement maigri pour passer de 102 à 25 joueurs restants.

Benjamin entamera les demi-finales de l'EPT Barcelone avec seulement quinze blindes en sa possession. La journée avait pourtant bien débuté pour lui. Pas impressionné par la présence de Davidi Kitai, Benjamin a pris un départ canon en triplant son tapis en un temps record - 90 minutes seulement. La suite fut plus difficile, avec une nouvelle table où étaient assis à sa gauche des joueurs agressifs et bien fournis en munition, et ses tentatives pour renverser la tendance n’ont pas porté leur fruit.

Mais l’essentiel est là : Benjamin est en demi-finales du centième tournoi EPT, un des plus gros de son histoire, et est assuré de remporter un prix de 33,000 euros, quoi qu’il arrive le plus gros gain de la carrière de ce joueur qui n’est pas un régulier du circuit live, loin de là, et participe à l’épreuve grâce à la vente de quelque parts auprès d’amis joueurs.

Malgré sa position précaire, Benjamin peut encore espérer un come-back, et une place en finale, finale qui sera jouée mercredi.

Jetons un oeil au classement :

Bram Haenraets (Pays-bas) 4,395 millions
Piotr Sowinski (Pologne) 4,355 m.
Mikkel Nielsen (Danemark) 3,135 m.
Hossein Ensan (Allemagne) 3,075 m.
Slaven Popov (Bulgarie) 2,695 m.

Andrea Dato (Italie) 2,29 m.
Ji Zhang (Allemagne) 2,285 m.
Pawel Brzeski (Pologne) 1,98 m.
Kiryl Radzivonaui (Biélorussie) 1,86 m.
Mikhail Rudoy (Russie) 1,815 m.

Maximilian Senft (Autriche) 1,795 m.
Dominik Panka (Pologne) 1,705 m.
Daniel Dvoress (Canada) 1,57 m.
Andre Leattau (Allemagne) 1,535 m.
Andrey Shatilov (Russie) 1,39 m.

Sergei Popov (Russie) 1,255 m.
Robert Schulz (Allemagne) 1,24 m.
Samuel Phillips (Mexique) 1,045 m.
Mark Wagstaff (UK) 990,000
Gerald Karlic  (Autriche) 955,000

Thomas Hueber (Autriche) 945,000
Benjamin Nicolas-Teboul (France) 735,000
John Andress (USA) 710,000
Mathieu Clavet (Canada) 575,000
Nick Rampone (USA) 520,000

Une chose saute aux yeux : les nations Germaniques et les pays de l’Est dominent les phases finales de cet EPT espagnol !

Tableau de bord
25 joueurs restants (sur 1 496 au départ)
Blindes : 20,000/40,000, ante 5,000
Tapis moyen : 1,8 millions
1,261 millions d'euros pour le vainqueur
33,000€ pour le prochain sortant

Anonymous Poker Tour

- 25 août 2014 - Par Benjo DiMeo

Vous vous rappelez sans doute de ce dialogue entre le personnage joué par Matt Damon et sa fiancée dans le film « Les Joueurs », lorsque cette dernière lui reproche de gâcher sa vie à pratiquer un jeu de hasard, et que Matt Damon lui répond en substance que bien sur que non, il ne s’agit pas d’un jeu de chance, sinon comment serait-il possible que les mêmes six joueurs atteignent chaque année la finale des Championnats du Monde ?

Il n’y a absolument aucune chance qu’un scénariste recycle un jour cette citation pour un éventuel script à propos de l’European Poker Tour : ce ne sont JAMAIS les mêmes mecs qui arrivent en finale, et encore moins les mêmes qui gagnent. On sait déjà qu’il a fallu attendre 98 étapes pour voir un joueur réalisé un doublé, et alors qu’il reste actuellement 29 joueurs (sur 1496 au départ) dans la centième, on sait que le vainqueur sera très probablement quelqu’un dont nous n’avions jamais entendu le nom auparavant.

La quasi-totalité des têtes de séries au départ du Day 4 ont mordu la poussière au cours de la journée - Davidi Kitai en premier lieu, mais aussi Mike McDonald, Kevin Stani, Jan Heitmann… Il ne reste plus qu’un ancien champion EPT encore en course (Dominik Panka, vainqueur du PCA en janvier dernier), et quelques mecs ayant déjà disputé de belles finales (comme le Québécois Philippe d’Auteuil) mais pour le reste, je me gratte la tête en regardant le classement provisoire, depuis le chip-leader actuel Bram Haenraets (Pays-Bas) jusqu’à la lanterne rouge Aleander Kell (Allemagne). Bref, il va nous falloir faire quelques recherches pour trouver quelque chose à raconter sur les potentiels finalistes, y compris notre dernier Français en course Benjamin Nicolas-Teboul. Prodiges online ? Amateurs sortis du bois ? Mecs qui passaient devant le casino, ont vu de la lumière et sont rentrés ? Affaire à suivre.

Bram Haenraets, le bourreau de Davidi Kitai est un joueur amateur, qualifié sur Internet pour une poignée d’euros. On vient de le voir chatter un énorme pot à tapis sur le turn avec juste une top-paire contre deux paires. Bim ! La rivière lui donne deux paires supérieures (il jouait trois cartes seulement), lui permetant de s’emparer du chip-lead.

Teboul sur la corde raide

- 25 août 2014 - Par Benjo DiMeo



Le dernier Français en course dans ce centième EPT est en situation précaire, et sa dernière tentative de changer le cours des choses s’est soldée par un échec, sous la forme d’un 4-bet à 275,000 après une relance au hi-jack de Andre Leattau (50,000) et un 3-bet au cut-off de Pawel Brzesko (125,000). Malheureusement pour Benjamin Nicolas-Teboul, Leattau revient à la charge avec un 4-bet à 450,000 signifiant clairement « Je n’irai nulle part », et le Français est obligé d’abandonner, se délestant de presque un tiers de son tapis.

Il reste à Benjamin 650,000 pour attaquer le dernier niveau de la journée aux blindes 15,000/30,000, ante 4,000.