masquer le menu

EPT Barcelone : 399 joueurs au départ du Day 2

- 24 novembre 2010 - Par Benjo DiMeo

Top 10

Luis Rufas (Espagne) 232,100
Loïc Sa (Local Hero Winamax) 217,700
Zachary Korik (USA) 183,200
Leo Fernandez (Argentine) 164,400
Yann Dion (Canada) 162,500
Jairo Pascual Borras (Espagne) 159,800
Haykel Vidal (Spain) 159,500
Roberto Romanello (UK) 159,200
Shander De Vries (Pays-Bas) 151,300
Max Greenwood (Canada) 150,500

29 Français

Loïc Sa (Local Hero Winamax) 217,700
Jan Boubli 139,100
Michel Spagna 125,800
Jean-Paul Pasqualini 108,600
Bertrand « ElkY » Grospellier 88,800

Stéphane Benadiba 81,800
Gilles Michaud 80,900
Eric Haik 74,200
Imad Derwiche 59,400
Valentin Messina 59,000

Alain Dery 57,400
Marion Nedellec 56,600
Edouard Bnonnefous 55,800
Candino Gonçalves 51,000
Stéphane Albertini 48,700

Joseph Carlino 42,700
Jacques Zaicki 42,300
Fabrice Manel 39,400
Frederic Casalta 38,200
Fabien Perrot 30,000

Jean-Philippe Savary 29,800
Alexandre Bonnin 28,300
José Carlos da Silva 25,700
Yorane Kérignard (Qualifié Winamax) 18,600
Phung Tuong Hai Dang 18,500

Selami Unal 17,300
Gaétan Milvaque 15,700
Julien Labuissière 15,400
Sébastien Boyard 14,100

Le reste du field (sélection)

Andrea Benelli (Italie) 113,000
Nicolas Chouity (Liban) 95,500
Alex Gomes (Brésil) 88,500
Michael Binger (USA) 84,200
Per Linde (Suède) 83,200
Bill Gazes (USA) 82,400
Cristiano Blanco (Italie) 81,900
Michael Keiner (Allemagne) 81,300
Nichlas Mattsson (Suède) 73,300
Surinder Sunar (UK) 70,200
Melanie Weisner (USA) 63,200
Marc Naalden (Pays-Bas) 62,500
Gianni Giaroni (Italie) 62,400
Carlos Mortensen (Espagne) 59,000
Pascal Le François (Canada) 58,300
Johnny Lodden (Norvège) 53,500
Antonio Matias (Portugal) 53,000
Martin Wendt (Danemark) 50,300
Alex Kravchenko (Russie) 50,300
Matthias De Meulder (Belgique) 48,000
Tobias Reinkemeier (Allemagne) 47,000
Davidi Kitai (Team Winamax) 46,450
Ruben Visser (Pays-Bas) 46,100
Danny Ryan (USA) 43,000
Joao Barbosa (Portugal) 41,400
Daniel Dodet (Belgique) 40,600
Kevin Stani (Norvège) 40,500
Atanas Gueorguiev (Bulgarie) 40,100
Maxim Lykov (Russie) 39,900
Leo Margets (Espagne) 38,200
Cathy Kong (Corée du Sud) 33,400
Claudio Rinaldi (Suisse) 33,400
Kevin MacPhee (USA) 33,000
Noah Boeken (Pays-Bas) 30,700
André Akkari (Brésil) 30,100
Liv Boeree (UK) 29,600
Michael Tureniec (Suède) 29,200
John O'Shea (Irlande) 29,100
Maria Maceiras (Espagne) 25,500
Ramzi Jelassi (Suède) 18,200
Marcel Luske (Pays-Bas) 18,000
Jeff Sarwer (Canada) 15,100

Tableau de bord
399 joueurs restants (sur 758 au départ)
112 places payées
Blindes : 600/1,200, ante 100
Tapis moyen : 57,000

EPT Barcelone : la quantité, et la qualité

- 24 novembre 2010 - Par Benjo DiMeo

Alors, c'était comment, ce Day 1B ? Bah, comme d'habitude. Beaucoup plus de monde que la vieille, des têtes de séries en veux tu en voilà, grosso modo 50% d'éliminations, mais finalement peu de mouvement importants. Finalement, ces premières journées ne sont que des introductions, des préambules à une histoire qui s'étale sur une semaine.

Tout de même, quelques bonnes surprises sont à noter. D'abord, l'affluence. J'avais crains que l'étape World Poker Tour prévue samedi à Marrakech ne détourne l'attention des joueurs français, qui ont ces dernières années montré plus d'affinités envers le Maroc que l'Espagne. Que nenni : ils étaient 70 tricolores engagés dans cet EPT, parmi lesquels la plupart des habitués du circuit, vieux routards mélangés aux jeunes du net, les sponsorisés et les grosses fortunes, les amateurs et les pros.

Toutes nationalités confondues, ce sont 758 joueurs qui ont pris part à l'épreuve, battant tous les records précédemment établis à Barcelone. L'augmentation de la participation doit sans doute beaucoup au prix d'entrée, qui a chuté cette année de 8,000 à 5,000 euros.

Parmi les joueurs stars engagés aujourd'hui, on note les éliminations de Daniel Negreanu, Dario Minieri, John Duthie, Sami Kelopuro, Thor Hansen, et Salvatore Bonavena. Côté français, on ne pourra pas compter demain sur Fabrice Soulier, Claire Renault, Xavier Detournel, Bruno « Kool Shen » Lopes, Paul Testud. Même constat concernant les joueurs du Team Winamax Tristan Clémeçon et Manuel Bevand.

A l'autre bout du spectre, on compte bien évidemment plusieurs têtes de série parvenues à se monter un stack, comme par exemple Johnny Lodden, Kevin MacPhee, et Michael Binger. Marcel Luske, José Barbero, Liv Boeree et Nicolas Chouity se sont eux aussi maintenus.

Je publierai le classement officiel dès qu'il me sera transmis. En attendant, je peux vous confirmer les noms de quelques français ayant passé le Day 1B : Eric Haik, Stéphane Bénabida, Valentin Messina, ElkY (qui double en fin de journée avec un brelan, son adversaire est drawing dead sur le turn, easy), Stéphane Boyard, Marion Nedellec (53,000), Alexander « oopus » Bonnin (27,000), et Julien « nori » Labuissière (14,000).

Et les qualifiés Winamax ?

Nous avons pu suivre aujourd'hui deux excellents joueurs de tournois, qualifiés par le biais du satellite de Winamax (pub, tous les dimanche soir, 300€, un pack hotel/entrée/argent de poche garanti, pub) : Antoine « tons26 » Junillon et Yorane « Virusss » Kérignard.

Le premier a sauté peu après la pause-dîner. J'ignore ce qu'il s'est passé (on s'est croisé juste avant la reprise, et cinq minutes plus tard, quand je suis revenu dans la salle du tournoi, Antone avait disparu – mais il n'avait pas un énorme tapis). Concernant Yorane, il va falloir attendre le classement officiel : j'ai perdu de vue le finaliste EPT en début de soirée.

En attendant la publication de ce classement, je vous donnez rendez-vous mercredi à midi pour la suite des festivités. On collera aux basques de Davidi Kitai (Team Pro) et Loïc Sa (Local Hero), le second entamant le Day 2 en position de chip-leader !

Benjo

Davidi Kitai passe le premier tour

- 23 novembre 2010 - Par Benjo DiMeo

Coverage par Winamax

« Je n'avais jamais joué aussi serré depuis bien longtemps ! », a confié Davidi après la conclusion (provisoire) de la partie. « J'ai eu des tables très agressives qui ne m'ont laissé que peu de marge de manœuvre. Je ne pouvais pas relancer souvent. » Ce qui ne veut pas dire que Davidi est resté timide. « Les rares mains que j'ai jouées, j'ai fait en sorte de les gagner. »

Résultat, le belge du Team Winamax termine le Day 1B avec un tapis somme toute confortable de 46,000. « Je n'ai pas eu de grosses mains, mais on s'en fout, les grosses mains, c'est au Day 2 qu'il faut les avoir ! » C'est tout le monde qu'on souhaite à celui qui fut finaliste de cette épreuve il y a deux ans.

Benjo

Tristan Clémençon ne reviendra pas demain

- 23 novembre 2010 - Par Benjo DiMeo

Tout est dans le titre ! Allez, je me casse.

OK, OK, je plaisante. Oui, Tristan est sorti du tournoi à une heure de la fin du Day 1B. Il avait pourtant effectué un bon départ, faisant rapidement grimper son tapis à plus de 55,000. La suite, hélas, fut moins heureuse. « Pas de cartes, pas de tirages rentrés, pas de moves réussis » Un coup, en particulier, fut pivotal : « J'ai relancé avec 7-4, et trouvé deux paires sur le turn 10-4-5-7. Tout l'argent est parti au milieu, c'était un pot de 70,000. Mon adversaire avait floppé le brelan de 5... »

Benjo

Babel fishes

- 23 novembre 2010 - Par Benjo DiMeo

C'est une tradition à l'European Poker Tour, que de dresser le tableau des participants selon leur nationalité, grâce aux statistiques compilées par les organisateurs.

Sans surprise, les joueurs méditerranéens se taillent la part du lion, avec plus de la moitié des inscrits, répartis entre l'Espagne, bien sur (121 joueurs, 25% du field), la France, et l'Italie (70 joueurs chacun)

Derrière, il y a l'Allemagne (58 joueurs), 38 américains boudant les fêtes de Thanksgiving, 37 russes, la Suède (26 joueurs), la Roumanie (avec 25 joueurs, c'est LA nation qui monte ces temps-ci), le Canada (24), les anglais (21), les finlandais, portugais et anglais (20 chacun), Israël (autre surprise avec 19 joueurs), puis les belges, danois, suisses, grecs, hongrois et norvégiens (entre 10 et 20 joueurs), puis toute une ribambelle de « petits » pays comme l'Islande, le Mexique, la Pologne, l'Ukraine, etc.

Benjo