Winamax

Un grand bol de séminaire pur

Par dans

Fin mars, nos W rouges se retrouvaient à Málaga pour un événement incontournable : le séminaire annuel du Team. Entre débats stratégiques, conférences, sport et parties de rigolade, on vous dévoile les coulisses de ce moment unique.

Créa Séminaire
Málaga… Ses grandes plages de sable fin, son climat méditerranéen, ses musées, son centre-ville où Pierre Calamusa a passé l'année la plus déjantée de sa vie… Voilà pour la réputation de la station balnéaire espagnole. En revanche, au niveau poker, la ville natale de Pablo Picasso est tout sauf une référence. On n’est clairement pas près de voir un EPT, par exemple, fleurir sur cette terre andalouse (bon, un Estrellas l'an passé tout de même). Alors qu'est-ce qui peut donc pousser une équipe de joueurs de cartes professionnels, en l'occurrence le Team Winamax, à passer une petite semaine dans le coin en cette fin mars 2024 ?

Pas des vacances, non : chacun a sa vie et ses obligations, entre deux tournois live. Une résidence de grind online ensoleillée à l’approche des Series d'avril ? Non plus. Pourtant, la quasi totalité des douze membres du Team (on excuse le Boss Patrick Bruel) a bien une chambre réservée à son nom du mardi 26 au samedi 30 mars à l’hôtel Higueron, un établissement haut de gamme planté sur les montagnes, à quinze minutes en taxi de l’aéroport local. Et tiens, il y a aussi les deux coaches de l’équipe, Stéphane Matheu et Melvin Pasquini, ainsi qu’Harper et Seb, venus équipés de leur micro et caméra pour tourner l'émission 100% Poker. Sans oublier l’auteur de ces lignes, plutôt habitué à voyager pour réaliser des reportages en temps normal… Alors mince, qu’est-ce qui se trame d’aussi important sur la Costa del Sol ?

11
Bon, arrêtons de tourner autour du pot. Si vous suivez un tant soit peu l’actu des W rouges, vous l’avez certainement deviné : cet événement, c’est bien sûr le séminaire annuel du Team Winamax. Un rendez-vous toujours marquant dans la vie du Team, comme vous l’expliquera mieux que personne Stéph’ Matheu, dans une interview à lire sur notre home page. Et si votre serviteur a fait le déplacement jusqu’à Málaga, c’est bien pour faire son boulot de journaliste : on va vous raconter de l'intérieur comment se déroule cet événement majeur dans la vie de la meilleure équipe de poker du monde.

Avant toute chose, il faut savoir que le séminaire, c’est une machine bien huilée. Le déroulé du séjour, déjà validé depuis des mois, est précis. Le coach a tout calculé, chaque journée étant mise à profit au maximum. Alors pour écrire cet article, on s’est mis au diapason, pour vous restituer au mieux l’esprit de ce séminaire à nul autre pareil.

Le sport, c’est la santé !

2
Aujourd’hui, un joueur pro de poker se doit d’avoir une bonne hygiène de vie. Et le sport fait évidemment partie de l’équation : Stéphane Matheu, ancien tennisman de haut niveau, le sait bien. Alors, chaque matin, après un bon petit déj’, tout le monde a rendez-vous dans le lobby pour bouger ses fesses. Attention à ne pas manquer le coche : sinon, c’est un burpee par minute de retard, et au réveil, ça pique un peu… Heureusement, le coach a été sympa durant le séjour : même si certains n’avaient pas forcément respecté la règle, ils n’ont pas eu le temps d’être punis.

8
Au programme de la première matinée de mardi ? Une partie de padel. Ça tombe bien : l'hôtel compte pas moins de cinq terrains extérieurs en son sein. Parce que le padel, c’est devenu une institution en Espagne : “Tu as vu, les mecs viennent là juste pendant leur pause-déjeuner, et ils jouent à un niveau de fou”, s’exclamaient de concert Stéphane Matheu et Harper. Le Madrilène Adrian Mateos en sait forcément quelque chose, lui aussi, même s’il a commencé par le tennis : classé 15/3 à 15 ans, il aurait pu devenir un joueur “négatif”, selon Stéph’, ce qui correspond au top 300 français, grosso modo. Autant dire qu’on a pas affaire à des peintres quand il s’agit de tenir une raquette…

20
Si votre serviteur n’était pas présent lors de cette première session, il a pu en avoir la confirmation lors de la seconde matinée padel, prévue cette fois dans un joli complexe couvert à dix minutes en voiture de l’hôtel (et il valait mieux, vu la météo inégale observée dans la semaine). Oui, dans le Team W, ça joue bien, voir très bien. Seuls Alexane Najchaus et Melvin sont de purs débutants, alors que quelques autres, pas encore totalement au point, comme João Vieira ou Mustapha Kanit, profitent des cours dispensés par des professeurs spécialement venus pour l’occasion.

23
Si LaSirenita ne semble pas matcher avec ce sport, il n’en est pas de même pour le coach adjoint, Melvin, à fond dedans. Mais la rencontre qui retient l’attention, pendant que les meilleurs s’affrontent un peu plus loin (une doublette Adrian-Harper opposée à Stéph' Matheu et l'une de ses connaissances), c’est bien le double entre les équipes Lewis-Kitai et Sitbon-Calamusa. Pourquoi ? Parce qu’il y a des paris posés sur le match, pardi… N'en doutez pas : il y a toujours un petit côté gambleur qui sommeille en chaque joueur de poker. Et visiblement, il y en avait pour qui ce match était plus value que pour d’autres (demandez à "ifyourgood").

Padel
En tout cas, ce qui frappe dans ce moment prévu avant tout pour la détente, c’est l’esprit de compétition présent chez chaque joueur du Team W, et cette immuable volonté de progresser. On n’aime pas la défaite, quel que soit le jeu, et on n’hésite pas à engueuler son coéquipier pas assez performant à son goût (on connaît un Belge qui en a pris pour son grade). Et, fans de rap, vous saviez que Kool Shen, connu pour être féru de foot devant l’éternel, était également très à son aise raquette en main ? En tout cas, ça se charrie, mais tout le monde passe un bon moment, tout le monde se dépense, et tout le monde est bien content de rentrer prendre une douche avant d’attaquer la suite de la journée.

6
Mais avec trois matinées à occuper, vous vous doutez bien que Stéphane Matheu avait d’autres sports à son arc. Mercredi, par exemple, l’équipe se retrouve dans la salle de gym de l’hôtel, pour une session de TRX. Kézaco ? En gros, des sangles suspendues à une structure spéciale, et à partir desquelles on peut faire bosser pas mal de muscles de son petit corps, en tirant dessus. Un exercice que connaissait particulièrement bien João Vieira, déjà bien rompu aux exercices de fitness. Et croyez-le, c’est physique : durant une heure, la coach en chef ne va pas ménager les membres du Team. Le spot de TRX ne pouvant accueillir que quelques personnes en simultané, ceux qui ne bossaient pas devaient malgré tout exécuter pompes, abdos et consorts lors d’exercices au sol… ou contre un mur.

3
Bref, de quoi travailler le cardio, en musique et avec le sourire, s’il vous plaît. “Ça fait du bien quand ça s’arrête”, soufflait cependant Davidi Kitai, pas le plus grand sportif du Team, on le sait bien. Et encore, le Belge peut remercier la pluie : Stéphane avait planifié une heure de beach-volley en extérieur dans la foulée, l’hôtel étant, là encore, équipé en conséquence… Au final, ce sera une heure de “temps libre” pour tout le monde, certains restant dans le thème : Romain Lewis et Kool Shen en profitent pour tester l’immense salle de musculation, alors que Naza114 s’offre quelques longueurs à la piscine. Nul doute en tout cas que ces sessions auront permis à chacun de démarrer les journées du bon pied.

Le mental, ça se travaille

16
Mais il n’y a pas que le corps qui doit bosser pour atteindre le haut niveau de performance souhaité par Stéphane Matheu pour son équipe. Il faut aussi être au top dans sa tête. Pour travailler le mental, le coach avait donc organisé, en début d’après-midi, deux sessions intitulées "Force mentale et performance", en commençant avec un thème : la fixation d’objectifs, dès le mardi. C’est dans ce genre de moments qu’on saisit bien la différence entre des joueurs pros aguerris et un joueur de poker lambda. Stéphane parle de haut niveau, prenant souvent en exemple son expérience personnelle dans le tennis, mais aussi les plus grands champions de l’histoire du sport, comme Tiger Woods, Roger Federer ou Novak Djokovic, vidéos à l’appui. Parmi les nombreuses questions posées par le coach : c’est quoi un objectif ? De quoi lancer un premier débat chez ses poulains. Adrián Mateos parle de motivation et de ses difficultés à la garder après une année 2017 où il avait presque tout gagné ; Julien Sitbon, très concentré durant tout le séminaire, disserte sur l’ambition ; João Vieira explique que pour lui, il s’agit de devenir la meilleure version de soi-même ; Pierre Calamusa, enfin, demande s’il est possible d’atteindre ses buts sans prendre de plaisir. Entre autres.

22
Stéphane détaille ensuite le concept SMART, avec lequel semble déjà familier Adrián Mateos. On parle aussi d’indicateurs de performance clés, de la pyramide des besoins, de détermination. On pose des questions comme : “Est-ce que votre performance dépend de vous ?” “Non, de la chatte !” répondra Kool Shen sur le ton de la plaisanterie, histoire de détendre l’atmosphère de débats empreints de sérieux. On s’interroge également : peut-on déterminer qui est le meilleur joueur de poker du monde ? Pas possible selon Julien Sitbon et Mustapha Kanit… Croyez-nous, il y en a des choses à raconter, et durant deux heures, tout le monde ou presque tente de prendre part aux discussions et prend des notes, notamment un duo Alexane-Julien avide de connaissances. Kool Shen, pas forcément le meilleur en anglais (les débats se déroulent dans la langue de Shakespeare depuis que le Team est devenu international), ira de son côté discuter du contenu avec le coach à l’issue de la séance.

19
Deux jours plus tard, on lance une seconde session de coaching mental : cette fois, Stéph' Matheu tente d’expliquer à ses joueurs comment atteindre l’état recherché par chaque être humain dans sa discipline : la zone. Là encore, le coach se sert de grandes figures pour étayer ses propos, comme Steve Jobs. “Attention à ne pas être trop perfectionniste !” prévient Stéphane. De quoi lancer un nouveau débat avec João Vieira, qui soutient que parfois, il est possible de jouer parfaitement une table finale de tournoi par exemple. Autre thème abordé : la concentration, et comment rester focus. Tiens, vous saviez qu’un humain ne peut rester concentré à fond plus de vingt minutes consécutives ? On a aussi noté ce thème un peu inédit pour un profane : l’identité de jeu. Stéphane, prenant une nouvelle fois l’exemple de Nadal ou Federer, explique ainsi que dans les moments compliqués, il faut savoir garder cette fameuse identité de jeu, un concept qui peut donc s’appliquer au poker. Bref, beaucoup de questionnements et de réponses pour les joueurs du Team, à même d’améliorer leur force mentale donc, tous étant visiblement très intéressés par cet aspect de leur métier. Attention, on crée des máquinas à Málaga !

MTT : les pros parlent aux pros

13Des machines mentales, oui, mais aussi techniques : c’est bien l’objectif affiché des reviews MTT quotidiennes prévues au programme du séminaire. En fin d’aprem', tout le Team se retrouve ainsi durant 2h30 pour parler cartes, lors de sessions animées par deux poids lourds : João Vieira, dont on analyse un tournoi high-stakes online, et Adrián Mateos. Là, Stéphane Matheu laisse la main et bosse à l’écart. Déjà coach de plusieurs joueurs, le Portugais est visiblement à l’aise dans l’exercice de la review, appuyé par son coéquipier espagnol. On ne va pas vous détailler les dizaines de spots analysés, grâce notamment au logiciel ICMIzer, mais ce qu’on peut vous dire, c’est qu'écouter le Team Winamax parler poker est assez bluffant : on touche le très haut niveau, en compagnie de joueurs de classe mondiale. Voir Adri et João analyser chaque spot comme s’ils le connaissaient déjà par cœur est réellement impressionnant. On comprend un peu mieux le travail nécessaire en amont pour performer dans la durée sur la scène High-stakes. “Il y a longtemps que j’ai arrêté de suivre ces parties techniques…” sourit Stéph' Matheu.

1
Les reviews se focalisent également sur les erreurs à ne pas commettre, et sur celles que font la majorité des joueurs. Les plus actifs pour tenter de contrecarrer les raisonnements des deux conférenciers ? Julien Sitbon et Pierre Calamusa certainement, même si presque tout le monde à son mot à dire, notamment Davidi Kitai et son approche exploitante. Lors de la seconde partie stratégique, on aborde également d’autres aspects plus généraux : João tonne par exemple qu’il est important de ne pas jouer au-dessus de son niveau réel, et qu'il vaut mieux exécuter parfaitement ses standards de jeu avant de passer au level supérieur (à méditer). Toujours dans cette notion d’excellence, un autre concept marque les esprits : tu dois toujours prendre la meilleure décision, et pas la plus confortable. Il n’est pas rare de voir les joueurs débattre d’une main pendant une dizaine de minutes tout de même, et de continuer la discussion aux toilettes (true story), ou revenir sur une action alors que son analyse est déjà bouclée depuis longtemps. Oui, ces joueurs ne sont pas pour rien parmi les meilleurs du monde dans leur discipline, et la passion viscérale pour le jeu émane de chacun : c’est ce qu’on retiendra, avant tout.

Sarah Marquis, la belle aventure du séminaire

Marquis 1
Mais pour arriver au top niveau, il n’y a pas que le jeu en lui-même. C’est le sens de l’intervention de Sarah Marquis, une aventurière des temps modernes, également reporter pour la chaîne de télévision National Geographic, venue à Málaga raconter sa vie des plus atypiques. On peut le dire : sa conférence fût LE grand moment de ce séminaire. Durant près de trois heures, Sarah, après avoir distribué à chacun un exemplaire de son livre, conte ainsi avec passion comment elle s’est sortie de situations périlleuses dans des lieux reculés aux quatre coins du monde. Avec quelques tips : comment, notamment, réussir à prendre de l’eau dans une rivière infestée de crocodiles. On ne sait jamais, ça peut servir. Des conseils de survie dignes de Bear Grylls (vous savez, Man Vs. Wild), et plusieurs leçons de vie tirées de son expérience, le tout illustré par un maximum de photos issues de ses périples.

9
Et tant pis si la conf' bouleverse un peu le planning millimétré de la journée. “Vous devez suivre votre feu intérieur. Vous êtes là où vous êtes pour une raison. Explorer, c’est chercher ce qu’il y a au fond de vous”, assène Sarah à un Team Winamax conquis, notamment une Leo Margets n’hésitant pas à interpeller la conférencière, par exemple sur les notions d’instinct et d’intuition. Profiter des bons moments et croire en soi seront également des mantras assénés par l'aventurière. En fait, on a envie de poser une foule de questions à Sarah : si la conférence pouvait durer une journée entière, on sent que l’on ne s’ennuierait pas… Mais il faut bien avancer. Et d’ailleurs, vient l’heure des questions. Comme souvent, João en a un paquet sous le coude, auxquelles Sarah répondra sans sourciller, avec toute la pertinence et la fièvre qui caractérisent ses propos. Trois heures uniques donc, pour tous ceux qui ont pu en profiter : ce n’est pas tous les jours qu’on peut interagir sans tabous avec une personnalité comme Sarah Marquis. Nul doute que certains en ont tiré quelques leçons… Le challenge désormais pour le coach : trouver un intervenant aussi passionnant l’année prochaine. Bon courage Stéph’ !

Le groupe vit bien

10
Les conférences, les reviews, le sport… Un programme complet, pour sûr. Mais au final, quel est le vrai but de tout cela, et du séminaire en général ? Faire en sorte que le Team W soit un vrai groupe, créer des souvenirs et des moments de vie communs. Parce que le Team W, ce n’est pas qu’une histoire de poker. Et pour renforcer les liens entre les membres de l’équipe, Stéphane compte aussi sur les moments de “détente” prévus durant la journée. Dès le petit-déj', tout d’abord, où tout le monde se retrouve pour profiter d’un "continental" quatre étoiles (certains arrivant cinq minutes avant la fermeture, mais on ne caftera pas - le coach les a grillés de toute façon).

25
Au déjeuner ensuite, pour lequel le Team bénéfice d’une salle à part à l'hôtel et d’un buffet personnalisé durant l'intégralité du séminaire, avec une grande table commune au centre de la pièce. De quoi se poser ensuite tranquillement pour prendre un café en attendant le début des conférences, Stéphane ayant pris soin de ménager des temps de pause entre chaque repas ou activité.

27
Enfin, durant le dîner, de bons restos avaient été réservés chaque soir : entre les spécialités espagnoles, le japonais haut de gamme (enfin, surtout sur l’addition) et les côtes de bœuf au four (sauf pour Leo, veggie du groupe), les blagues et les anecdotes ont fusé durant des heures, quelques bouteilles de vins aidant. On n’oublie pas cette partie de loup-garou visiblement mémorable (votre serviteur était parti se coucher), qui s’est étirée tard dans la nuit de jeudi à vendredi, à laquelle a pris part presque toute l’équipe (et apparemment, c’est João qui a payé la tournée au bar de l’hôtel).

26
Au final, l’objectif semble atteint : l’ambiance est au beau fixe au sein du Team Winamax, et cela semble parti pour durer. On a hâte d’en voir les résultats cartes en main, notamment à l’EPT Monte-Carlo, dont nous assurerons le reportage dès samedi. Sinon… Vivement l’année prochaine !

L'interview de Stéphane Matheu

Dans la tête d’un first-timer
avec Julien Sitbon

Sitbon2
Il est le dernier arrivé au sein du Team Winamax. Après avoir rejoint l’écurie W en octobre 2023 et joué quelques festivals live sous ses nouvelles couleurs, Julien Sitbon a pour la première fois vécu l’un des temps forts de la vie du Team : ce fameux séminaire annuel. L’occasion de demander au Parisien son ressenti, en tant que petit nouveau, vis-à-vis de ce moment à part. Bon, en gravitant dans la sphère du Team depuis de nombreuses années, il savait tout de même un peu à quoi s’attendre : “J’avais des échos de ce qui s’y passait, au niveau du travail technique et mental, de l’ambiance 'team building' et cohésion d’équipe", explique ifyourgood. Visiblement, tout cela s’est vérifié pour Julien, qui pu découvrir l’esprit d’équipe du Team W, lui le footballeur accompli déjà habitué à la vie de groupe de par son expérience sur les pelouses : “C’est très intéressant parce qu’on discute tous ensemble, lors des repas ou des sessions de sport, ce qui crée une certaine alchimie. C’est vraiment top.” Et les derniers doutes que le Français pouvait entretenir sur son intégration dans le Team ont été très vite dissipés : “Intégrer une équipe composée de personnes qui sont ensemble depuis cinq à dix ans, c’est assez délicat. Mais j'avais la chance de connaître plusieurs joueurs, qui m’ont très bien accueilli, je me suis senti vraiment bien. J’étais très content et reconnaissant d’être là.”

Sitbon
Le moment phare de ce séminaire pour le rookie ? Comme beaucoup de ses coéquipiers, Julien a été bluffé par l’intervention de Sarah Marquis : “C’était très intéressant : être dans l’instant présent, croire en soi, ça m’a vraiment touché. Ce truc de dire : 'On est présent, on sait ce qu’on fait, on sait pourquoi on le fait'… La confiance en soi est primordiale. Ce n’est pas de la surconfiance ou de l’ego, mais il faut accepter de savoir où on va. Ça m'a beaucoup marqué.” Pour le reste, le résident londonien retient également les reviews MTT menées par João Vieira et Adrián Mateos, durant lesquelles il était peut-être celui qui levait la main le plus souvent : “Voir comment ils analysent certains spots ou décisions m’a conforté dans certains plays que je faisais. Cela m’a aussi apporté des visions différentes, et j’adore pouvoir confronter ces visions avec la mienne. Voir ce que je fais de mal, ce que je peux apporter, voir ce que je peux prendre chez de très bons joueurs, ce qui ne me va pas aussi dans leurs raisonnements…”

Enfin, Julien se souviendra de la bonne ambiance générale régnant durant le séminaire : “Il y a eu tous ces bons moments avec l’équipe. Par exemple ce loup-garou, c’était très cool. On a également bien kiffé le padel, avec des coachs qui nous ont permis de progresser. On a aussi pu gagner quelques bets facilement, vu que j’ai joué contre Romain et Dav’ qui perdent tout le temps !” Au final, et malgré quelques petits problèmes de soleil, Julien Sitbon a été comblé par cette première expérience : “Le beau temps n’était pas tout le temps là, mais pour le reste, je ne retiens que du positif.” En espérant pour lui que ce séminaire soit le premier d’une longue série !.

Une dernière salve de photos pour conclure ?

12

7

15

24

14

1

2

3

4

MENTAL13

MENTAL11

MENTAL10

PADEL11

PADEL10

PADEL9

PADEl8

REVIEW3

TRX5

TRX3

TRX4

Les pages à suivre

t in f wtv wtv wtv wtv Twitch