Top 5 : Virés du FC Nantes

Par dans

Comme Raymond Domenech, ces entraîneurs n'ont dirigé l'équipe du FC Nantes que durant quelques matchs. Et parfois moins.

fb

Jean-Marc Furlan : 9 matchs

De ses neuf rencontres à Nantes, Jean-Marc Furlan « ne garde rien ». Licencié le 20 février 2010, il est victime des mauvais choix stratégiques de la direction qui consomme trois entraîneurs la même saison : Gernot Rohr, lui et Baptiste Gentili. Nantes termine 15e de Ligue 2. « A Nantes, mon président ne m’a pas reproché le football, que ce soit clair. Il voulait que certains joueurs jouent et pas d’autres. Et ça, ce n’est pas possible. » Si vous voulez voir du football, zappez les Canaris et visionnez plutôt l’interview de Jean-Marc Furlan donnée au Winamax FC.

Miguel Cardoso : 8 matchs

René Girard a tenu seize matchs. Le Portugais en dirigea deux fois moins durant la saison 2018. Arrivé en pleine mode des entraîneurs portugais, label Jardim, Cardoso avait démarré sa carrière en amenant le modeste club de Rio Ave à la 5e place du championnat. Son football offensif ne résistera pas à l’analyse du résultat : quatre défaites, trois nuls et une seule victoire en huit matches, un de plus que Domenech. Seuls 2 entraîneurs ont dirigé plus de matches sans victoire à la tête d'une même équipe de Ligue 1 que Raymond Domenech avec Nantes : Patrick Rampillon avec Rennes en 1987 (15) et Denis Zanko avec Toulouse en 2020 (9).

Juanito Banana : un mois

Ancien étudiant Erasmus à la fin des années 90, le Mexicain Juanito Banana conservait du FC Nantes l’image d’un football chatoyant. C’est donc tout logiquement que cet entraineur reconnu dans son pays postula sur LinkedIn à l’annonce de Waldemar Kita. Seul candidat, il fut recruté sans même passer d’entretien ! Un simple mail lui confirma sa prise de poste pour le 1er juillet 2018. Il y resta en tout et pour tout un mois, suffisamment longtemps pour découvrir le fonctionnement du club, l’interventionnisme du président, les magouilles avec les agents, l’amateurisme de la cellule de recrutement et les nombreuses divisions internes. A ce jour, Juanito Banana est l’unique entraîneur à avoir démissionné de son plein gré du FC Nantes. « Je sentais que c’était le mieux pour ma carrière. » Nommé dans la foulée coach de l’AS Saint-Etienne, il démissionna au lendemain de sa signature après avoir visité la ville.

Didier Guardiola : un match

Entraineur de la réserve, Didier Guardiola est promu à la tête de l’équipe première durant l’intersaison 2011. Descendu en Ligue 2, Nantes est alors en reconstruction. Languedoc en profite pour intégrer cinq jeunes du centre de formation et installe un plan de jeu ambitieux, avec relances courtes, dédoublements et pressing haut sur le terrain. Pour son premier match, le nouveau coach atomise 5-0 le Barça de Xavi et Iniesta en amical. « Le plus beau match de l’histoire, devant le Nantes – PSG de 1994 », se délecte la presse. Guardiola sera pourtant viré deux jours plus tard pour avoir refusé d’intégrer les deux recrues du duo Kita – Bayat : un milieu guatémaltèque acheté 3 M€ en D2 belge et le fils du président en personne, Franck Kita, qui jouait latéral gauche au collège parce qu’on le choisissait toujours en dernier.

Vincent Müller : une seconde

Reçu en entretien le 8 juillet 2015, le Suisse Vincent Müller fait preuve d’une connaissance sans faille des joueurs de l’équipe première : il a en effet préparé le rendez-vous en regardant les 50 derniers matchs du FC Nantes. Après un séjour en asile psychiatrique, il voit son rêve se réaliser. Kita lui fait signer un contrat d’entraîneur… avant de le licencier la seconde suivante. « Game over ! Putain, c’est bon ! Quel pied ! Encore un ! Qu’est-ce que j’aime ça ! Oh oui je viens. » Müller quitte le bureau en larmes et croise dans le couloir d’autres malheureux candidats. Traumatisé, il ne reviendra jamais dans le foot professionnel. Il est actuellement dirigeant des Girondins de Bordeaux.

Les pages à suivre

 twitter  @WinamaxSport


facebook Winamax Sport


insta  Winamax.Sport


wina tv  Winamax TV


site  Pariez sur le sport


Maxime

Né en 1984 le jour d'une victoire 5-0 de l'équipe de France contre la Belgique, je prends depuis les années les unes après les autres sans me poser de question. Aime l'ASSE mais aussi le football.