Top 5 : Les phrases les plus tiltantes

Par dans

Attention : si vous sortez souvent les répliques contenues dans cet article, le fish à la table, c'est peut-être vous.

Top 5 Facebook

Au commencement de toute chose, il y eut le Big Bang. Et puis - pour vous la faire courte - quelques années plus tard, le poker fut créé. Quasi simultanément, c'est tout un langage qui se développe, à base de jargon, de termes techniques plus ou moins imagés et puis, bien sûr, de phrases toutes faites, de dictons inventés de toutes pièces (n'est-ce pas Ivan Deyra ?) et d'excuses à la mords-moi-le-noeud. Au milieu de tout ça se trouvent ces phrases que l'on a trop entendu, que l'on continue de trop entendre et qui ont le don de nous mettre dans un état à même de nous transformer en grand bonhomme tout vert et tout musclé. Qu'elles soient prononcées à table, derrière un ordinateur, à un dinner break ou au détour d'un couloir, ces phrases nous mettent tout simplement en tilt.

"T'as sauté ?"

Si se faire éliminer d'un tournoi peut se rapprocher d'une petite mort, alors se voir poser cette question dans la foulée a tout de la profanation de scépulture. Parce que se retrouver à errer dans les couloirs, à glander autour de la piscine du SISMIX en plein Day 2 ou à parler aux oiseaux au milieu du salon n'est que rarement bon signe, on ne saurait que trop vous demander de faire appel à votre bon sens. Dans le doute, contentez-vous d'un hochement de tête empathique et d'une petite tape sur l'épaule.

"Tu devineras jamais comment j'ai sauté !"

Là où la victime du paragraphe précédent aura plus tendance à vouloir disparaître au fond d'une pinte de Guinness ou au fond de son lit - ce qui revient parfois au même - cet exemple-ci constitue l'exact opposé : l'idée est de partager son malheur à toute personne ne voulant surtout pas l'entendre, si possible en enjolivant un peu plus l'histoire à chaque nouvelle itération. "Le mieux, c'est quand ça commence par 'Je me suis fait craquer les As par...', avance Pierre Calamusaet qu'ensuite tu entends que le type a min-raise préflop et envoyé 400 blindes sur 5-6-8 contre 7-9." Entre ça et les hand histories inventées, vous comprendrez aisément qu'en plus d'être crédible, un tel coup se doit aussi d'être un minimum bien joué.

Jérémy Saderne

"Ah et donc là t'as payé avec gutshot ?"

"J'étais sûr que t'avais pas..."

["La couleur", "la quinte", etc : insérez la combinaison de votre choix]

Cela fait de longues minutes que votre voisin de droite se prend la tête à deux mains. Après un long soupir et une grimace à s'en décrocher la mâchoire, il se résoud à un bon vieux fuck call des familles. Tant pis, vous l'aimiez bien ce bluff sur ce board avec quatre carreaux. "Ah, je savais que tu n'avais pas la couleur !," jacte soudainement votre adversaire, en retournant la pocket pair qu'il n'a pas réussie à lâcher. C'est décidé, pendant la prochaine heure de jeu, il va goûter quelques-uns de vos 3-bets.

"Oh, il faut le mélanger le paquet un peu !"

[Ou toute autre phrase condescendante à l'adresse d'un croupier]

Ce n'est un secret pour personne, nous les croupiers, on les aime bien. D'abord parce qu'ils font (dans la grande majorité du temps) du très bon boulot dans des conditions de travail pas toujours optimales. Ensuite parce qu'ils nous rendent parfois de précieux services. Et enfin parce qu'on aime bien trinquer discuter avec eux de temps à autres. Alors forcément, quand ils sont pris à partie par des joueurs en déveine, cela à tendance à nous faire tiquer. Mais heureusement, il n'y a pas que nous. "J'ai horreur des gens qui se plaignent façon 'Je te demande un Roi à la river et tu me mets un 7 ! Il faut le mélanger le paquet un peu !' Comme si c'était de leur faute," se lamente Ivan Deyra. "Mais le pire du pire, enchaîne PonceP, cela reste les darons d'un certain âge qui essaient de draguer les croupières. 'Ah, enfin ma croupière porte-bonheur,' ou toute autre tentative après quelques pintes de trop. C'est extrêmement gênant. Il y a vraiment qui confondent leur casino local avec Tinder..." Non Pierre, on ne parle pas de toi.

Davidi Kitai

On se calme !

"Je savais que j'aurais dû la jouer !"

"Et m*** ! Toujours pareil !" Ça, c'est votre pote - appelons-le Robert - qui, après avoir jeté Roi-3 off UTG, voit apparaître un flop 3-3-Roi. "Je savais que j'aurais dû jouer cette main !" "C'est certainement une des phrases qui m'énervent le plus, nous a soufflé Guillaume Diazparce que ceux qui la prononcent le font à chaque fois qu'ils touchent ce fameux "flop virtuel", comme dit Patrick." Une réflexion parasite de plus, que l'on peut aussi bien entendre en pleine session online que lors d'un home game entre potes. Sacré Robert.

Et vous, quelles sont les phrases qui vous font tilter à table ?  Réagissez sur Twitter, Facebook ou Wam-Poker !

Tous nos articles Top 5


Flegmatic

Adorateur de Cheick Diabaté. Goûteur semi-professionnel de reblochon. Enchaîne les tapis. Finit souvent carpette.

Suivez Flegmatic sur FacebookSuivez Flegmatic sur Twitter