Top 5 : les cracks de Football Manager 2023

Par dans

Des heures et des heures de jeu pour connaitre avant tout le monde le nom des prochaines stars du foot mondial, telle est la vie des joueurs de FM. Et cette année encore, il y a du potentiel Ballon d'Or. La preuve.

sdfsf

Alberto Moleiro (Las Palmas)

Las Palmas n'a pas formé QUE Pedri. Le club espagnol est aussi à l'origine de l'un des meilleurs milieux de FM : Moleiro. 18 ans à peine au début du jeu, et un potentiel incroyable. Il peut jouer dans l'axe ou à gauche mais croyez-nous, il sera performant quelle que soit sa position. Pour quelques millions, il peut être débauché de son club formateur et devenir le taulier de n'importe quelle écurie mondiale. Une aubaine. Signe qui ne trompe pas, toutes les grosses équipes européennes commencent à s'y intéresser "pour de vrai". Arsenal, Barcelone et même Marseille sont sur le coup. Sacré Pablo, décidément un vrai fan de Football Manager. 

Noni Madueke (PSV/Chelsea)

Oui, Chelsea vient de signer l'un des meilleurs joueurs du plus grand jeu vidéo de l'Histoire. L'Anglais du PSV est rapide, technique, souvent buteur et tout le temps décisif. Un jeune joueur qui peut transformer un club à lui tout seul. Le rêve de tout manager qui se respecte. Et le tout sans avoir besoin d'un permis de travail, ce qui est une denrée rare en Premier League. On attend de voir ce que l'international espoir donnera en réalité dans le club de Potter, mais si il est aussi bon que dans le jeu, ça va faire mal. Très mal. 

Nicolas Seiwald (RB Salzburg)

Le meilleur milieu défensif du jeu ? Sûrement. Parmi l'incroyable vivier du club autrichien, Nicolas Seiwald est probablement le talent le plus intéressant. D'une régularité impressionnante, il peut jouer 60 matchs dans la saison sans sourciller une seule seconde. Et contrairement à beaucoup d'autres joueurs, il est assez accessible financièrement lors de la première saison. Profitez-en rapidement, car l'Autrichien pourrait bien signer ailleurs cet hiver dans la réalité. Le Milan AC et Liverpool le suivent de très très près. Voilà qui risque de changer légèrement son prix en début de partie. Putain d'inflation. 

Andreas Schjelderup (Nordsjaelland/Benfica)

Les Portugais n'ont pas de cœur. Le but d'Eder, déjà. Mais ils ont fait pire il y a quelques jours. En signant Andreas Schjelderup (comme ça se prononce) pour 9M€ cet hiver, ils ont mis la main sur le plus gros talent du jeu. Tout simplement. On ne pourra donc plus recruter la petite pépite norvégienne de 18 ans pour deux bouts de pain dans n'importe quel club lors du tout premier jour de mercato. C'est fini. Il vaut désormais 25M€ et  fera probablement le bonheur du club lisboète, dans le jeu comme dans la vraie vie. Foutu mercato. 

Julien Duranville (Anderlecht)

Malgré un nom tout droit sorti d'OSS 117, Julien Duranville est un futur géant si l'on en croit le jeu. Ailier polyvalent de 16 ans aussi à l'aise sur l'aile gauche que sur l'aile droite, le joueur d'Anderlecht est la définition même du petit crack. Dans la vraie vie, le jeune belge fait ses classes dans les équipes B du RSCA. Dans le monde alternatif de FM, il devient un mélange de Quaresma, Bale ou Alphonso Davies. Un monstre, tout bonnement. On lui souhaite évidemment que cela se concrétise pour de vrai. Si c'est le cas, la Belgique pourrait enfin avoir une bonne étoile. 

Les pages à suivre

dfgdfg

ertertg

hteh

dfbhdh

dfhn,

ergzertzet


Freezze

World's Best Boss.

Suivez Freezze sur Twitter