Top 5 : Dans la Tête d’un Pro, le best-of

Par dans

Depuis sa création en 2010, Dans la Tête d'un Pro nous a offert un paquet de moments devenus cultes. Pour fêter le lancement de la nouvelle saison, on vous dresse notre best-of perso.

Bandeau
Vous le savez si vous avez suivi notre reportage en direct des derniers WSOP : l’été 2019 a été particulièrement fructueux pour le Team Winamax. Ça tombe bien, les caméras de Dans la Tête d’un Pro étaient aux premières loges pour immortaliser ces moments magiques. Cela ne sera donc pas vraiment un spoiler que de vous annoncer que le cru 2020 de DLTDP s'annonce exceptionnel, pile pour fêter les dix ans de votre série préférée.

En attendant le grand lancement lundi, jetons un coup d'oeil dans le rétro. Depuis sa naissance fin 2010 avec un épisode inaugural mettant en scène Antony Lellouche et Manuel Bevand, jusqu’à un dernier opus braqué sur Pierre Calamusa au PCA 2019, la série a accouché de grands moments de poker, avec les joueurs du Team Winamax en chefs d’orchestre. Mais DLTDP, ce n’est pas que des coups de cartes : ce sont aussi de beaux moments de vie en dehors des tables, qui vous permettent de découvrir l’envers du décor, et de suivre les pros du saut du lit jusqu'aux tables de Las Vegas (ou d'ailleurs). Et ça aussi, ça vaut le détour. Retour sur les cinq meilleures saisons de la série créée par les prolifiques cerveaux de R2D2.

PPT Cannes 2011 : Cuts pose les jalons

LacayC’est un temps que les grinders de moins de 20 ans ne peuvent pas connaître… mais peuvent revivre sur Dailymotion. En 2011, l’équipe de Dans La Tête d’un Pro se rend pour la première fois à Cannes pour filmer ce qui est à l'époque un évènement phare du poker français : le Partouche Poker Tour. Le générique actuel de la série n’existe pas encore, la bande-son deep house non plus, mais Michel Abécassis est déjà là pour introduire sur un rythme roots ce PPT qui annonce une série de sept épisodes à la cool sous le soleil de la Croisette. Mais mis à part quelques scènes tournées sur les plages cannoises, cette série, la première à proposer plusieurs épisodes sur un même tournoi, sera déroulée tambour battant, et sera le théâtre d'autres grandes premières...

Premiers de cordée ? Vikash Dhorasoo et Ludovic Lacay. On retient en premier lieu qu'outre son talent cartes en mains, Sir Cuts restera comme le joueur qui a véritablement instauré la marque de fabrique des vidéos DLTDP, avec des commentaires avisés et abondants à chaque main jouée ainsi que des thinking process évolués tant techniquement que mentalement. Ludo livre vraiment tout ce qui lui passe par la tête, et se confie même en dehors des tables : s’il a la chance de faire partie d’une équipe, on comprend que le jeune pro n’en reste pas moins préoccupé par la solitude du joueur de poker. On n’oublie pas les séances de running régulières de Ludo sur la Croisette, à une époque où l’importance de la préparation physique n’était pas encore ancrée chez nombre de joueurs pros. Enfin, c’est la première fois qu’un pro Winamax était filmé par DLTDP en table télévisée d’un tournoi majeur. Finalement, Ludo terminera 11e de ce Main Event PPT (éliminé par un célèbre Italien qui ne savait pas encore qu'il rejoindrait le Team six ans plus tard !), mais l’essentiel est ailleurs…

DhoirasooUne semaine plus tôt, Vikash Dhorasoo ouvrait le bal, pour ce qui fut son dernier tournoi en tant que pro du Team Winamax. Le coach de l'équipe Stéphane Matheu est déjà là pour encadrer ses ouailles… Une belle entrée en matière pour la série cannoise, Vikash croisant le fer avec quelques stars montantes comme Jake Cody et Byron Kaverman, sans oublier de bons réguliers français : il perd notamment un coup épique contre Jean-Noël Thorel.

Après l’élimination du footeux, c’est le bad boy du Team W Ludovic Lacay qui prend le relais pour l’épisode 2, qui coïncide avec le Day 2 du Main Event. Dès les premières mains, Sir Cuts est opposé à Ilan Boujenah, qu’il retrouvera trois épisodes plus tard pour le Day 4. Entretemps, le beau gosse joue à la même table que son coéquipier Manuel Bevand, l’occasion de voir deux Pros Winamax s’affronter dans une partie filmée.

Au niveau poker, cette serie restera surtout marquée par un épisode 5 homérique (ci-dessous) : Ilan Boujenah réussit un très gros fold quand Ludo détenait un full max touché river, et on assiste aux premières loges à l’éclatement de la bulle du tournoi (là aussi, une première pour DLTDP), sans oublier le pro espagnol Juan Maceiras qui s'empale sur une quinte providentielle chez Cuts. Pour ne rien arranger, ce dernier bataille à une table difficile avec le futur vainqueur EPT Frederik Jensen, Juha Helppi ou encore l'un des Local Heroes Winamax de l’époque, Paul Pirès-Trigo. 

Le dernier épisode sera lui très instructif : Ludo, tombé short-stack, détaille quelques concepts techniques pas encore très connus du grand public, comme le resteal et la fold equity.

Les 7 épisodes tournés sur le PPT 2011
Épisode 1 - Épisode 2 - Épisode 3 - Épisode 4 - Épisode 5 - Épisode 6 - Épisode 7

Patrick Bruel, WSOP 2014 : le Boss en action

BruelImaginez un joueur de poker lambda, biberonné aux retransmissions du WPT commentées par Patrick Bruel dans la seconde moitié des années 2000. Imaginez-le apprenant de l’idole l’art du continuation bet, à une époque où les ressources techniques étaient encore limitées - car oui, écouter Patrick parler poker était une vraie source d’inspiration au moment de l’explosion mondiale de notre jeu préféré. Pensez maintenant à la réaction de ce joueur, qui a bien progressé quelques années plus tard, et voit que son mentor a été filmé en train de jouer les WSOP par les caméras de Dans La Tête d’un Pro… Il y a de quoi s'enthousiasmer, non ? Et outre le fait d’observer Patrick en action, il s’agit alors d’une exclu mondiale : c’est la première fois que des caméras de DLTDP sont autorisées à tourner aux tables des Championnats du monde. Autant dire que notre joueur n'a pas dû traîner pour se jeter sur les premières vidéos !

Quelques mois plus tôt, Patrick avait entériné un retour fracassant sur le circuit des gros tournois live, finissant 3e du WPT L.A Poker Classic pour un gain de 330 000 $. Une perf’ déjà commentée par quelques médias généralistes, suivie par une finale sur un beau Side Event de l’EPT Grand Final à Monte-Carlo. Les WSOP 2014 sont donc l’occasion parfaite de surfer sur la vague d’un Patrick Bruel retrouvé aux yeux du public poker, et de faire rayonner la série au-delà de la communauté des joueurs.

Et les fans de tous horizons ne seront pas déçus. Dès les premières mains, Patrick nous sort de son chapeau un move à lui : le blocking call, qui fera rapidement le buzz dans la communauté. Au cours de ses trois épisodes, le détenteur du 3e bracelet WSOP français – gagné en 1998 - joue avec le sourire une partition de joueur live parfois peu conventionnelle à l’époque où la grande majorité de ses coéquipiers au sein du Team Winamax sont issus du poker online. Opposé à quelques fines lames du poker mondial dans un Six-Handed Championship à 10 000 $ particulièrement relevé, comme JC Tran ou Andrew Lichtenberger, Patrick prouve néanmoins que ses raisonnements sont loin d’être dépassés et affiche un visage confiant, sachant aussi faire preuve d'humilité concernant ses erreurs. Il se permet même de toucher deux carrés dans l’épisode 2… Éliminé, le boss du Team retentera sa chance le lendemain sur un 5 000 $ 8-Handed, où il retrouvera un vieil adversaire, Mark Teltscher. Malgré quelques bluffs bien menés, le succès ne sera pas au rendez-vous. Pas grave, le spectacle l'était.

Le passage de P14B sous l'oeil des caméras autour d'une table de poker agira comme un vrai coup de boost pour la popularité de Dans La Tête d’un Pro aux yeux du grand public, qui découvre alors que les joueurs de poker ne sont pas simplement des gambleurs comptant uniquement sur la chance pour gagner leur partie...

Les 3 épisodes de P14B
Épisode 1 - Épisode 2 - Épisode 3

Davidi Kitai, WSOP 2016 : le Génie en marche

KitaiDavidi Kitai, on le sait, est un joueur à part. Ses analyses sont souvent différentes de celle de ses congénères, et toujours extrêmement intéressantes. Rien d’étonnant à ce que les épisodes de Dans la Tête d'un Pro tournés avec le Belge en vedette soient aussi passionnants les uns que les autres… D’ailleurs, le plus ancien membre du Team Winamax fut l’un des premiers à se prêter au jeu, lors de l’EPT Barcelone 2012. Depuis, le Génie a été suivi à trois reprises par nos caméras, et aura à chaque fois donné du grain à moudre aux viewers… Cependant, une série sort du lot.

Nous sommes au beau milieu WSOP 2016. Après six épisodes passés dans la tête de son coéquipier Sylvain Loosli, les caméras se tournent vers Davidi, qui se lance à l’assaut du 10 000 $ Short-Handed en compagnie de son acolyte des tournois Highrollers. Dès le premier épisode, Caroline, la compagne de Dav', fait son apparition, suivant partout son Génie de compagnon. Elle gagnera plus tard le surnom de "Kitbulette"... Durant le Day 1 du tournoi, qui s'étale sur les quatres premiers épisodes, le Belge fait étalage de sa science des tells, et fait honneur à sa réputation de "tankeur" fou (comprenez que Dav' réfléchit longtemps pour prendre ses grosses décisions). Il finit la journée avec presque le double du tapis de départ.

Lors du Day 2, débuté à une table qu'il qualifie de difficile, notre spécialiste des hero calls nous gratifie d'un hero fold dès les premières minutes de l'épisode 5, alors que la bulle approche. Une bulle interminable, longue de plus de trois heures, durant laquelle Kitbul nous fera vibrer en s'offrant un beau double up, avant de redonner les jetons gagnés avec deux Rois craqués par un improbable 4-2 dépareillés... Une fois dans l'argent, Dav' connaitra un petit passage à vide, parvenant tout de même à atteindre le Day 3.

Les cinq derniers épisodes sont d'ailleurs consacrés à la dernière journée de ce tournoi, commencée avec 21 joueurs restants. Prenant souvent le dessus contre des joueurs du calibre de Paul Volpe ou Nick Petrangelo, le Belge s'offre le scalp de Vanessa Selbst dans l'épisode 10. En plein rush, Davidi entame la dernière table à sept joueurs au top de sa forme, et prend le statut de chipleader pour la finale à six. Dans l'épisode 11, on le voit d'ailleurs en profiter pour mettre la pression sur ses adversaires et jouer l'ICM. On apprend que le Belge a aussi une pizzeria fétiche à Las Vegas, où il ne va manger que lorsqu'il atteint une table finale ! Il réussira un autre gros fold contre Martin Kozlov (à partir de 20"48).

Avec 4 joueurs encore en course, le douzième et dernier épisode met en scène la sortie de Davidi. Le moment le plus fort restera sans doute la dernière main jouée par Dav' dans ce tournoi, ou muni d'une paire de 6, il décide de jouer son va-tout après une analyse pointue. Il termine finalement deuxième à l'issue d'un improbable 3-way all-in...

Kitai
Durant toute la série, et contre des joueurs au profil variés, Davidi aura montré son obstination à établir un profiling efficace de ses adversaires, et livré des analyses captivantes. Au bout du compte ? La plus longue et peut-être la meilleure série de vidéos actuelle estampillée Dans La Tête d’un Pro (pour l’instant…). Il faut dire qu'il s'agit de la seule série ayant filmé un pro du Team depuis la première main de son tournoi jusqu'au podium. On vous fait une petite confidence : du Davidi en action à Las Vegas, on va vous en redonner très bientôt...

Les 12 travaux de Davidi lors des WSOP 2016
Épisode 1 - Épisode 2 - Épisode 3 - Épisode 4 - Épisode 5 - Épisode 6 

Épisode 7Épisode 8 - Épisode 9 - Épisode 10Épisode 11Épisode 12

Adrián Mateos, PSC Prague 2017 : le numéro 1 au scanner

MateosNovembre 2017. Adrián Mateos Diaz vient d’intégrer le Team Winamax. Toujours en déplacement aux quatre coins de la planète pour jouer les plus beaux tournois, l’Espagnol, en pleine forme après une grosse série de perfs’ sur les Highrollers de Las Vegas, décide de faire escale à Prague pour jouer le PokerStars Championship (qui redeviendra l'année suivante l'EPT Prague). L’occasion est trop belle pour les caméras de Dans La Tête d’un Pro, qui s’attelent ainsi à suivre pour la première fois un joueur non-francophone pour la série. D'autant que nous venions d'apprendre que le Madrilène venait tout juste d'accéder à la place de numéro 1 mondial au classement GPI.

Durant deux épisodes, Adrián s’exprime ainsi en Espagnol. Une aubaine pour les fans ibériques, alors que Winamax prépare l'arrivée de ses tables online sur le marché espagnol. Mais une complication à gérer pour l’équipe technique : il va falloir sous-titrer en Français l’ensemble des vidéos pour le public tricolore, là aussi une grande première pour la série. Résultat ? Plus de 900 000 vues pour l'épisode 1 sur Youtube par exemple (au 1er février 2020) ! Oui, le buzz est fait de l'autre côté des Pyrénées...

Mais au-delà de ces nouveautés, ces deux épisodes sont surtout l’occasion d’entrer dans la tête de l’un des meilleurs joueurs du moment. On découvre ainsi un monde de mains polarisées où les grosses mises sont la norme et où la peur d'envoyer les jetons au milieu n’existe pas : le Madrilène n’hésite jamais à appliquer le maximum de pression sur ses adversaires dans un tournoi au buy-in de 5 300 € tout de même (on vous recommande ci-dessous un petit 5-bet all-in plutôt light à 17’53'', dès le début de son Day 1).

On le verra également en action dans un spot compliqué contre un autre joueur professionnel avec deux Dames lors de l’épisode 2 (rendez-vous à 22’51''), ou encore défendre une main marginale, 23, avec un tapis de 10 blindes (vous imaginez bien que cette décision n’est pas prise au hasard).

Bref, la routine pour un grinder ne vivant que pour le poker, et dont le professionnalisme exacerbé en dehors des tables pour devenir un meilleur joueur n’est plus à démontrer. Plus tôt dans l’épisode 2, on capte même le fan de l’Atletico Madrid discuter football et croiser le fer avec un joueur ne portant alors aucun logo mais qui deviendra son coéquipier chez Winamax quelques mois plus tard : un certain João Vieira

Les deux épisodes d'Adrián à Prague
Épisode 1 - Épisode 2

Pierre Calamusa, PCA 2019 : que d'émotions !

CalamusaDepuis son arrivée au sein du Team Winamax en 2017, Pierre Calamusa a été filmé à deux reprises par les équipes de Dans la Tête d’un Pro. Et clairement, les réalisateurs de R2D2 (la boite de production de la série) ne se sont pas trompés d’objectif, LeVietF0u offrant deux prestations de haut vol. Si son déplacement au PSC Prague 2017 restera comme un très bon moment, avec un deeprun agrémenté de quelques coups d’anthologie (on vous conseille notamment un 2-barrel bluff avec hauteur 8 à 22'06'' dans l'épisode 7), son parcours à la PokerStars Caribbean Adventure 2019 a encore davantage marqué les esprits. Car Pierre, on le connait : malgré les bonnes résolutions affichées à chaque nouveau tournoi, le Grenoblois se laisse parfois rattraper par les démons du spew. Et ce PCA Bahamas, lieu mythique du circuit live où Winamax avait décidé de filmer pour la première fois ses joueurs en action, en est une excellente démonstration.

Après les éliminations d’Ivan Deyra, Adrien Delmas et João Vieira (filmés durant les Days 1, et le début du Day 2 pour le Portugais), c’est Pierre qui prend le relais au milieu du Day 2 avec 105 joueurs restants, alors qu’il est assis à côté de son coéquipier Kool Shen. À ce moment, Pierre marche sur l’eau : figurant parmi les chipleaders du tournoi après avoir écrasé la bulle, celui qui joue son premier PCA est "focus" et déroule son meilleur poker, montrant l’étendue de son immense talent (témoin ce super hero call à 39'38'' contre Sam Greenwood dans l’épisode 1), bien aidé par des cartes favorables.

À l’heure des debriefings avec le coach Steph' Matheu, on devine l'assurance de Pierrot, dont les analyses concernant le déroulement d'un tournoi de poker sont une vraie mine d’or. Mais le Jour 3 est une lente descente aux enfers, le pro W sombrant petit à petit dans les profondeurs du classement, perdant toute confiance en lui, déviant de sa stratégie et sentant le tilt l'envahir au fur et à mesure. Finalement, Pierre craque au pire moment lors de l’épisode 4 (ci-dessous), alors que les gros sous approchent et que l’opportunité de gagner son premier grand titre est plus proche : après un gros bluff manqué contre le reg' Highroller Matthias Eibinger (à 17'13''), Pierre sort en 25e place sur un coup un peu borderline…

Mais plus encore que ses derniers coups de poker, on est touchés par la détresse d'un Pierre en perdition au moment de revenir sur son bluff avec le coach dans les minutes suivantes. Conscient d’avoir reproduit ses erreurs passées, il semble déboussolé, et on se sent aussi déçu que lui en observant son désespoir. C’est la première fois qu’un membre du Team confie pleinement ses doutes sous l’œil des caméras de DLTDP, avec autant de sincérité. On espère que pour sa prochaine série, on verra plutôt Pierre soulever un trophée…

L'intégralité des 4 épisodes :
Épisode 1 - Épisode 2 - Épisode 3 - Épisode 4

BONUS : deux pros pour le prix d'un !

Toujours plus loin ! Si DLTDP ne met en scène qu’un seul joueur du Team W, la vie d’un tournoi de poker fait que ces derniers se retrouvent parfois à la même table. Une idée simple mais géniale a donc germé dans le cerveau des équipes de R2D2, après avoir filmé un coup funky opposant Davidi Kitai et Mustapha Kanit dans une série réservée au Belge : pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour entrer également dans la tête de l’Italien ?

Résultat : après l’analyse de Davidi, on rembobine, et les internautes peuvent ainsi connaitre les pensées de son adversaire au même moment ! Une façon de voir comment deux joueurs de haut niveau, habitués à s'affronter, réfléchissent dans une main jouée entre eux, ou encore comment ils jouent sur leur image perçue en fonction des ranges de leur opposant… tout cela pour une main qui se termine par un call hauteur Dame de l'Italien ! Bref, une occasion unique de confronter deux points de vue différents avec les protagonistes d'une même main. Vous avez dit intéressant ?

Diaz-LewisCette première vidéo sera suivi de deux autres opposant Romain Lewis à Guillaume Diaz, à la suite d'une série consacrée à Romain Lewis pendant les WSOP 2018. Le Bordelais est assis entre Volatar et un troisième membre du Team, Patrick Bruel. Là encore, on joue au petit jeu du "je sais que tu sais que je sais…" entre les deux jeunes colocataires, qui se connaissent par cœur… On espère que l'expérience sera amenée à se renouveler !

Dans la Tête de DEUX Pros
Avec Mustapha Kanit et Davidi Kitai - Avec Romain Lewis et Guillaume Diaz : (1/2) - (2/2)

Si on avait fait un Top 10…

Évidemment, il nous a fallu faire des choix pour constituer ce Top 5, et d’autres séries de vidéos Dans la Tête d'un Pro tout aussi passionnantes auraient pu s'y faire une place.

Kool-ShenEn premier lieu, on a pensé au titre de Kool Shen lors du Main Event Sismix 2016 : Bruno est le seul joueur du Team dont les caméras ont pu suivre le deeprun jusqu’au bout (enfin, pour l’instant…). Cerise sur le gâteau, ça se passe sur un événement live Winamax ! Trois épisodes pour un titre d’envergure, le tout dans l’ambiance déjantée du SISMIX époque Marrakech… Que du bonheur.

Kool Shen au Sismix 2016 : épisodes 1 - 2 - 3

On a songé aussi au deeprun d’Ivan Deyra lors des WSOP 2017 : en seulement deux épisodes, ValueMerguez est parvenu à nous livrer quelques mains d’anthologie. On se souvient encore de ses deux Paires d’As jouées à quelques minutes d’intervalles (épisode 2, à partir de 10'28''), dans des mains sujettes à discussion chez les grinders…

Ivan Deyra aux WSOP 2017 : épisodes 1 - 2

Sinon, si on vous a sélectionné le tournoi de Pierre Calamusa sur le Main Event du PCA 2019, on aurait également pu choisir les trois épisodes consacrés à João Vieira, auteur d’une véritable démonstration de jeu shortstack et dont vous avez pu entrevoir la discipline sans faille dans sa vie quotidienne. Un exemple pour tous les joueurs de poker.

VieiraJoão Vieira au PCA 2019 : épisodes 1 - 2 - 3

On avait aussi coché Sylvain Loosli, héros de trois séries tournées aux WSOP durant ses six années passées au sein du Team Winamax. Parmi elles, on retient particulièrement sa prestation sur le 5 000 $ 6-Max en 2016, où en spécialiste du cash-game il manie avec maestria un tapis conséquent : gros pots et jolis bluffs au programme.

Sylvain Loosli aux WSOP 2016 : épisodes 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6

Enfin, on s’est souvenu de la longue série consacrée à Guillaume Diaz aux WSOP 2018. De longues journées réparties en deux tournois, depuis sa première main dans le Monster Stack à 1 500 $ (achevé à la 56e place sur 6 260 entrées), suivi par la fin de son 5 000 $ 6-Handed, terminé à une belle mais frustrante 14e place sur un field de plus de 600 entrées. L’occasion de voir un Volatar encore plus mûr et plus affûté que lors de sa première vidéo en 2014.

Guillaume Diaz aux WSOP 2018 : épisodes 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10

D'autres membres du Team ont aussi eu le droit aux honneurs de la série, comme Antony Lellouche et Manuel Bevand à l'EPT Vienne 2010 (pour le tout premier épisode de DLTDP, ManuB ayant aussi été filmé à l'EPT Prague 2013), ainsi que les filles de l'équipe, Gaëlle Baumann (WSOP 2017 et SISMIX 2016) et Leo Margets (MILLIONS Barcelone 2018). On n'oublie pas Nicolas Levi au WPT Marrakech 2010, Michel Abécassis aux WSOP 2015, Ludovic Riehl à l'EPT Deauville 2012... À retrouver sur notre page dédiée...

Tous les épisodes de Dans La Tête d’un Pro

Et vous, c'est quoi votre épisode préféré ? Réagissez sur nos réseaux sociaux et le forum Wam-Poker !

Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker