Mike Sexton, ambassadeur pour l'éternité

Par dans

L'un des plus grands porte-drapeaux du poker est décédé ce dimanche, à l'âge de 72 ans. Hommage.

Mike-Partypoker

"Welcome to the World Poker Tour !" Si vous avez attrapé le virus du poker, nul doute que vous avez déjà entendu cette intro on ne peut plus classique à de nombreuses reprises, la pression montant dans votre cœur de fan assis dans votre canapé. Et surtout, nul doute que la voix enjouée qui la prononçait vous était, comme tout joueur de Texas Hold'em bercé aux retransmissions du WPT, devenue familière. Cette voix reconnaissable entre mille, c'était celle de Mike Sexton, commentateur vedette du célèbre circuit durant 15 saisons. Malheureusement, nous n'aurons plus le bonheur de l'entendre narrer avec enthousiasme les derniers coups de génie des jeunes cracks ou les blows-up de nos stars préférées, lui dont le calme à une table de poker a été loué par le roi du trash-talk Phil Hellmuth : Mike s'est éteint à 72 ans ce dimanche 6 septembre des suites d'un cancer de la prostate, rejoignant au ciel son frère Tom vaincu également par la maladie en 2013.

Un frère qui était aussi son meilleur ami, avec qui il avait appris de ses parents la danse de salon lors de son enfance dans l'Indiana. Puis Mike découvrit le poker dès ses 13 ans. Une passion qui façonnera toute sa vie, et qui ne l'avait pas quitté près de 60 ans plus tard. Au crépuscule de son existence, "The Ambassador of Poker" aura vécu 72 années bien remplies - c'est un euphémisme -, toujours avec le poker en toile de fond.

Car si on avait gratifié Mike de ce surnom un peu pompeux, ce n'est pas par hasard : excepté quelques joueurs icôniques comme Daniel Negreanu, personne n'a mieux représenté que lui notre jeu préféré depuis l'avènement de sa version télévisée. Il est ainsi devenu l'une des égéries d'un circuit qui a contribué à populariser le poker au début des années 2000, le World Poker Tour, et ce sans même avoir besoin de s'asseoir à la table. Accompagné de son acolyte Vince van Patten aux commentaires, Mike savait raconter avec une ferveur non dissimulée les coups de folie et magnifier les vainqueurs mieux que personne, qu'il s'agisse d'un énième titre pour une des stars du poker ou du one time d'un chanceux amateur. D'ailleurs, celui qui fut très proche de Stu Ungar durant ses années fastes comme ses années creuses reste à l'origine d'une des meilleures biographies de joueur jamais écrites sur son ami, Joueur-né (par Peter Alston et Nolan Dalla), avant de publier son propre ouvrage, Life's a gamble, en 2016.

Sexton-vainqueurWPT
Mike Sexton lors de sa victoire au WPT Montréal 2016. Juste à sa droite sur la photo, Vince van Patten

Car quand il s'agissait de parler poker, Mike était un interlocuteur on ne peut plus crédible, ayant assisté et participé aux premières loges à l'essor de notre jeu préféré dans de nombreux domaines. Avant que sa voix ne résonne dans les télés américaines et les ordinateurs du monde entier, il fut notamment un grand joueur de poker, titré sur les WSOP dès les années 80 et vainqueur bien longtemps après sur le WPT (à Montréal en 2016), circuit qu'il n'a pu jouer pendant longtemps, trop occupé à le commenter. Au rayon des bons souvenirs, on ne se lassera jamais de le revoir martyriser Mike Matusow lors d'un de ses titres les plus prestigieux, le Tournament of Champions des WSOP 2006, lui qui aura amassé 6 708 146 $ en tournois live en près de 40 ans de carrière aux tables.

Mais Mike Sexton était aussi un homme de l'ombre, et a également été décisif dans la naissance du poker en ligne : on sait moins qu'il a grandement aidé le démarrage du premier gros site online planétaire, partyPoker, en partant vivre en Inde pour diriger l'équipe de développement de la première version du logiciel au début des années 2000. A l'époque, tout s'est fait grâce à son expérience, ses inputs. Il deviendra par la suite président de partyPoker en 2017... Ce n'était donc pas qu'un joueur old school : visionnaire, Mike a vite compris que l'avenir du poker s'écrirait aussi en dehors des casinos. Bref, il s'imposa comme un véritable pionnier dans le développement de notre jeu préféré, sachant vivre avec son temps et contribuant grandement à construire le poker moderne.

Il y a un peu plus d'un an encore, nous avions eu l'honneur de l'interviewer pour Winamax : son nom avait fait consensus quand il avait fallu se mettre d'accord sur la personnalité à questionner. Encore une preuve de son universalité : plus qu'une marque, un circuit ou des joueurs, Mike représente le poker dans son ensemble. Au moment de composer son numéro, c'est peut dire que l'excitation s'était faite sentir pour votre serviteur : et une fois entendue sa voix finalement déjà apprivoisée, je me suis rapidement rendu compte que j'avais une vraie légende à l'autre bout du fil...

Matusow-Sexton
Mike Matusow et Mike Sexton en action au WPT Bay 101 Shooting Stars en 2011

Si nous avions choisi Mike, c'est aussi parce qu'il entretenait des liens étroits avec la France : dès les années 90, l'Américain prit ses quartiers à l'Aviation Club de France, entraînant une flopée de joueurs venus d'outre-Atlantique dans son sillage pour tâter les parties High-Stakes de la plus belle avenue du monde. Et en 2003, Paris devenait la première destination hors du continent américain visitée par le World Poker Tour, le tournoi offrant un premier titre WPT à David Benyamine, que Mike tenait en haute estime. Malheureusement, celui qui a suivi le WPT aux quatre coins de la planète - et dont le nom a été récemment apposé à la WPT Champions Cup - n'aura pu assister au renouveau des cercles parisiens, devenus clubs de jeux, lui qui aurait été sûrement ravi de monter à nouveau les marches du 104 avenue des Champs-Elysées (devenu Club Barrière) ou de poser ses guêtres au nouveau Club Pierre Charron, où officie désormais son ami Bruno Fitoussi.

Mais la plus belle réussite de Mike aura certainement été la naissance de son premier enfant, son fils Ty, né en 2008 de sa troisième femme Karen. L'année suivante, Mike sera intronisé au Poker Hall of Fame, histoire d'entrer une bonne fois pour toute dans la légende. Charismatique et généreux comme peu de joueurs l'ont été, sa sympathie manquera beaucoup au poker, dont il aura sans cesse porté la voix au plus haut. Sa voix à lui restera éternelle. "Bye, fellow."

Sexton
Rootsah et Benjo

Source : Poker Central
Photos : WPT