Le pire mercato... du Real Madrid

Par dans

Cet été, Winamax revient sur les pires mercatos des clubs européens. Aujourd'hui : le Real Madrid saison 2004-2005.

Quatrième de la Liga 2003 remportée par le FC Valence de Pablo Aimar, le Real Madrid a besoin de sang neuf. Michael Owen, Walter Samuel, Jonathan Woodgate, Thomas Gravesen. Les quatre recrues de la saison 2004-2005 coûtèrent 60 millions d’euros, une sacrée somme pour l’époque. 

 Walter Samuel (Roma) : 25 M€.

Jonathan Woodgate (Newcastle) : 18 M€.

Michael Owen (Liverpool) : 12 M€.

Thomas Gravesen (Everton) : 3,5 M€.

owen Michael Owen

A 18 ans, Michael Owen brillait contre l’Argentine durant la Coupe du monde 1998. Ballon d’Or 2001 avec Liverpool, il perd de son éclat en rejoignant le Real Madrid à l’été 2004. La concurrence de Raul et de Ronaldo le pousse sur le banc. Son apport statistique (seize buts toutes compétitions confondues) cache beaucoup de matchs décevants. Il n’est plus un top player, ce que confirme sa signature, en 2005, à Newcastle.

samuel Walter Samuel

La greffe n’a jamais pris pour celui qui était considéré comme l’un des meilleurs défenseurs centraux du monde. Lors de la défaite (1-0) contre l’Espanyol, l’Argentin Walter Samuel est expulsé et Owen remplacé à l’heure de jeu par Morientes. À son retour de suspension, le défenseur argentin s’incline encore à Bilbao (2-1) puis la semaine suivante contre La Corogne, à domicile. Son début de saison est un cauchemar. Il ne s’en relèvera pas. S’il marque le 3 000e but du club à domicile en Liga, il plie bagage en fin de saison à l’Inter, où il gagnera cinq ans plus tard la Ligue des Champions.

woodgate Jonathan Woodgate

Présenté à l’époque comme un futur grand, Jonathan Woodgate fut acheté 18 millions d’euros à Newcastle. Le Real aurait dû se méfier : l’international anglais, connu pour ses blessures à répétition, reste sur deux saisons tronquées. Il doit attendre le 22 septembre pour débuter… et être expulsé contre Bilbao. Barré par Helguera, Pavon et Samuel, il ne disputera que neuf matchs au Real.

gravesen Thomas Gravesen

La meilleure recrue des quatre. Arrivé en janvier 2005 en provenance d’Everton, le Danois comble un problème tactique : avec une doublette Raul-Ronaldo et Zidane-Beckham-Figo au milieu, plus personne ne défend, sinon l’Espagnol Albert Celades, trop léger pour succéder à Makelele. Gravesen est donc aligné milieu défensif plutôt qu’en box-to-box, son poste de prédilection. Sa saison est correcte. Lors de la suivante, il se fera remarquer en cassant une dent de Ronaldo à l’entraînement et en se bagarrant avec Robinho. Être l’ami des Brésiliens ? Il samba la race, Thomas.

La saison

Quand Vanderlei Luxemburgo rejoint le club, le 30 décembre, le Real possède sept points de retard sur son rival barcelonais. Le scepticisme règne : l’ex-sélectionneur du Brésil n’a jamais entraîné en Europe. Il signe pourtant une série de sept succès consécutifs, dont un retentissant 3-0 à l’extérieur contre l’Atletico. Le Real rattrape son retard mais finit la saison sur une deuxième place (80 points), à quatre longueurs du Barça, malgré un Clasico remporté 4-2 le 10 avril. Ce jour-là, pas de Samuel : Helguera et Pavon composent la défense centrale. Si Owen marque le quatrième but, la victoire tient surtout au talent de Zidane, auteur de l’ouverture du score. Raul, Ronaldo, Beckham, Zidane : au diable la tactique, Luxemburgo laisse ses artistes s’exprimer.

La magie a toutefois ses limites : en Ligue des Champions, les Madrilènes sombrent 3-0 à Leverkusen et laissent la première place de leur groupe aux Allemands. Ils tombent en huitième de finale (1-0, 0-2) face à une Juve bien mieux organisée. En Copa, c’est le Real Valladolid qui douche le Real (0-0, 1-1). Une saison sans trophées. Une saison manquée.

Les pages à suivre

twitter @WinamaxSport
 

facebook Winamax Sport
 

winamax  Pariez sur le sport


Maxime

Né en 1984 le jour d'une victoire 5-0 de l'équipe de France contre la Belgique, je prends depuis les années les unes après les autres sans me poser de question. Aime l'ASSE mais aussi le football.