Le Check-up : un call de numéro 1

Par dans

Quand Stephen Chidwick enfile sa tenue de combat sur le tournoi le plus cher de l’histoire, ses adversaires ne peuvent que constater les dégâts… Adrián Mateos analyse pour vous un call de très haut niveau.

Facebook CU Chidwick
Avec son tarif d'entrée dépassant le million de livres sterling (près de 1,2 million d'euros : c'est un record), le Triton Million de Londres défraye la chronique durant l'été 2019. L'innovation la plus intéressante de ce tournoi caritatif ? Ce sont les - riches - joueurs amateurs en lice qui décident qui sont les top players qui auront l'honneur de les plumer. Chacun des récréatifs dispose en effet d'une invitation qu'il doit lancer au pro de son choix. Alors tant qu'à faire, l'entrepreneur Alfred de Carolis opte pour un certain Stephen Chidwick : l'Anglais est à ce moment-là numéro 1 du classement GPI, s'étant imposé comme le joueur le plus performant sur les gros Highrollers du circuit, avec un niveau de jeu plus souvent que jamais stratosphérique. Et il va le prouver une fois de plus à l'occasion du tournoi le plus cher de l’histoire du poker, où il a (évidemment) réussi à atteindre la finale.

Il ne reste plus que sept joueurs en course dans cette épreuve qui en comptait 54 au départ : la finale a débuté. Pour les pros, l'essentiel est fait : nous sommes in the money. Le min-cash porte bien son nom, ayant été fixé à… 1,1M £.  Tous peuvent maintenant se concentrer sur le premier prix de 20 millions, le plus gros jamais distribué sur un tournoi de poker. Stephen Chidwick est dans le ventre mou avec une vingtaine de blindes à sa disposition, au contraire de Vivek Rajkumar, meilleur joueur indien de l’histoire en MTT live, qui navigue parmi les chipleaders avec plus de 90 blindes devant lui. C'est à ce moment que les deux grinders vont s’affronter dans un coup majuscule… Pour analyser cette rencontre au sommet, qui de mieux qu'un membre du Team Winamax les connaissant comme sa poche ? Pour un décryptage pointu de cette main qui ne l'est pas moins, nous appelons à la barre des témoins... Adrián Mateos.

Table 2

PRÉFLOP

Nous jouons aux blindes 100 000/200 000, BB Ante 200 000. Fort d’un stack de 18,5 millions, Vivek Rajkumar est le premier à relancer : 450 000 depuis le bouton, avec en main A8. Bill Perkins s'écarte du chemin en petite blinde, et Chidwick, muni de J5 et un tapis de 4,3 millions, hésite quelques instants avant de compléter sa BB.

L’analyse d’Amadi_17 : C'est assez standard. Le bouton, qui semble être le chipleader ou tout du moins l'un des gros stacks de la table, possède une main avec laquelle on peut relancer depuis cette position. Ensuite, il est plutôt normal de défendre sa grosse blinde avec un stack de 21,5 BB et une main comme J5. Jusqu'ici, rien à signaler donc.

FLOP : J94

Un flop plutôt dry... mais qui offre tout de même la top paire à l’Anglais. Ce dernier check. Avec sa hauteur, Vivek place un c-bet à 300 000, soit un quart du pot. Chidwick opte pour un simple call.

Amadi_17L’analyse d’Amadi_17 : Sur cette texture de board, Stephen doit probablement checker toute sa range. Vivek, lui, a une décision quelque peu difficile : il peut décider de miser petit (comme il l'a fait) où il peut checker. Je pense que je préfère checker ce combo la plupart du temps, mais l'espérance de gain des deux lines est similaire et les deux décisions me semblent bonnes. Chidwick choisit ensuite de check/call. Parfois, vous pouvez décider de check/raise, mais avec un kicker faible (comme ici), votre main se jouera mieux avec un C/C qu'un C/R.

TURN : J94 Q

Cette Dame n’impacte pas trop la main des deux joueurs : tout juste l’Indien vient-il de toucher un tirage de quinte ventrale. Une fois encore, Stephen laisse la parole à l’agresseur, et Vivek fait passer les enchères à 850 000 : presque la moitié du pot. Rapidement, l’Anglais avance les jetons demandés au milieu. Il lui reste désormais moins d’un pot size bet pour jouer la river…

L’analyse d’Amadi_17 : Avec cette Dame sur le turn, la range de Chidwick devient considérablement plus faible. Il doit donc checker car il ne doit quasiment pas avoir de range de donk-bet sur cette turn. Rajkumar doit prendre une décision assez close entre un check et une mise. Je pense qu'il faut souvent miser avec As-8, car la range de Chidwick est un peu cappée vers un Qx, en enlevant les Dames qui ont des tirages gutshots, comme Q-10 ou Q-8. Chidwick n'a pas non plus de Q-5, de Q-6.... qui sont des mains que Rajkumar pourrait avoir au bouton, et avec lesquelles il peut relancer et c-bet. Vivek décide de faire un sizing assez neutre, environ la moitié du pot. Une mise un peu petite à mon goût : je préfèrerais miser un peu plus gros ici. Cela place Chidwick devant la première décision difficile de la main : il possède la top paire au flop et son Valet est assez fort pour continuer. Il pourrait plutôt abandonner des 9 ou des 4 sans tirage gutshot. Tout ce qui est paire + gutshot/flush draw, double paire et au dessus, doit être payé chez Chidwick. Le Valet est trop fort pour se coucher contre une mise de la moitié du pot : c'est donc un call assez standard du côté de Stephen.

RIVER : J94 Q 6

Sur cette carte qui ne change absolument rien, Stephen Chidwick tapote la table : son troisième et dernier check. Rajkumar demande un compte du stack de l’Anglais et, après avoir utilisé un timebank (30 secondes de réflexion supplémentaire), décide d’aller au bout de son bluff en misant l'intégralité de son tapis. Des timebanks, Chidwick va en utiliser une flopée pour mener sa réflexion, les balancant un à un au milieu de la table avant de finalement se mettre d'accord avec lui-même. Il faut dire qu’on lui demande de jouer son tournoi (et pas n’importe lequel) avec une seconde paire… Finalement, le Britannique jette un jeton sur le tapis. C'est un call ! En voyant sa main, Rajkumar ne peut réprimer une moue admirative… Voilà ce qu’il en coûte de bluffer le numéro 1 mondial !

L’analyse d’Amadi_17 : La décision sur la river me semble plus compliquée. Chidwick check encore sur ce 6, ce qui me semble normal car il doit checker tout son éventail de mains et il lui reste un tapis équivalent à environ 80% du pot. Chez Rajkumar, le bluff au turn est bon car il lui permet de continuer à bluffer sur les rivières où un pique tombe. Mais quand c'est une blank comme ce 6, vous ne voulez pas bloquer les combos d'As de votre adversaire. Je pense donc que ce bluff sur la rivière n'est pas bon. Surtout que Vivek bloque aussi les mains les plus faibles de l'éventail de Chidwick, comme 9-8 ou J-8, c'est-à-dire les combos paire + gutshot les plus faibles. Non, ce combo A-8 ne me plaît décidément pas pour bluffer sur la rivière. J'aime bluffer d'autres types de combos comme K-5 suité d'une autre couleur, ou des mains possédant de meilleurs bloqueurs. Le bluff de Rajkumar me semble vraiment excessif. 

ChidwickDe son côté, Chidwick a une dernière décision difficile à prendre, même si son bluff-catcher est de bonne qualité. Il ne bloque pas les bluffs de l'adversaire, il ne bloque pas de K-x ou de 8-x, ni les piques... Honnêtement, même s'il peut sembler compliqué, c'est un call plutôt évident ! Ce qui peut faire pencher la balance vers le call, c'est le moment du tournoi, le fait que la bulle soit terminée... Si on était à la bulle, le call serait évidemment plus difficile, car il n'y a plus de notion d'ICM. Si c'est la table finale, le call me semble assez standard pour un tournoi Highroller. Le flop et le turn se jouent tout seuls : ce n'est qu'à la rivière que surviennent les décisions les plus difficiles. De plus, si Chidwick estime que Rajkumar est un adversaire agressif, il peut considérer qu'avec son avantage de jetons il pourra se montrer trop agressif, et donc rendre le call plus évident. D'ailleurs, je pense que Rajkumar a beaucoup de bluffs potentiels sur la river, comme tous les combos de 10-x (s'il ouvre large au bouton, il peut en posséder pas mal). Il peut aussi avoir beaucoup de K-x, incluant tous les combos dépareillés (K-2, K-3, K-4, etc), et s'il bluffe avec As-8, ici, cela montre qu'il en fait trop, et qu'il bluffe beaucoup. Pour toutes ces raisons, je pense que c'est un bon call. Peut-être difficile à ce moment du tournoi en question, mais d'un point de vue théorique, c'est un call assez clair.

LE VERDICT D'ADRIÁN MATEOS

Stephen Chidwick : 9/10

EV+
Théoriquement, Chidwick joue la main parfaitement. Et pourtant, c'est compliqué car il s'agit d'un tournoi très cher, c'est la table finale, et il y a de gros écarts sur l'échelle des gains. Mais Chidwick joue bien, et montre qu'il s'est préparé en étudiant la Game Theory Optimal avec des solveurs. Il est pleinement conscient du style de mains avec lesquelles il peut bluff-catch, et ce J5 est l'une d'entre elles.

Vivek Rajkumar : 4/10

Pourquoi pas
Avec son gros tapis, Rajkumar a essayé de mettre la pression sur son adversaire. Mais c'est un mauvais bluff d'un point de vue théorique, sauf s'il pense que c'est un spot dans lequel ses opposants vont se coucher trop souvent, notamment Chidwick. Dans ce cas, ce peut être une bonne idée. Personnellement, face à un excellent joueur comme Stephen, habitué à jouer des Highrollers, je ne le ferais pas. Peut-être que contre un joueur scared money ça pourrait marcher... mais là ce n'est pas le cas.

Rajkumar3Si cette main n’impactera pas le gros tapis de l’Indien, elle lui mettra visiblement un coup derrière la tête : celui qui était favori pour la victoire se contentera au final de la cinquième place, pour un gain de 3 000 000 £ tout de même - son record sur le circuit live. À l'opposé, Stephen Chidwick profitera de ce double-up pour quitter la zone short-stack et se repositionner dans la course au titre. Il terminera ce Triton Million au pied du podium pour un gain de 4 410 000 £, une somme qui reste à ce jour le plus gros cash de celui qui occupe la sixième place au classement All Time Money List. Ce qu’il ne faut pas faire pour encaisser des millions…

Et vous, auriez-vous payé sur la river ? Réagissez sur nos réseaux !

Tous nos Check-ups

Les pages à suivre

t in f wtv wtv wtv wtv