Winamax

Le Check-up : Big call sur le Big One

Par dans

Quand Jonathan Therme est dans la zone, ça donne l'un des plus beaux calls des WSOP 2023, et sur le Main Event s'il vous plaît. Au plus près de l'action, Davidi Kitai analyse pour vous ce coup de génie...

Créa Check-up Therme
Nous sommes au Day 5 du Main Event des WSOP 2023. La tension est à son comble. Il reste moins de 300 joueurs sur les 10 043 au départ, luttant sans relâche depuis des jours pour gagner le plus beau tournoi du monde. Un rêve qui se rapproche de plus en plus... mais un rêve qui peut prendre fin en un instant : une mauvaise décision, une seule, et vos efforts peuvent être réduits à néant. Tous les protagonistes en sont conscients. Mais si pour certains amateurs la pression de la sortie de route est écrasante, d’autres n’ont peur de rien, et surtout pas d’une élimination éventuelle : après tout, ça fait partie du jeu. C’est le cas pour l'un des joueurs français les plus réguliers de la dernière décennie : Jonathan Therme.

Il faut dire que le Bordelais, qui dispute son sixième Main Event, possède déjà une solide expérience sur le Big One. Et même s’il nous confiait avec ironie qu’il n’avait jamais dépassé le Day 3 avant cette édition 2023, il sait néanmoins que les grandes victoires sur un tournoi de poker se construisent aussi grâce à de grandes décisions. Une maxime dont le détenteur d’un bracelet WSOP Online va faire une éclatante démonstration au milieu du Day 5 : jouant sa survie, "Travala.com" va nous gratifier d’un call qui restera comme l’un, si ce n’est le plus beau call du tournoi, entrant comme dans un moulin dans la tête du pauvre Anthony Kennedy.

Et vous le savez, le Team Winamax compte en son sein l’un des meilleurs spécialistes mondiaux en terme de hero calls : Davidi Kitai. Cerise sur le gâteau, "Kitbul" était assis à la table durant ce coup d’anthologie ! On ne pouvait donc pas manquer l’occasion de lui demander un décryptage de cette main dans un nouveau Check-up.

Table Check-up

L'action se situe, vous l'aurez compris, au Day 5 du Main Event des WSOP 2023. Il reste environ 280 joueurs en course, et si le tournoi est déjà bien avancé, le titre de Champion du Monde est encore loin. Jonathan Therme possède 1,24 million de jetons, soit une grosse trentaine de blindes, tandis que son adversaire Anthony Kennedy le couvre, et que Davidi Kitai est donc l'un de ses voisins de table. Autant dire qu’il ne faut pas se tromper d’adversaire pour "John"...

L’analyse de Davidi Kitai : cette main est super intéressante, et j’ai eu la chance d’avoir été à table pour mieux la comprendre. Nous sommes au Day 5 du Main Event : la pression est énorme au vu de l’importance des enjeux. Nous avons joué un niveau et demi, soit trois heures, à la table de ce joueur anglais, Anthony Kennedy. La clef de la main est justement le profiling de ce joueur : il était agressif, un pur joueur de live. Jusqu’ici, il avait fait un ou deux spews (il a limp/shove en bataille de blindes 35 BB effectives avec 8-2 dépareillé), envoyé son tapis pour trois fois le montant du pot au flop ou au turn en montrant top pair... Grosso modo un style agressif donc, et un joueur dangereux pour un Day 5 de Main Event, car il n’a pas l’air d’avoir peur.

KitaiPRÉFLOP

En position UTG+1, Jonathan Therme relance à 80 000. Anthony Kennedy paye au Hi-jack et la Small blind complète. Ils sont donc trois joueurs pour aller voir le flop.

L’analyse de Davidi Kitai : John relance pour 2 BB avec un stack de 32 blindes, muni de As-Dame dépareillé. Sa relance est super standard, car AQo est une main forte. Le call du Hi-jack avec As-Valet dépareillé est tout à fait correct également. Personnellement, j’aime bien utiliser cette main pour surrelancer, surtout face à un joueur agressif qui a un tapis autour des 30 BB. Si on se fait 4-bet, on a un fold facile, et on garde le lead sur la main. Je préfère flat-call avec mes As-Valet suités, mais ce n’est certainement pas une erreur de call.

FLOP : 249

Un baby flop qui n’arrange pas nos deux larrons, munis de broadways. Jonathan décide de ne pas effectuer de continuation-bet, et laisse la parole à Anthony, qui mise 150 000. La Small blind passe, et le Bordelais s’aligne avec sa hauteur As.

L’analyse de Davidi Kitai : John check/call une mise de la moitié du pot. Vu qu’il a un vrai avantage de range, faire un c-bet est tout à fait acceptable. Mais étant donné que notre adversaire est agressif et ne fold pas beaucoup, check/call est bien pour exploiter ce profil. Kennedy risque de miser toute sa range : des mains qui nous battent comme des pocket paires ou quelques top paires, des tirages couleurs... mais surtout beaucoup de combos qui n'ont pas touché sur ce flop, et qui sont des mains qu’on peut souvent dominer (des moins bons As ou Dames). C'est donc une bonne chose de garder ces mains dans sa range. Il est évidemment plus confortable de trap avec une over pair, mais John se fait confiance sur ses reads futurs, face à un joueur qu’il a pu bien observer.

Therme
TURN : 249 3

Le turn améliore un poil la main de Therme, qui reste dans sa line en tapotant la table. Kennedy envoie le deuxième barrel, pour 260 000 cette fois. Le Français ne croit toujours pas l’Anglais et décide de payer à nouveau.

L’analyse de Davidi Kitai : Kennedy mise la moitié du pot, et on a vu auparavant qu'il avait tendance à surprotéger ses mains. Hors ici, il y a deux tirages couleurs, et on pourrait penser qu’il aurait misé plus cher avec du bon jeu. Il pourrait éventuellement choisir ce sizing avec une main comme top pair + tirage couleur, ou un jeu fait qui voudra check-back la river, comme une pocket paire moyenne (du genre 77 ou 88) ou une top pair (T9s, J9s). On peut aussi garder dans sa range des combos de jeux très forts comme un brelan, et éventuellement les quatre combos d’A5s (voire de 56s) qui voudront maximiser la value. Connaissant l’agressivité du joueur, il lui reste aussi des purs bluffs dans sa range, qui se sentent obligés de persister dans l’histoire qu’ils veulent raconter. Avec la plupart des tirages couleurs, même s’il pourrait y en avoir quelques-uns, je ne l’imagine pas utiliser souvent ce sizing : vu son historique, il risque de faire tapis en utilisant un gros overbet assez souvent, ou bien de check-back. Mais il aurait trop peur de se prendre un check/raise à tapis et de ne pas pouvoir assumer avec son tirage. John a quand même relativement souvent la meilleure main, et il joue une gutshot en sus. Avec la cote du pot, il peut encore améliorer sa main s’il est derrière (il possède 10 outs) contre une partie de la range adverse.

KennedyRIVER : 249 3 6

La river est un 6 qui fait rentrer une couleur backdoor et une quinte possible. John check et le joueur anglais shove pour un montant avoisinant les 3/4 du pot. Après une longue réflexion, au bout de ses time banks, le Girondin trouve un call avec sa hauteur As. Une superbe inspiration : son adversaire retourne donc As-Valet, et le Français double son tapis grâce à ce hero call.

L’analyse de Davidi Kitai : John a tank très longtemps avant de trouver le call. Ce 6 est intéressant car c’est une bluffing card : John a très peu de 5 ou de couleurs dans sa range perçue. Mais quand l’adversaire de John fait tapis, il n’a plus de top pair dans sa range, ni même de brelan. Le 9 du tableau étant à cœur, il ne peut pas avoir un 9 + tirage couleur, donc il a très peu de couleurs possibles. Il lui reste des combos d’A-5 et 5-6 suités qu’on ne peut pas être certain qu’il call preflop (il est sensé les passer), et éventuellement une paire de 5 qu’il décide de joueur comme ça. Je me répète, mais la clef de cette main est le profiling du joueur, car la plupart des joueurs ne sont pas capables de faire de gros bluffs au Day 5 du plus gros tournoi du monde. Mais ici, le joueur anglais nous a donné des indices qui pouvaient nous faire comprendre qu’il en était capable. John ne bloque pas l’A ou la Q, et tous les combos de A-T offsuits, A-J offsuits, K-Q offsuits avec un cœur sont des mains que son adversaire risque de bluffer très souvent. Si on inclut ces mains-là dans sa range, le call est clairement profitable.

Le verdict de Kitbul :

Pas ouf
Anthony Kennedy : 4/10

Je donne la note de 4/10 car l’histoire qu’il a raconté n’était pas cohérente. La mise au turn n’accomplit pas grand-chose et il ne bloque même pas de cœurs pour faire tapis sur la river. Il mérite quand même quelques points parce qu'il a osé. Sur la plupart des joueurs, son bluff serait passé car ils auraient eu peur…

Génie
Jonathan Therme : 10/10

10/10, génie ! Tout d’abord, il s’est super bien adapté à l’adversaire. Et même si j’ai compris son raisonnement sur la main, il faut posséder une grande confiance en soi pour trouver le call à ce moment-là du tournoi sur le Main Event des WSOP. Cela prouve qu’il a atteint un nouveau cap dans sa carrière, un mental de champion qu’il a acquis grâce à une longue expérience sur le circuit.

Therme 3Grâce à ce call d’anthologie, Jonathan Therme double son tapis et se replace parmi les chipleaders du tournoi. Anthony Kennedy ne s’en remettra jamais et terminera 197ᵉ pour 58 500 $, alors que Jonathan emmènera son stack tout neuf jusqu’en 77e place, pour un gain de 109 400 $, là encore suite à un gros hero call, au turn cette fois… avant de se faire crucifier sur la river. Surtout, le Français, joueur discret mais diablement efficace depuis dix ans, confirme par ce move et ce deep run qu’il est l’une des valeurs sûres du poker tricolore. Après le premier gain à cinq chiffres de sa carrière, on attend maintenant la perf life changing...

Et vous, auriez-vous effectué le call river ? Réagissez sur nos réseaux !

Crédit photo Anthony Kennedy : PartyPokerLive

Tous nos Check-ups

Les pages à suivre

t in f wtv wtv wtv wtv