Le 11 des légendes allemandes de Patrick Guillou

Par dans

Consultant beIN SPORTS et spécialiste de la Bundesliga, Patrick Guillou nous présente son 11 Winamax des légendes du championnat allemand.

guillou

Le onze des légendes du football allemand que je vais vous présenter, c’est une équipe qui a bercé mon enfance. Ces joueurs ont largement contribué à la construction de ma passion. Comme je suis né en Allemagne, les premières images que j’ai pu découvrir à la télévision sont issues du football allemand.

GARDIEN

Dans les buts, Manuel Neuer. Bien sûr pour ses sorties avec tout le haut du corps, à la manière d’un gardien de handball. On n’avait pas vu ça depuis longtemps. Ses arrêts réflexes aussi. On l’associe souvent à cet arrêt de gardien où il prend, grâce à sa taille, toute l’envergure de la cage. J’ai énormément hésité, comme pour beaucoup de postes d’ailleurs. Il était en balance avec Oliver Kahn, Toni Schumacher et Sepp Maier, mais par rapport à son parcours et à l’évolution du poste de gardien, j’ai opté pour lui. J’aime beaucoup les joueurs qui apportent quelque chose au football au niveau technique. C’est pourquoi dans ce onze, j’aurais toujours une explication par rapport à la spécificité du poste.

DÉFENSEURS

Au poste d’arrière droit dans une défense à trois, Manfred Kaltz. C’est un défenseur mythique du club de Hambourg, un champion du monde, qui a gagné également pas mal de titres. C’est un joueur qui compte plus de 500 matchs en Bundesliga. À l’image d’un Manuel Amoros en France, c’est l’un des joueurs en l’Allemagne qui pour la première fois prenait son couloir, qui ne se cantonnait pas uniquement à des tâches défensives. Il était aussi capable de bien centrer avec des trajectoires très travaillées, on appelait ça « Bananenflanke », à savoir le centre-banane. Dans mon esprit, il était en balance avec Willy Sagnol mais par rapport à ce qu’il m’a apporté quand j’étais gamin, aux souvenirs que j’en ai, j’ai mis Manfred Kaltz.

En charnière centrale, évidemment, Franz Beckenbauer. Il a révolutionné le poste. C’était un défenseur capable de se projeter vers l’avant, élégant, doté d’une grande intelligence de jeu. Que dire… La classe sur et en dehors du terrain. Jamais il ne taclait, il était toujours présent, propre.

À gauche, j'ai mis Bixente Lizarazu. Il était en balance avec Paul Breitner, c’est terrible de dire ça quand même ! Il était capable d’être présent devant mais surtout derrière, dans les duels. Il excellait dans le réduction de l’espace par rapport à son adversaire direct.

MILIEUX

Au milieu, on passe à quatre. C’est un peu particulier parce que j’ai essayé de placer tous les joueurs qui m’ont marqué et que j’aimais beaucoup.

J'ai d'abord placé deux milieux devant la défense :

Matthias Sammer, parce qu’il a été ballon d’or, mais aussi pour tout ce qu’il représente. Ex joueur de l’Allemagne de l’Est, il est devenu champion d’Allemagne avec Stuttgart. J’avais joué contre lui un Bochum - Stuttgart au début des années 90, c’était un très très grand joueur. Très grosse personnalité, capable de se projeter, bon à la récupération également… C’était un joueur déjà moderne. À l’image de Matthias Sammer, beaucoup de joueurs de mon onze étaient déjà en avance sur leur temps.

À côté, Bastian Schweinsteiger pour tout ce qu’il a représenté au Bayern mais aussi en Nationalmannschaft. Pour tous ses titres glanés également, ainsi que pour sa personnalité. C’est un pur bavarois ! Il a eu cette capacité à jouer juste et propre, à orienter le jeu, à être décisif… Toujours avec un caractère réservé. C’est quelqu’un de très respecté et de très respectueux. Malgré son statut, il respectait toujours les consignes et les personnes au club. Il n’a jamais défrayé la chronique dans les médias, il a toujours été exemplaire sur le terrain et dans la vie de tous les jours. C’est vraiment un exemple et beaucoup de jeunes footballeurs l’ont pris pour modèle.

Ensuite, pour compléter le milieu, deux joueurs plus offensifs et créatifs :

Lothar Matthäus d’abord, un box-to-box capable d’aller chercher très loin dans ses courses et dans son volume de jeu. Lui aussi ballon d’or. Il a joué quasiment jusqu’à 40 ans, c’est d’ailleurs le joueur le plus capé en Nationalmannschaft. Ses coups de tête, ses coups de gueule aussi, ont fait de lui quelqu’un de très segmentant, qui ne laisse pas indifférent. Matthäus, on l’aime ou on ne l’aime pas dans la vie de tous les jours, mais le joueur a toujours été très apprécié. Il a clairement marqué une génération.

Mehmet Scholl est présent lui aussi. Un joueur plus espiègle, plus technique, plus fin, plus coquin. Avec son air de « ne pas y toucher », on pensait qu’il était très frêle, qu’on pouvait lui marcher dessus et lui rentrer dedans… Mais en définitive non. Avec sa qualité de déplacement, par son élégance, à jouer toujours avec la tête levée, il a marqué l’Histoire du Bayern. J’avais joué contre lui quand il était au Karlsruher SC chez les jeunes. Quand on cherche la définition du talent dans les jeunes années, on se tourne incontestablement vers lui. C’était un bosseur sans nom, ce n’est pas une surprise de l’avoir vu éclore au plus haut niveau. Il ne s’est pas uniquement reposé sur son talent. Il demeurera comme un joueur très complet, filou, et surtout décisif.

ATTAQUANTS

Et devant, on retrouve l’attaque mythique du Bayern :

Franck Ribery à gauche, Arjen Robben à droite en pieds inversés (une trouvaille extraordinaire) et Robert Lewandowski à la finition.

J’avais quelques petites interrogations sur le poste de numéro 9 avec Gerd Müller, bien sûr, qui est dans les mémoires de tout le monde en tant que meilleur buteur de la Bundesliga avec ses 40 buts sur une saison. Mais j’ai préféré Lewandowski, qui a su faire évoluer son jeu avec son âge. Il a changé de volume, de morphologie. Avec son épouse, qui enseigne le yoga et la sophrologie, ils ont mis en place un programme au niveau de la nutrition, du gainage, de la proprioception… Pour Robben, j’ai longuement hésité avec Pierre Littbarski ou Rüdiger Abramczik.

Voilà, cette équipe me correspond par rapport à tout ce que j’ai pu apprendre du football allemand.

Pariez sur la Bundesliga

Le onze en vidéo

Les pages à suivre

twitter @WinamaxSport
 

facebook Winamax Sport 
 

instagram Winamax Sport
 

wtv Winamax TV
 

winamax Pariez sur le sport


Giggs

Ils comprendront dans cent ans.

Suivez Giggs sur Twitter