Winamax

KING5 : 50 équipages pleins d'avenir

Par dans

Même pas un pour cent des navires sont toujours à flot dans cette folle traversée. Prochaine étape, mardi prochain : les packages live !

Bandeau K5Mercredi 24 novembre 1971, 15 heures. Le vol 305 de Northwest Orient Airlines vient d’achever sa phase de décollage. Reliant deux villes de l’ouest des Etats-Unis très proches, Portland (Oregon) et Seattle (Washington), il ne restera donc dans les airs qu’une trentaine de minutes. Un trajet de routine pour un avion qui, en cette veille de Thanksgiving, est à peine rempli au tiers : 42 passagers, dont 6 membres d’équipage. À l’intérieur, personne ne prête attention à cet homme d’âge moyen au physique banal assis en rangée 18, habillé d’un costume-cravate et portant lunettes de soleil et attaché-case. Sirotant le whisky-coca que vient de lui servir une hôtesse et enchaînant les cigarettes, rien ne le distingue du passager moyen d’un vol commercial de cette époque, jusqu’au nom qu’il a indiqué au comptoir de l’aéroport de Portland au moment de régler – en cash – son aller simple, deux heures plus tôt : Dan « DB » Cooper. Et pourtant. Quelques minutes après le décollage de l’avion, voilà ce random qui tend un papier à une hôtesse. Croyant à une tentative de drague fatiguée, celle-ci glisse le billet dans sa poche. L’homme lui demande d’insister. Et fait cette précision capitale : il porte avec lui une bombe.

DB Cooper
Ainsi débute la plus mystérieuse affaire de piratage de l’histoire de l’aviation. Après avoir prouvé à l’hôtesse qu’il ne plaisantait pas, révélant à l’intérieur de sa mallette huit cylindres de couleur rouge attachés par un fil à une batterie, formant ce qui ressemble tout de même fort à la bombe annoncée, Cooper révèle ses exigences : 200 000 dollars en cash, quatre parachutes, et un camion-citerne à l’aéroport de Seattle, afin de faire le plein du coucou. Les autorités locales et fédérales sont alertées, les responsables de la compagnie aérienne convoqués. Faut-il accéder aux demandes de l’inconnu en costard ? Il est rapidement décidé que oui. La radio transmet aux pilotes les instructions : coopérer entièrement avec le pirate… mais en faisant poireauter l’avion au-dessus de Seattle, tout de même, le temps que la police et le FBI puissent rassembler la somme demandée, et organiser un comité d’accueil.

Pendant ce temps, DB Cooper reste calme au milieu des autres passagers qui ignorent tout de la situation – au micro, le pilote les a prévenus d’un « pépin technique sans gravité ». « Il n’était pas nerveux, il ne s’est jamais montré méchant ou cruel », témoignera un membre de l’équipage à propos de Cooper, qui aura le temps de commander un autre bourbon - et, comble de la courtoisie, de régler la note. Une heure après la tombée de la nuit, l’avion se pose à Seattle sous une pluie battante. L’argent et les parachutes demandés par Cooper sont livrés au pied de l’avion. En échange de quoi le pirate libère immédiatement tous les passagers et membres d’équipage, excepté les pilotes. Après s’être assuré que le plein d’essence ait été fait, Cooper expose la suite de son plan : direction Mexico City, à la vitesse et l’altitude la plus basse possible (185 km/h et 3 000 m). Ceci, bien sûr, afin de rester en dehors des radars.

DB CooperLe Boeing 727 ne franchira jamais la frontière entre le Mexique et les USA. Quelque part au-dessus du Nevada, un voyant rouge s’allume dans le cockpit : la porte de l’avion est ouverte. Plus tard, la fouille des autorités ne donnera rien : DB Cooper a bel et bien sauté en vol. Le plus beau, dans cette histoire qui vient de fêter son 50e anniversaire, n’est pas seulement qu’on ne l’ait jamais retrouvé vivant ou mort, mais aussi qu’encore aujourd’hui on ignore toujours tout de cet homme : son passé, ses motivations, et son identité véritable. Ni les multiples pistes explorées par les enquêteurs, ni les avis de recherche placardés dans toute l’Amérique n’ont jamais permis de découvrir grand-chose de concret : l'enquête sera définitivement close en 2016 sans être résolue. Un détail important, tout de même : en 1980, des vacanciers sont tombés, au milieu de leur pique-nique, sur trois liasses de vieux billets presque entièrement désintégrés au bord de la rivière Columbia. Quasiment illisibles, les numéros de série correspondaient pourtant à ceux du pactole remis à DB Cooper neuf ans plus tôt. Une découverte qui, pour les enquêteurs, accrédite leur théorie numéro 1 sur ce qui était arrivé au pirate après avoir sauté d’un avion en pleine nuit, sous une pluie battante, sans équipement autre que son parachute : un crash inévitable et fatal.

Pour les 280 équipes engagées dans le KING5 hier soir (300 moins les 20 déjà qualifiées la semaine précédente), c’est aussi une partie à haut risques qui se jouait : seules 30 d’entre elles ont réussi leur atterrissage. Avant de passer au Stade 4 mardi prochain, qui sera synonyme de package pour les 8 dernières équipes, rendons hommage à ces pirates de haut vol, qui jouent eux aussi sous pseudo.

20 sur 20

Les équipages ont maintenant plusieurs régates en commun, et ont appris à souquer les artimuses ensemble, histoire d’être le plus efficace possible sur les flots agités du KING5. C’est particuièrement vrai pour LA ARMADA INTRUCABLE, qui termine largement en tête de ce Stade 3-2, grâce à la victoire et au 13 kills de BUENA TARDE sur son flight ainsi qu’à la 6e place de Barca grande sur le sien. Les Hispaniques devancent les PINELESNITS, portés par Full-Rake et ses 25 kills (évidemment le record de la soirée), bien suffisants pour gagner lui aussi son tournoi, alors que l’un des membres de l’équipe a pourtant manqué l'embarquement au port ! Une autre armada à l’accent espagnol complète le podium : les galicianwina´s, emmenés par venenawer et Mark_Lenders, respectivement runner-up et 5e de leurs tournois. Un duo, composé de LE CHYBREUR (second de son flight) et CrownUpBald (3e du sien) a également fait nager les Saumon fumé jusqu’au pied du podium, où ils devancent les Queen Anne's Revenge (5e).

Les Macaronits (6e) et les Tricky Blinders (7e) terminent dans le top 10, alors que les LesBurgersKings (11e) ont toujours autant la dalle ("Nous sommes là pour ne pas prendre un steack mais un triple stacks !"). S’il l’on en croit son descriptif ("3 bagues et un bracelet"), en référence aux WSOP, il faudra aussi ne pas prendre à la légère SXM la team (12e), alors que chez Les repris de justesse (15e), qui sont une nouvelle fois passé entre les coups de canons adverses, on a décidé de faire péter le rhum pour fêter ça. Omix77 n’a pas fait mentir son slogan ("les meilleurs"), tandis que Les BrAAKKeurs (18e) et La singerie (19e) restent en course pour dépouiller Vegas. Enfin, les Beauty and the G33k$ (20e) passent le cut in extremis !

Eux ont carrément eu besoin des deux régates du Stade 3 pour arriver à bon port : parmi les 10 équipes repêchées qui embarquent aussi pour le Stade 4, on recence les #Adopte un NIT, les Bouledefeu43, La CosPaulitanyLes pros du barbeuc, les Tu Ne Seras Jamais Cheap, les désormais connus Tapa 1 dirhams steuplé, toujours en course pour faire mieux que l’an passé où ils avaient échoué en quarts de finale, et enfin les ComeOnVegas ("la team qui va a Vegas Gratos"), derniers du sillage et qui devancent un trio malheureux, Les 2BE3, pour quatre petits points.

KING5 : les résultats du Stade 3-2 et du repêchage

Navigation sans filet

Sans filet
Ce n’est plus le moment de tomber à la mer : lors du Stade 4, personne ne vous lancera une bouée de sauvetage. Les phases de repêchage sont en effet de l'histoire ancienne, et ce sera pareil pour le reste de ce KING5. Et mardi 19 avril à 21 heures, il faudra certes vaincre moins de pirates qu’avant, les cinq tournois deepstacks au programme étant cappés à 50 flibustiers, mais nul doute que ceux-ci seront plus coriaces : hé, tout les équipages présents ont déjà résisté à trois régates sanglantes ! D’autant plus qu’à la fin des joutes, seuls 8 équipages sur les 50 au départ accèderont au Stade 5, et que leurs membres pourront ouvrir au minimum l’un des premiers gros coffres de l’aventure : un package à 1 100 pièces d’or pour un événement live Winamax, avec toujours les WSOP en point de mire. Ceux qui resteront à quai à l’issue du Stade 4 se consoleront avec un assortiment de tickets d’une valeur de 100 €. C’est le moment de nettoyer vos canons : il ne faudra pas manquer votre cible mardi, sous peine de passer vous-même par le fond ! Bonne chance !

Toutes les infos sur le KING5

Le fonctionnement du championnat en détail

Les pages à suivre

t in f wtv wtv wtv wtv