Winamax

Interview du parieur La.Leffe (French No Limit)

Par dans

Les grilles Winamax font des heureux chaque week-end. Entretien avec notre parieur "La.Leffe" qui réalise régulièrement un sans-faute avec ses potes de la French No Limit.

Depuis l'arrivée des grilles sur Winamax, on ne parle plus que d'eux : la French No Limit. Cette communauté de joueurs éparpillés aux quatre coins de l'Hexagone rafle semaine après semaine les jackpots en trouvant quasi systématiquement les douze bons résultats des matches du week-end. L'un des cerveaux de la bande, Stéphane alias "La.Leffe", a accepté de nous livrer une partie des secrets de leur réussite. Alors de notre côté, on écoute et forcément, on prend des notes.

La FNL, une communauté soudée qui se régale grâce aux grilles Winamax

Comment vous est venue cette idée de prendre part en équipe aux grilles Winamax ?

La French No Limit est à la base une communauté de poker. On jouait déjà sur Top Prono à l'époque, chacun de notre côté. Quand les grilles sont sorties, on a vu qu'on pouvait parier en équipe. On s'est alors dit « ça, c'est pour nous ! »  On a donc naturellement crée un groupe Facebook pour se lancer dans cette nouvelle aventure qui permet de faire participer tout le monde. Car des grilles à 200 ou 300 euros, on ne peut pas forcément se les payer tout seul ! Nous sommes aujourd'hui plus de 140 à jouer régulièrement.

On ne voit que la partie émergée de l'iceberg, c'est à dire les grilles gagnantes ayant douze bonnes issues, mais combien de grilles validez-vous chaque week-end pour obtenir ces résultats ?

De mon côté, je mets en moyenne un petit billet sur 12 à 18 grilles. Pour que ce soit rentable, je pense qu'il ne faut pas investir plus de 10% de la valeur totale de la grille et ne pas s'engager dans des grilles à plus de 288 euros.

Vous êtes plusieurs à décider ? Comment faites-vous lorsque vous n'êtes pas d'accord sur un match à mettre en base ?

On coche au hasard, on tire au sort 1,N ou 2 et... Non, je plaisante (rires). Au début, on était trois ou quatre à faire nos grilles dans notre coin. On les mettait ensuite en commun pour voir sur quoi on était d'accord ou non. Sur les cases où il y avait un désaccord, on s'est mis à faire des doubles, puis des triples... Aujourd'hui, dans notre groupe, on peut compter sur la diversité des membres : il y a un Italien, un Portugais : à chacun sa spécialité ! Au départ, on fait la grille en fonction des favoris. Puis on essaye de déceler les éventuelles surprises où l'on peut mettre une croix. Le dimanche, on met un triple en général, car c'est le dernier match. On en discute ensuite sur Team Speak, un logiciel de communication vocale, puis on poste la grille sur notre forum et sur la page Facebook, et enfin on la valide si la majorité y adhère.

Votre groupe de parieurs devient forcément de plus en plus populaire. Et beaucoup de joueurs veulent investir dans vos grilles. Comment gérez-vous cette forte demande ?

Ce n'est pas forcément simple effectivement. Paradoxalement, on n'a pas encore vu de gros joueurs de paris sportifs mettre beaucoup d'argent sur nos grilles, ils n'investissent pas énormément. Au niveau des groupes, c'est difficilement gérable par rapport aux nombres de grilles publiées. Pas mal de nouveaux proposent leurs propres grilles, ce qui nous laisse peu de temps pour les analyser. On préfère favoriser les grilles publiées par les membres de notre forum, ce qui parait plus légitime.  Après, si des grilles faites par des gens extérieurs à la FNL nous plaisent, on peut miser dessus, cela ne pose aucun problème !

Tu as gagné combien jusqu'à maintenant grâce aux grilles Winamax ?

Environ 3 000€ !

Un conseil à nos parieurs en herbe pour finir ?

Comme au poker : avoir une bonne gestion de bankroll et ne pas engager des sommes trop importantes ! Et surtout, ne pas faire de martingale sur les matches de Tsonga !

On regarde la grille de ce week-end ? Donne-nous tes pronos !

Les pages à suivre

 @WinamaxSport


 Winamax Sport


 Pariez sur le sport


Kinshu

La vie est un long tilt tranquille. Titulaire d'une Licence IV à l'université Jean Roucas.

Suivez Kinshu sur FacebookSuivez Kinshu sur Twitter