Interview de Nicolas Benezet

Par dans

Milieu offensif de Guingamp, Nicolas Benezet marque aussi les esprits sur Twitter. Interview cui-cui.

benezet

Titulaire depuis quatre journées, Nicolas Benezet participe à la remontada de Guingamp, passé 18e de Ligue 1 depuis sa victoire 1-0 contre Dijon. Le footballeur s’illustre également sur Twitter : suivi par 30 000 fans, il partage ses coups de cœur et ses meilleures vannes.

Réponds-nous en toute franchise : tu préfères avoir 100 000 abonnés sur Twitter ou te maintenir avec Guingamp ?

(Il fait semblant d’hésiter) Le maintien avec Guingamp, bien sûr. Cette victoire contre un concurrent direct, Dijon, nous a vraiment fait du bien.

Quel est ton follower le plus célèbre ?

Mokhtar de Touche pas à mon poste. Il y a sans doute des gens qui me suivent et possèdent davantage d’abonnés que lui, mais je ne tiens pas une liste ! En tout cas, c’est important d’être proche des fans. J’en ai même déjà rencontré. Tu connais @PetitPontMoulon ‏? C’est un supporter de l’OM. On a fait connaissance sur Twitter, je lui ai donné mon maillot après un match et je suis allé chez lui, voir sa femme et sa fille. Seul Twitter peut t’apporter ça. J’adore ce réseau. Facebook est trop premier degré, je n’y vais même plus.

Quelle célébrité aimerais-tu avoir comme abonnée ?

Jessica Alba.

Quel est le tweet dont tu es le plus fier ?

Il y en a plein ! Et d’autres dont je suis moins fier. Je me souviens d’un tweet supprimé – le seul que j’ai jamais supprimé, d’ailleurs ! – qui portait sur la une du journal L’Equipe. C’était une photo où la joueuse de tennis Serena Williams serrait les poings avec un commentaire de ce style : « Elle a tout gagné et bat tous les records, etc. » J’avais simplement ajouté un astérisque en disant que c’était un homme. Je l’ai vite supprimé, mais tout le monde m’est tombé dessus...

Qui est le plus chambreur dans le vestiaire de Guingamp ?

Étienne Didot. Il parle peu mais il envoie des piques.

Est-ce que ce trait de caractère a pu te jouer des tours ? Vis-à-vis des coachs, par exemple.

Sûrement. Je chambre dans la vie et je cache difficilement mes émotions. Quand je vais mal, cela se voit tout de suite. Quand je vais bien, aussi. Je suis franc et en cas de conflit, je dis les choses. Cela a pu déranger quelques personnes durant ma carrière.

T’a-t-on déjà conseillé de fermer ton compte car tu parlais trop ?

J’ai eu droit à des réflexions…. J’y passe beaucoup de temps, c’est vrai. Ça m’est déjà arrivé d’être dans mon lit à une heure du matin et de penser à un bon tweet : c’est con, il n’y a alors plus personne sur le réseau !

Quel est ton dernier troll ?

J’ai fait croire à un ami que je lui avais acheté un chien pour son anniversaire. J’ai emmené le chien à son appartement, il n’était pas très serein.

As-tu déjà envoyé des nudes à ton pote Emmanuel Imorou ?

Il m’intéresse moins depuis qu’il n’a plus de cheveux. Qui a commencé en premier à chambrer l’autre ? Je le suivais sur Twitter quand je suis arrivé à Caen… et il venait de supprimer son compte après une réflexion. Je l’avais vanné sur ça, alors il l’a vite remis.

Fais-nous ton équipe type.

equipe type

Quel est ton pronostic pour France - Islande ? 

2-0 pour la France.

Pariez sur France - Islande

Session One-Shot Top

Comme Pierre Ménès, bloques-tu les fans qui te critiquent ? 

Jamais. Si je suis sur Twitter, c’est pour être au contact des fans. On ne peut pas plaire à tout le monde, je l’assume. J’accepte qu’on me tombe dessus, c’est le jeu. 

Comme Ronaldo, vas-tu bientôt publier des photos de toi torse nu en train de faire de la muscu ?

Non. Je risque de perdre des followers. 

Comme Kimpembé, trouves-tu ça bien de prendre la parole sur Twitter après une défaite ?

Si tu regardes bien mon compte, je ne parle jamais de mes prestations. Si j’ai envie de parler du sportif, je m’exprime autrement, sur un autre média. 

Comme Jean-Michel Aulas, vas-tu continuer à tweeter n’importe quoi ?

Evidemment.

Les pages à suivre

twitter @WinamaxSport 
 

facebook Winamax Sport 
 

winamax  Pariez sur le sport


Maxime

Né en 1984 le jour d'une victoire 5-0 de l'équipe de France contre la Belgique, je prends depuis les années les unes après les autres sans me poser de question. Aime l'ASSE mais aussi le football.